AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faust Sakazuki - Raikage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Raikage
Sakazuki Faust
avatar
Messages : 307
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 10/02/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Santé:
620/620  (620/620)
Chakra:
620/620  (620/620)
MessageSujet: Faust Sakazuki - Raikage   Lun 27 Fév - 3:37

Faust Sakazuki Feat Schneizel el Britannia

gif
Infos générales
avatar

Nom : Sakazuki
Prénom(s) : Faust
Surnom : Kuro no Kami
Âge : 27 ans
Sexe : Masculin

Village : Kumo
Rang : Raikage
Clan : /
Affinités : Raiton - Doton - Shôton
Spécialités : Genjutsu

Caractère

« Je t'en prie, soldat. N’hésite pas à énoncer tout ce que tu penses, il n’y a pas de raison que tu sois puni. »

« O-Oui, Maître.»

Le soldat monta les quelques marches menant à une petite scène, où il allait pouvoir énoncer ses propos devant une petite assemblée. Raclant sa gorge, il commença.

« Le Raikage est un individu fortement intelligent qui est aussi calme, sophistiqué et arrogant en raison de ses principes. Son charisme et ses croyances en la véritable Justice font de lui quelqu’un de très respecté et dont la confiance peut être confiée les yeux fermés. Moi-même, j’écouterai et appliquerai ses ordres à la lettre, sans jamais le remettre en doute, et ce même si la mort devait me toucher.

Il est connu pour avoir une personnalité très stoïque. Il ne s'est jamais soucié du travail en ce qui concerne les statistiques et autres calculs mathématiques, voyant la chose entièrement insignifiante, bien que son intellect lui permette d'accomplir de grandes choses. Il adore les défis et n’hésite pas à les accepter. Toutefois, sa passion reste les échecs pour lesquelles il prend énormément de plaisir. Une grande partie des grands du village ont déjà joué contre lui afin de conclure des marchés par exemple, mais ont fini par s’incliner devant son talent incroyable. Autrement, notre Maître prend la plupart des affaires quotidiennes avec un grand désintérêt, ne remarquant souvent pas certaines choses ou comportements de ses proches.

Dans la bataille, il s’agit de quelqu’un de très froid et tactique. Si cela permet de mener l’objectif à bien, il est enclin à sacrifier des soldats ou même des civils afin de déjouer les plans de ses opposants ou simplement les perturber. Rien de tout ça ne l’affecte. Je dois avouer que certaines actions sont dures à effectuer, quand nous pensons à nos propres familles et que l’on est dans l’obligation d’assassiner des femmes ou des enfants pour obéir aux ordres. Mais je me dis toujours que c’est nécessaire. Jusqu’à maintenant, nous n’avons jamais failli, ses tactiques ont toujours été parfaites et nous ont menées à la victoire, à chaque fois. C’est d’ailleurs pour cela que nous ne remettons jamais ses plans en cause. Nous le considérons presque comme un miracle. Il est l’un des héritiers de notre lignée de Raikage et probablement l’un des meilleurs même si au fond, il reste assez égoïste dans ses ambitions…

Mais, malgré sa froideur et sa cruauté dans la bataille, il peut être une personne plutôt compatissante à l’égard de ses proches et des quelques personnes importantes qui l’entourent. Au premier regard, Kuro no Kami semble n’apporter aucune réelle préoccupation pour le bien-être de ses subalternes, mais je suis certain qu’en réalité, il se soucie vraiment d'eux, les voyant comme des alliés de valeur. Personnellement, je ne l’apprécie pas car je me dois de l’apprécier en tant que Soldat, mais plutôt pour ce qu’il est et représente pour nous tous, dans ce village. »


Levant lentement les mains au niveau de son torse, le Sakazuki claqua lentement ses mains l’une contre l’autre, un rire des plus représentatifs venant accompagner ce geste de satisfaction.

« C’est parfait, Soldat, parfait ! Je te ferai parvenir un sublime présent, directement dans ta demeure. Tu l’as grandement mérité ! »

« Oh.. Merci beaucoup, Raikage-sama ! »

Le soldat se retourna, un signe lui ayant été fait afin de quitter la pièce pour qu’il puisse rentrer chez lui ou retourner à la base militaire du village. Un large sourire s’afficha sur le visage du Kuro no Kami...


Histoire

Notre histoire commence il y a plus de vingt-sept ans dans le village de Kumo. Cette nuit-là, un bébé est jeté dans le monde, comme tant d’autres avant lui. Il n’est pas si particulier, il n’a pas de famille anéantie ou de démon en lui. Non, il est juste là. Ses parents, loin d’être les premiers venus, sont les héritiers d’un clan relativement connu et respecté du village, notamment parce que dans la filiation de cette famille, quelques grands shinobi sont nés. Doué, à n’en pas douter, il porte en lui les espoirs d’une famille qui espère retrouver sa gloire d’antan. Mais surtout, incroyable mais vrai : il est aimé. Impensable dans ce monde de brute, et pourtant, c’est bel et bien le cas. Ses parents étaient deux Jônin eux-aussi respectés pour leur travail. Ils avaient grandis ensembles, dans la même équipe de Genin et de Chunin, avant d’être séparé suite à leur élévation dans la hiérarchie. Bien loin des clichés de génie ou de clan détruit, non, ils étaient simplement deux ninjas parmi tant d’autres, qui s’aimaient et savaient se faire respecter.

Notre héros est donc bercé par ce contexte social favorable. Il grandit normalement, bien qu’un tantinet capricieux du fait de sa position d’enfant unique (qu’il gardera d’ailleurs toute sa vie). Ses premières années à l’académie ninja se passent bien : sans marquer ses professeurs par son talent, il est néanmoins dans les meilleurs de sa classe. Mais celui qui attire l’attention a un tout autre style. Drôle, peu mature, il n’en reste pas moins le plus talentueux de sa génération. Son nom ? Inazuma. Un enfant doué qui était, lui, héritier d’une famille très respectée et très proche des sphères du pouvoir. A côté de cela, le naturel talent de Faust, mesuré mais réel, faisait pâle figure. Néanmoins, sans jalousie, celui-ci fit son petit bonhomme de chemin.

La situation changea lorsqu’il obtint son diplôme de Genin. Son équipe ? Une jeune fille sans importance et… , bien sûr. Toujours lui. Et leur sensei ? Nul autre qu'Akayajuu no Reihou. « C’est un grand honneur » disaient les parents. Bien sûr. Un immense honneur. Mais pas pour Faust. Pour lui, c’était une pression immense : il serait sans cesse comparé au plus talentueux de sa génération. Lui, l’enfant banal, sans talent. Seulement voilà, tout comme Inazuma, on lui avait remarqué une filiation particulière avec la Foudre ; le genre de chose que l’on ne néglige pas dans un pays portant ce nom. Il devait s’entraîner, se développer, pour peut-être hériter du plus grand pouvoir du chef du village : la Foudre Noire, l’éclair ultime. C’était pour cela qu’il devait côtoyer, chaque jour, le pitre et tout autant doué Inazuma. Un supplice.

En quelques mois, l’enfant se transforma. Sans cesse rabaissé par un Sensei qui ne voyait rien en lui – notamment parce qu’il ne le voyait pas du tout, préférant se concentrer sur son comparse – il faisait tout pour se faire remarquer. Il tournait autour des filles, au grand désarroi des parents d’élèves, devenait quasiment une fashion victime… Et pourtant, en tant que shinobi, il restait bien au-dessus de la moyenne. Seulement voilà : cette moyenne, il ne la côtoyait jamais. Lui, ce qu’il fréquentait, c’était uniquement l’élite. Une élite qui, petit à petit, lui apparut comme méprisante. En réaction à cela, lui aussi le devint vis-à-vis des autres. « Je suis le plus beau, le plus fort, le plus intelligent »… Et ainsi de suite. C’était ce qu’il devenait, petit à petit. D’autant qu’à force d’entrainement, et avec un certain retard sur son équipier, il parvint lui aussi à développer des capacités impressionnantes en Foudre, suffisamment pour qu’il soit promu Chunin sans aucun problème. Puis Jônin, bien sûr, deux ans après. Mais là encore, il n’eut aucune félicitation de la part de son Sensei : il n’y en avait que pour Inazuma, son « héritier » qu’il disait. « Et moi ? » pensait Faust. « Pourquoi ne suis-je pas inclus dans cela ? Qu’ai-je fais de mal ? » Rien. Tu n’es tout simplement pas assez doué, voilà tout.

Cette situation fut une souffrance longue et difficile à endurer pour l’adolescent. Plus il grandissait et plus ses traits de caractères négatifs se développaient, tandis que sa gentillesse s’estompait. Il devenait égoïste, parfois jusqu’à en devenir méchant avec les autres. Et, de fait, il commença à être isolé, ne se faisant strictement plus d’ami. Seules quelques filles lui tournaient autour, pour son joli minois et ses qualités de maître dans l’art de la drague. Mais c’était tout. Quand il n’était pas dans les bras d’une fille, il était seul, terriblement.

La solution apparut à lui, s’imposa même. Elle lui fit face au cours d’une mission en solitaire relativement risquée. Quelle était cette solution ? Elle était incarnée, devant lui, et portait un nom : Sairento. Le Conseiller du Raikage, toujours à l’affût d’un nouveau pouvoir, lui fit face et le combattit. Bien entendu, Faust fut rapidement balayé par le talent sans borne du prodige. Une véritable révélation pour lui : le véritable génie, c’était lui. Il avait tout. Savait tout faire, même résister à la Foudre et au Cristal. Ainsi, il accepta la proposition du vieil homme : le laisser le rendre plus fort. Son choix était fait : il resterait auprès du Conseiller. Lui, au moins, l’aimait.

La désillusion de son parcours de shinobi s’estompa. Avec lui, il avait de l’importance,  il comptait. Faust avait enfin la reconnaissance qu’il avait toujours voulu, on lui disait ce qu’il avait toujours désiré entendre : « Tu es doué, tu es fort, tu es exceptionnel. ». Enfin. Était-ce si compliqué ? Mais pas assez, vraisemblablement. Car même là, il n’était pas l’objectif ultime, l’héritier. Non, là aussi, le maître n’avait d’yeux que pour un seul être. Kyoshiro. Dernier d’un clan détruit. Pourquoi ? Pourquoi pas lui ? Pourquoi n’était-il toujours pas le meilleur de tous ? Celui que l’on préfère ? Il s’entraînait sans cesse, mais rien n’y faisait : Kyoshiro était d’un tout autre niveau. Son Taijutsu était un art, une beauté extrême à regarder. Et son Shôton ? Puissant, bien sûr, mais inefficace face à lui. Encore.

Mais celui-ci se mourrait. C’était fantastique. Il était forcément la dernière possibilité pour le Conseiller. Aucune compassion, aucun respect : Faust était la seule chose qui l’importait. Ne se rendant même pas compte que sa volonté de reconnaissance pourrait finir par lui coûter la vie. Mais, fort heureusement, cela ne serait jamais le cas. Néanmoins, le jeune homme n’abandonna pas, jamais il ne le faisait. Il se battait, encore et toujours, avec un seul but : devenir le meilleur de tous.

Et un beau jour, son rêve le plus fou se réalisa : il devint Raikage. Le seul et l'unique. Prônant une forme de pouvoir particulièrement dure et brutale, il changea littéralement le village pour en faire une tyrannie. Son but était alors de dominer le Monde, faire de Kumo l'endroit que personne ne serait en mesure d'attaquer. Là se révélait le véritable potentiel du Sakazuki, prêt à tout pour écraser les exploits des anciens Raikage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Faust Sakazuki - Raikage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche Technique de Faust
» Kamiiyu Isatsu - Désertrice - [Ex-Shodaime Raikage]
» Road trip to Cait Shelter [Pv Alice Faust]
» Thomas Faust
» Le Raikage disparu 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Validées-