AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tadakatsu Kurasa - 101%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
MessageSujet: Tadakatsu Kurasa - 101%   Dim 12 Mar - 0:10

Tadakatsu, Kurasa Feat Scar

gif
Infos générales
avatar

Nom : ▬ (ただかつ) Tadakatsu
Prénom(s) : ▬ (くらさ) Kurasa
Surnom : ▬  Sandaime no Yari | Shiva
Âge : ▬ 27 ans
Sexe : ▬ ♂

Village : ▬ Sunagakure
Rang : ▬ Kazekage
Clan : ▬ Shirogane
Affinités : ▬ (DOTON) + (RAITON) => Jiton
Spécialités : ▬ Kenjutsu

Caractère

✧ Entourage l Kurasa ne s'intéresse qu'aux personnes ou événements de sa vie qu'il trouve différents et qui, par la même occasion, casse sa routine. Chose certaine, ils auront une place profonde dans ses souvenirs. Même s'il aime être entouré de bonnes compagnies, la solitude lui permet de se ressourcer. Il n'a pas mis de côté l'amour brûlant des membres de son village, mais sait juste le tempérer afin de s'adapter aux situations où il se doit d'être rationnel. Il a tendance a oublier les personnes qu'il qualifie de banales. En soit, c'est un être versatile. Malgré ce côté bancal, il est prêt à rendre service dès que possible. Il serait incapable de faire du mal à des innocents.

✧ Respect l Il n'est pas accro aux tournures et postures de respect, généralement il se limite aux suffixes, le strict minimum d'après lui. Il lui sera plus aisé d'être intransigeant et de suivre à la lettre les traditions de son clan du côté paternel. La seule personne qu'il respecte sans broncher est son épée. Il communique avec, lorsque l'envie lui prend. Pourquoi ? On dit qu'elle est vivante.

✧ Franc l Il pense tout haut. Non seulement, il aime être honnête et établir directement sur le plateau ce qu'il pense, mais il jauge également la réaction de son interlocuteur grâce à ses paroles directes. Il est à l'extrême opposé d'un manipulateur. En cas de problème, Kurasa ne force pas l'action et ne tente pas de prendre l'initiative. Il préfère laisser couler afin de disposer d'une meilleure contre-attaque. De même, il donne beaucoup d'importance aux émotions et sait juger une personne selon les sentiments qu'elle affiche lors d'une discussion.

✧ Hostile l Il semble sérieux au quotidien, quelle que soit la situation. Deux caractères négatifs empiètent ses pensées. Kurasa est à la fois revanchard et rancunier. En effet, il ne reste jamais sur une défaite et rejettera l'échec sur sa propre personne et non à cause d'autrui « Nous pouvons toujours mieux faire ». Que ce soit pour l'éthique ou sa réputation. Concernant ce point, son style de combat agressif et dominateur reflète le tout parfaitement. Ce côté négatif est plutôt camouflé par Kurasa, il tente de rester calme et rendre invisibles ses émotions.

✧ Adaptation l « Libre comme l'air, insaisissable comme le vent. ». Voilà un état d'esprit qui reflète parfaitement Kurasa. Il adore divaguer dans ses pensées, réfléchir de tout et de rien à ses heures perdues. Chez lui, le stress est prohibé. Il accueille la vie comme elle arrive, il ne tente surtout pas de prendre en main son destin. Il s'adapte aux événements afin de faire face.

✧ Indépendant l Il ne dépend que de lui-même et ne force pas les autres de dépendre de lui. En clair, il n'est pas un leader qui joue sur les mots afin d'encourager son armée. S'il se déplace sur le terrain, ce n'est pas pour se réconforter et cacher la vérité aux Sunajin, c'est qu'il y a un réel problème qui doit être résolu.

✧ Hobbies l Eh oui, c'est possible. Lorsqu'il n'est pas occupé à gérer le village, il a différent hobbies. Comme tout le monde, n'est-ce pas ? Ses plaisirs de la vie sont simples. Il adore boire le thé et aime bien lire, de temps en temps. En plus de cela, il rêve. Il possède pleins de rêves dans sa tête ce grand gaillard. Il pense à sa propre représentation idéale de ce village, voir de ce monde lorsqu'il est optimiste.

Histoire

Au-delà du sable, au-delà des oasis et encore au-delà des dunes dorées, se profilaient d'immenses remparts. Largement supérieur à ce que peut porter la vue, siégeait un village. Le patelin était niché dans une savane régulièrement frappée par des vents brûlants et rayons du soleil éblouissant. Dans cette contrée, Kaze no Kuni, gisaient de pauvres habitants, mais également l'être prodigieux dénommé l'ombre du Vent ; légitime héritier du Shodaime Kazekage. Cet homme avait trouvé de nombreux restes d'anciennes civilisations accompagnées d'amas de gravas et rocs brisés par le temps. Grâce à sa colossale puissance, synchronisée à sa poigne de fer, il avait reconstruit une nouvelle ère. Il avait trouvé une ruine et l'avait quittée en village. Sans compter qu'il sut rassembler les ermites du désert sous son contrôle. Encore heureux, cet individu a été immortalisé à sa façon. Tout comme ses successeurs, le coup expert d'un artisan avait sculpté sa silhouette dans un bloc de pierre. Elles figuraient à l'intérieur du palais impérial, résidence des dirigeants du village. Ce même bâtiment devant lequel Kurasa, fils de Hei Tadakatsu et de Myuki Shirogane passait tous les jours. Chaque vingt-quatre heures, il restait figé devant l'énorme écriture rouge (風) "Vent", fidèle symbole du Kazekage, mais également la qualification emblématique de cette contrée.

Cependant, ce petit-enfant ne vivait pas dans cette sublime demeure. Il n'était même pas constitué de sang-pur et n'avait pas reçu le titre de la famille royale. Il habitait tout simplement dans une niche écrasée sous l'ombre du palace. Dans cet abri, qui protégeait uniquement des maigres coups de vent, se tenait la joyeuse famille : le père, la mère et le fils. La figure paternelle plutôt stricte était nommée paladin. Titre qu'elle honora au quotidien. Elle avait hérité du kenjutsu atypique et extrêmement versatile de son clan natal. De l'autre côté, une sympathique mère tolérante. Kugutsutsukai a ses heures perdues, elle s'y connaissait s'en plus dans ce domaine. Mais, à la naissance de Kurasa, elle arrêta totalement d'exercer et se reposa sur les techniques élémentaires. Quant au dernier, l'enfant unique, il ne faisait rien de technique, outre les quelques entraînements entre père et fils, juste histoire de. Il n'était pas principalement stressé au quotidien. Il ne guidait pas sa vie, il la vivait juste en apprenant à l'académie. Au fil de plusieurs examens, il obtint le diplôme. Sa vie allait passer à une vitesse supérieure grâce à cette promotion. Ce n'était plus un simple gamin, mais une arme et cela peut importe son niveau.

Au vu de cet événement de remise des diplômes, une immense fête était organisée au village. Le Kazekage en profita pour prendre la parole et féliciter la nouvelle génération.

« Soyez fier d'arborer le bandeau frontal orné du sablier de Suna. Aspirant ninja du désert, vous êtes le vent nouveau qui souffle sur le monde shinobi.»

Voilà. C'était la seule intervention de cette personne sacrée aux yeux des habitants du désert. Après ses courtes paroles, il repartit dans ses quartiers privés afin de gérer l'administration, comme répétaient ses serviteurs. Malgré l'attitude anormale du dirigeant, Kurasa pensait que ses paroles renfermaient sagesse, il méritait réellement ce poste. Cependant, les amusements étaient de courtes durées. Le train de vie du village reprit et les problèmes quotidiens revinrent notamment le problème des denrées alimentaires. Comme tout le monde, le petit genin surpassa ses difficultés. D'ailleurs, il avait été affecté à une équipe. Ils sont au total de trois aspirants ninjas et un tuteur. Comme annoncé, la vie du jeune homme s'accéléra considérablement, vitesse grand v. Il enchaînait les missions en compagnie de Gayoon, Kara et Ryoma. La kunoichi, Gayoon, et l'instructeur, Ryoma, entretenaient une relation amicale avec le jeune Kurasa. Cela permettait une petite simplicité à trois. Cependant, Kurasa préférait esquiver Kara. Le contact ne passait pas entre les deux.

------------

Les secondes continuaient de s'écouler, le jeune genin vivait sa vie, comme toujours. Les entraînements entre équipiers ainsi que ceux entre père et fils se faisaient ressentir. La musculature de Kurasa commençait à se dessiner. D'un côté physique, les courbatures ne désemplissaient pas. Du deuxième côté, celui moral, il commençait à zapper les personnes inintéressantes. Cela est facilement perceptible. La preuve, elles n'occupent que très peu de place dans les souvenirs de ce jeune homme. Jusqu'à maintenant, sa vie ainsi que sa personnalité restaient banales. Encore heureux, cette banalité allait très vite être estompée, et cela, à l'âge de dix-sept ans.

Une nouvelle cérémonie a été organisée, en vue de la promotion des Chûnin. Le seul fait important était que Kurasa faisait partie des élues après une lutte acharnée. Le même processus se répéta, vint l'arriver du Kazekage en fin d'après-midi.

« Grain important du sablier de Suna, seule votre détermination pourra vous emporter plus haut.»

Et il repartit, une nouvelle fois. Mais, au lieu de céder place à l'amusement comme chaque année, les forces de police du village dissipèrent la foule et instaurèrent un couvre-feu. Fraîchement promu Chûnin, Kurasa était barricadé dans sa niche en compagnie de ses parents. Outre les rides en plus, ils restaient de très bonnes figures et exemples pour ce jeune. Hei, le père, restait immobile face à la fenêtre. Il observait continuellement les rues adjacentes au palais. Il semblait méfiant. Vraiment méfiant, à un tel point qu'il était armé à l'intérieur de l'habitat. Son étui fermement attaché à son bras gauche renfermait son arme de prédilection. Quant à la mère et son fils, ils parlaient tranquillement comme si de rien n'était. Ils racontèrent leurs journées jusqu'à la nuit tombée. La vie de Kurasa était floue, même à ses propres yeux.

------------

On ne changeait pas de routine, la vie défile et cinq années passent. Kurasa a désormais vingt-deux ans. Son corps avait survécu aux épreuves du désert. Le jour de son anniversaire, il a été convoqué au palais. Il se présenta comme convenu à la secrétaire qui le dirigea vers la salle du conseil. Déjà informé de sa présence, le Kazekage reçu chaleureusement le ninja. Malgré l'ambiance joyeuse, deux silhouettes ancrées dans le fond de la pièce ne bougeaient pas : la garde royale. Afin de ne pas s'attirer d'émotions négatives, Kurasa divergea ses pensées sur les centaines de statues qui décoraient cette fabuleuse salle. Il se présenta face à la statue du Shodaime Kazekage et la dévora des yeux. Malgré l'apparence rugueuse, la pierre était flambante et neuve, comme si la matière venait d'être sculptée. Après un silence de quelques minutes, le dirigeant prit la parole.

« Désormais, ton nom est colporté par le vent du désert, c'est toi qui fais prospérer le village. Félicitation, Kurasa-san. »  

Derrière son bureau, le vieil homme présenta un gilet marron au chûnin. Par respect, mais surtout par allégeance et remerciement, Kurasa s'agenouilla. Il acquiesça d'un mouvement de la tête. Toujours silencieux, le nouveau Jônin enfila hâtivement sa veste, par-dessus son tee-shirt noir. Il ragrafa son étui à son bras gauche, tout comme son père. Ses talents de combat ont été reconnus aux yeux du dirigeant. Les conseils de son père ont été si précieux. À ce moment, les phrases froides de son paternel qu'il répétait résonnaient dans son crâne. « Ce n'est pas la chance qui pourfendra tes ennemis, mais ta supériorité et ton sabrage impitoyable. » Mais encore « Le sang sur ta lame est la seule manifestation de ta détermination. ». Si, à l'époque, ses paroles semblaient froides pour le jeune homme insouciant et naïf, il avait désormais compris la réelle signification de ses mots assemblés en mûrissant. Après cette fraîche promotion et après avoir fêté cela, une bonne nuit de sommeil l'attendait paisiblement.

Mais si seulement, s'il pouvait réellement se reposer. La si paisible nuit fut brisée. Des cris aigus raisonnaient, des explosions s'enchaînaient. D'énormes nuages de poussière s'emparaient des rues en détruisant tous les objets sur leurs chemins. Les détonations étaient si importante que la totalité des fenêtres, dans l'allée, éclatèrent. À l'intérieur de l'habitation de Kurasa, c'était la panique totale. Le jeune homme éclata sa porte de chambre d'un coup de pied sec, d'un mouvement rapide et fluide, il agrippa ses deux armes reposées sur une commode à portée de bras. Le père, l'avait déjà devancé. Il était présent contre le mur, à côté de la fenêtre brisée. Cela faisait désormais cinq ans, jours pour jour, qu'Hei restait armé dans la maison, jour et nuit. Kurasa observait son père, d'un air étonné. Dans un silence total, il ordonna à son fils, avec des gestes, d'aller veiller sur sa mère, dans la chambre parentale. Le jeune homme s'exécuta sans réfléchir, il s'enferma dans cette chambre en compagnie de sa mère, en panique. Ils se regardaient en se demandant ce qu'il pouvait bien se passer. Les déflagrations étaient très proches et continuaient en boucle. Entre certaines explosions, quelques bruits d'effondrement d'édifices étaient audibles. Ce n'était réellement pas le temps de sortir se promener afin de voir ce qu'il se tramait dehors. Cependant, la curiosité s'empara du gamin et de la mère. Tous deux regardèrent par la fenêtre, en morceaux, dans cette chambre non éclairée. Haut dans le ciel, la pleine lune apportait assez de luminosité afin de distinguer l'apocalypse. D'énormes fumées épaisses et grasses se dégageaient du bâtiment circulaire du Kazekage. Les bruits de combats résonnaient dans les rues, des flots de sang gisaient au sol ainsi que sur les murs. Était-ce une probable attaque..? Une percée contre un village isolé dans le désert, dont les murailles sont dites imprenables ? Il semblait que oui.

Mais soudain... Un silence total, comme si tout s'arrêtait sur place. Mauvais signe, Kurasa se plaqua contre le mur afin de ne pas être vu depuis l'extérieur. Il avait bien fait. Une escouade de quelques shinobis ressortirent du palace en rigolant. De nombreux métaux s'entrechoquèrent entre eux, cela délivrait un sourd grave et lourd. Ceux-ci s'éclipsèrent aussi vite qu'ils étaient venus. Le jeune homme était resté chez lui pour une seule bonne raison. Malgré ses capacités, il n'était pas de la pointure de ses guerriers. Qui étaient-ils ? Que cherchaient-ils à faire ? La tension dans cette petite baraque était colossale. Hei gardait le salon en épiant par la fenêtre. Il interdisait à son fils et son épouse de sortir. C'était cloîtré dans la chambre en compagnie de sa mère que la nuit passa. La pleine lune céda la place au soleil. Tout était visible, aux yeux de tous. Kurasa figurait parmi les civils qui découvraient cette foire abominable. Les façades des bâtiments étaient totalement détruites, le grès avait été remplacé par du sang désormais sec. Un nombre incalculable de corps gisaient sur le sol, sur les toits. Cette vision choqua littéralement le jeune homme. Il n'avait jamais assisté à un massacre et n'y même à une guerre, pas comme le légendaire et valeureux Naruto.

À la vue de tous, la police, mais également l'armée du village, s'engageaient dans les rues. Les forces militaires s'emparaient des murailles, fermées jusqu'à nouvel ordre. Des escouades de ninjas traversaient le village afin de le sécuriser. Des rumeurs circulaient comme quoi le Kazekage était mort, d'autres qu'il était en réunion d'urgence avec le conseil. Mais encore, il réunirait peut-être les Sunajin afin d'établir des procédures adéquates imminentes. La folie s'emparait de certains, c'était l'apocalypse totale. Kurasa connaissait toutes les détails de cette histoire, car cet événement l'avait choqué. Il a donc pris une place non-mesurable dans sa mémoire. D'ailleurs, la première règle d'urgence établie était celle de la réquisition des shinobis en état de combattre. Kurasa et ses parents furent séparés et affectés à des postes de gardes différents. Ils se retrouvaient rarement au complet. Le bonheur familial tomba au plus bas. Malgré le côté mental du jeune gamin qui en avait pris un gros coup, il était dévoué pleinement à sa patrie. Il n'hésitait pas à accumuler les heures de gardes et de patrouilles en se chargeant d'astreintes. À ses rares heures libres, il était envoyé en garde personnel du Kazekage.

Ce n'était qu'au bout d'une semaine de réorganisation complète du village, que le Kazekage organisa un meeting. La sécurité a littéralement triplé : chaque personne avait été fouillée deux ou trois fois, les habitants qui disposaient d'un casier judiciaire non-vierge assistaient à l'événement non pas dans le public, mais dans une zone réservée et surveillée par des gardes. Plusieurs gardes du corps entouraient le vieux dirigeant lorsqu'il s'apprêtait à prendre la parole.

« Mes chers amis, vous qui êtes ici. Nous appartenons tous au même village. Chacun possède ses propres valeurs et ses propres principes. Malheureusement, certaines personnes ont trouvé judicieuses de s'attaquer à Sunagakure. Pourquoi ? Nous ne le savons pas. Il y a cinq ans, le village caché des nuages a reçu une attaque, également. Cependant, Kumo est la plus grande puissance militaire. Nous ? Notre développement a été modéré. Auraient-ils peur de ce petit développement ? Rongé par la peur d'être surpassé par Suna ?! » Le discours du Kazekage s'accompagnait de gestes durs. Personne n'osait parler, choqué par la réalité.

« Afin d'éviter toutes répercussions, la réorganisation du village a été refaite, comme vous l'avez sûrement remarqué. Toutes entrées sans passeport ou acte de séjours seront désormais interdites. Les fouilles aux murailles et DANS le village seront systématiques ! Les personnes qui oseraient faire acte de rébellion contre la police seront dorénavant punies. Je ne fais pas ça pour limiter vos libertés, mais pour vous protéger. » Le vieillard marque un léger temps d'arrêt puis reprend.

« De nouvelles spécialisations seront créées ! Des groupes en constantes activités. Par exemple, des unités de décryptage, de renseignements, d'assistance médicale, de traqueurs et bien d'autres. Afin de terminer cette intervention, j'officialise une unité d'ÉLITE. Sabaku no ANsatsu te MAchibuse Butai. D'acronyme SANMA. L'unité des assassinats et embuscades du désert.
En conclusion, Suna marche vers un avenir meilleur. Ne succombez pas à la peur, renforcez-vous ! Ne vous pliez pas aux vouloirs d'une autre nation, résistons tous ensemble ! Afin de vous saluer, je vous lâcherai sur ses mots. La tempête de l'ordre impérial soufflera le monde shinobi, pour la royauté.»
Le vieux dirigeant salua une dernière fois la foule, d'un mouvement bref. Il retourna dans son bureau, après cette importante déclaration. Le public, muet pendant quelques minutes, regardait la scène vide. Il s'envenima d'un seul coup, des rumeurs fusaient dans tous les sens. Les policiers qui encadraient l'événement restaient de marbre. Ils n'allaient pas se retourner contre des habitants qui s'apprêtaient à quitter les lieux d'eux-mêmes.

------------

« La tempête de l'ordre impérial soufflera le monde shinobi, pour la royauté.»

Shōmei Arashi. En moins de cinq ans, Kurasa avait grimpé les escaliers trois par trois... Ou plutôt, cinq par cinq. Premièrement, il avait réussi à intégrer l'escouade de protection rapprochée personnelle du Kazekage grâce à ses compétences affûtées au Kenjutsu en plus d'être détenteur d'une affinité de chakra rarissime. Il avait ensuite basculé avec son entrée au conseil de Suna. Le jeune homme n'hésitait pas à exposer son point de vue et différents avis au dirigeant. Il allait même à critiquer certaines de ses décisions et proposer diverses solutions. Il commençait même à avoir une très bonne notoriété aux yeux des habitants. Kurasa était un pion primordial pour les anciens. Il faisait partie de la génération primordiale pour ce village. Cette génération composée de ninjas qui étaient actuellement des membres militaires confirmés, de rang B à A, voir S pour les plus prodigieux. Le conseil de Suna, composé du Kazekage et de ses quatre plus proches éléments, dirigeait le village d'une main de fer en instaurant de nouvelles règles, de nouvelles lois et de nouvelles procédures et tout cela, même si les tensions étaient à leurs paroxysmes. Même au siège du conseil, Kurasa continue de s'élever. En voilà la preuve.

Un deuil national. Tout le monde se regroupa une nouvelle fois. Non pas pour pleurer des morts, mais pour plaindra la mort d'une personne. L'héritier du Shodaime Kazekage avait quitté ce monde. Non pas succombé à cause d'un vulgaire attentat comme certains prédécesseurs mais tué par la vie, elle-même. Un jour, elle a décidé d'en finir avec lui, d'un claquement de doigts. Pourquoi ? Nous ne savons pas. Tant de questions se soulevaient autour de Suna. Cinq ans après l'attaque du village, l'ancien dirigeant s'était engagé sur la pente du développement et non celle du chaos. Avec son conseil, il a su tirer les éléments bénéfiques de cet affront. Ce jour-là, Kurasa ne figurait pas dans le public. En compagnie du conseil, il attendait patiemment dans les coulisses afin d'annoncer la bonne nouvelle. Tandis que les gardes demandaient silence, l'homme de vingt-sept ans entra sur scène. Les applaudissements du public n'attendirent pas. Kurasa, munis du célèbre couvre-chef du Kazekage, avait été élu par le conseil lui-même pour sauver la lignée du Shodaime. Plusieurs raisons ont forcé l'élection de ce shinobi. Premièrement, celui de sa puissance incontestable. Il avait hérité du pouvoir surnaturel du Sandaime Kazekage, considéré comme le plus puissant des dirigeants de Suna. Puis, d'un autre côté, Kurasa disposait de très bonnes solutions de développement pour le village. Enfin, une dernière raison. Il était le plus jeune membre au conseil et ne disposait non pas d'une sagesse égale aux anciens, mais d'une réflexion poussée.
Désormais nommé, l'ombre du vent, c'est l'être qui dirige Suna, épaulé par son conseil et entouré de son armée.

Test RP

« Libre comme l'air, insaisissable comme le vent. Kaze no Ishi.»

Tandis qu'il faisait nuit sombre dehors, une escouade de trois shinobis, dont Kurasa, étaient plantées devant le bureau du Kazekage. Sur le bureau, figurait un parchemin roulé sur lui-même. Un sceau doré était visible, en son centre. Le premier ninja, plutôt avancé par rapport au reste du groupe, agrippa ce parchemin. Après un simple mouvement de tête, le dirigeant annonça « Dispersion !». Aussitôt dit, les trois hommes disparurent d'une technique de déplacement rapide et parcoururent le village en deux-temps trois mouvements. Les ombres s'élancèrent sur les toits et zigzaguèrent dans leur course infernale. Ils sortirent du village par un passage tenu secret dans les murailles. Après de bonnes minutes de courses, Kurasa et son équipe se posèrent sur le sable chaud afin de faire un débriefing. Il prit immédiatement les directives.

« Sakuragi, tu lèveras une bruine de sable grâce à ton fûton, du côté Nord. Jiyû, tu me suivras dans cette petite tempête afin d'éliminer le campement dans un temps record. L'attaque doit être vive et surprise ! Pour ce fait, tu attaqueras par l'Est grâce à un jutsu Katon. D'après nos informations, ils n'ont pas de ninjas senseurs, mais restez sur vos gardes. Sinon, je récupère les fuyards du côté Ouest et Sud.» - Au fil de ses mots, Kurasa resserra deux étuis, accrochés à ses avants-bras, qui renfermèrent deux wakizashis. Un petit cordon nacré pendait, sur chaque arme. Il affirmait son regard sur ses deux coéquipiers afin qu'ils aient parfaitement confiance en ce plan.

« L'assaut commence dans cinq minutes. Allons-y. » - Kurasa relève son index droit en dessinant un cercle dans le vide. À la vue de ce langage codé, Sakuragi et Jiyû disparurent dans un silence mortel. Le chef d'équipe marqua un temps d'arrêt. Puis, il se dirigea vers le campement plutôt banal. Malheureusement, après quelques altercations plutôt féroces contre les gardes des murailles, le Kazekage a décidé d'éliminer les personnes errantes. Malgré la nuit sombre, ce cantonnement était visible. Les restes de braises brillaient intensément. La position du bivouac était évidente. Tout était chronométré, le temps d'arrêt de Kurasa a été calculé. À la vitesse à laquelle il courrait, il n'avait pas besoin de s'arrêter proche du campement. Si Sakuragi et Jiyû respectaient les cinq minutes de délais, le chef d'équipe interceptera littéralement les rebelles.

Bien joué. Kurasa observa au loin une tempête de sable se lever sur le campement. Le premier élément se déclencha. La bourrasque remplie de grains de sable masqua l'installation. Pendant qu'il continuait sa course folle, un torrent enflammé l'interpella. La deuxième phase était réussite, mais une soudaine question s'empara de Kurasa. Pourquoi personne ne tentait de contrer ses techniques ? Mais, pas le temps de réfléchir pour lui. Pendant que le katon ravagea les installations en bois, une dizaine de silhouettes se mouvèrent aux alentours du shinobi seul. Une première fonça directement sur lui, telle une balle, en dirigeant son épaule gauche droit devant. Le Kenjutsu du clan Tadakatsu allait enfin pouvoir être révélé. C'était le sourire aux lèvres que le shinobi seul agrippa les deux manches des Wakizashi ancrés dans les étuis accrochés à ses avant-bras. Il envoya premièrement l'arme blanche détenue dans sa main droite virevolter en l'air, tout en freinant sa course. L'homme menaçant se rapprochait à grande vitesse. Les pupilles de Kurasa décrivirent des mouvements oculaires épanouissants. Une fois à bonne distance, il exerça une acrobatie banale : un salto avant. Seulement, son talon droit percuta à grande vitesse le manche de son Wakizashi précédemment envoyé. L'arme, accélérée d'un seul coup, fusa vers la gorge de l'homme désormais à un mètre de Kurasa. Manque de bol, il esquiva en courbant très légèrement sa course. Le Wakizashi frôla sa gorge et son épaule droite, sans succès. Le renégat était à un seul centimètre du Jônin, son coup déjà prêt. Malheureusement pour lui, il trébucha. Non pas par manque d'agilité ou bien de faux mouvements, mais par un coup fatal. La silhouette du défunt plongea sur Kurasa qui l'esquiva en se mettant de profil. Un long bruit strident perça la nuit sombre. Son Wakizashi éjecté revint à sa paume droite, comme tiré par un fil nylon. Un léger chakra bleuâtre entourait la lame, de la même manière qu'un Hien.

Mais, pas le temps de respirer. Le plat d'un énorme hachoir dégagea le cadavre sur la gauche. Un deuxième type se profila devant l'expert en kenjutsu, voulant en découdre avec lui. L'héritier du kenjutsu du clan Tadakatsu avait très vite repéré les failles de son arme. Un énorme trou figurait au milieu de l'arme. Le premier coup de cette deuxième personne fut très simple, un coup horizontal à environ soixante centimètres du sol. Du tac au tac, Kurasa élança la totalité de son poids sur son épaule gauche, il bondit en étant parfaitement parallèle au sol. Dans un premier temps, il planta fermement son premier sabre dans le sol, en prenant soin de passer à l'intérieur de cet anneau. Pas de chance, le hachoir fut immobilisé. Dans un second temps, grâce à une poigne ferme sur le manche de son arme, il élança sa deuxième arme en direction de l'abdomen de son adversaire avec un mouvement décrit de haut en bas. Une fois qu'elle quitta sa paume, l'arme accéléra d'un seul coup, par un procédé secret. Le petit Wakizashi répéta ce mouvement de haut en bas durant son lancé. La lame de soixante centimètres découpa nettement en deux le second rebelle, comme si elle découpait du beurre. Du sang jaillissait à flot après ce coup mortel contre un amateur du kenjutsu.

Les huit autres silhouettes furent balayées par les compères de Kurasa qui avaient rappliqué après avoir compris sa situation. Le chef d'équipe rangea précipitamment ses armes dans leurs étuis respectifs. Il ne parlait pas, il respirait à grande bouchée après ses mouvements qui paraissaient simples, mais demandaient une énergie musculaire vorace. Au loin, les flammes continuaient de ravager le campement. Le sable froid tacheté de sang renfermait désormais les corps des dix rebelles. La tâche était officiellement accomplie d'après l'ordre de mission stricte. Il était temps de rentrer et confirmer le rapport de mission.  
Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Pourquoi pas Kurasa ?
Âge : /
Comment avez-vous découvert KnS : Topsite
Qu'en pensez-vous : Impatient de tester le système
Suggestions : /

Revenir en haut Aller en bas
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 319
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Tadakatsu Kurasa - 101%   Dim 12 Mar - 13:16



« Bienvenue sur le Forum »


« Le Fond » /12

L'originalité 1,5/3
La cohérence du récit 3/3
La narration 2,5/3
L'avis personnel 3/3

« La Forme » /12

Le vocabulaire 2/3
La syntaxe 2/3
L'orthographe 2,5/3
La conjugaison 3/3

« La longueur » 4/5

« L'avis personnel » 3,5/5

« Le Bilan » 27/34

Alors, je vais commencer, par ce qui fâche. Dans l’ensemble, la fiche est bien, mais il manque quelques petits trucs qui l’auraient rendue bien meilleure. D’abord, tu emploies parfois certaines tournures de phrase qui sont un peu étranges et qui bloquent un peu à la lecture, cassant la fluidité et le rythme que tu mets en place. Quelques petites fautes d'orthographe à la con, rien de bien méchant, mais bon, j’essaie d’être le plus exhaustif possible dans mon commentaire donc je le relève.

Ce qui m’a le plus bloqué, c’est deux choses. Premièrement, la liste pour la description morale, c’est quelque chose que je n’aime absolument pas et que je trouve vraiment facile d’utilisation et sans intérêt rédactionnelle. Je te le cache pas, avec une description morale articulée et rédigé, tu aurais eu plus de points. Ensuite, il manque certains point que j’aurais aimé voir plus en détail dans ton histoire, comment il développe et s’entraîne avec son affinité, comment il s’en sert surtout. L’accent là, est surtout mis sur le Kenjutsu. Bref, des petits détails comme ça, qui aurait fait l’assaisonnement pour changer une bonne pres’, en très bonne pres.

Par contre, tu as faits des bonnes choses sur le contexte, c’est superbement intégré et on voit bien que tu as certaines idées pour le village qui risque de rendre la chose intéressante en Rp. Même s’il est classique, le personnage est très bien construit, on n'est pas dans un cliché de puissance. Le reste, tu écris plutôt bien et j’ai pris du plaisir à lire ta fiche. Donc, félicitation pour diriger les sablonneux !

Bravo, tu es dès à présent validé au rang de Kage de Suna avec 1045 points RPG, les choses sérieuses vont pouvoir commencer.

Pour commencer, nous te conseillons de consulter le catalogue de jutsus. Lorsque tu auras fais ton choix, envoies la liste des techniques que tu souhaites prendre au staff par le biais du sujet de demandes au staff. Si tu le souhaites, tu peux aussi consulter le sujet d'aide à la création des techniques pour avoir tes propres jutsus. Quand tu seras prêt, poste ta Fiche Technique dans la partie réservée à ton groupe : un membre du staff passera pour t'indiquer les corrections éventuelles à faire et la validera. »

 


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tadakatsu Kurasa - 101%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kurasa arrive à Kiri !
» La nuit tous les chats sont gris [Kurasa/libre]
» Ina, la fille de Tadakatsu Honda
» Road to joy ft. Tenbatsu Kurasa
» Deux lunes et un moineau [pv: Kurasa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Validées-