AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Chûnin de Kiri
Aoi Fuwa
avatar
Messages : 28
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 10/03/2017

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Chakra:
400/400  (400/400)
MessageSujet: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Dim 12 Mar - 18:54
Une convocation inhabituelle du Mizukage
PV. Gokushi Hitoya


Je m'étais levé très tôt ce matin-là, pourtant il n'y avait personne à la maison, aucune trace de ma mère ni de mon père... La vue de cette maison vide était particulièrement triste, c'est pourquoi je me dépêchai de manger quelque chose et de m'habiller avant de sortir. J'aimais ressentir la brise fraîche du matin caresser mon visage alors que j'étais encore à moitié endormi, c'était pour cette raison que je veillais à me réveiller de bonne heure. Je marchais dans les rues de Kirigakure en regardant le ciel, me demandant si c'était possible d'atteindre les nuages. Mes pensées rêveuses furent cependant interrompu lorsque je me heurtai à quelqu'un, tombant au sol face à cet être qui devait facilement faire deux têtes de plus que moi. Je me relevai comme si de rien n'était, dépoussiérant mes vêtements avant de m'incliner pour m'excuser. Je recommençai à marcher lorsque l'homme me saisi par le bras, me forçant à me retourner, il me fixait, semblant m'examiner... Je n'aimais pas la façon qu'il avait de me regarder, mais je ne fis aucun commentaire, me contentant de baisser le regard... Il me faisait mal, il avait beaucoup plus de force que moi et je me demandais même s'il n'allait pas me casser le poignet. Il prit enfin la parole sur un ton plutôt froid, que me voulait-il ?

- Fuwa Aoi ?

- Oui, c'est bien moi...

- Le Mizukage vous attend dans son bureau.

- Le Mizukage ? Que me veut-il ?

- On m'a simplement demandé de passer le message.

L'homme me lâcha puis repris sa route sans rien ajouter d'autre, je m'inclinai une seconde fois en guise de remerciement. Puis, je pris la direction de la tour du Mizukage, m'interrogeant sur les raisons de ma convocation... J'étais pourtant sûr que je n'avais rien fait de mal et je ne voyais pas pour quelle raison je pourrai bien lui être utile. D'ailleurs, étais-je déjà allé dans son bureau ? Surement, mais je ne devais pas m'en souvenir, cela devait remonter à très longtemps... J'appréhendais un peu le moment où j'allais me tenir face à l'homme qui dirigeait le village, j'accélérai tout de même le rythme afin de ne pas le faire attendre longtemps et risquer de le mettre en colère. Je me présentai ensuite face aux gardes présents à l'entrée de la tour du Mizukage, puis j'entrai, me dirigeant vers son bureau en marchant... C'était irrespectueux de courir dans les couloirs... Je m'arrêtai devant la porte du fameux bureau de Gokushi Hitoya, toquant avant d'entrer. Je m'approchai de mon supérieur en marchant lentement avant de m'incliner pour le saluer, je pris ensuite la parole tout en m'agenouillant et en gardant la tête vers le sol.

- Je suis Fuwa Aoi. J'espère ne pas vous déranger, Mizukage-sama. J'ai entendu dire que vous me cherchiez, est-ce vrai ?

Je ne bougeais pas, attendant que l'on me donne la permission de me relever et que l'on me donne  la raison pour laquelle je me trouvais là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 319
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Dim 12 Mar - 20:24
    Petit à petit l’oiseau fait son nid. Oui, et l’oiseau sait être patient quand il veut confectionner son nid, ne prenant dans son bec que les meilleurs rameaux, laissant ceux qui lui sont inutiles sur le sol. Faire la différence entre l’utile et l’inutile. C’était un peu l’objectif que j’avais en tête en ce moment. Et pour ce faire, j’avais lancé quelques séries de convocations, pour voir qui j’avais sous mes ordres. C’était aussi un moyen pratique de passer en revue les troupes. Une chose que j’aurais dû faire depuis longtemps. Mais l’occasion ne s’était pas encore présenté. Enfin, le côté négatif de ce genre de petite convocation c’est que ça rajoute encore plus de travail à mes journées bien chargées. Surtout avec ce qui s’approche. Pas de repos pour les braves, il faut croire que cet adage est on ne peut plus vrai. J’avais encore passé la nuit sur le petit lit de camp dans une pièce à côté du bureau du chef du village.

    Oui, ce n’est pas seulement un poste décoratif, même si une grosse partie de mon autorité me passe sous le nez. Pour combien de temps encore ? J’avais néanmoins pris le temps de me débarbouiller, de me recoiffer et de prendre un petit déjeuner léger avant de me remettre au travail. De finir ses maudits ordres de patrouilles et les quadrillages des routes marchandes et surtout, le plus problématique, des routes maritimes. Tant de logistique pas encore engraisser les rats. Si seulement ils pouvaient se rendre compte de ce que font les gens en bas de l’échelle pour leurs beaux yeux... Enfin, perdu dans ma carte, j’entends quelqu’un frapper à la porte de mon bureau. C’est un jeune homme plutôt fin aux cheveux bleus qui est entré et qui a fait quelques pas. Visiblement assez impressionné de se retrouver dans cette pièce. Une chose à laquelle je ne me suis pas encore habitué, c’est vrai qu’il doit émaner pour les autres quelque chose de particulier de cet endroit. Pour moi, c’est juste l’endroit où je travaille.

    « - Oui, installes-toi. »

    D'une voix posée et relativement calme je lui ai désigné une des deux chaises posées devant mon bureau d’un petit signe de la main. Puis j’ai posé mes coudes sur le bureau et croisé mes mains devant ma bouche quelques secondes avec de les baisser et de le reprendre :

    « - Détends-toi, rien de grave. J’ai simplement quelques petites questions à te poser. J’aimerais savoir comment se passe ton service . Les ninjas pratiquant les arts médicaux sont des denrées précieuses, tu n’es pas sans le savoir. Depuis combien de temps es-tu à ce grade et surtout, as-tu de l’ambition dans l’armée ? »

    Voyons ce qu’il avait à répondre à ça. Son nom ne m’était pas inconnu. C’est vrai qu’il est le fils d’un des nombreux riches marchands de Kiri. Voyons si nous pouvons réussir à faire quelque chose de lui et arriver à faire en sorte qu’il soit utile à la cause. Faire le tri entre ceux qu’il faudrait envoyer à l’extérieur, ceux qui ne représenteront pas de danger et ceux qui pourront éventuellement sévir À... autre chose. J’aurais presque de remords de préparer ce que j’ai en tête mais c’est un mal pour un bien avec un bouc émissaire tout désigner et si tout se passe bien, il n’y aura pas trop de perte et de sang. Mais on ne peut pas faire de gâteau sans casser des œufs, c’est une nécessité... Une triste obligation. Je reprends donc après une ou deux secondes de silence.

    « - N’ai pas peur de parler franchement, je peux tout entendre. Surtout si tu veux dire du mal d’un supérieur, seulement si c’est justifié bien sûr, personne ne se trouve au-dessus de moi ! »

    Pour détendre l’atmosphère, j’ai éclaté d’un rire, cours mais puissant. Pour briser la glace et le pousser à parler, à me raconter ce qu’il pouvait et à moi de suivre le flux pour saisir ce dont j’avais besoin.


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chûnin de Kiri
Aoi Fuwa
avatar
Messages : 28
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 10/03/2017

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Chakra:
400/400  (400/400)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Lun 13 Mar - 18:53
Une convocation inhabituelle du Mizukage
PV. Gokushi Hitoya


Je ne restais pas à terre bien longtemps, me relevant dès l'instant où mon supérieur me proposa de m'installer. Je m'installai donc sur l'une des chaises situées face à lui, l'observant attentivement jusqu'au moment où je me dit que ce devait être agaçant d'être fixé comme ça, je détournai donc le regard. Le Mizukage avait beaucoup de prestance, je le trouvais plutôt impressionnant et à vrai dire, il m'effrayait un peu... Pourtant, il ne semblait pas méchant, j'avais juste l'impression d'être un insecte à côté de lui... Je le regardais de nouveau, me demandant quel style de combat il utilisait... J'étais assez curieux, j'avais envie de savoir de quoi il était capable, mais j'étais en même temps effrayé de découvrir la différence de puissance qu'il y avait entre nous deux... J'avais beau me spécialiser dans des techniques de soutien, je ne comptais pas m'en servir pour essayer de justifier ma faiblesse.

Je sortis de mes pensées lorsque l'homme qui m'avait convoqué pris la parole, je l'écoutais donc avec attention. Il voulait apparemment que je réponde à quelques questions, je fus donc rassuré de constater que je n'avais rien fait de mal bien que mon visage restait neutre. La tension commençais à descendre et je commençais à penser que le Mizukage n'était pas si effrayant que ça, j'avais l'impression qu'il essayait de me mettre à l'aise, de détendre l'atmosphère, me proposant même de me plaindre de mes supérieurs. Je souriais quelques instants en entenant mon supérieur rire, il me semblait même que j'étais à deux doigts d'en faire de même. Quoiqu'il en soit, je pris la parole parlant d'une voix plutôt faible mais calme, le stress s'était vite envolé face à cet homme.

- Ce doit faire maintenant deux ans que je suis Chunin... Je marquai une petite pause afin de réfléchir à ce que j'allais bien pouvoir ajouter pour répondre avec précision à mon supérieur. Je souhaiterai en effet devenir plus fort et accéder à un rang plus élevé afin de pouvoir me montrer utile à Kirigakure, mais aussi dans le but de pouvoir sauver le plus de vies possible.

J'espérais avoir répondu aux questions ainsi qu'aux attentes de Gokushi Hitoya, me demandant par la même occasion s'il avait autre chose à me dire... Et puis, je n'arrivais pas à comprendre ce qu'il pouvait attendre de moi... En quoi un Chunin pouvait-il lui être utile ? Il y avait un nombre incalculable de personnes plus puissantes et plus talentueuses que moi, alors pourquoi m'avait-il fait venir ?
Je ne bougeais pas, attendant les prochaines paroles du Mizukage tout en l'observant avec attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 319
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Mar 14 Mar - 20:09
    J’avais observé son visage pendant que je parlais et au fur et à mesure elle semblait se détendre et être de moins en moins tendue. Bien c’était une bonne chose, on n’obtient pas grand-chose d’une conversation à sens unique ou de quelqu’un qui a trop peur qui n’ose même pas répondre aux plus simples des questions. Même s’il était particulièrement difficile de lire sur le visage du jeune homme. En effet, il avait choisi d’observer une expression neutre, ne laissant passer que très peu de chose. Voir rien du tout en réalité. C’est sa voix qui me donna plus d’indice que son visage. Même s’il était malgré tout impressionné, sa voix ne la trahissait pas et je put en déduire qu’il arrivait à garder un certain calme. Mais que malgré tout, il allait parler avec une certaine forme d’honnêteté. Même s’il fallait surtout lire entre les lignes. Bien, voilà deux ans qu’il occupait le grade médian de l’armée.

    Une carrière normal, et nombreux sont ceux à occuper ce même grade. Mais ce qui m’apprit plus de chose que cette petite révélation, que j’avais en réalité dans son dossier militaire, c’est le petit silence qui s’ensuivit. Il pesait ses mots. Cherchait quoi dire. Un ambitieux qui veut le cacher ? Un oligarque qui veut continuer de voir les grades être offerts par le patrimoine et non le mérite ? N’être que décoration à épingler sur la poitrine des riches . J’étais sous terre à me battre contre les miens au même grade que lui. Quoi j’étais un peu plus vieux que ça. Enfin, il reprit la parole et j’écoutais donc la suite de ce qu’il avait à dire avec attention. Rien de bien étonnant là. Une ambition assumée. Celle de la force et la montée en grade légitime. Toujours silencieux, j’ai hoché la tête à ce moment-là. Un ninja médecin est une ressource à utiliser avec soin, mais les règles mises en place il y a bien des années par Tsunade sont toujours en vigueur pour les ninjas médecin.

    Patriotisme... et devoir médicaux. Des bonnes valeurs pour le village et pour le médecin qu’il est mais... Quel village veut-il vraiment servir . Celui de maintenant ? Celui dont rêvent les oligarques ou celui que je veux construire moi . Une autre piste a creusé. Et le but principal de cet entretien en réalité. Je laisse donc le silence planer dans la pièce quelques secondes, avant de me plaquer contre le dossier de large fauteuil, reposant mes mains sur les accoudoirs du meuble. J’ai ensuite ouvert un dossier sur mon bureau et j’en ai parcouru quelques feuilles. Le dossier militaire d’Aoi, avec les rapports de mission, quelques statistiques et quelques informations utiles, sans le cacher et il pouvait parfaitement le voir. Puis, le regardant, un petit sourire sur les lèvres, je lui ai alors demandé :

    « - Et qu’est-ce que tu penses du village dans l’état dans lequel il est maintenant ? N’hésite pas à parler franchement. Je sais que tu viens de la partie riche de la ville, j’aimerais donc ton avis sur l’institution pour laquelle tu es visiblement prêt à donner ta vie. »

    Il est toujours bon de savoir ce qui se trouve dans le cœur des hommes. En particulier ceux qu’on ne connaît pas bien. Il m’aurait été facile de répondre à cette question pour la quasi-totalité de la population des bidonvilles, mais c’était plus compliqué pour les gens venant de la haute ville. Même si je ne vivais plus dans la misère depuis très longtemps. j’ai connu son goût amer pendant des années et je sais ce qu’elle peut faire aux gens. Ce qu’elle m’a poussé à faire et ce que je continue du faire. Et surtout, ce qu’il faut faire pour essayer d’alléger son poids et de faire en sorte que d’autres n’aient pas à manger la merde des autres pour survivre. Ce village a besoin d’un changement et je serais celui qui lui apportera... Mais pour l’instant...

    Je laisse planer le silence en attendant la réponse du jeune. Un sourire amical sur les lèvres pour l’inviter à parler franchement, suivit d’un petit signe de la main, toujours aussi amical. Il est important de préserver le sang !


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chûnin de Kiri
Aoi Fuwa
avatar
Messages : 28
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 10/03/2017

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Chakra:
400/400  (400/400)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Mer 15 Mar - 15:13
Une convocation inhabituelle du Mizukage
PV. Gokushi Hitoya


Le mizukage avait semblé attentif à mes paroles, je me demandais donc ce qu'il avait en tête, je ne m'étais absolument pas attendu à être convoquer pour ça... Et à vrai dire, la question suivante me surpris... Ma surprise était certainement visible sur mon visage, je m'étais déjà interroger sur ce sujet, mais je n'avais jamais trouvé de réponse... Je n'aimais pas voir ce village qui m'a vu naître divisé en deux par les bidonvilles et les quartiers riches, cependant je n'avais aucune idée de ce qui était faisable pour arranger les choses... Je trouvais cela vraiment dérangeant d'être haït ou du moins repoussé par des personnes qui m'étaient totalement inconnues et à qui je n'avais strictement rien fait de mal. Je ne m'étais jamais intéressé à la politique et je n'avais pas beaucoup de culture, alors je devais ignorer pas mal d'autres problèmes présents dans ce village.

Je passais ma main droite dans mes cheveux avant de me mettre à jouer avec l'une de mes mèches, réfléchissant à la réponse que j'allais bien pouvoir offrir à mon supérieur. Certaines personnes pouvaient très bien voir d'un mauvais oeil l'envie que j'avais de modifier certains caractéristiques de Kirigakure si l'on pouvait dire ça de cette manière. Cependant, Gokushi Hitoya m'avait incité à parler franchement et je n'avais pas vraiment envie de lui mentir... Je voulais simplement faire un sorte de protéger cette terre sur laquelle j'ai vu le jour, mais j'avais aussi envie d'être fier d'appartenir à ce village. Je me décidais donc à prendre la parole même si ma voix apparaissait hésitante.

- Je pense que le village de Kiri n'est pas parfait... Non... Qu'il y a des choses à changer, mais je ne sais pas comment il faut s'y prendre... Il faudrait essayer de briser le mur entre les riches et les pauvres...

Ma voix avait faibli au fur et à mesure de mes propos, rendant ma dernière phrase presque inaudible... Je ne savais pas vraiment comment exprimer ce que je pouvais bien ressentir... C'était difficile à comprendre, non, en fait, je ne me comprenais pas vraiment... C'était une sensation étrange...

- Une sensation de malaise...


Oups... J'avais dit ce que je pensais à voix haute... Ce n'était pas un secret, mais je ne savais pas ce que j'entendais par là, alors j'aurais préféré le garder pour moi... J'espérais que le Mizukage ne le prendrait pas mal et qu'il ne me questionnerait pas là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 319
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Dim 19 Mar - 16:21
    Je gardais pour moi tout commentaire sur sa réaction. Visiblement, et comme je le pensais, il ne s’était pas attendu à ce genre de question. Dans un village comme le nôtre, tout le monde a dû au moins un jour penser à ça. À comment il pourrait être meilleur. Le problème de cette réflexion, c’est qu’elle dépend énormément de l’angle dans lequel on se place. Pour une riche, il faudrait trouver d’autres moyens de s’enrichir au mieux ou au pire, garder les privilèges que l’argent lui a offerts. Pour un pauvre, c’est l’inverse, sortir de sa merde et de sa misère. De pouvoir réussir à manger à sa faim tous les jours sans avoir à souiller son âme. De ne pas trembler à chaque fois qu’on croise une patrouille de la garde du village ou de la police militaire pour ne pas finir en prison. J’en passe et des meilleurs. Peut-être que je ne suis pas objectif... mais ce sont des choses que j’ai vécues moi. Des choses dont j’ai souffert alors, même avec tout l’argent que j’ai maintenant et le statut particulier qui est le mien, je veux voir les choses changer.

    Et visiblement, le jeune homme que j’avais en face de moi faisait preuve de la même objectivité. D’après son dossier, il était né dans la « bonne »moitié de la ville. Celle qui n’a pas de problème et qui est loin de s’inquiéter pour sa survie. Mais visiblement, la question des divisions sociales de notre village lui tenait à cœur, visiblement. Plus il parle et plus sa voix se fait faible, comme s’il voulait garder ses mots pour lui et qu’il avait honte de les prononcer. Et puis, il a dit quelque chose qui n’avait pas grand-chose à voir avec la conversation, que je n’ai pas vraiment compris pourquoi il sortait ça maintenant. Toujours est-il que je n’ai pas pu retenir un petit rire.

    « - C’est une façon de voir les choses oui, gommer les inégalités ! Mais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Pour parler en l’air, tu as des idées pour changer ça . Pour effacer ou au moins réduire ces inégalités . Tu viens des hauts quartiers de la ville, tu dois savoir à quel point les gens sont têtus et accrochés à ce qu’ils ont... »

    Têtus oui... obtus, inamovible surtout ! Mais qu’est-ce qu’on ferait à leur place ? Si nous étions de ceux qui ont tout, en proie à l’avidité de ceux qui n’ont rien ? Tout cela n’est que bas instinct et réaction humaine. De garder ce qu’on a construit, le monde qui nous arrange et puis, tant pis si une femme qu’on ne connaît pas, qu’on ne verra jamais et qui disparaîtra bientôt de la surface de notre monde, doit vendre son bébé pour pouvoir survivre. Ce n’est qu’une histoire banale parmi tant d'autres, parfois bien plus tragique, qu’on peut rencontrer dans les quartiers pauvres de Kiri. Les plus anciens ont encore les dernières émeutes en tête... La dernière guerre civile je devrais plutôt dire. La dernière extermination... Mais quelque chose comme ça ne reproduira plus. Du moins, peut-être pas dans le même sens.

    « - Tu as dû la vivre je pense, cette haine, entre riche et pauvre, entre pauvre et riche. Peut-être fait tu partis des rares privilégiés à comprendre ce que ça fait que être de L'autre côté de la barrière. Il n'y a que les héros des vieilles légendes qui se battent pour faire triompher l’amour sur la haine. La réalité ne le permet pas. Enfin, je divague ! »

    Je lui lance un grand sourire alors. Mais est-ce que je divague vraiment ? Non... Il n’y a que dans les légendes que l’amour triomphe. La vie, et la réalité, sont bien plus sombres et difficiles que les grandes histoires. Il est impossible d’effacer la faim, les privations et surtout, le pire, tout ce qu’on a dû faire pour survivre. J’ai mon lot d’horreur et de cadavre dans mon placard. Après tout, j’ai tué un de mes frères dans les épurations qui ont suivi les émeutes des bidonvilles. C’est ce genre de chose qu’on ne peut effacer. Qu’on ne peut pas vraiment pardonner. Peut-être sur des générations, mais nous, nous n’oublierons pas... Nous n’oublierons pas qu’on nous a laissés mourir dans notre propre sang, dans la boue, la merde, la cendre et la pourriture.


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chûnin de Kiri
Aoi Fuwa
avatar
Messages : 28
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 10/03/2017

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Chakra:
400/400  (400/400)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Mer 22 Mar - 18:10
Une convocation inhabituelle du Mizukage
PV. Gokushi Hitoya


Têtus et accrochés à ce qu'ils ont... Oui, je comprenais ça... Je n'avais pas envie de perdre ce que j'avais, mais je n'avais pas non plus envie qu'on continue à me lancer des regards noirs à cause de l'endroit d'où je venait... C'était difficile à expliquer... Mais j'avais l'impression de pouvoir parler de tout et n'importe quoi avec le Mizukage. Etant d'accord avec ce qu'il expliquait, j'hochai la tête tout en le regardant dans les yeux. Je m'abreuvait de toutes les connaissances qu'il m'apportait dans ce dialogue, il y avait des choses qui ne s'apprenaient pas à l'Académie et d'autres que seules les personnes expérimentés pouvaient nous apprendre.
Faire triompher l'amour sur la haine... Oui, dit de cette façon, c'était totalement impossible... Un rêve... Une utopie... Les héros... Dommage que cela n'existe pas... La vie serait tellement plus simple s'il y avait des héros ... Mais, même sans héros, il y avait des méthodes qui permettaient de vivre en paix et il existaient des personnes qui cherchaient à améliorer le monde.

Le chef de Kirigakure n'était pas aussi effrayant que je le croyais. J'avais toujours imaginé le Mizukage comme un monstre, une personne extrêmement effrayante et froide.... Cependant, l'homme qui se tenait devant moi était souriant et plutôt chaleureux, il était attentif et semblait chercher à me comprendre. J'avais envie d'en savoir plus sur lui, je voulais apprendre à le connaître, savoir ce qu'il a vécu, connaître son avis sur la situation... Pour une fois, je pris l'initiative de parler afin de questionner mon supérieur.

- Quel est votre rêve ? Avez-vous des projets pour le village ?

Je souhaitais que mon interlocuteur accepte de répondre à mes questions, mais étant donner la position qu'il tenait, je n'attendais pas vraiment de réponse. J'avais envie de le suivre et de l'aider, mais pour cela, il fallait que j'en sache plus sur lui... Enfin, même si j'apprenais à le connaitre, rien ne me garantissait qu'il accepterait de me faire confiance ou que je lui apporte mon aide. Finalement, me disant que mon supérieur était peut-être trop gentil et qu'il pouvait répondre à mes questions sans en avoir forcément envie, je me sentis obligé de reprendre la parole.

- Ne vous sentez pas obligé de me répondre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 319
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Sam 1 Avr - 0:54
    Oh, voilà qu’il me demande, moi, ce que je veux faire du village. Qu’est-ce que je peux répondre à ça ? La vérité ? Dire que je rêve de voir le monde dans lequel nous vivons se renverser, évoluer, pour quelque chose d’autres . Dire que je suis prêt pour ça, à vivre une nouvelle fois les heures les plus sombres de notre histoire. Il sera impossible de redresser le village sans passer par la violence et le sang. Mais il faut l’encadrer et c’est là tout le défi. De trouver quelque chose... une idée ! Un moyen ! Quelque chose, qui permet aux gens d’obtenir la justice qu’il mérite, sans que ça ne se transforme en exécution sommaire, en épuration économique, en un génocide. Mais oui, j’ai un rêve pour le village, un rêve que je dois garder pour moi. Car en parler aux autres, c’est le mettre en péril. La moindre petite information qui filtre et qui arrive aux oreilles du conseil peut rendre la chose plus difficile. Mais l’État après tout, n’est rien d’autre qu’une organisation mafieuse, à plus grande échelle seulement, mon domaine de prédilection.

    « - Des rêves et des projets, j’en ai des centaines pour ce village. Pour les gens aussi. Mais ils seront durs à réaliser et pour beaucoup, ils ne resteront que des rêves, rien que des rêves. La question est, est-ce que j’ai le courage de réaliser ses rêves ? »

    Je laisse alors quelques petites secondes de silence. Le problème, c’est que pour réaliser ses rêves, il faudra passer par quelque chose de violent, sans aucun doute. Les gens n’accepteront pas de changer comme ça, ni d’abandonner leur passe-droit. Mais il faut surtout éviter d’assister à une deuxième édition de la guerre civile d’il y a quelques années. Nombreux sont les vétérans encore marqués par ce qui s’est passé et qui ont subi des expériences qui n’ont laissé personne indemne. Quelques-uns sont même devenu fous. D'autres brisés et n’ont jamais pu se relever. Oh, je ne leur ferais pas l’affront de faire croire aux gens que je fais ça pour eux. Non. Je fais au moins autant ça pour les autres que pour moi-même. Je suis lui adresse un petit sourire. Après tout, il mérite une réponse plus détaillée que les propos sibyllins que je lui ai servis.

    « - Mais enfin, j’ai un chantier large devant moi. Et on ne dirait pas comme ça, mais j’ai passé la quasi-totalité de ma vie dans la base vile. Je connais donc ce que ça fait de vivre là-dedans et j’aimerai arranger les choses pour les gens. »

    Pour les gens et pour moi.


    Mais tout ça se passera dans un certain temps, des semaines, des mois . Pas plus longtemps ! Le conseil bride le pouvoir du Mizukage. C’était bien qu’il se décide par contre, à me poser ce genre de question. J’avais par contre, une autre idée derrière la tête. Oui, il faisait partie de la partie des privilégiés de la ville, mais ne semblait pas faire vraiment partie de la race des parasites qui se gorge de notre sang et de notre sueur. Voyons voir...

    « - Mais toi, tu n’as pas eu la chance de vivre dans la boue de la pauvreté. Qu’est-ce que tu serais prêt à sacrifier pour voir le rêve que je fais s’accomplir ? Ou celui des autres ? C’est ça, le problème quand on rêve en grand, il ne faut pas simplement savoir exiger de soi même, mais aussi exiger des autres. Car pour changer le village, il faudra, et c’est inéluctable, que tout le monde fasse des sacrifices et renonce à quelque chose. À toi de voir, ce que tu es prêt à mettre sur la balance. »

    En fonction de sa réponse, je saurais maintenant s’il pourrait ou non être utile dans mon plan. Moi, ce que j’étais prêt à mettre dans la place, c’était absolument tout. Le plus gros coup de ma vie, mon plus gros bluffe et, soit mon ultime réussite soit l’échec qui me faudra une exécution sommaire, l’oublie et le confort de la mort.


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chûnin de Kiri
Aoi Fuwa
avatar
Messages : 28
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 10/03/2017

Feuille de personnage
Santé:
400/400  (400/400)
Chakra:
400/400  (400/400)
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   Sam 8 Avr - 9:39
Une convocation inhabituelle du Mizukage
PV. Gokushi Hitoya


Des rêves... Beaucoup de rêves... Du courage pour les réaliser... Ce devait être difficile... Comment faisait-il pour savoir si cela serait facile ou difficile ? Est-ce que tous les Kage étaient aussi prévoyant que Gokushi Hitoya ? Quoiqu'il en soit j'étais impressionné, il semblait vraiment sûr de lui... De plus, s'être élevé à ce rang alors qu'il était né dans un quartier défavorisé prouvait encore une fois qu'il était intelligent et puissant. Souhaiter améliorer les conditions de vie de personnes qui lui étaient inconnues, le Mizukage était vraiment gentil...

Sacrifier quelque chose... Je ne savais pas vraiment si j'en étais capable, mais j'avais envie de l'aider, je voulais voir jusqu'où ses idées pourraient mener le village... Mon instinct me disait que je pouvais avoir confiance en lui et que je ne le regretterai pas. La seule chose qui me dérangeait était le fait de ne pas avoir plus de précisions sur ce qu'il comptait faire et la méthode qu'il allait utiliser. Peut-être qu'il voulait renverser le conseil afin d'avoir plus de pouvoir et mettre en place de nouvelles réformes. Malheureusement, la politique n'était pas mon point fort, de ce fait même s'il m'expliquait tout, il y aurait de fortes chances pour qu'il y ait des notions que je ne saisisse pas. C'était la raison pour laquelle je décidai de ne pas poser plus de questions.
Je pris la parole pour répondre à sa question sur ce que je serai prêt à sacrifier, ma voix se voulait toujours faible bien que, cette fois-ci, j'étais sûr de moi, de ma réponse.

- Il n'y a pas grand chose auquel je tiens dans ma vie actuelle... Seulement ma mère... Si vous avez besoin d'aide, je me ferai un plaisir de vous aider.

Je ne savais pas vraiment ce qu'avait en tête le Mizukage, ni même si j'avais les capacités requises pour lui être utile, mais j'étais prêt à le soutenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une convocation inhabituelle du Mizukage [PV Hitoya] || RP Flashback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Convocation d'Aya] Salle B101
» Convocation pour la première mission ?
» Convocation chez son directeur de maison à 18h
» Convocation militaire
» [Flash-Back] Convocation royale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Tour du Mizukage-