AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jônin de Kumo
Naoshi Sato
avatar
Messages : 114
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Lun 3 Avr - 18:34
Le jeune borgne venait tout juste de sortir de plusieurs missions d'affilés, histoire de remplir un peu le frigo et de se préparer au pire. Bien entendu qu'il s'était fié à quelques propos entendus dans la rue commerçante, avec une possible réunion entre des personnes importantes de Kumo et quelqu'un d'important étranger au village, mais l'Azur préférait ne pas y prêter attention sur le moment, se concentrant uniquement sur ce qu'il devait faire en priorité : retrouver quelques camarades Jônins.
Alors certes, le village de Kumo faisait partie des villages principaux abritant une force militaire conséquentes et tout ce qui s'ensuivait, mais il fallait prêter aussi attention à l'avenir, la nouvelle génération.

Sur une photo de classe, il avait retrouvé les noms de ses camarades entre deux traces de doigts mêléss à la poussière. Ça faisait pas si longtemps que Sato avait quitté les bancs de l'Académie, passant outre la mission remplie précédemment avec les trois affreux incapables de se concerter en groupe. Ils en avaient bavé, et réussir à leur inculquer le travail de groupe en à peine une journée tenait du miracle tant Naoshi trouvait cela répugnant. Un ninja devait être paré à toute éventualité, quitte à repartir seul quand ils étaient nombreux au départ. Bien sûr, le facteur "sauver des vies" entrait en compte la plupart du temps, mais en temps de guerre le simple fait de revenir représentait une pincée de victoire.

Celui qu'il cherchait était ancien promu, une des exceptions que Kumo avait faite. Malheureusement pour le Naoshi, il n'avait aucune idée de ce à quoi il ressemblait. Les recherches débutaient très mal donc, il ne restait plus qu'à chercher dans le premier lieu de rencontre du village. Le bar. Non, ne riez pas, c'est vraiment l'unique endroit où l'on est forcé de rencontrer chaque habitant de Kumo au moins une fois par jour. Pas que le village soit rempli de chope à bière sur pattes, mais pour décompresser d'une journée de boulot, rien de mieux qu'une bonne boisson alcoolisée.
Arrivant à l'endroit désiré, le jônin se fraya un chemin jusqu'à une table libre et s'affala sur une chaise. Levant le bras pour commander, il jeta un regard de son unique oeil sur les alentours. Bien qu'il était assez tôt encore, l'endroit semblait assez bondé et les éclats de rires fusaient de toutes part. Une fois sa commande arrivée, Sato se mit à la recherche d'informations. Donnant un coup de coude à sa gauche, il accosta à son voisin de table.

Psst ! Je cherche un mec, mais j'ai aucune foutue idée de comment qu'il s'appelle. Tu peux pas m'aider à le trouver ? Tout ce que je sais, c'est qu'il a les cheveux blancs.... Et que c'est pas un vieux... Enfin je crois !

D'après ses quelques souvenirs de son collègue, il les avait blanc. Mais cela remontait à quelques années déjà. Et étant plus âgé que le borgne, la calvitie devait avoir débuté son boulot. Mmmmh.... Ca allait pas être une partie de plaisir cette recherche. D'autant plus qu'il ignorait ce qui allait se passer par la suite. Advienne que pourra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Jeu 6 Avr - 17:10
L’homme le regarda, ouvrit la bouche, puis la referma aussitôt, tout en haussant les épaules. Il n’avait pas grand-chose à faire de cette sombre histoire de mec vieux mais pas vieux, et n’aspirait à rien d’autre qu’à finir sa bière tranquillement, et à retourner à sa morne et monotone vie. Mais apparemment le petit gars à sa droite ne semblait pas l’avoir compris.

« J’vois pas non. » Marmonna-t-il lorsque le deuxième coup de coude vint perturber son mutisme volontaire, tout en soupirant. D’un seul coup d’œil il avait estimé le niveau de son interlocuteur et l’avait supposé d’un plus haut rang que lui, du moins en ce qui concernait sa position dans les forces de Kumo. De ce fait, il évita de lui chercher des noises. Alors qu’il relevait sa choppe pour s’envoyer un peu d’alcool dans le gosier, la porte s’ouvrit violemment. « A moins qu’ce soit lui ? » Ajouta-t-il à celui qui, jusqu’à quelques secondes auparavant le fixait sans appréhension.

La personne qui venait de rentrer avait bien une tignasse ébouriffée blanche, ce qui pouvait se comprendre puisqu’il venait de franchir le seuil de la porte en marchant sur les mains. D’un bond, et sous le regard aviné et médusé de l’assistance, il se remit sur les pieds, comme si de rien n’était, puis, il replaça son haut de kimono, aussi blanc que ses cheveux. « Ah, ça fait du bien. » lança-t-il avant de d’effectuer quelques étirements des bras puis de s’approcher du bar. « Vous pouvez me mettre un … hmm… voyons … un panaché ? » demanda-t-il, alors que le barman, le fixait d’un air hagard. « Vous voulez … Attendez, pourquoi vous êtes rentré en marchant sur les mains ? » Commença l’homme derrière le comptoir avant de recentrer la conversation.

« Je voulais voir si j’y arrivais, je crois. » Tant d’expliquer le Jônin, tout en réajustant son bandeau, fixé au niveau de la ceinture avant de conclure avec un sourire « Un panaché, on avait dit ? » Shirasagi Anji n’avait pas toujours été comme ça, mais suite à la disparition de sa femme – qui était probablement encore en vie, seul le MJ peut le savoir ! – il avait changé d’attitude du tout au tout. Cette dernière n’arrêtait pas de lui demander d’être moins lugubre. Il avait donc saisi ces paroles au premier degré.

Tout sourire, il s’était assis tranquillement à une table, virant le poivrot qui s’y était endormi d’un coup de pied dans le dos. « Allez, ouste l’alcolo, laisse la place à un vrai héros de Kumo. Enfin. A un mec de Kumo tout court, Ahah. » Lança-t-il à destination du pauvre hère qui venait de goûter au plancher en bois de l’établissement. Puis il posa les pieds sur une autre chaise, pour le coup non occupée, avant de le remettre au sol immédiatement. Il n’était quand même pas si mal éduqué ! Lorsque le garçon lui apporta son panaché, le Shirasagi put enfin de détendre, alors qu’il s’accordait une première gorgée. Se balançant sur sa chaise, il jeta un coup d’œil à l’assemblée. Plein de trou-du-culs de première, évidemment, et quelques bonhommes aussi louches que possible. Et cet énergumène hirsute, accoudé au bar comme si sa vie en dépendait, qui était assis à côté d’un petit gars totalement étrange, aux cheveux bleus et au bandeau de pirate. Ce dernier semblait d’ailleurs le regarder d’un drôle d’air. C’était soit à cause du bandeau, soit à cause de l’œil unique. Le Héron ne pouvant pas se décanter pour l’une des deux options, il décida de lui demander d’arrêter de le regarder aussi franchement. Un peu de tenue, que diable.

« Hé toi, le mec avec un seul œil, ça te dérangeait de pas me fixer s’il te plaît ? C’est … heu … un peu bizarre. Pour vous, les borgnes, c’est comme les mecs qui louchent ? Vous pouvez regarder ailleurs que là où regarde votre œil ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jônin de Kumo
Naoshi Sato
avatar
Messages : 114
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Ven 7 Avr - 0:10
La personne à qui Sato avait posé la question avait répondu par la négative, avant de montrer l'entrée du bar. Un individu venait de passer la porte en marchant d'une façon peu commode, à savoir sur les mains. Oui oui, vous avez bien lu. Sans doute un échappé du Cirque Zinder, qui avait commencé sa tournée mondiale, avec ses cracheurs de feu utilisant le Katon et dont tout les non-initiés avaient les yeux qui brillaient pendant leurs spectacles. L'énergumène acheva son petit numéro et retourna sur ses jambes, laissant à ses mains un peu de repos. Non, l'Azur n'allait pas se dire par conclusion qu'il n'y avait qu'une personne au monde qui entrait de la sorte dans les bâtiments, qu'il s'agissait de celui qu'il recherchait et qu'il allait se diriger vers lui pour lui serrer la main et commencer à raconter les vieilles anecdotes de l'Académie. Rien de tout cela car avant de faire le moindre pas, il fallait être sûr.

Attrapant son verre, le Naoshi commença à siroter sa boisson commandée plus tôt en observant les faits et gestes du dernier arrivé. La chevelure blanche, il l'avait. Mais rien n'indiquait que c'était l'homme recherché. Après tout, il y en avait pas mal des gens dont la tignasse était d'une blancheur livide. Dans Kumo du moins. L'homme passa commande et répondit au barman qu'il désirait voir s'il était capable de le faire, rien de plus. Quel genre d'individu se donnait des défis farfelus comme ça ? A part quelques célèbres noms de ninjas venant de Konoha, Sato n'en voyait aucun. Et si le mec qui avait prit un panaché était un de leurs descendants ? Ca se trouve sous sa touffe de cheveux se trouvait un bon gros mono sourcil, le principal signe distinctif de ses adeptes du sourire Kolgate qui révélait sans cesse des dents blanches. Mieux valait aller voir, pour en être sûr.
Il finissait son verre en se décidant s'il y allait ou pas, Sato fut interpellé par le gugusse à la boisson très peu alcoolisée, lui sommant de cesser de le dévisager avec son œil valide. Il y avait longtemps tiens ! Pour la remarque, il aurait même pu le remercier. Un bon point pour le gars avec la moitié de kimono !

Je te fixe parce que t'étais rigolo avec ton entrée. Tu t'entraines tout les jours à marcher de cette façon ? Ca a l'air cool ! lança t-il en affichant son éternel sourire.

Tout en échangeant ces quelques mots, le Jônin s'était rapproché de son interlocuteur et prit place à sa table.

Ca doit pas être facile à Kumo de s'entrainer avec les montagnes et tout... Mais niveau cardio ca gère un max ! - le regarde une fraction de seconde avant de reprendre la parole - Ah au fait, je cherche un mec et je pense que c'est toi mais je suis pas sur.... euh.... Aaah c'est chiant... Bon allons au cœur du sujet. Est ce que ma tête te dit quelque chose ?

Dire cela d'un coup pouvait n'amener qu'à un refus catégorique, mais Sato était persuadé de le connaitre, au moins de vue. M'enfin, il était prêt à toute éventualité, hormis la violence même si le lieu était parfait pour la baston. Manquait plus qu'à savoir le nom du boute en train.

Tu reprendras à boire ? Parce que moi oui. Il fait une de ces chaleurs aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Lun 10 Avr - 18:23
Le Héron plissa les yeux quelque secondes, dubitatif. Cet homme sortait de nulle part et apparemment cherchait à lui parler. C’était étonnant, en général les personnes du village avaient tendance à ignorer leurs semblables, d’autant plus quand ils provenaient d’un clan tombé en disgrâce. Mais il était probable que cet homme ne reconnaisse pas en lui l’héritier des Shirasagi, ce qui tombait bien, parce qu’au final, il en avait ras la casquette de devoir se positionner en tant que tel à chaque fois qu’il échangeait un mot avec le moindre pégu du coin.

« Absolument… pas. Je voulais juste voir si j’en étais capable, c’est tout. D’ailleurs maintenant que tu en parles, je pense que c’était plutôt bizarre. Heureusement que j’ai été malin et que j’ai collé un peu de chakra sur mes mains. De la sorte j’ai pu éviter de les salir. Ca aurait fait désordre sinon. » Lança-t-il avant de lever l’index de la main gauche, en intimant un silence de quelques secondes. Il leva alors de son autre main le verre de panaché et le descendit d’un trait. « Ah, il faisait soif ! Un autre, s’il vous plaît ! »

L’autre gars en avait profité pour s’assoir à sa table, comme si de rien n’était. Anji fronça le sourcil, se demandant si l’autre mec avait une idée derrière la tête, avant de laisser tomber. Il préférait concentrer toute son attention sur le verre qui était en ce moment en pleine préparation de l’autre côté du bar. Sauf, qu’évidemment, le nouveau venu lui cachait le serveur. Décalant sa tête vers la droite, puis vers la gauche, Anji essaya de trouver un angle pour l’apercevoir, avant de lâcher l’affaire, une fois de plus, en marmonnant. En plus de s’inviter à sa table, l’autre glandu l’empêchait de suivre l’art du barman ? Quel toupet.

Heureusement qu’il n’avait pas attendu son invitation pour se servir, ni pour l’inviter à quoi que ce soit. Quel malotru ! En plus il jouait la diva en lui demandant si sa tête ne lui disait rien. Encore une fois, Anji plissa les yeux et le fixa, quelques longues secondes de malaise. Non, sa tête ne lui disait strictement rien, mais d’un autre côté, il avait une mémoire sélective dirons nous. Le cache-œil de pirate et les cheveux colorés auraient pu être des arguments supplémentaires pour reconnaître le borgne, mais peut-être s’agissait-il là d’une coutume qui lui avait échappé (et qui méritait sans aucun doute une petite intervention de la police de mode, si elle existait). De plus, peut-être s’agissait-il là d’un faux borgne. Après tout, en général les borgnes avaient, dans son imagination fertile, les cheveux longs et devaient porter des longues vestes en cuir, et cela ne semblait pas être le cas de son interlocuteur.

« Franchement non. Ta trogne ne me dit rien. Aaaah enfin ! » Commença-t-il avant de s’arrêter, voyant qu’il était en train de se faire servir. Encore une fois, il souleva son index, avant de réitérer l’opération : il s’envoya d’un seul coup le deuxième panaché, sans sourciller. « Mais pourquoi tu cherches un pécore avec les cheveux blancs au fait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jônin de Kumo
Naoshi Sato
avatar
Messages : 114
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Mar 11 Avr - 1:04
Wow. C'est qu'il devait avoir un sacré niveau le gugusse pour parvenir à maitriser son chakra de la sorte. Il devait soit être chunin soit jonin, mais pas possible qu'il soit un simple genin avec de telles maitrises en arts ninjas. C'était tout à fait possible qu'il ait le même grade que Sato, après tout il faisait bien partie d'une des classes qui avaient subie une petite vague de promotion par manque de personnel. Sa gestion de manier deux affinités élémentaires avait certes aidé, le reste avait suivi son cours pour qu'à la fin il parvienne à atteindre le rang qu'il avait aujourd'hui.
Cela étant, l'Azur en profita pour reprendre à boire. Et c'est en attendant la réponse de son interlocuteur que le Naoshi se rendit compte qu'il fixait son cache oeil. Est ce qu'il allait falloir qu'encore une fois Sato sorte le même discours sur son orbite vide ?

Tu sais, c'est malpoli de dévisager les gens comme ça. M'enfin, si ma tête te dit rien, c'est que je me trompe sûrement de personne... - repose son verre après quelques gorgées pour entamer sa réponse à la question posée juste après - Disons que je cherche d'anciens camarades de ma promotion. A Kumo, on perd un peu trop souvent le contact avec les autres vu que ca bouge pas mal ces derniers temps....

Vrai que depuis sa promotion, il n'avait eu aucune nouvelle de ses compagnons. Non pas que ses contacts avec eux étaient parfaits au point de se voir tout les jours, parlant plutôt de relations assez houleuses. Le serveur faisait de nombreux allers retours, preuve que le bâtiment commençait à se remplir. Cela devenait un peu trop bruyant et Sato se demandait s'il n'allait pas avoir une chance de voir celui qu'il recherchait. Toujours restait il l'éternel problème de savoir si oui ou non il était à Kumo et toujours en vie surtout.

Tu continues au Panaché ou bien tu veux passer à la vitesse supérieure ?

Bon certes la discussion ne volait pas très haut et atteignait un peu les tréfonds du plus basiquement ennuyeux. Mais ça ne pouvait pas aller plus bas, et comme Sato n'avait pas grand chose à faire de la journée, autant essayer de travailler son relationnel. Cela pouvait toujours servir, il n'y avait que du positif à vouloir communiquer. Encore fusse t-il que son interlocuteur le veuille bien, au lieu de chercher du regard le serveur pour remplir une nouvelle fois son verre. Il parlait pas des masses, mais qu'est ce qu'il consommait ! Heureusement que c'était une boisson peu alcoolisée, il ne risquait pas de finir dans une situation gênante ivre mort. L'Azur hocha tout seul la tête, approuvant de lui même que son collègue avait une bonne descente.
La réponse tardant, l'Harlock bleu interpella un des serveurs et lui demanda une autre tournée. La journée allait être bien longue, et Sato semblait s'épanouir pleinement avec son nouveau compagnon.

Outre ton entrée remarquée et ta passion pour la boisson, tu as d'autres occupations... euh... Comment tu t'appelles au fait ?

A verre rempli, nouveau sujet établi. Il fallait se renseigner un minimum pour faire en sorte que la discussion soit plus... plaisante ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Mer 12 Avr - 12:30
« Meh. » se contenta-t-il de répondre lorsque l’autre mec bizarre lui proposa de passer « à l’étape supérieure ». Ah, il y en avait eu des gars qui lui avaient déjà maintenu ce discours, des buveurs d’alcools forts, des amateurs de vin, des petits gars qui buvaient des bières improbables et tièdes en canette. Des joueurs de flute traversière, si vous demandiez au Shirasagi. Il n’en avait rien à faire de l’alcool, du flacon et de l’ivresse – ou quelque chose comme ça. S’il buvait du panaché, ce n’était pas pour son faible taux d’alcool, il n’avait aucune envie de s’enivrer, il avait essayé et n’aimait pas ça. Ce n’était pas non plus pour paraître un mec dans le temps, cool, avec qui on aimait traîner. Non. Il buvait du panaché car il en appréciait le goût et que ça le désaltérait. Rien de plus et rien de moins. D’où le "Meh" prononcé par le Jônin de Kumo.

« Quand à ton machin là, les "anciens camarades de promotion" je saurais pas te dire, j’en ai pas eu. Je suis passé directement Chûnin en intégrant les forces armées. Une sombre histoire de clan qui vivait en autarcie, rien de bien intéressant en somme. » Ajouta-t-il en haussant les épaules, avant de jeter un coup d’œil à l’assemblée. Il ne reconnaissait personne, ce qui ne l’étonna guère. Il ne connaissait pas grand monde à Kumo, tout au plus les personnes avec qui il était parti en mission – lorsqu’ils ne portaient pas de masque d’Anbu, il en va sans dire – et les quelques pélos de son clan qui avaient encore l’audace de traiter avec lui. Il leva la main, encore une fois, et tenta de faire un geste à l’attention du barman qui, après l’avoir vu, hocha la tête pour lui signaler qu’il avait compris.

« Mon nom hein ? Tu es bien curieux, Kurasaki Sasuke. » Répondit Anji à Sato, en plissant les yeux d’un air qui se voulait mystérieux mais qui avait plus du myope qu’autre chose. Voyant le manque de réactions de son interlocuteur, il se rendit compte que son bluff n’avait pas fonctionné. Il reprit son air habituel – qui a dit ahuri ? – et haussa les épaules en lançant un court rire. « Bon d’accord ce n’est pas ton nom, mais ça aurait pu, et là t’aurais fait une drôle de tronche. Fallait que j’essaie. » Continua-t-il alors qu’il se faisait servir un autre verre. A combien était-il d’ailleurs ? Il en avait perdu le compte. Ce n’était pas bien grave, c’était limite de la flotte de toutes façons.

« Je suis Shirasagi Anji, du clan Shirasagi, comme tu t’en doutes. » Marmonna-t-il sans décoller le regard de sa chope. Si Sato avait vécu un tant soit peu à Kumo, il avait du entendre parler de ce clan, qui avait tenté de s’isoler du village, mais qui, par un concours de circonstances, était revenu sur le devant de la scène récemment. On racontait que l’héritier du clan était un frêle pantin manipulé par les mains savantes du Raikage, principalement. Anji, sous ses airs ingénus avait bien compris le petit jeu de leur dirigeant, mais n’avait pas eu d’autre loisir que de se plier aux demandes de ce dernier, contrariant par la même occasion le conseil du clan. Sa position était de toute façon plutôt précaire, donc quitte à devoir choisir un camp, il préférait encore celui du plus fort…

« Et toi, petit moineau bleu, qui es-tu, et que fais-tu à Kumo ? Je veux dire, à part des trucs de ninja, évidemment. » lui demanda-t-il
Revenir en haut Aller en bas
Jônin de Kumo
Naoshi Sato
avatar
Messages : 114
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Mer 12 Avr - 14:36
Bon, il semblerait que le compagnon de table du jônin à l'unique œil ne désirait pas poursuivre l'avancée progressive du débit de boisson. Tant mieux d'un côté, car Sato n'aimait pas particulièrement l'alcool à forte dose. Il n'avait suggéré cela juste pour se donner une image plus "banale" afin de rentrer dans les normes standards de tout habitants lambda. Trainer dans les bars, se la donner autour d'une bière entre potes, tout ça lui était bien égal et très peu intéressant. Il devait avant tout se tenir prêt puisqu’à tout moment un ordre de mission pouvait être lancé, et mélanger le plaisir et le personnel faisait jamais bon ménage ensemble, notamment lorsque le "plaisir" était quelque chose que le borgne rangeait plutôt vers une corvée. Le Kumojin poussa un soupir de soulagement, laissant cette image forcée de côté.

Son interlocuteur dévoila un peu plus en détail son parcours, et à la grande surprise de Sato, fut assez étonnant. Le garçon avait beau avoir vécu au pays des nuages, il ne connaissait rien aux procédures d'admission à part le passage en Académie. Après tout, son accession au grade de Jônin s'était passé de manière assez normale. En réponse à ce qu'il venait d'entendre, Sato ne put qu'afficher son éternel sourire.

Ah d'accord, navré de t'avoir confondu avec un autre. En tout cas, j'suis étonné d'apprendre que tu sois passé par les forces armées. Tu dois être pas mal fortiche !

Kurasaki Sasuke. Voilà le sobriquet par lequel Sato venait de se faire désigner, qui ne manqua pas le faire rire après avoir essayé de réfléchir à pourquoi un tel nom ? Il avait donc une tête à s'appeler ainsi ? Soit.

Ca pourrait être un nom d'emprunt pour une future mission, bien trouvé ! J'vais le noter quelque part ! -sort un calepin et le marque avant de le ranger- Navré mais moi toutes ces histoires de clans , j'y ai jamais rien compris...

Il était vrai que depuis tout petit, l'Azur ne faisait pas attention à toute l'histoire de Kumo. Tout ce qu'il savait, c'est que c'était censé être une sorte de patrimoine historique et que chaque pays en avait. Sato pouvait faire partie d'un clan quelconque, il s'en fichait un peu. De toute manière, il avait toujours vécu seul depuis sa plus tendre enfance.

Ah exact ! Je suis Naoshi Sato. Clan ou pas, j'en ai aucune idée puisque j'ai pas connu mes parents assez longtemps. Et ce que je fais à Kumo, baaaaah..... J'y vis comme un Poison. - sourit de plus belle pendant quelques secondes avant de reprendre - A part des trucs de ninja, pas grand chose. J'essaye de fouiller un peu dans mon passé...

Le garçon zieuta les alentours avant de faire apparaitre une boule de chakra qu'il transforma en eau. Sans attendre une quelconque réaction, il la renversa dans son verre vide qu'il s'empressa de placer sur la table voisine, avant de se retourner l'air de rien.

J'ai été moqué par tous pendant mon parcours parce que je ne dispose pas du Raiton comme tout le monde à Kumo. C'était assez chiant au début, mais à force ça a des bons côtés. Le fait d'être à part, de ne pas rentrer dans les normes, tout ça. Comme si j'appartenais à un clan renié ou disparu... On va dire que je fais partie du clan Naoshi tiens ! haha !

Le membre de l'autoproclamé clan Naoshi s'esclaffa avant de tendre la main au représentant du clan Shirasagi, revêtant son plus beau sourire de fierté.

Enchanté, Jean-Michel ! Je suis Sasuke Kurasaki !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Mer 19 Avr - 16:14
Le sourcil du Shirasagi se déforma pour marquer son incrédulité. Il n’était pas au courant des clans ? C’était peut-être une sorte de demeuré qu’il avait là devant lui. Un de ces mecs qui montaient en grade parce qu’on voulait se débarrasser de lui dans une équipe. L’armée de Kumo ce n’était plus vraiment ce que ça avait été par le passé…

« Vraiment ? Alors tu dois être bizarre, même un idiot comme moi comprend comment fonctionnent les clans. Il y a un chef de clan, qui est donc… heu … le chef quoi. Et tous les autres membres du clan ont le même nom. Et ils font ce qu’il dit. Ou alors ils font semblant de faire ce qu’il dit, et font autre chose, comme le contraire, mais sans qu’il ne le sache. C’est pas compliqué, voyons. » Expliqua-t-il alors qu’il s’étirait comme un chat. Il avait manqué de peu d’avoir une crampe sous le pied, il le sentait maintenant. Cela lui arrivait parfois, sans qu’il ne s’y attende, lorsqu’il conservait trop longtemps la même position. Son corps avait tendance à le trahir quand il s’y attendait le moins.

« Du coup si t’es le seul, heu, Sato, c’est ça ? Tu es surement le dernier descendant de ton clan. Ou alors tu as des cousins éloignés qui habitent dans un autre coin et tu ne les connais pas. Peu importe. Il te faut un emblème pour que le clan ressemble à quelque chose, c’est primordial. Evite les animaux, c’est souvent déjà pris. Il faut un animal totem parfois aussi. Ce n’est pas obligatoire, mais faut avouer que ça en jette un peu plus.» Continua-t-il alors qu’il commandait encore un petit verre de panaché. De tant parler il avait perdu presque la sensation d’avoir une langue. Elle semblait s’être desséchée comme un biscuit de riz laissé trop longtemps au soleil. Il laissa le vacarme de la taverne les interrompre, le temps que le serveur qui maintenant semblait avoir l’œil et lui ramenait sans sourciller verre sur verre – il semblait même les avoir préparés à l’avance, le saligaud – s’attèle de sa tache. Une ou deux gorgées plus tard, il reprit. « Par exemple, mon clan a un Héron comme animal fétiche. Bon, effectivement, c’est un peu nul comme bête et c’en jette pas du tout. Mais faut que je fasse avec. Genre si je vois un Héron blanc, il faut que je lui file un truc à manger, sinon je passerai pour un clampin. »

Et il n’aimait pas passer pour un clampin, même si en l’occurrence c’était l’effet recherché. Un Jônin d’un village tel que celui de la Foudre attirait l’attention, sauf s’il paraissait assez bête pour être ignoré. Un camouflage idéal, en somme, même pour un ninja.

« Et souvent il y a des traditions qui ne sont pas partagées par le reste des clans. Bon, ça souvent, c’est un peu caché, et il ne faut pas en parler. Comme des techniques secrètes que tu n’enseignes qu’aux gens de ton clan. T’as pigé ? »

Quand à cette problématique élémentaire … Il n’avait pas vraiment d’avis, pour être honnête, mais il n’aimait pas la trogne désabusée qu’avait eu le gamin quand il avait abordé ce point. « Et pour le Raiton c’est vrai que la plupart des gens le possèdent ici. Moi-même je peux l’utiliser. L’important est de savoir ce que tu as à la place, et si cela est suffisant pour faire de toi quelqu’un d’unique. » Lorsque ce dernier tendit la main, il lui plaça son verre dans la droite, avant de lui demander avec un clin d’œil, de lui ramener un autre verre.

Il avait encore soif.
Revenir en haut Aller en bas
Jônin de Kumo
Naoshi Sato
avatar
Messages : 114
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   Mer 19 Avr - 19:06
La remarque d'Anji avait fait mouche, et le fait que Sato ne sache rien sur les clans montrait parfaitement son manque d'implication avec l'univers autour de lui. Aussi savait il quelques trucs sur les clans, mais il n'en avait jamais vu à Kumo. Ou pas fait attention du moins.

Bah... Disons que je n'ai pas eu le temps de me pencher sur la question des clans, et que je suis un peu idiot aussi pour m'y soucier. Mais tant que cela ne me touche pas personnellement, je vois pas l'utilité de savoir quelque chose qui ne me servira pas dans l'immédiat.

Aussi les spectres des brimades obtenues lors de son initiation ressurgirent devant lui, l'idiot du village qu'on l'appelait. Ses connaissances générales étaient très limitées également, l'excuse d'absence parentale ne faisaient ni chaud ni froid à ses camarades puisqu'ils étaient trop jeunes à l'époque. Ses professeurs avaient tentés de l'aider au début mais Sato, y voyant là de la pitié, ne faisait que les rejeter. Un des nombreux problèmes dans sa vie d'homme, côté ninja tout allait pour le mieux. Il avait même réfléchi à rejoindre les forces spéciales mais ce souvenir sera évoqué en temps voulu.

Ca n'a pas l'air compliqué ouais... Enfin bref ! A boire ! dit-il en posant violemment son verre sur la table. C'était le moment de passer à autre chose, nulle envie pour le Naoshi d'évoquer ses problèmes d'enfance, et Anji avait surement d'autres choses à faire qu'écouter un borgne geignard.

Le sujet du clan fut abordé, et Sato fut assez content du résultat. Ainsi donc il pouvait être le dernier descendant d'un clan, ou possédait-il encore de la famille à Kumo ou en dehors... Fallait aller voir ça plus tard, encore une autre mission pour le jônin et son passé ! Ayant évoqué plus tôt l'idée de fonder le clan Naoshi, l'Azur devait maintenant choisir un emblème. Selon son comparse adepte du panaché, il fallait éviter les animaux car beaucoup étaient déjà prit. Peu importe se dit Sato, il fallait déjà réfléchir à ce qu'aurait de particulier son clan. Sans doute prendrait il un animal totem, vu que ça en jetait plus qu'un simple animal. Tant de choses à réfléchir juste pour fonder un clan... L'Azur ne pouvait que se féliciter de ne pas s'être penché sur la question plus tôt !

Je verrais plus tard pour l'animal totem et tout, merci pour tes explications en tout cas ! lâcha t-il en vidant son deuxième verre d'eau gazeuse. Donc pour les techniques secrètes, il faut que ce soit des techniques uniques en somme... hum... Est ce que le fait que je dispose du Suiton fasse de moi un être unique ?

La question était posée un peu maladroitement, mais il avait besoin de savoir cela pour se concentrer pleinement sur cette histoire de groupe. La réponse ne tarda pas et le garçon se demanda même si son compatriote ne lisait pas dans ses pensées. Cela étant, le Naoshi s'était levé pour faire les présentations et au lieu de conclure par une poignée de main, se vit refiler un verre. Esquissant un sourire, il se dirigea vers le comptoir pour prendre commande. Le clin d’œil d'Anji l'avait quelque peu perturbé. Sans doute était il de ce bord ou bien se moquait il de lui, va savoir.

Voilà un panaché pour monsieur ! annonça le jônin d'un grand sourire, ponctuant le tout en clignant de l’œil. On peut dire que j'ai fermé les yeux, t'as vu ? Haha !

Sato se rendit compte qu'il ne tenait que du vide dans sa main. Zut, il avait oublié le panaché sur le comptoir.

Arf... Bouge pas je reviens !

Mais quel nul celui là ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le loubard et l'abruti [Ft. Anji]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» T'es vraiment un abruti tu le sais ça ? [With my dear brother]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage
» Se ronger les ongles pour un abruti [PV Drago]
» C'est un dial abruti !
» Nemo Brown - Quand le sage montre la lune, l'abruti regarde le doigt. -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Centre ville-