AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Bananier - Bienheureux ceux qui ne confient leur vie à personne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jônin Supérieur de Konoha
Yamanaka Bashō
avatar
Messages : 20
XP Mensuel : 4
Date d'inscription : 16/03/2017
MessageSujet: Le Bananier - Bienheureux ceux qui ne confient leur vie à personne.   Ven 2 Juin - 2:25

Yamanaka Bashō Feat Spike Spiegel | Cowboy Bebop

gif
Infos générales
avatar

Nom : 山中 - Yamanaka 'Au milieu des montagne'.
Prénom(s) : 芭蕉 - Bashō 'Le Bananier'.
Surnom : Washi (L'aigle) | Lespedaza | Le CowBoy  
Âge : Vingt-sept ans.
Sexe : Masculin.

Village : KonohaGakure no Sato.
Rang : Jônin Supérieur | Oï-nin, chasseur de primes.
Clan : Yamanaka.
Affinités : ~
Spécialités : Kekkai Genkai | Taijutsu | Kuchiyose.

Caractère

L'art est dans l'œil de celui qui regarde, les êtres humains se définissent par leurs goûts. Une problématique qui se conclue souvent par la relativité. Le débat n'est plus quand on pose le regard sur le voyageur qu'est Yamanka Bashō. Cet homme transpire la classe, tout droit sorti des musées mythologique, son corps d'apollon en dit énormément sur la personnalité du voyageur céleste.

L'allure décontracté, certains aiment prouver leurs vocabulaire en le qualifiant de nonchalant. S'impliquant rarement, son air peu préoccupé par les choses agace souvent son interlocuteur. Il dégage une sérénité rare, propre à lui, le permettant de gagner la confiance de son prochain avec aisance. Sûrement dû à son manque de sérieux, Bashō adopte un point de vue dérisoire sur tout et n'importe quoi, utilisant de sarcasme comme le peintre se servant de son pinceau. Un habitué du second degré, sa toile ne peut être parfaite si on n'y rajoute pas une pointe d'ironie. Loin d'être inconscient, c'est là tout le leadership qu'aspire le beau brun, rassurer les autres en relativisant sur la gravité des événements.

Homme complexe, Bashō partage rarement ses émotions Sa nature taciturne l’empêche de se dévoiler. Pourtant, son égo nous ferait mentir ; têtu, brutal, courageux et morfale, le beau brun a du mal à rester calme quand les choses ne vont pas dans son sens, dans quel cas il a souvent recourt à la vulgarité. Trait qui souvent monte à la surface quand il s’agit de compétition, son obsession à devoir montrer qu’il est le meilleur ont fait de lui un accroc aux jeux. Jeu de cartes, poker, billard, shôji et bien d’autres. Argent ou pas, il s’agit là, d’un moyen de décompression. Torturé, notre homme a du mal à se définir. Passant des nuits d’insomnie à se questionner sur le monde et sa personne. Sommes-nous dans le monde réel ? Une solitude qu'il transforme en une certaine arrogance pour se donner un petit peu de confiance. Une timidité devenue féroce l’or de ses divers affrontements, et ça lui réussit plutôt bien. Mais au fond c'est l'homme le plus doux et gentil qu'une femme peut croiser.

Aimer tue. Son plus grand point faible n'est autre que la nicotine. Constamment la cigarette à la bouche, la relation avec cette blonde n'est égale à toutes les autres ; un désir charnel, une passion chaleureuse et intense. Une histoire d'amourette, de petit flirt qu'on crapote. La clope lui fait chavirer le cœur, gonfler ses poumons, attendrir ses abats. Cette petite fleur qu'il fane, agit directement sur son humeur. Mort est celui qui essaiera de lui soutirer l'amour de sa vie, jamais il ne quitta et quittera cette femme. Selon lui, ils sont faits l'un pour l'autre, la fusion est si puissante que personne ne réussira à séparer Jun de sa tendre. Les récits racontent même que s'il venait à être éloigné de son épouse, sa puissance atteindrait un niveau inconcevable à l'échelle humaine, entraînant alors… la destruction du village ou pire ! Du monde entier…
Cela ne reste que des rumeurs !

Sa décontraction innée en fait une personne agréable à vivre. Bashō est doté d'une facilité qui lui est propre, une facilité à faire les choses, une facilité de vivre. Il vit comme il l'entend, fume où il veut, boit quand il en a envie. Se préoccupant peu des choses et des événements, notre homme à femme sait s'adapter selon les personnes, la manipulation des mots étant l'un de ses points forts. Le jugement n'est pas dans ses habitudes, il aime discuter et parler du beau temps en sirotant son whisky. Peu importe qui vous soyez, criminel ou militant pour la loi, il saura vous mettre dans des conditions rassurantes et à l'aise pour partager vos malheurs ou vos joies. Certaines crient déjà à l'homme parfait.



Histoire


La curiosité de ce monde dévoile sans cesse des découvertes plus incroyables les unes que les autres. Depuis plusieurs années, l'homme cherche à comprendre l'infiniment petit et l'infiniment grand. Pour pouvoir survivre, pour pouvoir évoluer. L'intelligence a permis le développement des technologies et son pouvoir immense semble s'accroître tous les jours. Seulement, à titre individuel elle n'augmenterait pas. Les chercheurs continuent de la disséquer, différentes études sont recensées dans les plus grandes bibliothèques du pays. Pourtant, encore aujourd'hui, on ne sait pas ce qu'est vraiment l'intelligence.



Session 1. ♫♪


Le parfum des fleurs chatouillait les narines du jeune garçon, le pollen si dense le fit éternué qu'il en sortait un petit liquide de ses narines. Assis sur un banc de ce jardin d'Eden, à l'ombre de l'une ces palissades fleuries, un enfant profite du beau temps pour aérer son esprit.

Au-delà de leurs compétences à contrôler l’esprit, le clan Yamanaka possédait un réseau large de magasins de fleurs qui s’est développé avec le temps. Les parents de notre héros étaient d’importants investisseurs et partageaient avec différents proches de la famille, l’un des plus grands jardins jamais existé. Une flore immense : Roses, tulipes, fleurs de cerisiers, orchidées, tournesols, jonquilles et un tas d’autres végétaux vivaient dans ce jardin, aux allures de paradis.

Livre à la main, les neurones en marche, guidé par un père qui veille sur la culture de son fils. Doté d’une intelligence hors norme et d’une soif de connaissance astronomique, c’est très jeune déjà qu’on lui remarquera un rare don de l’intuition de l’espace. Un prodige ! Un nouveau génie, quelque peu prétentieux de temps à autres. Une enfance facile dans une des plus nobles familles du village caché de la feuille. Riches et puissants, ses parents le gâtaient d’un amour unique puisqu’il était leur seul enfant. Énormément de cadeaux et de câlins, ils n’oublièrent pas d’en faire néanmoins un garçon responsable et respectueux.

Entre les bouquins qu'il dévorait à longueur de journée et les enseignements des techniques ancestrales du clan des esprits, l'héritier devait également gérer le magasin et son économie. Cette expérience fit ressortir de nombreux traits, il y apprit l'autonomie et comprenait la vraie valeur de l'argent. Devenue au fil des années, une obsession pour lui. Plus notre capital est élevé, plus de puissance nous avons ! Gérer les finances était devenu un véritable jeu.

La tradition du clan voulait que les nouveaux hommes de la famille, dont la santé ne freinait guère, participent à la formation Shinobi. Une fois le diplôme obtenu, libre à eux d'arrêter ou pas, mais il fallait passer par là. Idée qui écœurait le petit génie. Non fan de la guerre, son esprit rebelle contestait le rituel familial. Les larmes de crocodiles, les cris stridents, l'égoïsme enfantine ne menaient à rien sous l'autorité parentale. Quelques jours boudeurs suivirent, mais c'est une fois que le jeune prodige ne savait plus quelle excuse inventée que Yamanaka Bashō entra à l'Académie avec déjà, quelques bagages en main.



Session 2. ♫♪
« Tu peux bien posséder toutes les grandeurs de l'âme ou de l'esprit : tu es un esclave noble, ou un valet intelligent, mais tu n'es pas libre. »
- Fernando Pessoa : Le livre de l'intranquillité - 1982.


La guerre, les armes. Le sang, les larmes. La culture shinobi n’a rien d’idyllique comme elle peut le prétendre, la nature humaine détruit cette terre. L’Homme, égoïste, s’attache à des idées qu’il se fait des autres et quand ce qu’on aime s’en va, c’est une partie de nous qui meurt. La violence nourrit les âmes et amène la bataille. L’adolescent, grand penseur qu’il était, ne trouvait pas les arguments positifs à ce genre de pratique. La guerre.

Les premiers jours difficiles sombraient notre jeune dans la solitude. Ce que les uns appelaient un problème de sociabilité, Bashō y ressentait une liberté. Celle de pouvoir s’isoler. Arriver à se détacher des instincts grégaires, de la gloire, de l’amour, de toutes choses qui ne sont pas alimentées par la solitude. La peur de vivre seul, fais de toi un esclave. Suivant cette idéologie, c’est ce qu’il apprit en premier à l’école des ninjas : se trouver une voie. Et la sienne, était celle de vivre en homme libre.

Sa génération ne se rendait pas à quel point elle changera le monde. Le village de Konoha vivait une période de crise militaire depuis plusieurs années et le moindre renfort s’accueillait les bras ouverts. Cette nouvelle volée ressemblait à un miracle, il en sortait l'actuel Hokage : Aburame Asano. Ou encore d’autres prodige tel que Yu-Seong, aujourd’hui disparu. Personnage à qui Bashō en veut personnellement.
Les histoires qui se lisaient à l’époque, ou encore les comptes narrés par sa mère, racontait la puissance d’un lien entre trois clans du village. Ils combattaient ensemble et utilisaient de leurs pouvoirs pour faire face à des assauts ennemis, un style très délicat nécessitant une précision hors norme. La tradition se transmettait au fil des âges, mais quand Yu-Seong décida de s’allier à d’autre élèves pour son cursus, alors se fut la fin de la formation : Ino – Shika – Cho.

Fidèle à sa mentalité complexe. Le Yamanaka détaché des ambitions extérieures, trouvait cependant refuge dans l'art ninja qu'il détestait tant. Il passa ses examens sans difficulté et sans jamais trop en faire non plus. Une équipe lui fut accordée quand, devant les yeux pétillants de son père, le jeune homme décida de poursuivre sa formation.

Grandissant avec ses camarades, son esprit s’ouvrait plus il en apprenait. Son remède face à la culture ninja se trouvait, dans la culture ninja. Au-delà des malheurs et du chaos que peuvent produire les shinobi, leur force puise dans l’un des plus beaux puits de l’univers, le chakra. Fidèle aux caractéristiques du clan, son état d'éveil se cachait dans la partie spirituelle de l'art des esprits. Ces jours et nuits passés à méditer, firent de lui un Yamanaka aux grands espoirs !

Tête pensante et principal atout d’une jeune équipe, c’est avec un maître taijutsu que les jeunes découvrirent le périple des missions. Loin d’être une équipe au talent énorme, les quatre menaient à bien la plupart des quêtes confiées. Cette période fut un élément crucial à l’évolution du Yamanaka, de manière coopérative. Cependant, c’est individuellement que notre héros grandissait le plus vite; humainement comme son potentiel ninja.

Le repos trouvé dans la méditation lui menait à des réflexions bien philosophiques, très jeune il réfléchissait déjà comme un adulte. Cette avance intellectuelle lui provoquait certains troubles de l'esprit. Perturbé pas ce qui est réel ou non, l'apprentissage des arcanes Yamanaka est un défi mental élevé. La paix ? Les lois ? Qu'est-ce qui était bien ou mal ? Vivons-nous nos derniers instants ? Ou alors, est-ce que ce corps n'est qu'une barrière de ce que nous sommes vraiment ? Encore aujourd'hui, ces questionnements hantent les pensées de Bashō, persuadé que nous ne savons encore rien, de l'immense pouvoir que cache notre cerveau.



Session 3. ♫♪



Les printemps passaient pendant que de nouvelles fleurs flânaient. La beauté de ces pétales illuminait les clients, les affaires continuaient de rouler et le processus de création d’une plante humaine se déroulait correctement. Les hauts-faits qu’accomplissait le jeune homme accompagnait l’ouverture d'une germe et à l’image d’un bouquet qu’on garnit, les qualités du Yamanaka était de plus en plus sollicité. Un Lespedaza venait de s'ouvrir.

Des capacités analytiques dépassant la norme, sa facilité à faire les choses servait les bienfaits des Konohajin. À lui tout seul, il porta son équipe jusqu'en finale de l'examen chûnin où il fut le seul de ses camarades à réussir les dernières épreuves. Sa place au sein du village prenait forme, la confiance que lui accordait ses supérieurs créait en lui une sorte de prétention attachante. Malgré la grosse tête qu'il venait de prendre, il n'en oublia pas moins de respecter ceux qui contribuèrent à son ascension.

Quelques années passaient et l’alliance shinobi semblait prospérer l’ère de paix dans laquelle ils vivaient. Jusqu’au jour où, l’événement dramatique arriva. Le monde, fidèle à ces habitudes, relança une attaque qui ressemblait fortement aux écrits d’il y a deux-cents ans. Cette fois-ci, le destin choisi une nouvelle cible. Au détriment des Konohajin, le village caché des nuages du faire face à la même bête qu’avait pu croiser les hommes du feu, plusieurs années auparavant.
Un tournoi mondial se déroulait au même moment. Recensant les meilleurs guerriers du monde entier pour prouver qui était le meilleur, le bananier ne pouvait pas s’absenter de ce tournoi. Question de principe. Malheureusement, il perdu assez vite et assista au spectacle depuis les gradins. Perdu dans ses pensées, il ne vit même pas arriver la créature. Ainsi donc, il se retrouva à aider les Kumojin, en vain, puisque son corps, fatigué du tournoi, le lâcha une nouvelle fois dans un ultime combat. Les terres de la foudre semblaient ne pas être avec lui.

Réputé pour ses médecins, le jeune homme fut vite renvoyé en ces terres pour pouvoir être soigné. À son réveil, les choses étaient devenues différentes. Noyé dans ses réflexions, pour la première fois, son cerveau coulait dans les abysses de l'incompréhension. Pour la première fois de sa vie, le beau brun se sentait inférieur. Des parents inquiets quant à la santé mentale de leurs fils, il fallait le laisser faire. Ses mûres idées portaient toujours à de bonnes conclusions, et une nouvelle fois la décision qu'il prendra sera la plus optimale.

Son plus grand rêve était celui de pouvoir voyager le plus loin possible, changer de vie comme on change de linge. Homme amoureux de découverte, détonnait ici, l’occasion rêvée pour faire une pause et aller mouiller le maillot ailleurs. Plusieurs amis ne partageaient pas son avis, mais de la même façon qu’il n’eut le choix de rentrer à l’académie, ses parents n’avaient pas d’autres options que de le laisser partir.

Un long voyage se présentait à lui, pendant plusieurs années le garçon explora les mythes et traditions du monde entier. Sa capacité d'adaptation aux coutumes locales impressionnait, une nouvelle fois sa facilité de vivre était exploité, mais cette fois-ci, elle toucha les gens d'autres contrées !

Entre les cuites et son addiction à la nicotine, le Yamanaka enchaînait les casinos et les gains d’argents. Nul n’est insensible à la puissance de l’argent et c’est là, que s’arrête la liberté des hommes. Rattrapé par ses idéologies les lendemains de soirées, il n’en oublia pas moins de développer et d’apprendre sur son art ninja.



Session 4. ♫♪
« Chasse à l'homme ! »


Ces cinq dernières années furent accompagnées par un curieux personnage. Guidé par ses nombreuses méditations, notre héros rencontra l’animal le plus spectaculaire qu’il n’ait jamais vu. Cette bête aux allures de rapace espionnait notre héros depuis bien des années maintenant, quand vint le jour où il décida de le rencontrer. D’abord surpris, le Bananier s’habitua à la compagnie d’un oiseau qui parle.

Le volatile messagers apportait avec lui une quête. Sa venue coïncidait avec la formation familiale bien connue du village de Konoha. Bashō était l’homme choisi pour donner un renouveau au trio célèbre, pour cela il allait devoir maîtriser ces pouvoirs et rechercher les plus grands experts dans leurs domaines.
Durant leurs aventures, les deux camarades subirent un entraînement intensif. Les animaux ne ravissaient pas le beau brun, mais il s’attacha d’une amitié sincère avec le rapace et fini par signer un pacte avec lui, l’invocation animale.

[…]

Ô combien est important l’argent, le moindre objet de valeur devient une mine d’or. Et le village caché du sable, en perdu la quasi-totalité en un soir ! Une nouvelle menace guettait, depuis l’assaut sur Kumo, ces terres ne sont plus en sûreté comme elles ont pu l’être par le passé. L’heure grave accompagnait les pas de Bashō vers sa ville natale.

Accueillit chaleureusement, il retrouvait tous ceux qui lui étaient proches à l'époque. Qu'il était bon de retrouver ces racines, se sentir à la maison et déguster un thé entre les plaines fleuries du clan des esprits. Le père retraité ne pouvait plus supporter le moindre poids, au risque que son dos le lâche. La mère, elle, n'a pas changée d'une ride. Toujours aussi belle et rayonnante, la plus magnifique des femmes.

L’aigle de Konoha servait à nouveau les principes du village, dévouant son corps à la protection de celui-ci. Traqueur expérimenté, sa passion pour l'argent firent de lui, le plus grand chasseur de primes des terres du feu. Il inquiète ces ennemis et rassure ses proches. Coincé dans les conventions de la liberté et endoctriné dans la philosophie d'un trio disparu. Il espère un jour, remettre au goût du jour cette pratique ancestrale. Pour cela, il faut retrouver un ancien camarade, curieusement disparu depuis le voyage de notre héros, Bashō n’a pour objectif qu’un seul homme : Yu-Seong.


Test RP


Test Rp Libre a écrit:
Le long voyage qu'entreprit Bashō au long de sa vie, permit bon nombre de rencontre. Toutes plus loufoques, les unes que les autres. Et vous, comment réagirez-vous face à un oiseau qui vient discuter avec vous ?

Voilà une semaine qu'on me suivait. Je sentais une présence dans mon dos, un regard glacial reposait sur ma nuque. Je n’arrivais pas à la semer, je n’arrivais pas à sentir son aura. J’étais pris au piège, jusqu’à quand est-ce que ça allait durer ? Je ne savais pas.

Le monde sauvage possède une incroyable variété de faunes et de flores. Nous n'imaginions pas, dans le confort de notre maison, à quel point la nature pouvait être vaste. Père et Mère devaient s'inquiéter à ce propos, pourtant il n'y avait pas de quoi. Ça va faire bientôt deux ans que j'ai quitté mon village natal, là où les insectes sont gérés, au dépend des Aburame, et l'environnement calme apaise mes oreilles. J'ai du traverser moult péripétie, mais la nature bien construite m'a toujours soutenue quand le danger guettait. La générosité des gens me permettait également de me trouver un toit et quand mes gains fusaient au plafond durant mes parties de casino, je me permettais quelques luxures.
Une vie libre, celle dont tout le monde rêve. Je changeais de vie, lavais mon destin et pouvait enfin, vivre ma propre réalité, mes sensations. Tout ne sentais pas la rose, mais je m’adaptais à n’importe quel type de plante, même les carnivores.

Ce jour-là, mon âme vagabondait loin des métropoles. Prit dans la colère d'un déluge, mon corps fragile résistait tant bien que mal aux épreuves météorologie. Je marchais, me protégeais sous une grotte d'un ours affamé à la recherche de provisions pour hiberner. Énervé contre mon briquet ne fonctionnant plus, c'est à ma grande surprise, ébahit par les crocs acérés du jeune mâle, qu'une petite goutte glissait le long de mon visage crispé, je trouvais les dernières forces dans mes jambes pour fuir le plus rapidement possible. On ne voulait pas de moi aujourd'hui et dire que j'avais encore toute la nuit à passer.

« Sauveeeez-moooooi...» marmonnais-je, pleurnichard.

Le temps se calmait, la froideur de l'humidité glaçait mon corps, mais comme pour cette âme qui me suit depuis tant de jours, je commençais à m'habituer. Difficile de s'endormir en pleine nature, les bruits des animaux vous réveillent et le l'évolution constante de la terre vous effraie. Au final je dormais très peu. Au début, mes pochettes sous les yeux le prouvaient, mais j'ai trouvé un moyen d'optimiser mon sommeil, la méditation. Pratique courante dans notre clan, enfant, nous apprenions tous à méditer pour soulager nos douleurs et trouver de quoi nous guider. C'était une sorte d'éveil.

Encore une fois le même rêve. Ce n’était pas la première fois que mes séances de méditation me montraient le même mirage. Quelqu’un, quelque chose voulait communiquer avec moi, une sorte de messager des cieux qui m’encourageait dans mes études sur la célèbre formation des trois clans ! Aujourd’hui dissoute… je ne comprenais pas bien ce qu’il voulait, mais au moment d’ouvrir mes yeux.

« C’est lui ! » d'un ton sûr et enthousiaste.

Un énorme rapace planait au-dessus de ma tête, la nuit avait laissé place à une journée ensoleillée. Drôle de météo, passer de la tempête au beau temps en quelques heures seulement, on se croirait en mer ! Bref, j'observais cet oiseau battre des ailes, me présentant toute sa virtuosité et la grâce qu'il pouvait avoir. Wait.... Ce qui me suivait et m'inquiétait depuis plus d'une semaine, s'agissait donc d'un oiseau ? Face à cette analyse, je me surpris à rigoler fort…. Un oiseau, j'ai eu peur d'un oiseau, à croire que les animaux c'est pas trop mon truc.

Son élégante envergure s’approchait de moi, une descente en pic majestueuse, pour que d’un battement d’ailes, amortir la chute et pouvoir atterrir. Il se posait à quelques mètres de moi, perché sur ses petites pattes. Il me regardait, je le regardais. Sur la défensive, je préférai ne pas trop m’approcher, ce machin pouvait avoir des maladies.

Impossible de ne pas éclater en sanglot à nouveau quand, de son bec fin, le faucon engagea la conversation. Cette bête savait parler, pire encore, elle était doté d'une capacité à réfléchir et actuellement, elle jugeait sûrement ma pauvre personne moqueuse. J'espérais ne pas l'avoir vexé, mais quand je vous disais que nous n'imaginions pas à quel point la nature pouvait être vaste. Ce n'était pas des banalités !

« Suffit de rigoler Bashō ! » Oh merde, il connaissait mon prénom.
« Hahaha… heein ?! Attends, suis-je réellement en train de parler à un oiseau là ? Je perd ma tête à nouveau, qu'est-ce qui m'arrive ? » Je me prenais la tête, retenant mes rires dans mes bras, quand enfin j'ai compris. « Non ! Attends ! Dans mes rêves, le messager des cieux, ce mirage qui se répète sans cesse.... C'était toi ! Mais, quoi ? pourquoi ? Qu'est-ce qu'un pigeon voudrait obtenir de moi ?! » Pigeon, le mot était peut-être un peu fort.

Je le sentais un peu énervé le piaf, n’empêche que ça m’a surpris ce machin, mais mes paroles dépassaient mes pensées.

« On m'a envoyé pour te guider. Tu n'as pas le choix, tu devras t'habituer à avoir un oiseau qui parle avec toi. » Il marquait une courte pause. « Nous t'observons depuis plusieurs années, nous connaissons ton potentiel. Les rapaces du monde voudraient s'allier à ta force et grâce à tes pouvoirs, faire revivre le trio honorable de Konoha, liant le clan des esprits avec celui des ombres et celui du décuplement physique ! » Il approcha son aile devant sa bouche avant de toussoter l'air hautain. « Autrement dit, je serai ton maître Bashō. »

La blague était excellente ! Je me remis à rire face à ces âneries, un oiseau qui allait apprendre à me battre, très bon acteur ! Non, c'était vrai ? Calmant mon souffle face au regard froissé du rapace. Il semblait être réellement sérieux. J'allumais une cigarette pour reprendre mes esprits et avoir les idées claires, n'empêche que l'idée était fort intéressante.

La volonté du feu réside dans le lien qui nous unit, peuple de la feuille. Ensemble nous repousserons l’ennemi et dans les flammes, ils brûleront ! Les guerriers de la forêt, Konohajin, ont prouvé leur force dans la solidarité, en combinant leurs pouvoirs ils furent longtemps le peuple dominant ! (Naruto Uzumaki qu’il s’appelait). Cette lueur persiste encore, mais certains comme moi se retrouvèrent seuls. Le seul Nara de ma génération avait abandonné le projet, laissant l’Akimichi et moi-même perdus dans les légendes du trio familiale.  

Aujourd'hui, le vent souffle un air de renaissance. Le rapace m'apportait un message, une nouvelle ère Ino-Shika-Chô s'apprête à débuter et elle devait commencer par moi. On me confia une quête, celle de reformer la formation qui sauva tant de vie par le passé. Ce pouvoir repose sur une patience et une précision chirurgicale, seuls les meilleurs d'entre nous serons aptes à maîtriser cette technique et c’est…. Un oiseau qui allait me l’apprendre ! Je n’en revenais toujours pas.



Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Une autre fois.
Âge : Vingt ans.
Comment avez-vous découvert KnS : Hum. Hum. Appelons ça, les risques du métier. Wink
Qu'en pensez-vous : Gros, très gros potentiel.
Suggestions : syɡ.ʒɛs.tjɔ̃



Dernière édition par Seba Jun le Ven 2 Juin - 2:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Konoha
Yamanaka Bashō
avatar
Messages : 20
XP Mensuel : 4
Date d'inscription : 16/03/2017
MessageSujet: Re: Le Bananier - Bienheureux ceux qui ne confient leur vie à personne.   Ven 2 Juin - 2:27
Salutations  :reverence:,

Je poste ma présentation directement terminée, alors ce doublon s'avère peut-être inutile, mais j'avais envie de le signaler.
Plus sérieusement, je m'excuse pour ne pas avoir prévenu de mon manque de motivation à la création du premier personnage. Ce sont des choses qui arrivent de finalement pas aimer ce que l'on a produit, mon erreur a été de me taire.

Ici, je reprends de grandes bases de mon personnage précédent tout en modifiant son histoire + RP. J'espère que ça ne vous dérangera pas et que mon initiative de vouloir un Jônin spécial n'est pas trop ambitieuse.
Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture, amusez-vous bien.

Peace out !

P.S : Ahui ! Si un @ peut changer mon actuel pseudonyme en Yamanaka Bashō, se serait fort aimable. Merchiiii !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Kumo
Son Reihou
avatar
Messages : 393
XP Mensuel : 1
Date d'inscription : 07/02/2017

Feuille de personnage
Santé:
570/570  (570/570)
Chakra:
570/570  (570/570)
MessageSujet: Re: Le Bananier - Bienheureux ceux qui ne confient leur vie à personne.   Ven 2 Juin - 15:51



« Bienvenue sur le Forum »


« Le Fond » 10/12

L'originalité 2/3
La cohérence du récit 3/3
La narration 2,5/3
L'avis personnel 2,5/3

« La Forme » 7,5/12

Le vocabulaire 2,5/3
La syntaxe 2/3
L'orthographe 1,5/3
La conjugaison 1,5/3

« La longueur » 4,5/5

« L'avis personnel » 4/5

« Le Bilan » 26/34

« La présentation de manière générale n'est pas mauvaise sur le fond. Par contre sur la forme c'est un peu plus compliqué. D'abord, la syntaxe est assez aléatoire : pas mal de virgules qui se perdent, de formulation hasardeuse et j'en passe. Au final, c'est un peu comme ce que je t'avais dis sur ta première transformation, donc je t'encourage à aller (re)voir ça. Tu gagnerai clairement à épurer ta manière d'écrire parce qu'on a de temps en temps tendance à se perdre, ce qui n'est jamais agréable pour le lecteur.
Ceci étant dit, la qualité globale est bonne et passe, sur le fil néanmoins, pour une validation en Jônin Supérieur. Je te rename et valide donc dans l'instant, bon jeu !

Bravo, tu es dès à présent validé au rang de Jônin Supérieur de Konoha avec 910 points RPG, les choses sérieuses vont pouvoir commencer.
Pour commencer, nous te conseillons de consulter le catalogue de jutsus. Lorsque tu auras fais ton choix, envoies la liste des techniques que tu souhaites prendre au staff par le biais du sujet de demandes au staff. Si tu le souhaites, tu peux aussi consulter le sujet d'aide à la création des techniques pour avoir tes propres jutsus. Quand tu seras prêt, poste ta Fiche Technique dans la partie réservée à ton groupe : un membre du staff passera pour t'indiquer les corrections éventuelles à faire et la validera. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Bananier - Bienheureux ceux qui ne confient leur vie à personne.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Bananier - Bienheureux ceux qui ne confient leur vie à personne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» pour Ceux qui ont perdu leur compte venez ici
» Ceux qui veulent une belle fin à leur histoire doivent l'écrire eux-mêmes- Rose's links
» pour ceux que ca leur tente de venir foutre le bordel
» Ce que les enfants pensent de leur père!!!
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Validées-