AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Muji Shirayuki - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jônin Supérieur de Suna
Muji Shirayuki
avatar
Messages : 73
XP Mensuel : 4
Date d'inscription : 28/04/2017

Feuille de personnage
Santé:
550/550  (550/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: Muji Shirayuki - Terminé   Dim 4 Juin - 22:42

Nom, Prénom Feat Avatar

gif
Infos générales
avatar

Nom : Muji
Prénom(s) : Shirayuki
Surnom : La Dame Blanche
Âge :  30 ans
Sexe : Féminin

Village : Suna
Rang : Jonin Supérieur
Clan : /
Affinités : Suiton
Spécialités : Iroujutsu / Sensorialité / Kuchyose

Caractère


Ce qu’il faut savoir de Shirayuki c’est que la jeune femme a une telle force de conviction que nul ne saurait la faire fléchir dans les idéaux qu’elle pense juste et qu’elle s’efforce à suivre de la meilleure manière qu’il soit. Tout cela passe par une dévotion corps et âme que peu de personnes sauraient respecter.

C’est une dévotion à son pays et à ses habitants passant par un protectionnisme exacerbé où elle n’hésitera pas à donner de sa personne pour le bien d’autrui. Ayant toujours vécu dans un environnement où l’entraide était au cœur de tout, c’est devenue pour la kunoichi quelque chose de naturel que d’aider ceux dans le besoin, allant même jusqu’à développer ce tempérament lorsque les affrontements entre ninjas s’avéraient nécessaires, restant en seconde ligne, supportant ses alliés en leur fournissant toute l’aide nécessaire.

C’est également une dévotion envers un homme, envers le Kazekage, envers son ami de longue date. Enfant, il a été un pilier de soutien pour lui, aujourd’hui, c’est elle qui tient ce rôle essentiel. Cette fidélité est-elle qu’elle serait prête si nécessaire à mettre sa vie en jeu pour le bien commun.

Paradoxalement, si la Dame Blanche est prête à se sacrifier, elle n’en défend pas moins un certain pacifisme, préférant la voie du consensus et de l’entente mutuelle à celui des affrontements armés. C’est un trait d’esprit qu’elle a su développer au fil des ans en tant qu’ambassadrice de Suna et qui serait encore utile dans l’avenir à n’en pas douter.

Mais ce qui lui permet d’être ainsi, c’est en partie dû à plusieurs facteurs distincts. Son côté empathique, lui permettant de se placer au niveau de ceux qu’elle aide, de comprendre leurs besoins et leurs attentes. Également, son côté curieux. Depuis toute petite déjà, Shirayuki a eu à cœur d’apprendre encore et toujours, que ce soit dans les livres, avec les gens ou ne serait-ce qu’en vivant les choses directement. Cette école de la vie lui a valu d’acquérir des connaissances importantes malgré son jeune âge et c’est cette appétence intellectuelle qui lui a permise entre autres de maîtriser aujourd’hui l’art des jutsus médicaux qu’elle pratique.

Mais si son côté empathique pouvait selon certain être une tare dans la mesure où elle se devrait de supporter la misère d’autrui, il n’en est rien. Par le passé, suite à d’importants troubles d’ordre émotionnels, elle a su se remettre en question et dépasser le stade du syndrome du survivant. Elle a appris l’art de la méditation, lui permettant lorsque c’est nécessaire, de prendre le temps de faire le vide en elle, de laisser couler les émotions négatives et de voir en toute chose une certaine beauté.

Mais tout comme la pièce a un côté pile et un côté face, Shirayuki possède aussi son revers de médaille.

Négociatrice accomplie, c’est une battante, courtoise en toutes circonstances, qui ne lâchera rien pour parvenir à ses fins. Pour son village, pour son Kage, les résultats prévalent sur le reste, et bien que ce ne soit pas dans son tempérament habituel, elle n’hésitera pas à mettre en œuvre toutes les actions nécessaires à sa réussite.

Stratège épanouie, elle a, au fil des années, su diriger avec brio bon nombre de missions en équipe nécessitant d’avantage de réflexion que de force physique. Si l’art de la guerre requiert une puissance de frappe nécessaire, le Kage et elle-même n’en ont pas oublié que le diable se cache dans les détails et qu’il ne faut rien oublier. Ainsi, elle fait partie de ceux qui arrivent à avoir cette vision globale et le détachement nécessaire pour prendre en compte une majorité des possibilités. Nombreux sont les shinobis Sunajins encore de ce monde grâce au discernement de la Dame Blanche au cours de la bataille.

Néanmoins, elle n’en reste pas moins une femme, d’une certaine beauté, et de son côté calculatrice, elle n’hésitera pas à jouer de ses atouts avec les hommes si cela s’avère nécessaire pour faire basculer les choses en sa faveur.

Il est un proverbe en somme qui sied parfaitement à la jeune femme. « Il faut se méfier de l’eau qui dort »

Histoire


Prologue

Quel que soit l’endroit où l’on vit, que ce soit un simple village paysan, une communauté quelconque ou un village shinobi, il y a les leaders incontestés et les suiveurs passionnés. Mais souvent, on oublie ceux qui agissent avec discrétion et discernement, préférant rester en quelque sorte dans l’ombre du charismatique leader plutôt que d’être une figure de proue d’un navire à la vue de tout un chacun.

Shirayuki est ce genre de personne qui a passé son existence à vivre pour les autres, mettant ses talents aux services de ceux qui en avaient besoin parfois même au propre détriment de ses envies. Et si tant d’abnégation n’est souvent pas connue, elle est néanmoins reconnue par celles et ceux à qui elle est destinée.


Enfance réservée

Quelle que soit l’époque de sa vie où elle habitait encore avec ses parents, la jeune fille, l’adolescente puis la jeune femme qu’elle était n’avait jamais eu à se plaindre de la qualité de vie dont elle jouissait. Issue d’une famille tout ce qu’il y avait de plus normale, la relation entre elle et ses géniteurs a toujours été au beau fixe. Fille d’un shinobi lambda et d’une mère infirmière à l’hôpital de Suna, la petite fille a très tôt été bercée dans cette vocation qui est aujourd’hui la sienne. Bien qu’aucun de ses deux ascendants n’aient jamais poussé la demoiselle dans une voie qu’elle n’aurait pas voulue, Shirayuki a d’elle-même choisi ce qu’elle deviendrait et ses convictions se sont encrées très tôt dans son esprit.

Curieuse de nature, la petite fille qu’elle était s’était toujours intéressée à ce que faisaient ses parents respectifs. Sa mère n’a jamais compté le nombre de fois où toute petite sa fille venait la rejoindre à ce qu’elle appelait alors « la maison des bobos » mais une chose est certaine, c’est que c’est en ces lieux que Shirayuki a commencé à se sentir concernée par les autres et à vouloir les aider « comme maman ». Quant à son père, chaque soir avant de s’endormir, elle le harcelait avec tendresse pour qu’il lui raconte ses aventures qu’il ne manquait bien sûr pas d’embellir pour l’occasion.

Puis vint enfin l’entrée à l’académie de Suna. À l’époque timide, elle n’avait jusqu’à présent jamais réellement eu d’amis avec qui jouer, préférant passer du temps à s’occuper des autres et à apprendre « tout plein de choses » comme elle le disait souvent. Ce ne fut donc pas une surprise de constater qu’elle commença son dur apprentissage de la vie de shinobi recluse au fond de la classe sur les derniers bancs de l’amphithéâtre, seule à contempler les autres filles rigoler entre elles.

Et le temps ne l’aida pas à aller mieux. Elève assidue, captivée, curieuse et passionnée, elle s’investissait à fond dans ce qu’elle faisait. Ayant à plusieurs reprises discuté avec son professeur, elle lui parla de son projet de devenir une kunoichi qui pourrait soutenir les autres en leur apportant toute l’aide qu’elle pourrait. Elle n’était pas une guerrière, elle n’était pas violence, mais avec cette volonté propre d’aider. C’était là la réponse qu’elle avait trouvée afin de concilier les deux univers qui l’avaient guidé jusqu’ici, les récits de son père et les actions de sa mère se donnant tous deux cœurs et âmes pour le village.

Seulement, les enfants aussi gentils soient-ils ont aussi en eux cette rancœur tenace. Il est de nature courante d’écarter, congédier ou réfuter les choses qui sont incomprises des uns et des autres. C’est pourquoi Shirayuki était toujours seule, laissée-pour-compte par les filles qu’elle espérait être amie avec elles, mais qui ne voyaient que la première de la classe, toujours dans ses livres et à être la préférée de leur professeur. Tout cela pesait sur elle, mais elle encaissait.

Une seule personne voyait la future kunoichi telle qu’elle était réellement, quelqu’un de sincère sur qui on pouvait s’appuyer. C’est à cette époque que naquit une certaine amitié avec celui qui bien des années plus tard deviendrait Kazekage. Au final, si Shirayuki est la personne que l’on connaît aujourd’hui, c’est en partie grâce à son premier ami qui a su voir en elle autre chose qu’un souffre-douleur et qui a su lui offrir, lui et son meilleur ami, futur prisonnier, une amitié sincère qui s’est construite et enrichie sur plus d’une décennie.

Cependant, si les amitiés de jeunesse viennent et repartent comme les vents du désert, les amitiés sincères, elles restent malgré les circonstances. Ainsi, une fois diplômée et devenue genin, bien que dans une équipe différente, elle garda des relations fortes avec ceux qui l’avaient accompagnée jusque-là.

C’était une idée de son professeur que de séparer l’adolescente de ses amis. Selon lui, compte tenu de ses convictions c’est en dehors de son cercle de confiance, confronté à la dure réalité que tout son potentiel saurait s’exprimer. Et ce fut le cas. Son équipe été parfaitement équilibrée, à croire que tout avait été fait pour qu’elle puisse s’épanouir dans les meilleures conditions qu’il soit.

Bien que restant sous la supervision d’un ainé et plus haut gradé, la kunoichi était une pièce maitresse du groupe de genin, assurant la cohésion entre chacun des membres. Bien que n’étant pas la personne la plus adaptée au combat, elle avait su trouver sa place rapidement, jouant à merveille aussi bien le rôle d’espion, que d’éclaireur grâce à ses talents d’attention bien particuliers.

En parallèle, la demoiselle continuait à aller dès que possible à l’hôpital. En revanche, si par le passé, elle y allait pour voir sa mère, aujourd’hui, c’est pour apprendre au prêt de son mentor qu’elle côtoyait les lieux. La fille était devenue une fierté pour la mère qui voyait là se concrétiser le rêve d’une vie. Mais rien n’était acquis et le travail pour devenir médecin n’était pas de tout repos

Shirayuki vivait ainsi sa jeunesse, alternant entre obligations militaires en tant que genin et apprentie docteur sur le temps libre qu’elle avait.


Accomplissement

C’est deux ans plus tard qu’elle fut promue chunin. Comme bon nombre de genins, son professeur leur avait laissé le choix, estimant que cette décision qui aurait un impact sur le futur devait leur revenir pleinement. La seule remarque qu’il fit à l’équipe fut de leur rappeler qu’ils étaient tous soudés et que seule une collaboration pleine et entière, une confiance mutuelle les uns envers les autres, laissant de côté les quelques ressentiments qui pourraient subsister leur permettrait de se démarquer du lot. Il leur rappela que les chunins et les jonins n’ont pas le droit à l’erreur et que cette dernière peut être fatale. Une fois promue, ils entraient pleinement dans la vie de shinobi. Il n’était plus question de secourir des chats dans les arbres ou de protéger un marchand contre sa phobie d’être volé. Les missions qui leur seraient confiées exigeraient désormais que chacun d’eux comprenne les rouages d’un mécanisme géant. Chacun acquiesça.

Les épreuves se déroulèrent le mois suivant. La première étape consista à un parcours labyrinthique duquel il leur fallait s’échapper le plus rapidement possible tout en évitant les nombreux pièges et autres groupes prêts à leur barrer la route. Guidés par une Shirayuki mettant en avant ses quelques aptitudes sensorielles, elle réussit à faire passer l’épreuve sans grandes difficultés.

La seconde épreuve se devait d’être plus simple dans son intitulé, mais bien que rien ne se passa comme prévu, c’est ce qui fut déterminant dans la promotion de la demoiselle. L’objectif était facile. Il fallait venir à bout d’une équipe adversaire d’un autre village pour être qualifiés. Chacun semblait avancer avec prudence sur ce terrain inconnu et lorsque le groupe arriva sur une zone dégagée, ils constatèrent qu’un autre groupe de Sunajin était déjà présent et pour la plupart blessés et semblant incapables de se battre. S’il y avait bien quelque chose de plus fort que la cohésion de leur petit groupe, c’était leur devoir et leur dévouement certain à Suna. Ils étaient tous conscients du piège qui était dressé devant eux, mais malgré cela, ils décidèrent unanimement de s’y jeter afin de porter secours aux leurs.

Sans surprise, ils se firent attaquer et alors que les autres membres de son groupe résistèrent face aux assauts, la jeune fille tentait de soigner ses camarades comme elle pouvait. Leur but n’avait jamais été celui de gagner au final, mais seulement éviter que la situation s’envenime encore plus. Et lorsqu’il fut indéniable que leur situation était plus critique face à des adversaires qui ne reculeraient devant rien, ils abandonnèrent, laissant la victoire leur échapper.

Au final, ils n’eurent pas à participer au dernier exercice qui consistait à une simulation dans une immense arène ou chacune des équipes devait récupérer un parchemin détenu dans un coffre des adversaires. Shirayuki avait des idées, mais à contrecœur, elle ne put les mettre en avant. Pourtant, l’échec qu'elle venait de subir n’en était pas vraiment un.

Bien que son équipe ne parvienne pas dans les phases finales de l’examen, elle montra bon nombre de facultés nécessaires à tout ninja aspirant à un grade plus élevé. Alliant réflexions stratégiques, mettant en œuvre des actions d’envergure combinant les capacités de chacun, vision globale des choses et soutien en seconde ligne, l’équipe « Sanshôuo » qu’elle dirigeait s’était admirablement sortie de situations délicates pour leur niveau.

C’était cette certaine maitrise qui lui avait valu une promotion malgré un échec certains. C’était aussi une manière de dire à tout un chacun que les talents sont reconnus, où qu’ils soient, quelles que soient les circonstances. Dès lors, un nouvel horizon s’ouvrit à elle qui avait su marquer les esprits. L’avenir qui se profilait désormais, sans être radieux était tout ce qu’elle avait espéré des années durant.

Conscient de ses capacités et de ce qu’elle pourrait devenir, elle avait su attirer sur elle le regard bienveillant d’un mentor qui misait beaucoup sur sa fougue de la jeunesse et son désir d’apprendre. Dès lors, sortant d’une équipe fixe, elle fut l’unique élève d’un shinobi spécialisé dans les jutsus médicaux qui l’entraina avec passion et dévouement afin de faire d’elle une kunoichi accomplie dans cet art. En parallèle de cela, d’une part, elle continuait elle-même de son côté à apprendre et parfaire les techniques qu’elle avait, n’hésitant pas à demander l’aide des spécialistes dans ce domaine lorsque la situation l’exigeait et d’autre part en accomplissant son devoir en mission, lui permettant ainsi de mettre en œuvre ses connaissance théoriques face à la réalité du terrain.

Malgré tout ce dévouement à son devoir et son avenir, Shirayuki n’en oubliait pas d’où elle venait, côtoyant ses parents de manière régulière, mais aussi ses amis proches avec qui elle restait en contact régulièrement et avec qui elle avait dû œuvrer plus d’une fois à sa plus grande satisfaction.

Mais si tout se passait relativement bien pour elle, malheureusement ce n’était pas le cas pour certains de ses amis à qui le destin n’avait pas accordé la même chance. Si la perte d’un proche est une épreuve en soit, l’affronter dans la solitude d’une prison est quelque chose que personne ne devrait avoir à endurer. Tout comme le futur Kazekage, la jeune femme aux cheveux immaculés prenait elle aussi le temps de rendre visite à son ami tous les mois. Elle discutait des choses qu’elle avait vécues, des bons moments passés tous ensemble, écoutant avec attention son camarade.


La Dame Blanche

Ainsi, la chunin poursuivait sa vie et son apprentissage jusqu’à ce que ses nombreux efforts soient enfin reconnus à leurs justes valeurs lui permettant d’accéder au rang de jonin. Tout comme son passage de genin à chunin des années plus tôt, son évolution lui permettait ainsi de découvrir de nouveaux horizons. Le monde avait tant à offrir et elle tant à découvrir qu’elle entreprit de voyager.

Si renier son village et vivre en tant qu’ermite recluses dans un coin ignoré de ces terres n’avait rien d’attrayant, sa curiosité l’emportait sur tout le reste. Par chance, avec l’aval de ses supérieurs, elle fut en mesure de concilier son dévouement à sa patrie et sa soif de connaissance. Elle officierait donc comme ambassadrice de Suna.

Si l’on connaît la mission qu’implique un tel rôle, à savoir tisser des liens, dénouer les tensions et régler les divergences, il existe aussi des choses plus officieuses tel que l’espionnage ou la désinformation. Cependant Shirayuki tira également grand profit de ses voyages, notamment de son passage à Konoha.

Le village de la feuille était celui qui avait vu naitre Tsunade la légendaire kunoichi médicale. Les livres racontaient de grandes choses à son égard. De sa manière de mettre en œuvre ce qui existe aujourd’hui pour tous les ninjas médecins, comment elle avait soit disant sauvé des milliers de gens à elle toute seule en luttant seule contre un puissant ennemi aux jutsu si puissants qu’ils pouvaient ravager toute une région. Habituée aux histoires depuis sa plus tendre enfance, la jeune femme savait que derrière toutes légendes, il existait un fond de vérité. Elle avait appris la connaissance de l’ancienne Hokage bien des années avant et cette dernière avait toujours été un modèle pour elle.

Mais Konoha ne fut qu’une étape d’un grand voyage qui la mena à visiter chacun des villages. C’est d’ailleurs au cours de l’une de ses expéditions qu’elle obtint son surnom de Dame Blanche, donnée par l’un de ses chunin l’accompagnant. À l’époque, il était subjugué par la beauté de celle qu’il devait protéger et encore plus lorsqu’elle arborait sa tenue habituelle, un kimono blanc, raffiné, tissé dans la plus belle soie. Pour autant cela n’était pas la seule raison. Ayant assisté à plusieurs reprises à des discussions avec d’autres importants dignitaires, il l’avait trouvé à la fois rayonnante mais aussi terrifiante. Les mots étaient des armes et entre ses lèvres, ils pouvaient devenir des plus tranchants. Il était arrivé par moment que certains interlocuteurs se soient retrouvés abasourdis par la virulence des mots prononcés par une personne si gracile au point de ne pouvoir réagir, comme s'ils venaient d’apercevoir une lumière blanche au bout du tunnel.

Cette période fut aussi celle où elle aida le futur Kazekage devenu conseiller de son père, actuellement leader du village. Si elle était dévouée à son village, elle l’était encore plus envers son ami à qui elle devait tant. Bien que jouant son rôle à merveille quant à ses responsabilités, elle était aussi et surtout les yeux et les oreilles de celui qui avait en elle autre chose qu’une petite intello. Mais ces moments durs, graves ou le travail nécessité que des décisions importantes soient prises n’obscurcissaient nullement l’amitié qu’ils portaient l’un à l’autre. Au fil du temps, si les moments de détente devenaient de plus en plus rares, aucun des deux ne rechignait à une partie de go. C’était une habitude qu’ils avaient depuis qu’ils étaient petits et malheureusement pour le Sabaku, le Dame Blanche avait à son compteur, bien plus de victoires que son adversaire.

Cette période fut aussi celle qui vit naitre l’évènement de Kumo. À cette époque, elle ne faisait pas partie de la délégation qui s’était rendue au Pays de la Foudre. De fait, elle n’avait vécu l’attaque qu’à travers les rapports des uns et des autres et les discussions entretenues avec les survivants pendants qu’elle les soignait à l’hôpital où sa mère pratiquait toujours. Cependant, malgré les nombreux efforts entrepris pour que chacun puisse rentrer chez soi, Shirayuki s’en voulait. Elle aurait dû insister pour faire partie du voyage. Si elle avait été présente, elle aurait été en mesure d’aider les gens, de les sauver.

Sans rien dire à personne, elle ruminait sa peine. Après tout, c’était elle qui permettait à d’autres de se sentir mieux. Quelle image donnerait-elle si on la voyait dans cet état. Et quelle réputation aurait-elle si la Dame Blanche venait à flancher, elle qui était une ambassadrice et négociatrice aguerrie. Il fallait quelle garde cette force, cette crédibilité. Alors elle enfouit son ressentiment en elle, tournant la page tant bien que mal.

Malheureusement, comme on le dit souvent, le passé vous rattrape toujours un jour ou l’autre. Elle n’avait pas été là pour Kumo et une fois de plus elle n’était pas là lorsque son village subit l’attaque d’un groupe armé non identifié. Une fois de plus elle n’aurait sauvé personne. Mais à cette époque, les circonstances étaient différentes. Depuis la mort du précédent Kazekage, son fils avait repris le flambeau. Fidèle depuis tant d’années, outre un rang de jonin supérieur, il lui avait accordé d’avantage de crédit et c’était pour une mission délicate qu’une fois de plus elle n’était pas sur place.

Pourtant, bien que rien ne soit de sa faute, cette attaque, son impuissance lui était lancée au visage, lui rappelant les malheurs passés. Pourtant si calme d’habitude, une profonde colère et une immense lassitude l’envahie. De retour chez elle, elle resta cloitrée pendant plus d’une semaine et c’est seulement après que le Sabaku soit venu la chercher qu’elle daigna retrouver la société. Mais ses besoins n’étaient plus les mêmes. Ses besoins personnels du moins. Elle avait toujours ce même cœur fidèle, cependant au fond d’elle, elle voulait le purger de cette colère sourde qui l’habitait.

Elle avait besoin de recul et il lui fut accordé. Elle avait besoin de méditer sur certaines choses et d’envisager sa vie, la vie en général sous un angle différent. Il lui fallait acquérir une plus grande sagesse, être aidée de quelqu’un de plus sage qu’elle. Et tout cela, elle pensait savoir où le trouver.

Shikkotsuri, la légendaire forêt des limaces. Elle avait lu des légendes et rumeurs sur un tel lieu. Elle avait lu quelques passages de la vie de Tsunade faisant mention d’un tel pacte. Peut-être elles arriveraient-elles à l’aider ?

Elle n’en parla jamais, n’en parlerai surement jamais, mais c’est un exil qui dura huit mois. Shirayuki parvint à son but. Il lui fut enseigné de grandes choses autant d’un point de vue médical que personnel. Elle apprit entre autres l’art de la méditation et du thé et au terme de cette retraite, elle rentra à Suna.

De ceux qui la connaissaient avant, chacun pu être témoin de son changement. Elle paraissait sereine, plus douce, plus ouverte et pourtant plus incisive, plus vive. Les changements étaient perceptibles pour ceux-là connaissant réellement, mais elle été revenue dans un état physique et psychologique bien meilleur qu’à son départ et cela suffisait.


Épilogue

Aujourd’hui Shirayuki continuait dans la même voie. Elle servait toujours de Stratège au nouveau Kage et bien qu’aucun bras droit ne soit désigné, elle ne désirait nullement ce poste, préférant rester dans l’ombre plutôt que sur le devant de la scène. Même si ses talents de leader charismatique n’étaient pas à mettre en doute, elle préférait apporter son soutien à ceux sur le devant de la scène.

Si personne n’en avait conscience, le trio qu’ils formaient se connaissait parfaitement et la collaboration des trois protagonistes, aujourd’hui, ne pouvait présager que de grandes choses pour un avenir meilleur. Les nations extérieures ne voyaient qu’un dictateur aux idéaux isolationnistes, mais la réalité était tout autre. Ce n’était qu’un amour profond pour sa patrie et ses habitants qui dictait la conduite du Kage. Quant à la Dame Blanche, elle allait devoir œuvrer dans le bon sens pour s’assurer que Suna ne soit pas livré à elle-même dans les temps à venir.

Test RP


La lune était encore haute dans le ciel quand une ombre tout de blanc vêtue quitta sa demeure. Le ciel sans nuages dans un désert glacé était idéal pour profiter de toute la clarté de l’astre sélénien. Emmitouflée dans un kimono immaculé, une ombre marchait à grand pas dans le silence nocturne de Sunagakure no Sato.

Frissonnante, Shirayuki pressa le pas, espérant se réchauffer un peu en accélérant sa marche à un moment où tout le monde était encore plongé dans les bras de Morphée. Cette pensée fit sourire la jeune femme qui dans quelques heures serait en train de se dire totalement l’inverse, cherchant un peu de fraîcheur dans la chaleur étouffante du désert. Mais peu lui important, elle était toute dévouée à sa cause et ses convictions passaient par cette étape si elle voulait parvenir à ses fins.

Sur la route la menant à l’une des portes du village, elle croisa quelques gardes en faction qui la saluèrent tout en reprenant une posture plus digne d’un shinobi censé veiller à la sécurité du village. Une fois devant l’énorme trou dans la roche, puissamment gardé, la Dame Blanche n’eut aucune difficulté à se faire obéir et quitta la sécurité des Suna pour s’aventurer dans les méandres du désert.

Ce rituel, elle le répétait dès que nécessaire, cependant, cette fois, un jeune homme, un shinobi bien bâti, vêtu de la tenue réglementaire des chunin osa interrompre ses déambulations nocturnes. L’homme n’avait jamais assisté à la scène et si d’autres autour de lui étaient dans le même cas de figure, ils s’étaient bien gardé de contredire celle qui avait les faveurs du Kazekage. Seulement, aussi jeune et inexpérimenté soit-il, le garde ne pouvait se résigner à laisser la Stratège de Suna quitter la sécurité du village de cette manière.

C’est avec des mots pleins de douceur qu’elle refusa poliment la demande qui lui était faite avant de commencer à laisser ses traces de pas dans le sable, s’éloignant de plus en plus de la cité. Dépité et inquiet, celui qui deviendrait peut-être un jour un shinobi d’exception regarda la jeune femme s’éloigner jusqu’à ce que son kimono blanc ne soit plus qu’un lointain souvenir perdu dans le sable.

La Dame Blanche tenait à maintenir un certain statut et surtout certaines apparences. Se sachant hors de vision de qui que ce soit, s’étant préalablement assurée d’être seule dans un rayon suffisamment grand, elle entreprit d’accélérer le pas, préférant opter pour un mode de déplacement adapté à sa condition de kunoichi.

Bien qu’à l’accoutumer le désert la nuit soit tel une tombe oubliée depuis des siècles, perdue dans un silence de mort, la jeune femme avait adopté quelques traits de son Kage et ami s’assurant en permanence qui rien ne venait perturber les lieux. L’attaque qui avait coûté la vie à de nombreuses personnes et qui s’était soldée par le vol de jutsus secrets et reliques avait-elle aussi laissé quelques stigmates à la demoiselle.

Par chance, rien ne vint interférer la petite course que Shirayuki s’était imposée si ce n’était quelques battements d’aile dans le lointain. Quant à sa première destination, il s’agit d’une petite oasis bien connue des caravaniers et des Sunajins désirants se reposer avant de continuer une route sous un soleil de plomb. En revanche, ce que peu de personnes connaissaient, voire aucune, c’était qu’à la nuit tombée, il arrivait que de petites fleurs bleues percent à travers le sable et éclose sous la voûte céleste avant de mourir sous la chaleur du jour. Cette éclosion était relativement rare pour que personne ne se soit réellement intéressé à cette magnificence florale. Seulement voilà, si personne n’avait le désir d’en connaitre d’avantage, Shirayuki elle, connaissait les propriétés de de cette fleur. Combiné à d’autres éléments, cela pouvait servir de puissant antiseptique, de somnifère ou d’antipoison des plus efficaces.

À la lueur de la lune déclinante, la jeune femme de ses mains graciles cueillie ce dont elle avait besoin avant de mettre son butin dans une fiole hermétiquement fermée. Une fois chose faite, la Dame Blanche s’assit au bord de l’eau limpide et immobile. Depuis le temps qu’elle venait ici et avait appris à arriver au bon moment, celui où le jour commençait à se lever, offrant une palette de couleur colorée et diversifiée sur les dunes se dressant devant ses yeux.

Les premiers rayons de l’astre du jour arrivant et commençant à réchauffer sa peau, c’était le signe du départ pour la Stratège. Sa prochaine destination était un massif rocailleux perdu au milieu du désert lui aussi telle une île dans un océan de sable. En théorie, une fois de plus elle ne serait pas dérangée. Nul habitant du pays n’y mettait les pieds sauf stricte nécessité et pour cause, le massif était habité par une multitude de scorpions des plus venimeux, et même le shinobi le plus expérimenté pouvait se faire prendre au piège par inadvertance. Mais les habitants des lieux, aussi petits soient-ils avaient la particularité d’exsuder un poison d’une extrême violence, mortel à d’infimes doses, mais qui avait aussi la particularité de pouvoir servir lui aussi d’antipoison ou d’anesthésiant lorsque l’on savait manipuler les proportions adéquates.

Approchant à pas feutrés, la Sunajin concentra son chakra et le relâcha par vagues successives, détectant ainsi toutes formes de vie autour d’elle. De cette manière, elle percevait le moindre scorpion qu’il soit visible comme beaucoup, cachés dans les rochers pour certains ou enfouis dans le sable pour une majorité. Armée d’une jarre en verre, le couvercle percé pour laisser passer l’air, elle captura l’un des spécimens, un seul étant bien suffisant avant plusieurs semaines. La méthode était risquée, mais la glande sécrétant le venin était fragile et la mort de l’animal entamait directement une décomposition rapide des enzymes. Le scorpion se devait donc de rester en vie jusqu’à ce que le poison soit extrait.

Puis vint la dernière étape de son périple journalier. C’est au zénith qu'elle arriva à un petit massif montagneux. En gravissant les lieux, on pouvait y découvrir une toute petite cascade. Et comme à chacun de ses passages, elle profita de la hauteur et de la fraîcheur des lieux pour s’accorder un repos mérité. Du haut de la falaise, le désert s’étalait à perte de vue jusqu’à l’horizon. Seuls quelques points plus ou moins gros, plus ou moins sombres laissaient supposer d’une émergence dans les sables. D’ailleurs par les belles journées comme celle-ci, Suna était visible mais pas plus grosse qu’une tête d’épingle.

Puis vint enfin la dernière étape du voyage. Bien que n’étant pas adepte de la violence, la Shirayuki savait que cela s’avérait nécessaire par moment et que des sacrifices devaient être faits. C’est un peu le même raisonnement qui faisait d’elle une kunoichi accomplie malgré sa dévotion portée à soutenir les autres.

Ainsi donc le dernier ingrédient qu’il lui fallait allait devoir nécessiter le sacrifice d’un animal. Positionnée en hauteur, la jeune femme aux cheveux immaculée observait attentivement le nid d’un vautour où gigotaient deux jeunes oisillons. Bien qu’un oiseau adulte soit présent, la jeune femme attendit que le mâle rentre de la chasse pour le prendre pour cible. Le vautour était un besoin vital, mais sa mort ne devait pas occasionner d’avantage de mal. Priver les oisillons de leur mère aurait signé leurs morts. En agissant ainsi, elle préservait la vie des deux petits et laissait une chance à la mère de pondre à nouveau.
Quant au mâle, un jet de kunai précis à la base du cou le tua net. La suite était la partie la plus dure de sa journée. Vider l’animal afin de récupérer sa bile dans un flacon ne se faisait jamais de gaieté de cœur. Pour autant le sacrifice de l’animal sauverait plusieurs vies. L’animal avait la particularité de se nourrir de nombreux serpents locaux. Dans cette optique, il avait développé une résistance naturelle aux poisons des espèces qu’il chassait. Une fois l’ensemble de ses ingrédients récupérés, la médecin rentra à Suna et c’est à la nuit tombée qu’elle arriva devant la grande entrée par laquelle elle était sortie si tôt le matin même. Seulement cette fois, nulle trace de son dévoué protecteur. Elle sourit en y songeant.

Pressant le pas, Shirayuki se mit en route de l’hôpital. Il était désormais temps pour elle de préparer ses décoctions. En arrivant, une petite limace l’attendait sur son bureau, lui indiquant que tout se passait bien pour l’ensemble des patients. Satisfaite, l’amie du Kage rejoignit le laboratoire et commença la préparation des décoctions, potions et autres produits qui lui seraient nécessaires pour venir en aide aux divers blessés qui seraient susceptibles d’arriver demain ou un autre jour.


Derrière l'écran

Prénom/Surnom : /
Âge : /
Comment avez-vous découvert KnS : /
Qu'en pensez-vous : /
Suggestions : /

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazekage
Sabaku no Kyûso
avatar
Messages : 43
XP Mensuel : 1
Date d'inscription : 03/06/2017

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Muji Shirayuki - Terminé   Lun 5 Juin - 0:40



« Bienvenue sur le Forum »


« Le Fond » 9/12

L'originalité 2/3
La cohérence du récit 2.5/3
La narration 2/3
L'avis personnel 2.5/3

« La Forme » 10/12

Le vocabulaire 3/3
La syntaxe 2/3
L'orthographe 3/3
La conjugaison 2/3

« La longueur » 5/5

« L'avis personnel » 4/5

« Le Bilan » 28/34

« C'est une bonne présentation et l'une des meilleures notes que j'attribue. Le récit est intéressant, bien construit et à part à un moment sur l'examen chunin un peu bancal, le reste est totalement cohérent. Les tweaks psychologiques sont bien faits.

Bravo, tu es dès à présent validé au rang de Jônin Supérieur de Suna avec 980 points RPG, les choses sérieuses vont pouvoir commencer.
Pour commencer, nous te conseillons de consulter le catalogue de jutsus. Lorsque tu auras fais ton choix, envoies la liste des techniques que tu souhaites prendre au staff par le biais du sujet de demandes au staff. Si tu le souhaites, tu peux aussi consulter le sujet d'aide à la création des techniques pour avoir tes propres jutsus. Quand tu seras prêt, poste ta Fiche Technique dans la partie réservée à ton groupe : un membre du staff passera pour t'indiquer les corrections éventuelles à faire et la validera. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Muji Shirayuki - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Validées-