AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Azami Chikara - Le Baron Rouge [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jônin de Kumo
Azami Chikara
avatar
Messages : 15
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 16/06/2017
Age : 26
Localisation : Kumo

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Azami Chikara - Le Baron Rouge [100%]   Ven 16 Juin - 20:28

Azami Chikara Feat Archer Fate Stay Night

gif
Infos générales
avatar

Nom : Azami
Prénom(s) : Chikara
Surnom : Le Baron Rouge
Âge : 25 ans
Sexe : Homme

Village : Kumo
Rang : à Déterminer
Clan : Ryu (inventé)
Affinités :Raiton , Suiton , Ranton
Spécialités :

Caractère


I - Ambitieux

Si l'on peut déterminer une chose que je ne puisse remettre en doute quand on parle de moi, c'est mon ambition qu'elle soit personnelle ou collective, je ferais toujours de mon mieux pour aller de l'avant quelle que soit la problématique rencontrée ou tout simplement pour progresser. Le simple fait de perdre du temps lors d'une journée d'entraînement avec des pauses m'énerve , je n'aime pas rester à ne rien faire . L'entraînement que ce soit mental ou physique est une façon d'atteindre mes objectifs qui sont assez simples et j'ai une règle qui résume assez bien la situation. Il faut toujours savoir aller de l'avant quoi qu'il en coûte.

II - Impulsif

Un mot de travers de votre part et hop, c'est parti pour une bagarre, je ne connais pas le mot sang froid, pour moi, il est inexistant, je suis comme un chien fou qui réagit quand on le pousse à bout. Si tu veux te confronter à moi, il suffit juste de demander et mon envie d'en découdre sera bien contente d'accueillir ton corps sur mes lames. J'ai le sang chaud et j'en ai conscience, mais c'est ce qui fait de moi ce que je suis maintenant, je ne vais pas changer ma façon d'être pour plaire à tout le monde.

III - Honorable

Pour ce point, je ne suis pas un de ces lâches qui profite qu'une personne soit blessée pour pouvoir l'achever, j'aime affronter des personnes qui sont en pleine santé, des personnes qui auront du répondant. Voilà pourquoi je n'attaque jamais les blessés ou les mourant ... La tache serait bien trop simple et j'aime le challenge.

IV - Fraternel

Pour moi, toutes les personnes du village de Kumo sont des frères et des sœurs, nous sommes une grande famille et pour rien au monde, on ne me fera changer d'avis là-dessus . Je suis fidèle envers mon village et encore plus envers mon Raikage qui est bien plus qu'un exemple pour moi, il est le chemin que je veux suivre pour pouvoir me montrer digne de le servir. Pour moi, le village est tout ce qu'il me reste, alors je dois protéger ceux qui y vivent quoi qu'on puisse penser, quoi qu'on puisse me dire, je ne déserterais jamais et resterais fidèle au Raikage .

V - Stratège

Étant un membre du clan Ryu , j'ai dû apprendre dès le plus jeune âge l'art de la guerre, que ce soit les principales façons d'attaquer comme de défendre une position. Que cette position soit alliée ou ennemie. Il ne faut jamais se rendre quelque part sans analyse du terrain, car ce terrain peut vite changer le tournant d'une bataille ou d'une guerre. Mais dans les stratégies que mon père m'a apprises, le sacrifice d'homme n'est pas nécessaire, car si la bataille tourne en la faveur de l'adversaire, c'est de la perte humaine inutile.

VI - Adroit

J'ai appris avec mon père à manier différentes lames, des dagues, des sabres, des kunaï et bien d'autres. Rien de tel que des entraînements quotidiens pour pouvoir s'améliorer dans la maîtrise des armes comme dans la maîtrise de soi. L'arme n'est rien sans son utilisateur, l'arme n'est que le prolongement du corps pour moi et pour être sincère si quelqu'un ne s’entraîne pas autant physiquement qu'à propos de son chakra, il ne pourra jamais être quelqu'un de respectable ou de respecter.

VII - Brave

Dans l'équipe, je suis celui qui prend des risques pour que les autres puissent partir en sécurité, je ne le fais pas de bon de cœur, mais c'est mon rôle et c'est le rôle que mon père m'a appris toute ma vie. Je suis le garde du corps de mon équipe et c'est comme ça que les choses se passent, de toute façon, je ne leur laisse généralement pas le choix. Il ne faut jamais laisser la peur nous guider, car elle mène inexorablement à la mort, il faut toujours aire face au danger même si cela n'est pas dans notre intérêt. Je préfère me sacrifier plutôt que de sacrifier plus de personnes.

VIII - Discipline

Mon père était un homme strict et respecté, il m'a appris la discipline pour que je ne puisse pas le décevoir ou déshonorer notre nom et notre clan. Je respecte ma hiérarchie plus que tout, jamais un ordre n'est contester, à chaque mission, chaque ordre qu'on me donne, je m’exécute. S'il y a une hiérarchie, c'est pour qu'elle soit respecter et je n'aime pas que l'on conteste des ordres face à moi, surtout quand ça vient de personnes qui ne respectent pas le haut commandement. Tout doit être impeccable, que ce soit de ma maison, jusqu'à ma tenue, je ne dois en rien tâcher le nom de ma famille et de mon clan.



Histoire


I - Le Commencement

Je suis né dans le village de Kumo, membre du clan Ryu. Mon prénom Chikara est symbole de puissance, d'énergie ou bien encore de capacité. Quant à mon nom de famille, Azami, il signifie la fleur du chardon. Symbole de la douleur, d'austérité, d'utilité et d'agressivité, cette fleur toutefois noble est aussi traître que la beauté de ses piquants. Tout comme cette fleur, nous pouvons être doux et délicats, comme nous pouvons nous soulever pour nous défendre en cas de besoin. Nous sommes un petit clan pas très influent dans le village, mais où l'entente est vraiment importante. Né de ma mère Asako Azami et de Katsuhiko Azami, je suis le dernier-né du clan. Malheureusement les autres membres du clan que ce soit des hommes ou des femmes n'ont pas eu d'enfants. Je suis donc le seul garçon de la génération la plus récente de ce clan, je devais être un exemple pour ne pas déshonorer le nom de mes parents et ne surtout pas amener le courroux sur mon clan en faisant des bêtises ou en manquant de respect à une personne du clan. À l'âge de six ans, je devais déjà savoir faire mon lit, qu'il soit fait au carré et ma tenue devait être irréprochable. Pour être franc, avoir une enfance dans une famille stricte avait réussi à me forger un caractère discipliné. Si nous avions des invités au sein de la maison, je m'assurais d'accueillir et de servir les invités. Même si ce n'était pas quelque chose que j'aimais faire, j'étais bien obligé de devoir le faire. Si je ne le faisais pas ou si j'avais le malheur de contester l'autorité de mon père, j'étais puni et battu à coup de Shinai. Ce bâton utilisé dans l'art du Kendo était une arme qui demandait peu de force pour infliger une douleur précise et extrêmement virulente. J'avais déjà eu la malheureuse expérience d'être battu à cause d'erreurs que j'avais pu faire, évidemment que l'erreur est humaine, mais pour mon père l'erreur n'était pas concevable. Deux ans plus tard, mon père avait commencé à m'apprendre le maniement des armes, que ce soit les dagues, les kunai et différents types de sabre. Pendant les cours qu'il me donnait, il m'a aussi donné des leçons de stratégie, c'était un professeur incroyable, personne ne pouvait lui arriver à la cheville dans le clan, du moins en terme de stratégie. Après ce qui pouvait changer la donne, c'était pendant des combats, mais je ne pouvais pas me prononcer là-dessus, car je n'avais jamais vu mon père se battre. Mais assez parlé de mon père. Laissez moi vous parler un peu de ma mère, une femme incroyablement douce et aimante, une mère que tous les enfants rêvent d'avoir. Elle travaillait comme infirmière dans l’hôpital de Kumo et pour elle, il n'y avait pas mieux comme emploi. C'était bien plus qu'un travail pour elle, c'était une véritable vocation. Elle était née pour pouvoir aider les autres, pour pouvoir les soigner et les réconforter. Même si l'annonce d'un parent mort pour une famille était insoutenable, elle faisait preuve d'un sang-froid exemplaire pour ne pas aggraver ce moment qui peut être plus que douloureux pour les familles.

II - L’épreuve du Chardon

A douze ans vint l'épreuve que tous les membres du clan doivent passer, tenir plus de cinq minutes face au doyen du clan dans un combat d'entraînement. Alors que mon père me remet la tenue traditionnelle pour ce combat. Je prends le temps de me préparer mentalement pour cette étape de ma vie qui va tout changer pour moi, enfilant la tenue en prenant soin que rien ne cloche, j'attends à genoux dans ma chambre dos à la porte et la tête baissée, je ferme les yeux pour pouvoir faire le vide en moi. Je ne pouvais pas cacher le fait que je sois stressé. Mon père approche de ma chambre, je peux entendre ses pas résonner sur le sol en bois de la maison, tout en restant concentré sur l'épreuve que je suis sur le point de passé. Je reste là sans bouger tout en gardant les yeux fermés. Alors que la porte s'ouvre, mon père me dit d'une voix stricte et directe.

- Chikara, il est l'heure. Suis-moi.

- Bien père.

Alors que je me redresse et que je suis mon père dans le long couloir, il s'arrête. Je m'arrête en même temps que lui et il reprend :

-Ne me déçois pas Chikara, tu es le dernier espoir de la famille alors rends moi fier mon fils.

- Je ne vous décevrai pas mon père. Quand le chardon fleurit, que soient blessés ceux qui s'y frottent.

-Je vois que tu as retenu le dicton de notre famille mon fils...

Je pouvais sentir de l'émotion dans la voix, même s'il ne me regardait pas, je savais au fond de moi que j'avais réussi à le toucher et ça me rendait heureux. Le plus important pour moi, c'est de rendre mes parents et mon clan fier de moi. Reprenant notre marche, toujours en me trouvant derrière lui, je peux voir la luminosité de l'extérieur s'intensifier. Alors que nous arrivons dans le jardin, mon père se décale et me laisse passer à côté de lui. J'aperçois les quatre membres du clan assis face à moi et comme le veut la tradition, je prends place à genoux devant eux sans croiser leur regard. Alors que je reste en place, j'entends sur ma gauche des bruits de pas et un bruit de canne, c'est le doyen du clan qui s'approche, un vieil homme dont il ne faut pas sous-estimer les capacités de combat, c'est tout de même un homme redoutable malgré son âge avancé. Mon cœur s'emballe à l'écoute de ce bruit bien distinctif, le silence règne dans le jardin qui accueille à chaque fois l'épreuve qui montrera si je suis en mesure d'apprendre les techniques secrètes du clan. Mais avant ça, je devais continuer de m'entraîner et continuer à progresser que ce soit physiquement ou en terme de chakra. Je n'avais pas d'autres choix si je ne voulais pas m'attirer le courroux de mon père surtout que je sais que si je viens à échouer, je ne pourrai jamais rien apprendre de mon clan. Alors je devais tout faire pour m'en montrer digne. Alors que le doyen arrive dans le jardin, il n'attend pas d'avoir la permission pour prendre la parole.

- Chikara, je suis honoré de pouvoir te faire passer ton épreuve. Il fût un temps où j'ai fait passer cette épreuve à ton père et à ta mère. Lève-toi et prend un type d'arme qui te plaisent puis prend place. Comme tu le sais, il te faudra tenir pendant cinq minutes face à moi. Si tu échoues, tu ne resteras qu'un gardien au sein du clan. Si tu réussis, tu auras accès à toutes les connaissances que nous gardons depuis des temps que tu ne peux imaginer.

Je me relève doucement et je me dirige vers la table où sont posés une dizaine d'armes, passant mon regard sur celles-ci et me saisissant par la suite de deux dagues. Une noire et une blanche, représentant le Ying et le Yang. Car tout en ce monde doit être pris en compte, chaque action entraîne une réaction. Alors que je me tourne vers le doyen, je le salue alors qu'il m'attend déjà pour la confrontation. Je prends une grande inspiration et je me jette dans ce combat qui allait déterminer mon avenir. Les coups s'abattant avec une puissance et une rapidité, tout en analysant les mouvements de notre doyen, je pouvais voir qu'il me laissait faire. Avant que je ne puisse m'y attendre, le doyen eut un mouvement d'une vélocité incroyable et donna un coup avec sa canne au niveau de mes reins qui me fit tomber à terre, essayant de me rattraper comme je peux, je décide de le laisser venir. Prenant la posture de l'oie que mon père m'a appris, cette posture basée sur la défense et la riposte est un mouvement martial qui n'utilise que la maîtrise des armes. Fixant le doyen droit dans les yeux, je le regarde sans bouger, me concentrant sur lui et sur rien d'autre autour de moi. Alors qu'il me charge avec une rapidité que je n'ai jamais vue auparavant lors de mes entraînements avec mon père, attendant le dernier instant pour réagir, je viens couper le centre de sa canne en deux endroits avant de balayer la jambe qui devait donner la prochaine impulsion, lui faisant perdre l'équilibre et le faisant chuter à côté de moi. Venant mettre les deux dagues juste en dessous de la gorge du doyen en le regardant, le doyen se mit à sourire, lâchant les morceaux de sa canne pour applaudir, il me dit tout en souriant.

- Bien, très bien Chikara, tu as un très grand potentiel ! Asako, combien de temps il a mis ?

- Il a mis exactement quatre minutes vingt-cinq secondes maître.

Je me recule pour pouvoir tendre ma main vers le doyen pour qu'il puisse s'en servir pour se relever. Alors que je reprends la place qui m'est attribuée lors de cette épreuve, je dépose les dagues que j'ai utilisées devant moi, la garde vers mes parents et la pointe des lames vers moi. Posant mes mains sur mes genoux toujours le regard qui ne se pose à aucun moment sur les aînés. Alors que le doyen s'approche de moi, il m'ordonne.

- Relève-toi Chikara, aujourd'hui est un jour bien différent de ceux que tu n'as pas pu connaitre jusqu'à aujourd'hui. Tu as passé l'épreuve avec succès et tu es maintenant en droit d'apprendre dans les années à venir les techniques de notre clan. Je t'apprendrai tout ce dont tu as besoin de savoir.

Je me relève tout en regardant le doyen et il reprend alors que mes parents prennent place de chaque côté du doyen.

- Porte notre tabard en symbole de réussite, sois fier d'avoir passé cette épreuve que les plus sages et les plus valeureux ont passé. Tu es l'unique représentant de l'avenir de notre clan, mais n'oublie pas notre famille ne se limite pas au clan, mais au village tout entier.

Alors que le doyen me tend le tabard que j'enfile et me salue de la tête, mes deux parents me font face avec une dague posée dans leurs deux mains, ma mère tenant la lame blanche et mon père tenant la lame noire. Et tous deux à l'unisson me disent.

- Par ces lames, défends tes aînés et ce village quoi qu'il puisse t'en coûter. Car en tant que membre des Ryu, tu ne reculeras pas devant l'adversité, car tu protégeras tout ceux qui en ont besoin.

Ils posent les lames dans mes mains et me regardent avec fierté. Pour une fois, je pouvais voir mon père et ma mère vraiment émus de me voir devenir un des membres d'élite du clan. Grâce à cette épreuve, le savoir que je vais recevoir me permettra de devenir plus fort et de pouvoir défendre le clan. Et j'allais avoir bien des choses à faire dans les prochaines années à venir.

III - Apogée et Extinction


Huit ans plus tard, après des années d'entraînement avec le doyen, j'avais réussi à progresser avec tout ce temps passé avec le meilleur de notre clan. Affilié au Raiton et au Suiton, cette année le doyen allait m'apprendre le Ranton qui est une particularité du clan. J'allais devoir travailler encore plus pour pouvoir me renforcer et avancer dans mon projet de devenir l'un des plus jeunes membres du clan à utiliser le Ranton . À l'aube de mes vingt ans, malheureusement, je perdis ma mère. Une perte des plus dévastatrice sur mon moral, mais je ne devais pas perdre de vue mon objectif. La mort de ma mère m'a encore plus motivé à devenir le chef du clan, la maladie l'a emporté alors qu'elle était quand même jeune. Mon père était aussi atteins par le même mal que ma mère, mais impossible de savoir ce qui pouvait les rendre malades, pourtant les médecins du village de Kumo ont tous vu mes parents et n'ont jamais pu trouver ce qu'ils ont, et ils ont tout essayé. Alors que je me dirige à l'extérieur du village pour rejoindre le doyen, je passe rendre visite à mon père dans sa chambre avant de partir, prenant une chaise, je viens m'installer juste à côté de son lit. Je n'ose pas montrer ma peine et lui dit tout en souriant en coin pour tenter de lui rassurer par rapport à mon ressenti.

- Bonjour père, comment vous sentez vous aujourd'hui ?

Alors qu'il se redresse dans le lit et me regarde avec un visage pâle, les joues creuses et un regard fatigué, il me répond avec une voix faible.

- Je... Je vais bien Chikara. Et toi, raconte-moi comment se passe ton entraînement, mon fils.

- Je progresse père, si vous pouviez voir ma progression, je pense que vous seriez fier.

- Mais je le suis déjà mon fils... Tu es ma plus belle réussite en ce monde. Aller va, sinon le maître va encore te punir.

Alors qu'il m'affiche un sourire moqueur, je me lève en me tournant vers la porte, marquant une pause, je serre les poings, car ce que je m'apprête à dire, je n'ai jamais pu le dire à mon père depuis tout ce temps. Prenant mon courage à deux mains, je lui dis d'une voix claire.

- Je vous aime père.

Ne lui laissant pas le temps de répondre, je sors de la chambre en laissant des larmes rouler sur mes joues, car au fond de moi, je savais qu'il n'en avait plus pour longtemps et il avait le droit de savoir que je l'aimait. Mon père est un exemple que ce soit pour moi ou en terme de discipline, il a toujours grandi au sein du clan et a toujours servi Kumo sans jamais s'opposer à un ordre.

**

L'entraînement fut long et toujours aussi intense, j'avais quelques embrasures sur le corps et sur le visage, le doyen est l'un des derniers membres du clan en vie, coriace comme vieillard, moi qui pensais qu'il serait l'un des premiers à mourir, je ne peux que saluer la longévité dont il fait preuve. Encore en pleine forme, celui-ci se met face à moi. Je dois bien avouer que malgré mes progrès dans le combat au corps-à-corps ou lors d'utilisation de technique, j'étais frustré de ne pas avoir les résultats que j'espérais depuis que j'ai passé l'épreuve du clan. Alors que je suis à genoux haletant et transpirant comme un bœuf, le doyen vient à ma portée et me tend une gourde d'eau et me dit tout en ricanant.

- Bien Chikara... Très bien... Je vois que tu assimiles bien tout ce que je t'apprends.

- Vous savez maître, si je progresse, c'est parce que j'ai un professeur qui en est le meilleur.

- Tu as encore beaucoup de chemin à faire, mais je suis confiant en tes capacités, sinon tu n'aurais jamais pu me battre comme tu l'as fait lors de l'épreuve.

- Je ne vous ferai pas honte mon maître, j'honorerai ma famille, le clan et le village.

Je me redresse pour boire un peu d'eau, j'ai beaucoup gagné en masse musculaire et en agilité, j'ai accompli pas mal de choses et je n'allais pas laisser tomber toutes mes ambitions, j'allais redoubler d'énergie pour pouvoir continuer ma progression. Je n'allais pas me reposer sur mes acquis, ce n'était pas du tout mon genre. Mais dans tous les cas, j'allais avoir beaucoup de travail à faire dans tous les domaines. Regardant le doyen en souriant en soin, je savais que nous avions encore beaucoup à faire.

**

Le lendemain matin, le maître vint me chercher. Mon père, s'était éteint dans la nuit, il avait succombé pendant son sommeil. N'osant pas aller voir son corps dans la chambre, le maître m'assure qu'il fera tout pour l'inhumation de son corps que nous allons organiser dans la journée. Alors que je me dirige dans l'arrière cour du clan, je me dirige vers la tombe de ma mère, me mettant face à celle-ci et j'allume un bâton d'encens et la plante dans un brûleur en me mettant ensuite à genoux devant la tombe et je me mis à lui parler. Lui racontant ce que j'avais accompli et que j'allais tout faire pour pouvoir remettre notre clan sur la voie du développement et de la prospérité. Nous étions maintenant plus que deux, seul le doyen et moi étions encore de ce monde et seuls représentants du clan.

IV - Progression et Renouveau

Voilà cinq ans qui se sont écoulés, cinq ans d'entraînement acharnés pour pouvoir devenir plus performant, au village certains ont commencé à me surnommer "Le Baron Rouge" dû à ma tenue rouge qui est encrée d'un chardon noir. Je suis le seul de mon clan dorénavant, le doyen et maître est mort il y a deux ans, son âge avancé l'a rappelé parmi les anciens du clan. Maintenant, je suis le seul représentant de ma famille et de ceux qui m'ont permis d'acquérir mon pouvoir. Je n'avais pas prévu grand chose, mis à part trouver des jeunes qui souhaiteraient devenir membre du clan, mais je n'allais pas laisser tout le monde l'intégrer. Être un membre du clan Ryu se mérite et j'allais être aussi sélectif que l'ancien doyen du clan et aussi discipliné que mon père en son temps. Maintenant, j'étais un homme nouveau. Il n'y a plus que l'entraînement qui compte, mais je souhaite aussi trouver des personnes qui souhaitent vraiment l'intégrer pour ses valeurs et non pour pouvoir l'intégrer question d'apprendre des techniques puis partir comme des lâches. De toute façon, pour le moment, là n'était pas la question. Depuis deux ans déjà, j'avais réussi à maîtriser les aboutissants menant au Ranton. J'étais fier d'avoir dépassé cette étape de ma vie et de voir que je pouvais maîtriser cette spécialité. J'étais loin d'être parfait, mais le fait de ne pas l'être me laissait des possibilités de progression non négligeable. Surtout que j'avais clairement envie de montrer que je pouvais être bien plus utile au village que ce que la plupart des gens pouvaient penser. Mais dans tous les endroits où j'irai, il y aura des détracteurs pour me rabaisser. Mais je ne me laisserai pas abattre loin de là. Je vais leur montrer de quoi je suis capable.

Je pars me balader en ville, j'aperçois un jeune garçon dans la rue, il a vraiment l'air d'être dans un sale état. Je me mets accroupis face à lui et tout en lui souriant, je lui tends quelques Ryô alors que je vois son visage s'illuminer à la vue de ces quelques pièces, avant que je lui dise d'une voix douce.

- Dit moi mon garçon, que fais-tu ici tout seul ? Prends les pièces et va te chercher à manger. Et n'oublie pas, si tu as besoin de moi, tu auras juste à venir me voir au clan des Ryu .

- Merci monsieur Azami, je n'hésiterai pas. Je suis seul car je suis orphelin, mais je me débrouille pour pouvoir m'en sortir.

Je viens lui ébouriffer les cheveux en souriant et tout en le regardant droit dans les yeux, je me redresse et je reprends.

- N'oublie pas, même si la vie peut être injuste, il faut toujours se battre pour aller de l'avant.

Je pouvais voir cette lueur dans les yeux, la même que la mienne à son âge, c'est un enfant qui est prêt à tout pour s'en sortir. Sa détermination n'a aucune faille, affichant un large sourire de fierté envers cet enfant qui n'avait pas eu de chance dans la vie, je savais que je le croiserai souvent dans le village. Qui sait, si un jour il me demande de rejoindre le clan, j'en ferai surement mon apprenti et peut être que d'autres suivront. Dans tous les cas, le clan ne connaîtra pas sa fin avec moi.


Test RP

Ici. Seulement pour les rangs Jônin supérieur et Kage. Celui-ci est à inventer par le joueur.
Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Julien/Zelos
Âge : 26 ans
Comment avez-vous découvert KnS : Via Miyawaki Tsukasa
Qu'en pensez-vous : Le forum est très beau et bien fournis j'aime beaucoup
Suggestions : aucune







Dernière édition par Azami Chikara le Ven 23 Juin - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin de Kumo
Azami Chikara
avatar
Messages : 15
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 16/06/2017
Age : 26
Localisation : Kumo

Feuille de personnage
Santé:
520/520  (520/520)
Chakra:
520/520  (520/520)
MessageSujet: Re: Azami Chikara - Le Baron Rouge [100%]   Lun 19 Juin - 17:56
Fiche terminé




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Kumo
Son Reihou
avatar
Messages : 393
XP Mensuel : 1
Date d'inscription : 07/02/2017

Feuille de personnage
Santé:
570/570  (570/570)
Chakra:
570/570  (570/570)
MessageSujet: Re: Azami Chikara - Le Baron Rouge [100%]   Lun 19 Juin - 19:56



« Bienvenue sur le Forum »


« Le Fond » 7.5/12

L'originalité 1.5/3
La cohérence du récit 2/3
La narration 2/3
L'avis personnel 2/3

« La Forme » 7/12

Le vocabulaire 2/3
La syntaxe 2/3
L'orthographe 1.5/3
La conjugaison 1.5/3

« La longueur » 3.5/5

« L'avis personnel » 3/5

« Le Bilan » 21/34

« Ca passe tout juste mais ça passe pour le Jônin. C'est limite pour plusieurs raisons que je vais détailler rapidement : d'abord, il y a pas mal de fautes ça et là, notamment en conjugaison. Mais encore là, c'est pas tout. Ce qui m'a le plus dérangé, c'est que le récit se concentre autour de plusieurs topoï qui rendent la lecture très prévisible. En outre, j'ai ressenti une volonté de vouloir mettre en scène une certaine epicness à des choses qui ne le sont pas vraiment, à coup de tournures là encore assez clichées comme on pourrait en voir dans un film de super-héros, à l'image de cette réplique du père "Mais je le suis déjà mon fils... Tu es ma plus belle réussite en ce monde." que j'ai l'impression d'avoir déjà vu dans un nombre incalculable de films ou séries mettant en scène un protagoniste héroïque. C'est pas bien grave en soit, on sent malgré tout que tu sais RP et il n'y a aucune raison d'aller chercher plus loin si tu n'as pas la volonté d'avoir un rang supérieur.

Bravo, tu es dès à présent validé au rang de Jônin de Kumo avec 735 points RPG auxquels s'ajoutent 50 points bonus, pour un total de 785 points RPG, les choses sérieuses vont pouvoir commencer.
Pour commencer, nous te conseillons de consulter le catalogue de jutsus. Lorsque tu auras fais ton choix, envoies la liste des techniques que tu souhaites prendre au staff par le biais du sujet de demandes au staff. Si tu le souhaites, tu peux aussi consulter le sujet d'aide à la création des techniques pour avoir tes propres jutsus. Quand tu seras prêt, poste ta Fiche Technique dans la partie réservée à ton groupe : un membre du staff passera pour t'indiquer les corrections éventuelles à faire et la validera. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Azami Chikara - Le Baron Rouge [100%]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Azami Chikara - Le Baron Rouge [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Snoopy et les Peanuts
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Validées-