AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sakazuki Tsukasa •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
En ligne
Jônin de Kumo
Sakazuki Tsukasa
avatar
Messages : 1
XP Mensuel : 0
Date d'inscription : 16/06/2017

Feuille de personnage
Santé:
0/0  (0/0)
Chakra:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Sakazuki Tsukasa •   Dim 18 Juin - 18:25

Sakazuki, Tsukasa Feat Random Xiao Bai Art

gif
Infos générales
avatar

Nom : Sakazuki
Prénom(s) : Tsukasa
Surnom : Mika
Âge : 25 ans
Sexe : Féminin

Village : Kumo
Rang : Jônin
Clan : Aucun
Affinités : Fuuton
Spécialités : Sensorialité - Dokujutsu

Caractère

Que de brutalité dans ce monde impitoyable qui se nourrit de guerres et de sang. Pourtant, même au sein de la pire dictature du moment Tsukasa n'a jamais réussi à faire preuve de cruauté malgré les nombreuses remontrances qu'on lui a faites à ce sujet. Au delà du calme apparent dont elle fait preuve, c'est l'essence même de la gentillesse. Elle est tout bonnement incapable de tuer ou de torturer quelqu'un sans une raison qu'elle juge valable, d'autant plus si c'est un ninja d'un village adverse. Ils ne sont que chair à canon, tout comme elle, elle en est consciente, mais elle sait également que les trois quarts d'entre eux ont l'espoir de retrouver leur famille après leur sale besogne. Nombre de fois elle a fait preuve de magnanimité et refusé d'achever un ennemi, ses coéquipiers étant forcés de finir le boulot à sa place. Elle ne voit tout simplement pas l'intérêt d’exécuter un homme s'il est déjà hors d'état de nuire et très souvent des querelles ont éclaté à ce sujet, sans qu'elle n'y ait donné suite. L'argument est toujours le même de toute façon. A sa place, l'ennemi n'aurait pas hésité. Qu'à cela ne tienne, si l'adversaire peut s'accorder avec sa conscience, elle sait qu'elle ne pourra pas s'en accommoder. Elle se prend une charge à la fin de sa mission, deux ou trois critiques quant à sa compassion stupide, et on en parle plus. Elle a déjà tué, bien sûr, mais uniquement parce qu'elle ne voyait pas d'autres alternatives.

Sa voix ne monte jamais d'une octave et son sourire, bien que discret, s'efface rarement de ses lèvres. Tout passe mieux avec un sourire en général, surtout lorsque l'on est une femme. C'est une demoiselle qu'il est plutôt difficile d'énerver. Déjà parce que sa voix au timbre cassé ne porte pas des masses, donc c'est difficile de se faire entendre, mais en plus parce que, égoïstement, elle ne supporte pas le sentiment de frustration que cela produit en elle. Elle est patiente, mais les conflits font partie des choses qu'elle fuit comme la peste. Tout est bon pour éviter une dispute, en passant du détournement subtil de la conversation au départ physique et assumé de la jeune femme. Pourtant elle est relativement attentive aux choses qu'on peut lui dire, qu'elles soient positives ou négatives, tout est bon pour s'améliorer, mais c'est plus fort qu'elle. Lorsqu'elle sait que ça va déraper dans un flot d'arguments couvert par des éclats de colère, elle s'éclipse. Avec elle c'est la discussion calme et sereine ou rien, Raikage à part puisqu'elle ne peut tout simplement pas s'offrir le loisir de l'envoyer se faire foutre. Alors devant lui elle la ferme, elle sourit, et elle abdique. Tout du moins en public, question de ne pas saper son autorité devant les autres. En privé elle ne se gène pas pour lui dire clairement ce qu'elle pense, et les avis divergents sont nombreux. Dans tous les cas, que ça soit avec lui ou avec qui que ce soit d'autre, le sarcasme fait partie intégrante de son élocution et peu de personnes sont capables de supporter ça.

Déjà gamine, avec ses propres parents, elle n'aimait pas suivre les règles, et ça ne s'est pas arrangé avec le temps. Elle a appris à la fermer et à dire amen à un supérieur quand il le fallait, mais lorsqu'elle peut se dérober à un commandement elle ne s'en prive pas, dans l'ombre la plupart du temps. Vous appelez ça de l'hypocrisie ? Elle appelle ça de l'indépendance. La vie est tellement plus belle lorsqu'on la mène à sa guise. Certains appellent ça avoir du répondant, d'autres la qualifient de gamine insolente. Mais elle se fiche bien de savoir ce qu'on peut penser d'elle, elle n'a jamais été très axée discipline. Toute cette histoire d'armes humaines que sont les ninjas ne l'a jamais touché. Si elle est prête à donner sa vie pour ses compagnons ou pour des innocents, elle n'adhère pas aux idéaux de son mari et refuse l'idée même d'utiliser les ninjas comme des pions. Elle aime Faust et sait, au fond, qu'il fait ça pour le village, mais sa manière d'opérer lui déplaît grandement. On ne peut pas nier qu'elle soit trop gentille, clairement, mais elle a vu Kumo avant l'attaque de Kyuubi et constater la triste évolution du village depuis ce tragique événement la désespère. Sa mère a tendance à dire qu'elle est bien trop curieuse pour son propre bien, mais après tout il faut être un véritable mouton pour abdiquer à la moindre parole d'une seule voix autoritaire sans même en connaître les tenants et les aboutissants.

Seulement voilà, l'ancienne Miyawaki sait se montrer fallacieuse et manipulatrice, surtout lorsqu'il s'agit d'éviter les ennuis. Les quelques écarts de conduite -sur les nombreux qu'elle a commis- qui n'ont pas été assez discrets pour rester inconnus n'ont pour l'instant jamais eu de retentissements quelconques sur ses missions, l'avenir du village ou l'honneur de Faust, et n'ont donc par conséquent jamais fait de vague. Elle est consciente qu'un jour ça lui retombera peut-être sur le bout du nez mais elle est comme ça, opportuniste et impulsive. Si une occasion intéressante se présente à elle, elle la repousse rarement. C'est aussi pour ça que, malgré son appréhension quant à la gérance du village, Tsukasa ne trouve jamais d'excuse pour échapper à une mission. C'est une vagabonde dans l'âme, qui aime la liberté autant qu'elle aime retrouver sa famille à son retour, et elle a besoin de ces déplacements plus ou moins lointains pour s'épanouir. C'est aussi une bonne manière de booster son inventivité, qui est déjà pas mal élevée. Complètement accroc à la mécanique et aux vieux objets, elle passe la plupart de son temps libre à bricoler des trucs dont plus personne ne veut et à leur coller des mécanismes pour leur donner une seconde vie. M'enfin, la plupart du temps c'est juste complètement inutile. Ce passe-temps est surtout un moyen d'exprimer sa créativité et de ne pas songer à la direction sanglante que prend le village.

Histoire

C'est un jour de pluie, à l'aube d'une nouvelle journée, que naquit de Tamao Miyawaki et de sa femme Haruka la petite Tsukasa. Le prénom en avait été décidé depuis longtemps déjà, aussi fermement que son père voulait un garçon. Les parents Miyawaki ont mis de longues années avant de réussir à avoir enfin cet enfant tant désiré, et quelle ne fut pas la déception lorsqu'ils s'aperçurent qu'il n'y avait rien entre ses jambes. Pendant quelques minutes la mère de Tsukasa, qui la portait encore contre sa poitrine, pensa même que son mari allait rejeter leur bébé. Il avait tellement prié pour un fils, tellement répété que si c'était une fille il la renierait, qu'elle crut en un miracle lorsqu'il prit fièrement son enfant dans ses bras pour le serrer contre lui. Tsukasa avait beau ne pas convenir à ses attentes, elle restait son bébé et il décida qu'il n'aurait qu'à l'élever comme un garçon, le résultat serait le même.

Les Miyawaki sont établis à Kumo depuis des générations comme artisans menuisiers. Ils ne sont pas nombreux et ce sont tous des civils, mais ils ont perduré jusqu'à aujourd'hui. Le père de Tsukasa est un antiquaire spécialisé dans les objets en bois, passionné d'histoire et de découvertes, qui a repris la boutique de son père comme son père avait jadis repris la boutique du sien, et ce depuis de nombreuses décennies. Le paternel de Tsukasa n'est donc pas un ninja, même si il aurait adoré pouvoir servir son pays en tant que soldat. Sa mère en revanche en est une. Elle n'a jamais dépassé le stade de Chunnin mais elle n'a pas cherché à viser plus haut non plus. Institutrice à l'académie, elle voue une passion aux enfants et à l'enseignement, au moins autant qu'aux hommes... Certains commérages de leur entourage ont donc jasé sur le fait que Tsukasa n'était probablement pas la fille de Tamao mais ce dernier n'y a jamais fait attention. Alors qu'il savait que c'était vrai.

La petite fille a grandi dans cette famille aimante, bien que son père ait eu tendance à la traiter comme un petit garçon, et elle n'a jamais manqué de rien. Il fut décidé, en vue de ses capacités, qu'elle irait à l'académie des ninjas lorsqu'elle en aurait la possibilité et, si tel était son souhait, qu'elle continuerait dans cette branche là. Il ne fut pas bien difficile de la convaincre de poursuivre cette voie. Sa mère qu'elle admirait tant était un modèle pour Tsukasa et son père l'encourageait à œuvrer pour la protection du village. De plus la gamine avait une certaine fascination pour l'aspect héroïque que cela pouvait représenter. Rien de plus qu'une vision édulcorée des choses par une gamine assommée d'histoires et de rêves... Evidemment, sa vision des choses changea et devint plus réaliste en grandissant mais elle n'en perdit pas pour autant son enthousiasme. Bien qu'elle n'ait pas spécialement d'objectif et qu'elle ne pense pas encore au lendemain, elle poursuivait son apprentissage avec plaisir.

Pourtant, la gamine n'était pas la plus disciplinée de sa classe et les punitions tombaient à flot. En plus de ça, si elle n'avait aucun problème avec la théorie, elle semblait avoir quelques difficultés lorsqu'il s'agissait de tout exercice pratique. Les petits jeux d'entraînement avec reconnaissance des couleurs tournaient au drame et elle se tapait des notes catastrophiques, au grand étonnement de ses professeurs qui voyaient bien qu'elle appliquait pourtant les règles. Ses parents furent convoqués et après une courte discussion ils décidèrent d'emmener leur fille à l'hôpital pour vérifier que tout allait bien au niveau de la vue ou du cerveau. Surprise, la petite était atteinte de trinatopie, une variante du daltonisme lui octroyant une vue qui accentue le rouge, remplace le bleu par un espèce de vert turquoise, et transforme les couleurs chaudes comme le brun, l'orange ou le jaune en du rose ou du violet. Finalement, sa vision édulcorée de la vie était peut-être déjà ancrée en elle avant même sa naissance.

Si ce petit problème génétique fut un problème au début de son apprentissage, une fois descellé il n'en posa plus aucun. Les professeurs firent de leur mieux pour s'adapter et lorsqu'ils ne le pouvaient pas, c'était Tsukasa qui faisait en sorte d'assimiler les couleurs qu'elle voyait aux noms qu'ils leur donnaient. Mise à part cette petite originalité pas bien grave même si elle pouvait parfois s'avérer handicapante, Tsukasa était tout à fait normale. Sociable et pas toujours sage, un peu garçon manqué mais jolie, elle était plutôt populaire au sein de ses compagnons de classe. Elle n'était pourtant pas bien méchante, juste beaucoup trop curieuse et insolente, avec déjà du répondant. Les "oui oui sensei" à tout bout de champ, elle ne supportait pas ça. Si elle trouvait quelque chose stupide, il fallait qu'elle comprenne pourquoi c'était de cette façon et pas d'une autre. Des traits de caractère qui n'ont absolument pas changés en grandissant, pour le plus grand malheur de certaines personnes beaucoup trop têtues et fières pour se remettre en question.

Devenir genin ne fut pas bien compliqué. Elle fit partie d'un groupe de trois dans lequel était présent Azami Chikara. Les deux là eurent tout de suite une bonne connexion et devinrent des amis inséparables. Ce garçon énergique et toujours positif émerveillait ses journées. Le petit jeu favoris de Tsukasa était de le laisser deviner lorsqu'elle allait contourner une règle. Elle adorait le voir la suivre comme l'aurait fait un grand frère pour mieux la réprimander avant et après ladite connerie. Pour autant, et aussi loin que remonte la mémoire de leur sensei, les deux là ne se sont jamais disputés. Leur complicité a été bénéfique de nombreuses fois lors des missions et lorsque Tsukasa était vraiment trop perdue au niveau du repérage des couleurs, il était toujours là pour la soutenir. C'est également ensemble qu'ils ont passé la difficile épreuve pour devenir chunin et qu'ils l'ont réussi. A l'époque, ils étaient inséparables.

Et puis elle rencontra Faust. Les deux là n'avaient pourtant pas grand chose en commun au départ. Deux ans de différence, des visions différentes du rôle de ninja, une optique d'entraînement diamétralement opposée... N'importe qui aurait parié sur Chikara plutôt que sur Faust en terme d'histoire d'amour. Et pourtant... Il était déterminé, courageux, et jamais elle ne l'a entendu se plaindre. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir piqué quelques indices au vol concernant sa solitude et la frustration grandissante en lui. Tsukasa a toujours été somme tout banale, elle ne s'attendait pas franchement à ce qu'il se passe quoi que ce soit. Pourtant ils multiplièrent les rencontres, qu'elles soient amicales ou pour le travail, apprirent à se connaître petit à petit, se tournèrent autour pendant un moment, puis vint le moment fatidique où elle termina la soirée chez lui. Ni l'un ni l'autre ne s'attendait à plus qu'un coup d'un soir, cette nuit là. Et pourtant ils entamèrent une relation aux aboutissants qu'ils n'auraient sans doute pas imaginés quelques semaines auparavant.

C'était sûrement la première fois que Faust se confiait de la sorte. Elle n'était personne pourtant, une amie, tout au plus. Ou tout du moins c'était comme ça qu'elle s'estimait. Il avait tellement de groupies qui lui tournaient autour, qu'aurait-elle pu espérer d'autre ? Seulement elle ne se fit pas renvoyer cinq minutes après le coït et ne voulut pas partir non plus. C'est donc tout naturellement qu'ils engagèrent la conversation, d'abord sur des sujets bateaux, puis un peu plus sur leur rôle de ninja, et finalement sur leur propre vie privée. A partir de là, il ne fallut pas longtemps à Faust pour se confier. Tsukasa n'en demandait pas moins, elle pouvait enfin savoir quel était ce petit truc qui semblait coincer chez lui et elle était satisfaite de voir cette curiosité assouvie. Cette nuit fut la première d'une longue liste, bien que Faust continue à voir d'autres filles au début. Tsukasa ressentait clairement de la jalousie mais n'était pas foutue de se l'avouer à elle-même. Elle n'en dit donc absolument rien, poursuivant leur relation en profitant des moments qu'ils pouvaient s'accorder au gré des mois filants, jusqu'à ce que l'attaque de Kyuubi vienne foutre le bordel.

Elle n'avait que quinze ans quand ça arriva et malgré tout, aujourd'hui encore elle s'en rappelle comme si c'était hier. Le grand championnat du monde shinobi devait être une période de fête et de compétition mais cette année là, il tourna au cauchemar. Alors que la finale était bien engagée et que tout le monde attendait de connaître le grand vainqueur avec impatience, le Kyuubi interrompit les festivités avec une attaque dévastatrice. Il fallut un nombre incalculable des meilleurs ninjas pour l'arrêter, au prix de nombreuses vies, de familles détruites et de coeurs déchirés. Toute cette tragédie, en plus de l'évidence presque quasi-certaine de la provenance de l'attaque, et il n'en fallut pas plus pour que les habitants de Kumo se renferment sur eux-même. La frustration de ne pouvoir mettre la main sur le coupable et la souffrance des vies perdues gravèrent une colère farouche dans l'esprit de tous.

Nulle colère ne pointa chez Tsukasa. Elle ne ressentait que vide et tristesse. Sa mère, qui avait participé à la défense du village du mieux qu'elle le pouvait, avait été gravement blessée et conduite à l'hôpital. Ses blessures étant trop profondes, elle fut plongée dans un coma artificiel le temps que les médecins la stabilisent. Tsukasa se retrouva un mois entier seule avec son père, qui était dévasté. Elle fut même obligée de tenir la boutique à sa place, Tamao passant ses journées à l'hôpital à guetter le moindre mouvement de sa femme. Et puis finalement, après de longues semaines d'angoisse et de tension vint enfin la libération. Stabilisée et hors de danger, Haruka fut réveillée de son coma artificiel et put sortir une semaine après, une fois que tout fut en règles et qu'on fut sûr qu'elle ne risquait rien. La vie pouvait reprendre son cours pour la famille Miyawaki. Mais combien d'autres l'avaient vu brisée le jour de l'attaque ? Cette histoire était loin d'être terminée.

Il fallut un an au village pour finalement dégager l'ancien Kage de son poste, lassée de son inactivité. Sans que Tsukasa ne soit réellement surprise, en connaissance de ses ambitions, ce fut Faust qui prit sa place. Faust qu'elle avait revu de nombreuses fois dans l'année et avec qui elle avait fini par officialiser leur relation quelques mois avant qu'il ne devienne Raikage. Ce fut bien la première fois qu'elle le vit totalement épanoui et confiant. Réellement confiant, pas juste pour faire semblant. Il avait obtenu ce qu'il désirait tant, de la reconnaissance, du pouvoir, de l'attention. Tsukasa avait même l'impression de ne plus compter depuis que d'autres s'intéressaient à lui. Mais il lui prouva le contraire un mois après la prise de son nouveau poste avec une demande en mariage à laquelle elle ne s'attendait pas. Demande qu'elle accepta de bon coeur, faisant par la même occasion la fierté et le bonheur de ses parents. Les années s'écoulèrent et plus le temps passait, plus Faust devenait intransigeant et belliqueux dans son rôle de Kage, au plus grand désespoir de Tsukasa. Mais elle connait les raisons, au fond, qui le poussent à agir comme ça. Elle sait ce qui se passe dans son coeur et dans sa tête. L'objectif ne la dérange pas en soi, ce sont les méthodes qui lui déplaisent, et aussi longtemps qu'elle restera sa femme elle ne se gênera pas pour le lui faire savoir.

Test RP

Ici. Seulement pour les rangs Jônin supérieur et Kage. Celui-ci est à inventer par le joueur.
Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Psyborg
Âge : 24
Comment avez-vous découvert KnS : Topsite
Qu'en pensez-vous : //
Suggestions : //




Sakazuki Tsukasa.
You could've rolled your eyes, told me to go to hell. Could've walked away but you're still here and I'm still here. Come on let's see where it goes. I don't wanna steal your freedom, I don't wanna change your mind. I don't have to make you love me, I just wanna take your time.



Dernière édition par Sakazuki Tsukasa le Jeu 22 Juin - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raikage
Sakazuki Faust
avatar
Messages : 305
XP Mensuel : 2
Date d'inscription : 10/02/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Santé:
620/620  (620/620)
Chakra:
620/620  (620/620)
MessageSujet: Re: Sakazuki Tsukasa •   Hier à 19:48



« Bienvenue sur le Forum »


« Le Fond » 9/12

L'originalité 2/3
La cohérence du récit 3/3
La narration 2/3
L'avis personnel 2/3

« La Forme » 12/12

Le vocabulaire 3/3
La syntaxe 3/3
L'orthographe 3/3
La conjugaison 3/3

« La longueur » 3/5

« L'avis personnel » 3/5

« Le Bilan » 27/34

Bon eh bien, j'avoue que ça fait plaisir de lire une présentation aussi fluide et bien écrite. J'ai vraiment remarqué très peu de fautes et c'est appréciable. Tout se lit bien, et comme on en a parlé en privé, les liens avec Faust sont cohérents et bien exploités. En clair, pas grand chose à redire sur tout ça !

Bravo, tu es dès à présent validé au rang de Jônin de Kumo avec 945 points RPG auxquels s'ajoutent 50 points bonus, pour un total de 995 points RPG, les choses sérieuses vont pouvoir commencer.
Pour commencer, nous te conseillons de consulter le catalogue de jutsus. Lorsque tu auras fais ton choix, envoies la liste des techniques que tu souhaites prendre au staff par le biais du sujet de demandes au staff. Si tu le souhaites, tu peux aussi consulter le sujet d'aide à la création des techniques pour avoir tes propres jutsus. Quand tu seras prêt, poste ta Fiche Technique dans la partie réservée à ton groupe : un membre du staff passera pour t'indiquer les corrections éventuelles à faire et la validera. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sakazuki Tsukasa •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Magma contre Ténèbres! Sakazuki vs Rayleigh!
» Speed Dating [PV Sakazuki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Validées-