AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Insecte d'aubépine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 165
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Insecte d'aubépine    Lun 26 Juin - 10:47
L'Hokage attendait nerveusement à l'entrée du village. La visite du Daimyô était en préparation depuis plusieurs semaines et le moment tant attendue se réaliserait sous peu. Une heure, deux tout au plus. Il n'avait échangé que par lettres avec lui et voyait clairement cette visite comme un test de sa capacité à guider Konoha. Depuis plusieurs jours déjà, son cœur refusait de se calmer. Cette matinée ne faisait pas exception. Les nombreux commerçants venants spécialement pour l'occasion faisaient déjà une queue sensationnelle pour entrer. Le service d'ordre de Konoha, d'habitude si coulant était bien plus diligent et quelques murmures de mécontentement commençait à s'entendre.

Sous son chapeau, Asano sentit l’énervement prendre le pas sur son appréhension. Il était évident qu'il y allait avoir beaucoup de monde. S'ils voulaient éviter l'attente ou tout simplement l'interdiction de rentrer à cause du daimyo, il fallait venir les jours précédents. Quasiment une semaine que l'affluence doublait chaque jour. Un second marché avait fini par directement voir le jour au-delà des portes du village. De nombreux vendeurs ambulants remontaient les files de charrettes et autres touristes, fournissant boissons, nourriture et divers ustensile.

L'Aburame se décida à aller voir l'un d'eux pour se rafraîchir tandis que le soleil commençait à échauffer l'atmosphère. Il avait beau profiter de l'ombre du chapeau traditionnel de sa fonction, le lourd manteau d'Hokage n'était pas des plus légers. D'un rapide coup d’œil autour de lui, il aperçut le trésor qu'il chérissait non loin d'une des nouvelles boutiques de vêtements. L'arrivée du Daimyô Izanumi Hosho impliquait tout un cérémonial et nombreux souhaitait y assister. Si l'on voulait le faire, il fallait alors s'habiller en fonction. L'hokage lui-même aurait préféré sa simple veste sans manches mais devait faire avec le grand manteau blanc à la place.

Quelques minutes plus tard, Asano sirotait tranquillement sa boisson en regardant le monstre logistique se mettre en place. Il n'était pas peu fier de son œuvre. Tranquillement mais subtilement, le tout passait du chaos à l'ordre. Une petite voix dans son dos détourna pourtant son attention. Quelqu'un échangeait avec la vendeuse de tissus à quelques mètres de lui. Seule voix distinctive dans le brouhaha général, il y jeta un coup d’œil curieux que pour apercevoir le symbole caractéristique de ses shinobi. Vu le très jeune âge, il s'agissait probablement d'une genin.

L'Aburame écouta la conversation avant d'entendre le nom de la jeune fille : Misato Keiko. Ses sourcils grimpèrent haut sur son visage à cause de la surprise. Il avait vu ce nom passé sur son bureau pas plus tard que la veille. Suite à une discussion avec Hyuga Hinawari, il avait décidé de la pousser à partager ses talents et à prendre une équipe de genin sous son aile. Celle que venait de délaisser la vendeuse de tissus avait l'une des élues. L'homme aux cheveux longs s'approcha alors d'un pas calme pour aller observer les produits de la boutique éphémère. Il y avait énormément de qualité d'après ce qu'il pouvait en juger. Il s'en détourna pour observer la genin.

-Bonjour jeune genin. Tu es venu assister à la venue du Daimyo?

Asano ne put s’empêcher d'être surpris par quelques hésitations de sa part. Devait-il lui révéler qu'il la connaissait déjà? Qu'il l'avait attribué à l'équipe 7 du village? La jeune fille était-elle au courant? Il se contenta d'un grand sourire en laissant tomber son chapeau d'Hokage sur ses épaules avant de reprendre.

-Cela risque d'être vite bouché, tu ne devrais pas tarder à trouver une bonne place si c'est le cas... Misako Keiko.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Misato Keiko
avatar
Messages : 42
XP Mensuel : 2

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Lun 26 Juin - 19:45
ft. aburame asano
"Insecte d'aubépine"

Cela faisait un moment que Keiko n'avait daigné sortir de sa chambre de si bon matin. Depuis qu'elle avait été promue de l'académie des ninjas, la Genin s'était permis quelques petits moments de répit, entre les entraînements forcés que lui imposait sa très chère mère, et les réprimandes quotidiennes de cette dernière auxquelles tout le monde à la maison s'était accoutumé depuis bien longtemps. Ainsi, la brunette envisageait de se réserver un petit après-midi de séance couture, comme elle les aimait tant : Étrangement, il n'y avait que lorsqu'on se mettait à parler chiffons qu'elle était capable de s'enthousiasmer.  

En se levant, la jeune fille mit beaucoup plus de temps à se vêtir de son habituel uniforme de prêtresse rouge qu'à avaler son petit déjeuner, qu'elle ne toucha qu'à peine. Ses parents, toujours debout de bonne heure, lui rappelèrent qu'aujourd'hui, était un jour très attendu pour tous les habitants de Konoha. La venue du Daimyō. Comment Keiko aurait-elle pu l'oublier ? Même en ne sortant que très peu, tout le monde en entendait parler au village. D'ailleurs, il suffisait de voir comment les entrées se faisaient en masse pour le constater : Personne ne voulait manquer ça. De même, l'évènement avait été méticuleusement préparé, comme il aurait été fait pour accueillir un roi. Pourtant la nouvelle ne revêtait que trop peu d'importance pour Keiko, et pour tout dire, c'était à peine si elle comptait y assister.

Tout le monde se bousculait pour être aux premières loges, mais elle, laisserait volontiers sa place, surtout dans la mesure où ce cas de figure lui constituerait une très bonne excuse pour ne pas se joindre à la cohue exaltée. C'est donc sans se soucier de cela qu'elle partit le cœur léger de chez elle, tandis que ses parents lui adressèrent un "À plus tard" en croyant à l'éventualité de la retrouver là-bas. En franchissant le pas de la porte, la brunette serra d'un geste résolu son bandeau de shinobi autour de sa taille, puis leva instinctivement le regard au ciel azuré : La matinée s'annonçait chaude.

En arpentant les quartiers beaucoup plus fréquentés que d'ordinaire, la jeune fille craignait que la foule ne l'étouffe plus que la chaleur du soleil en elle-même. Maintes fois, elle dut faire un petit jeu d'épaules pour se faufiler entre les visiteurs les plus lourdement chargés, assez ennuyée de cette marche hyperactive qui demandait assez de réactivité si on souhaitait éviter la collision.

Arrivée au niveau de la boutique de vêtements qui avait tout récemment ouvert ses portes, l'air frais que lui procurait sa localisation inspira à Keiko un grand soupir de ravissement. Le visage plus détendu, elle accéda à l'intérieur sans se faire prier plus longtemps. La commerçante l'accueillit avec son plus grand sourire - peut-être même un peu exagéré -, puis lui laissa le soin de faire ses emplettes tranquillement. À l'intérieur, il n'y eut qu'une petite poignée de clients, sans doute en quête de tenues plus estivales en raison de la vague de chaleur semainière. Les bras derrière le dos, la Genin parcourut avec un petit sourire toutes les étagères du regard, souvent plus attiré par les couleurs rouges, roses, et bleues. Le rouge et le rose pour broder des fleurs ? Le bleu réaliser un nouvel uniforme ? Keiko ne sut que choisir pour le moment, tandis que toutes sortes de tenues pleines de froufrous et de dentelles défilaient dans son esprit.

"Hmm, je crois que cette couleur m'irait mieux au teint." finit-elle par décider, en palpant une étoffe de coton. Ceci étant fait, la jeune fille passa en caisse pour "faire prendre l'air à son porte-monnaie" comme elle se le disait si souvent. Pensant à sa mère, qui qualifiait ses achats de "compulsifs", elle se mit à pousser un léger soupir en hésitant un court instant : Maintenant qu'elle était devenue Genin, il fallait également qu'elle pense à mettre un peu d'argent de côté pour se procurer des armes. En parallèle, ses futures missions lui rapporteraient sans doute quelques sous, mais de là à lui permettre de se ravitailler en armement ET en vêtements...

« Et voilà, merci à vous ! Vous souhaitez une carte de fidélité ? Donnez moi juste votre nom, prénom. »
« Misato Keiko. Comme ça s'entend. »

L'étoffe finalement achetée, la vendeuse inscrivit de son pinceau le nom donné sur une petite carte en carton, à faire tamponner après chaque achat. Les prix étaient assez élevés, mais les produits de qualité. C'est donc sans regret, que Keiko se résolut à acheter le tissu qu'elle convoitait.

- Bonjour jeune genin. Tu es venue assister à la venue du Daimyo?

La brunette leva les yeux vers l'homme aux cheveux longs qui venait de lui adresser la parole. Et cet homme... n'était pas n'importe qui :

« J-Jusandaime-sama ?! Vous voir ici... Je ne m'y attendais pas. B-Bonjour...  » murmura-t-elle, un peu nerveuse. « Et en ce qui concerne la venue du Daimyo eh bien... »

Roulement de yeux.
"Je crois que je vais bien être obligée d'y assister, que je le veuille ou non." avait-elle envie d'ajouter. Mais en repensant à toutes les règles de bonne conduite qu'elle avait à adopter en présence de ses supérieurs (et là il s'agissait du plus haut placé) que sa mère lui avait inculquées, Keiko renonça à dire ce qu'elle pensait vraiment pour cette fois. Tant bien que mal.

« Oui bien sûr... Je ne peux pas manquer ça.  » finit-elle par dire, le sourire un peu tendu, ayant des difficultés à masquer son hésitation.

C'était la première fois que la jeune fille conversait avec le Hokage 13e du nom, Aburame Asano. Elle qui avait l'habitude de parler sans états d'âmes se trouvait plutôt nerveuse cette fois-ci. Il fallait dire que l'homme occupé qu'il était n'avait pas le temps pour parler au premier venu, c'était donc un privilège d'être abordé par une personne d'une telle grandeur. Keiko ne le savait que trop bien... Loin d'elle était l'idée d'entretenir une bonne image auprès de ce dernier, elle souhaitait juste demeurer égale à elle-même en toute circonstance. En réalité, elle ne put s'empêcher d'être légèrement intimidée par l'impression de force qu'il dégageait.

- Cela risque d'être vite bouché, tu ne devrais pas tarder à trouver une bonne place si c'est le cas... Misato Keiko. reprit-il calmement.

La brunette tressaillit. Il connaissait son nom ? Était-ce un bon ou un mauvais signe ? Là, l'incident d'il y a deux ans commença à lui revenir en tête. Est-ce que cette affaire lui était également survenue aux oreilles ? Ou plutôt avait-il lu son nom dans le registre ? Même si tel était le cas, pourquoi est-ce que parmi les milliers de noms qui défileraient devant ses yeux, celui de Misato Keiko ressortirait-il le plus ? Trop de questions, auxquelles la jeune fille ne pourrait de toute façon pas répondre.

« Vous me connaissez ? » demanda-t-elle, arquant un sourcil.

Il suffisait de la lui poser, c'était aussi simple que ça.

Toujours tendue, Keiko finit par soupirer longuement. À chaque parole de prononcée, la Genin avait l'impression d'être trop familière, ou de manquer grandement de spontanéité. Elle n'aimait pas beaucoup ça, et au final... 

« Tout comme je me demande pourquoi je suis un peu intimidée en votre présence, je me demande pourquoi est-ce que la venue du Daimyo est si honorifique... »

Keiko plaqua sa main sur sa bouche. Et voilà, tôt ou tard, son honnêteté finirait par la trahir ! Une chose est sûre, l'étiquette et elle faisaient deux, et si sa mère était là, la jeune fille recevrait vite un poing sur la tête ! Quelque part, c'était aussi un lapsus révélateur. Instinctivement, la demoiselle en rouge devina que ses paroles étaient susceptibles d'offenser le Hokage. Et bien qu'elle n'était évidemment pas sans savoir que le Daimyo du feu régnait sur son pays et prenait les plus grandes décisions politiques, l'idée qu'on en fasse autant pour sa visite la turlupinait un peu...

© ASHLING POUR EPICODE




Dernière édition par Misato Keiko le Dim 2 Juil - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 165
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Sam 1 Juil - 19:51
Les yeux de l'Hokage pétillèrent à la seconde question de la jeune fille. Cela devait lui faire tout drôle d'être abordé par le leader de son village, devant une boutique de tissus qui plus est. Les tremblements dans la voix de celle-ci semblaient en témoigner. Malgré la situation, l'espèce d'hallucination que la genin vivait, elle arrivait à prononcer les marques de respect dû à la position de l'homme aux cheveux longs. Il appréciait grandement le geste. C'était une preuve d'une bonne éducation et en disait beaucoup quant à l'honneur de la famille Misato.

-Il est normal d'être intimidé par les personnes importantes. Sans me vanter ou mettre le Daimyo dans un bon jour, il est vrai que nous décidons de beaucoup de choses. Des choses qui peuvent directement impacter la vie de chacun, la tienne également. Oserais-je jusqu'à dire qu'en tant que genin, tu ne dois pas voir le Daimyo ou moi régulièrement. La position et la rareté rendent ça exceptionnel et donc honorifique.


Asano jetta un petit coup d'oeil sur les diverses préparations. Il ne faudrait pas que discussion ne l’empêche de surveiller les derniers détails pour l'arrivée d'Izanumi Hosho. Son propre honneur et ses capacités à pouvoir tenir son rang seraient juger là-dessus. Il aurait bien fait sans mais en assassinant le précédent Hokage, il avait aussi choisi d'endosser les inepties diplomatiques qu'il apportait. Un éclair de ressentiment traversa ses yeux alors qu'il repensait à tout le programme que le seigneur du Pays du Feu avait exigé. L'Aburame lui-même devrait montrer quelques-unes de ses techniques dans le tournoi qui avait été organisé. Encore une fois, il fallait montrer qu'il était à la hauteur de son poste. Autant sur le plan administratif qu'au combat. Il chassa ses pensées néfastes en rabattant une mèche derrière son oreille et se concentra à nouveau sur l'adolescente. Il se pencha même légèrement alors qu'il prenait la parole.

-Je dois connaître tous les gens du village, encore plus mes soldats. Entre nous, c'est encore plus dur qu'on peut le penser.


Heureusement, il avait vu Mara effectuer ce travail pendant des années. Il connaissait tous les secrets de son prédécesseur et les réutilisait allègrement. Quitte à prendre la vie et le poste de quelqu'un, autant tout prendre tout ce qui allait avec. L'Hokage se releva après sa fausse révélation. Il était loin de connaître tous les genins et même certains Chuunin mais étant donné le nombre impressionnant de Shinobi de Konoha, c'était somme toute logique.

-C'est plus facile quand la personne a été au centre de mon attention récemment. Tu as eu ton diplôme de genin il y a peu, non? Tu dois donc t'attendre à être intégré à une équipe de personnes du même rang. Si je ne décide pas régulièrement de qui va où, je suis toujours informé des avis des directeurs de l'académie et des jonin éducateurs.

Cela lui faisait étrange de dévoiler ainsi à la genin, presque par hasard, qu'elle serait dans l'équipe sept. Il avait l'impression que ce n'était pas à lui de le faire, comme s'il devait garder la surprise. Un sentiment bizarre qu'il n'avait jamais ressenti. Il ne put s’empêcher de faire un sourire gêné à la demoiselle avant de continuer.

-J'espère que cette progression dans ta carrière te satisfera. La période des équipes genin est une époque à chérir. Rarement, en tant que Shinobi, ne connaît-on une aussi grande intimité et pleine confiance envers d'autres personnes. Je te prends probablement au dépourvu. L'idée te plaît? T'ennuie?

Hiwamari avait beau être une excellente combattante, le rôle d'un précepteur était autrement différent. Cela serait une grande première autant pour les deux jeunes filles que pour leurs senseis. Au moins, chacun pourrait apprendre de l'autre. Parfois malheureusement, cela se passait très mal. Certains jonin n'avait aucune fibre d'enseignement. D'autres élèves détestaient être surveillés et préféraient se débrouiller seuls. Les diverses légendes de grands ninjas s'étant formés par eux-mêmes n'aidaient pas à contrôler les plus obtus.

-Tu me sembles en tout cas déjà avoir un sacré caractère. C'est bien. Ta sensei est similaire. C'est possible qu'elle soit tout aussi...peu intéressé que toi quant à la venue du Daimyo.


Suite aux dernières paroles de la jeune fille, l'Hokage semblait déceler une envie moindre que les premiers mots auraient pu laisser penser. Pourquoi serait-elle excitée par la vision de quelqu'un qui n'a que peu d’intérêt à ses yeux? Peut-être que le daimyo était aussi rare qu'un boulanger venant de Kumogakure, il n'était apparemment pas plus stimulant. Asano ne put s’empêcher de rire à cette idée.

-Si tu ne souhaites pas assister à sa venue, tu as tout à fait le droit de faire autre chose, tu sais? Ce n'est pas parce que tout le monde le fait que c'est forcément bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Misato Keiko
avatar
Messages : 42
XP Mensuel : 2

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Lun 3 Juil - 23:40
ft. aburame asano
"Insecte d'aubépine"

Que voilà des paroles bien sages ! Au fil de leur conversation - aussi peu commencée soit-elle -, Keiko cru voir en cet homme un grand Hokage, foncièrement juste, digne de porter de son titre, et qui prenait ses responsabilités à cœur. Mais peut-être que derrière ses allures d'homme admirable et son attitude distinguée, celui-ci cherchait à se défaire de liens d'un passé trop lourd à porter, ça l'aspirante kunoichi n'en savait rien. Malgré sa voix pleine d'assurance qui pouvait quelque part, avoir l'effet d'intimider la demoiselle en rouge, ses paroles parvinrent à la détendre peu à peu et à lui faire prendre ses aises.

La jeune fille savait que son malaise s'était fait ressentir, mais le ton complaisant du 13e du nom avait vite fait de la rassurer. De même, il lui donna la réponse à sa question ( qu'elle pensait susceptible d'offenser ) sans une once d'hésitation, ou sans lui tenir rigueur d'un quelconque manque de délicatesse. Ses paroles furent plutôt simples à première vue, et la brunette se sentit inévitablement adhérer à celles-ci.

« Oui, je comprends... » souffla-t-elle doucement.

Rapidement, le Jusandaime lui révéla qu'elle avait été assignée tout récemment à une équipe de Genin, ce qui expliquait plus ou moins le fait qu'il l'ait reconnue sans aucun mal. Keiko eut l'air inquiète un court instant : Sa mère lui ayant maintes fois conté ses propres aventures au sein de son équipe, elle savait que ce moment ne tarderait pas, mais ne put s'empêcher d'être perplexe quant à l'idée de travailler en équipe avec deux autres Genin, sous la responsabilité d'un Jonin supérieur. Sa manière de faire et sa paresse ne plairont sûrement pas, et Keiko sut pertinemment qu'elle n'aura plus vraiment l'occasion de se prélasser tranquillement, maintenant que sa carrière de ninja était toute commencée. Fraichement diplômée, la jeune fille prit également conscience, en regardant son bandeau frontal tout flambant neuf noué à la ceinture, que les choses sérieuses ne débutaient que maintenant.

-J'espère que cette progression dans ta carrière te satisfera. La période des équipes genin est une époque à chérir. Rarement, en tant que Shinobi, ne connaît-on une aussi grande intimité et pleine confiance envers d'autres personnes. Je te prends probablement au dépourvu. L'idée te plaît? T'ennuie?

Elle secoua la tête, un sourire ironique étirant ses lèvres.
« Ça s'annonce barbant, mais... nous verrons bien. »

Une époque à chérir hein ? En entendant cela, Keiko devina que l'expérience du 13e du nom l'avait forgé à de nombreuses peines, de nombreux tourments et sans doute, à de lourdes déceptions. La genin se sentait obligée de se faire à l'idée de travailler en équipe, que cela lui plaise ou non, mais elle vit aussi le bon côté des choses : Elle avait été promue Genin, et avait passé la première étape de la voie du shinobi en devenir. Elle s'y était officiellement engagée, et allait pouvoir montrer à sa mère de quoi elle était faite, malgré sa paresse.

En revanche, la pensée de se retrouver avec de potentiels boulets ne l'enchantait pas du tout. La jeune fille souhaitait seulement avoir des compagnons pas trop bruyants, qui ne chercheraient pas à l'extirper de ses phases de profonde rêverie, et assez forts pour combler son Taijutsu pas très prometteur qui risquerait d'entraver sa progression. Elle voulut bien en savoir davantage, - notamment sur les capacités et la personnalité des Genins concernés et de son sensei - mais elle interprétait le sourire gêné de l'homme aux cheveux longs comme une manière de dire qu'il serait mieux qu'elle en juge par elle-même le moment venu.

En entendant ce dernier affirmer que son caractère pour le moins spécial était commun à celui de son futur- ou plutôt de sa future sensei -, la demoiselle rougit légèrement, un peu embarrassée. Ses parents lui reprochaient souvent son manque de tact, mais elle n'avait pas vraiment pensé que cela puisse se voir autant avec si peu de dialogue. En tout les cas, elle était prévenue du caractère trempé de la kunoichi qui allait être en charge de son équipe, même si avec elle comme sensei, Keiko espérait avoir au moins le temps de souffler un peu. Apparemment, il était possible que la venue du Daimyo au village caché de la feuille ne l'intéresse pas plus qu'elle, chose que la Genin lui accordait.

Le problème ne venait pas du fait qu'elle craigne que son absence à l'évènement soit inconvenant, comme le 13e du nom pouvait le penser. En réalité, elle n'avait pas de motif en particulier - du moins, aucun de valable -, si ce n'était qu'une flemme permanente qui la prenait presque à chaque fois qu'un effort lui était demandé. De surcroît, l’étoffe de tissu qu'elle portait dans ses bras comme un nourrisson pouvait témoigner de ses intentions, bien que, Keiko commençait doucement à se faire indécise.

« Oh, là n'est pas le problème Jusandaime-sama. C'est juste que... » D'une main elle se tripota les cheveux en regardant ailleurs, la moue hésitante, puis finit « Mes parents voulaient que j'y assiste. Pas pour faire bonne figure, mais ne serait-ce que pour voir à quoi ressemble l'homme le plus haut-placé du pays du feu. »

En voyant la chose avec un peu de recul, la demoiselle se dit que ce ne sera pas cher-payé d'aller y assister, l'évènement étant très rare. Bien qu'elle n'appréciait pas ajourner ses séances de couture, l'idée que cela prenne beaucoup moins de temps qu'elle ne le pense vint lui effleurer l'esprit. Oui, car tout était une question de temps. En particulier depuis qu'elle avait été promue Genin, elle sentait ses journées se raccourcir du fait de ses activités plus nombreuses; entre ses entraînements forcés et ses passes-temps favoris ( c'est-à-dire dormir et coudre ), et en devenait pour le moins contrariée. Mais ainsi était faite la vie d'une future kunoichi, se réconfortait-elle, et au final, Keiko ne pouvait que l'accepter.

Avec un petit air imaginatif, elle ajouta en riant doucement :
« Personnellement, tant qu'il ne s'agit pas d'un beau jeune homme, je ne prendrais pas la peine de faire le déplacement. »

Phrase de l'atypique princesse trop coquette, que la demoiselle avait pourtant prononcée en toute sincérité : C'était dans sa nature, et elle ne pouvait rien y faire. Le bon côté des choses, c'était qu'elle avait fini par se mettre à l'aise, même en compagnie de l'Hokage 13e du nom. D'ailleurs, maintenant qu'elle y pensait, peut-être que lui qui se préparait depuis des jours à recevoir le Daimyo convenablement, était aussi tendu qu'elle. Sur cette pensée, Keiko espérait que cette petite discussion lui ferait office d'un moyen de se relaxer - ne serait-ce qu'un peu-, tout comme ses paroles avaient pu lui tranquilliser l'esprit un peu plus tôt.

Ses yeux marron se posèrent sur lui.
« Je crois que je n'aurais jamais, ni l'envie ni la motivation et ni la patience, pour devenir Hokage. » avoua-t-elle avec un sourire navré.

Ça n'avait de toute façon, jamais été dans ses intentions. Mais pour devenir forte au point de ne plus qu'utiliser des techniques de Ninjutsu, il lui fallait tout de même atteindre un certain niveau...

© ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 165
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Mer 26 Juil - 17:53
L'Hokage accueillit la réplique sur la beauté du daimyo avec un grand rire. C'était une version...particulière de voir les choses. Une version valable même si ce genre de critères lui était assez étrangers. Au même âge, il aurait fait l'effort de voir le seigneur du pays. Pour sa part, cela aurait été de la simple excitation d'observer un truc rare. Le daimyo ou un animal qui ne vit qu'à Kumo n'avait que peu d'importance au final. Il n'avait pas plus de « bonnes » raisons que Keiko. Dans les deux cas, l'adulte qu'il était trouvait que cela prouvait un esprit bien léger comparé à ce qu'on attend d'un Shinobi. Toutefois, le garde de genin était généralement synonyme de celui d'enfant. Comme tous les gamins, Keiko et Asano à son âge, n'étaient pas totalement mature. La vision de l'Hokage correspondait déjà plus à ce que l'on attendait d'un chuunin.

La différence entre les deux grades n'était pas petite. Si le chuunin était rarement un chef d'équipe, on le considérait comme un adulte totalement formé. Ça liait autant des qualités techniques que mentales et tant que la jeune fille n'avait pas atteint ce grade, peu de choses avaient d'importance. Qu'elle juge autant de personne sur leurs physiques ou qu'elle se base dessus pour leur accorder son attention si elle le souhaitait. Il valait mieux agir ainsi à satiété avant d'être forcé de passer à autre chose. Cela allait également de pair avec les ambitions de la Misako.

-C'est tout à fait normal. Peu de genins ont cette ambition. Encore plus rares sont ceux qui comprennent ce que cela implique vraiment...


Asano avait bien des élèves au caractère très trempé, même eux n'effleurait qu'à peine ce que le futur leur réservait. Certaines paroles d'Akinobu ou Tsukiyo avaient le potentiel de les laisser entrevoir le rêve de devenir Hokage un jour. Cela restait toutefois quelque chose qu'eux-mêmes avaient du mal à imaginer pour l'instant. Souvent, ceux pensant vouloir devenir Hokage se trompaient eux-mêmes. Certains voulaient juste plus d'attention, d'autres qu'on les traite en adultes, ... la plupart ne voulaient pas vraiment la responsabilité de tout un village. Le Jūsandaime lui-même n'en voulait pas réellement. Il avait dû aller voler sa position simplement car il voyait Konoha courir à sa perte. En un sens, il s'était sacrifié en même temps que son prédécesseur pour sauver les millions d'habitants d'une mort certaines lorsqu'une guerre éclaterait.

-...Moi-même je ne pensais qu'à simplement profiter de ma vie de ninja et de mes nouvelles capacités à ton âge. Il est toutefois intéressant d'observer « l'homme le plus haut placé du pays du feu » comme tu dis. On n'a pas organisé toutes ces festivités pour rien, tu t'en doutes. Voit ça comme un conseil avisé. C'est une sorte d'investissement pour le futur. On sait jamais, tu pourrais avoir à le reconnaître ou le servir prochainement.

L'Hokage jeta un coup d’œil vers l'avenue que devait emprunter Izanumi Hosho comme s'il le regardait au-delà des kilomètres. Il n'était pas rare qu'une équipe de genin s'occupe de la fonction de garde du corps du daimyo ou de son fils sur un voyage tranquille sans danger. C'était un honneur souvent donné à ceux qui se démarquaient du rang. Une récompense qui apportait honneur et statut aux shinobis comme à leurs familles. Si Asano et son équipe avaient réussi la mission de rang B s’étant soldé de manière catastrophique, ils auraient probablement gagné cette fameuse récompense. L'Aburame se retourna vers la jeune fille en lui faisant un petit sourire pour tenter de la mettre plus à l'aise. Il se doutait que l'idée de servir le seigneur du pays avait de quoi mettre la pression à n'importe qui. Lui-même gardait son calme que de manière extérieure.

-Le fait d'être nommé dans une équipe de genin va t'amener à effectuer de plus en plus de missions. Autant sous la surveillance de ton sensei que juste avec tes coéquipiers ou toi-seule. Les réussites ont tendance à accaparer l’œil des instances dirigeantes.

Asano ne précisa pas qu'il parlait de lui-même évidemment. Il n'avait jamais eu d'ego particulier et c'était plus une manœuvre qu'aurait pu faire son frère. Toutefois aurait pu être de la fausse modestie. Ne pas dire son nom pour montrer sa position avec d'autant plus de force. L'idée provoqua un petit reniflement amusé chez l'Hokage. Il était étonné de la pointe de fierté qu'il ressentait. Le pouvoir avait des façons bien pernicieuse de corrompre ceux qui l'utilisait. Pour chasser ses propres pensées, il reprit la parole, levant le nez vers la foule qui commençait à s'amasser en grand nombre.

-Cependant, il n'y a pas que les missions qui te permettent d'accomplir ceci. Les festivités liées à la venue du daimyo sont nombreuses et variées. La plupart de mes shinobi sont déjà informés et tu l'aurais probablement appris de la part de ta sensei. D'ici une semaine aura lieu un grand tournoi pour...divertir notre invité.

Un léger rictus passa sur les lèvres de l'Aburame lorsqu'il termina sa phrase. Il était totalement contre mais la politique étant ce qu'elle était, il était obligé. Montrer à tant de monde les capacités des siens le dérangeait fortement. Il se doutait que des dizaines d'espions seraient dans les murs du village à ce moment-là. Qui plus est, lui-même devrait fouler le sol de l'arène. Pour un Hokage qui supportait pas de se mettre en danger, montrer de quoi il était capable à ses ennemis était la source d'une grande panique. Conséquemment, il en voulait beaucoup à Izanumi Hosho d'avoir exigé cette démonstration de force. Il se reconcentra cependant sur la genin devant lui.

-Quelqu'un qui s'illustre particulièrement dans le tournoi gagnera évidemment plein d'attention. Positive comme négative. Je suis à peu près persuadé que mes élèves y participeront. Certains attendent le jour J avec impatience. Qu'en est-il de toi? Des envies particulières de prouver tes capacités?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Misato Keiko
avatar
Messages : 42
XP Mensuel : 2

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Lun 7 Aoû - 15:18
ft. aburame asano
"Insecte d'aubépine"

Sur le coup, Keiko ne sut trop comment prendre le rire du treizième qui riait de bon cœur sur ses remarques un peu déplacées. Sa perception des choses lui paraissait-elle ridicule ? Inhabituelle ? La brune en vint à se demander si elle n'aurait pas mieux fait de continuer à modérer son honnêteté depuis le début de cette conversation. Maintes fois elle s'était dit qu'elle se fichait éperdument du regard des autres, mais cette facette de sa personnalité qui faisait d'elle une demoiselle n'ayant le goût que pour les jolis garçons n'était sûrement pas exempt de faire de drôles d'impressions au Hokage de son village. Qu'à cela ne tienne, elle était ainsi et s'assurait qu'elle n'y pouvait pas grand chose. De même, le peu d'ambition qu'elle lui exprima ne revêtait pas une allure très glorieuse, mais il s'agissait de la pure vérité. L'aspirante-kunoichi qu'était la Misato reconnaissait - qu'en plus de manquer de motivation -, être assez immature et de ne parfois pas prendre les choses avec assez de recul. Après tout, qui choisirait la voie du ninja avec aussi peu d'ambition ?

Le Jusandaime lui assura néanmoins qu'à son âge, il était tout à fait normal de ne pas être animé par de désirs aussi présomptueux, en particulier lorsque la chose n'était pas tout à fait comprise. La brune se sentit un peu moins étrange en entendant cela, ayant l'habitude qu'on lui dise que nombreux étaient ceux qui nourrissent le rêve de devenir Hokage. Elle, voyait ce statut d'un œil bien plus pessimiste que ces gens-là, car qui disait Hokage, disait travail et responsabilités, et qui disait travail, disait effort.

Il fallait cependant bien qu'elle se l'admette; le titre de Genin la soumettait à de nombreux devoirs, et assister à la venue du Daimyo du feu en faisait partie. Ne serait-ce que pour saisir l'occasion d'entrevoir cet homme si important, elle commença à se convaincre d'aller assister à la cérémonie en son honneur.  

« Oui, j'y serais. » prononça-t-elle doucement. Elle ajouta le regard rivé ailleurs « Je pense. »

Voilà le mot de trop.

Bien qu'en apparence, elle semblait encore hésiter, la Misato avait désormais l'intention bien arrêtée de s'y rendre, comme tous ceux qui se bousculaient pour être assis aux premières loges. Il étant toutefois dans sa nature de ne jamais être trop sûre des choses, car personne ne pouvait dire d'avance ce qui se passerait dans les prochaines minutes, pas plus qu'on ne pouvait prévoir, si tout se déroulerait comme prévu. Peut-être qu'à force de s'attarder, elle finirait par obtenir les plus mauvaises places, de là où sa petite taille lui permettrait de n'apercevoir que le bout du couvre-chef du Daimyo. Keiko masqua un sourire ironique en y pensant.

Lorsque le treizième évoqua de nouveau son affectation à une équipe de Genins, qui constituerait de surcroît, une pré-évaluation potentielle des rangs de la génération future de la part « d'en haut », la jeune fille en rouge fut assez dubitative, ne pensant désormais qu'à une seule chose : Sa vie de kunoichi risquait de lui donner des déboires, mais elle ne se détournerait pas du but qu'elle s'était fixé. Elle était soldat, et devait être prête à servir son village en toutes circonstances. Déjà petite, Keiko avait toujours vu les missions comme des aventures dangereuses, où les shinobis envoyés accomplissaient leur devoir avec une épée de Damoclès au dessus de la tête. Sur ce coup-là, peut-être était-elle trop peu optimiste - surtout pour son petit rang -, et se mettait martel en tête inutilement.

« Un... tournoi ? »

Ouille ! Elle qui avait trop souvent négligé l'entraînement aurait d'emblée à se battre dans l'arène de son village, et qui plus est sous l'oeil de plusieurs centaines de spectateurs. Outre le fait qu'elle trouvait l'évènement un peu précoce pour la novice qu'elle était, elle ne voyait vraiment pas en quoi se taper dessus était divertissant ! Ce n'était pas un sentiment de panique qui l'envahit sur l'instant, mais plutôt de la frustration. Frustrée que les choses aillent aussi vite. Car cela ne faisait aucun doute; elle pourrait bien ne pas être à la hauteur. Il lui restait environ une semaine pour peaufiner ses techniques avec sa mère, mais serait-ce suffisant ?

Demander si la participation était obligatoire lui brûlait les lèvres, mais Keiko s'abstint en repensant à ses parents qui la forceraient de toute manière à y prendre part, en remettant une histoire de patriotisme ou de moralité barbante sur le tapis.

« Je n'aime pas particulièrement combattre, pour tout vous avouer. » répondit la brune avec un léger haussement d'épaules « D'ailleurs, je ne penserais qu'à une seule chose quand je me retrouverais dans l'arène : Me prendre le moins de coups possibles. Si je veux prouver mes capacités, ce n'est pas aux autres, mais à moi-même. Le regard des autres ne m'importe que peu. » finit-elle, en plongeant son regard dans celui du treizième.

Elle avait appuyé cette dernière phrase avec une certaine audace dans les yeux.
© ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 165
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Dim 20 Aoû - 11:46
L'Hokage plissa ses yeux, une étincelle amusée dans le regard. Décidément, la jeune genin était une belle surprise. Clairement à côté, volontairement ou non, de tout ce qui était attendu d'elle et des relations sociales. C'était cependant une brise d'air frais dans les rapports parfois sclérosés de l'armée. D'habitude, Asano ne supportait pas cela. Himawari était du même genre que Keiko et pourtant, faisait continuellement tiquer l'Aburame sur ce qu'il voyait comme un manque de politesse et de respect. Il ne saurait dire pourquoi la tisseuse le faisait plus rire qu'autre chose. Peut-être son jeune âge.

-Tu es tout à fait comme Daiki, l'un de mes élèves. Lui aussi a du mal à se plier aux attentes habituelles des adultes... ceci dit, il aime les combats et globalement la pratique.

Il ne s'était également pas trompé en affirmant plus tôt que la future sensei de la team sept ressemblerait beaucoup à la Misato. Le manipulateur d'insecte avait hâte de voir comment tout ceci allait se créer ensemble. Dès sa première réunion avec ses élèves, il avait pu voir des tempéraments bien trempés et quelques piques de-ci, delà être lancé. L'équipe huit avait clairement de l'alchimie et un gros potentiel ensemble. Qui sait ce que deviendrait celle de la Hyuga?

-Mais si cela peut te rassurer, même à mon âge, mon poste et ma carrière, je n'aime pas non plus les combats. C'est toutefois plus logique je pense. Arrivé à un certain point, on sait mieux ce que cela représente et le fun a tendance à partir. Je passe plus mon temps à aller chercher des chats ou combattre des sangliers géants, ça joue aussi.

Asano ne doutait pas que cela allait être le quotidien de la jeune fille pendant quelque temps. Il était toujours étrange comment, en dépit des générations différentes, les mêmes missions semblaient revenir en permanence. Parfois, les familles ou même les senseis faisaient exprès de prendre des missions semblables à celles qu'ils avaient eux-même faites. L'Hokage pensait le faire un peu plus tard. Il pourrait ainsi voir comment se débrouilleraient les siens. S'ils faisaient les choses différemment que de lui à leurs âges ou au contraire, si sa team était un miroir. Ainsi, il pourrait plus facilement voir les traits particuliers de ses élèves et les guider au mieux.

-Toutefois, même genin, je n'ai jamais été très porté par les combats et l'assaut direct en particulier. Mes capacités ne m'y poussent pas non plus. Je préférais laisser ça à mon coéquipier Akimichi et ne pas attirer l'attention de nos opposants. Himawari, ta sensei, est plutôt à l'opposé. J'ai hâte de voir si tu sauras apprendre à son contact. Penses-tu pouvoir tenir ta position de ne pas prendre de coup? Moi-même j'ai eu une Hyuga comme sensei et je peux t'assurer, ce n'est pas si facile qu'on le croit.



La relation entre Asano et Mara avait été avant tout mentale. La jeune femme lui avait transmis ses idéaux et ses valeurs avant que la vie de ninja change définitivement le garçon qu'il était. S'il était Hokage aujourd'hui, c'était avec des stratégies qui auraient dégoûté son prédécesseur. Sa volonté de protéger le village et les habitants étaient par contre, tout à fait les mêmes.

-Vouloir se prouver des choses à soi-même est très bien. C'est même probablement le mieux pour progresser. Ne jamais être satisfait, toujours se perfectionner, ... cela peut t'amener très haut. Maintenant, les regards des autres sont plus lourd que tu ne le supposes.

De nouveau, l'Hokage le savait bien. C'était les autres et plus particulièrement son clan qui l'avait poussé à revenir dans le service actif après deux ans de convalescence. C'était beaucoup trop tôt pour lui mais il avait cédé à la pression familiale. Au final il s'en était bien sorti mais cela aurait pu finir tout à fait différemment.

-Voit ce simple exemple quant à ta situation. Pourquoi es-tu devenu une kunoichi? Ou ne serait-ce qu'ici alors que le daimyo va parader. Tu m'as dit que c'était ce que voulaient tes parents pour le second mais ne le serait-ce pas aussi pour le premier? Dans les deux cas, ne voulais-tu pas faire autres choses?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Misato Keiko
avatar
Messages : 42
XP Mensuel : 2

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Ven 25 Aoû - 22:21
ft. aburame asano
"Insecte d'aubépine"

Les comparaisons que le treizième du nom faisait entre le caractère de Keiko et celui de ses futurs coéquipiers avaient eu l'effet de piquer la curiosité de celle-ci à vif, elle qui d'ordinaire, se préoccupait peu des autres. Il existait donc des personnes qui avaient la même façon qu'elle de voir les choses ? C'était pour le moins surprenant, et pendant un court instant, le désir de rencontrer son équipe vint soudainement l'effleurer. Qui sait, peut-être arriverait-elle à s'entendre avec eux en dépit de son tempérament excédant. Elle en tout cas, ne demandait rien d'autre.

Lorsqu'elle entendit le Hokage lui parler de combats et d'amusement qui tendait à s'estomper lorsqu'on gagnait en âge, la kunoichi en rouge ne put réprimer un léger sourire. Visiblement, lui et elle avait un point commun : Celui de ne pas aimer se battre. Toutefois, leurs raisons étaient bien différentes, elles, et celles de Keiko étaient loin d'être empreintes de noblesse ou de sagesse. Chose qu'elle assumait complètement d'ailleurs. Elle espérait que sa future sensei - qui s'avérait être une Hyûga d'après le Jusandaime - ne lui tienne pas rigueur du manque apparent de sérieux que pouvait revêtir son but.

« À vous écouter, ma nouvelle sensei semble n'être qu'une harpie ! Enfin, peut-être n'ai-je pas la prétention de ne pas me prendre de coups, que ce soit de sa part ou de la part de mes adversaires, mais je ne peux rien vous dire de plus que "je tenterais de tenir le coup"... sans mauvais jeu de mots.  » prononça-t-elle en se tenant un bras.

Par-là, Keiko sous-entendait qu'elle ne se laisserait pas intimider pour autant. Elle qui désirait finir sa carrière de kunoichi avec le moins de blessures possible, ne voulait surtout pas laisser ses craintes entraver sa progression ou se retourner contre elle. Ce qu'il était intéressant de noter était le fait que l'expérience du Treizième ait évoluée sous les directives d'une Hyûga semblaient avoir particulièrement marqué celui-ci. Toutefois, la Genin en rouge avait un doute : Parlait-il de difficultés vis-à-vis de l'entraînement physique qu'elle lui avait inculqué, ou de la transmission de ses idéaux en vertu de la relation maître-élève qu'il était complexe de mettre en application ?

- Vouloir se prouver des choses à soi-même est très bien. C'est même probablement le mieux pour progresser. Ne jamais être satisfait, toujours se perfectionner, ... cela peut t'amener très haut. Maintenant, les regards des autres sont plus lourds que tu ne le supposes.

D'après Keiko, ça sentait le vécu. Au-delà de ça, la demoiselle était tout à fait d'accord avec ses premiers propos : Plus on était exigeant avec soi-même, plus vite on s'améliorait. En revanche, ce n'était pas aussi simple que ça n'en avait l'air, et ça, la jeune fille sentait qu'elle était très bien placée pour le savoir. Ne s'étant que rarement interrogée sur son avenir, elle estimait que ne pas se satisfaire de ses capacités actuelles suffirait à la faire devenir meilleure, et ce malgré sa fainéantise. Et quant à ce qui l'avait poussée à devenir une kunoichi, il s'agissait d'une raison aussi bateau que noble, qu'elle avait cuisinée à son caractère un peu spécial : En ressortait un plat qui s'avérait être son but.

« Vous devez sans doute souvent entendre ça de la bouche de vos ninjas, mais je suis devenue kunoichi pour défendre ceux qui me sont chers, tout simplement. » répondit la brune avec un air désolé. « Lorsque j'ai une fois senti le risque que ma famille ait été mise en danger, je me suis sentie impuissante. Puis ironiquement, j'ai pu quelques instants après admirer la force de véritables shinobis dans toute leur splendeur. Si je suis ici aujourd'hui , c'est uniquement à cause, ou plutôt devrais-je dire grâce, à tout ça.  »

Malgré son manque d'attention flagrant en cours, Keiko avait pu entendre parler de cette philosophie, cette manière de penser, comme se rapportant à la Volonté du Feu. Bien qu'elle était encore immature, elle voulait apprendre à prendre son indépendance et à se détacher de sa vie d'adolescente banale, bien qu'un peu paradoxalement, elle n'avait pour l'instant guère la motivation requise pour y parvenir. Protéger les siens était un but honorable et très partagé, et la Misato n'y faisait pas exception. À cela s'ajoutait évidemment sa volonté de vouloir « rester belle et élégante » en toute circonstance, en dépit de la voie guerrière qu'elle avait choisie. En y pensant, la jeune fille esquissa un sourire en se rappelant que sa position, elle la devait surtout à ses parents.

« ...Mais vous n'avez pas tort, à l'origine, j'envisageais d'exercer un métier moins dangereux, comme, tisseuse de vêtements ou encore, vendeuse. Mes parents m'ont un peu forcé la main, et j'ai fini par y consentir... »
© ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 165
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    Jeu 31 Aoû - 18:23
L'Hokage hocha la tête aux dernières paroles de la jeune fille. Malgré ce caractère à priori un peu rebelle, elle lui semblait plus posé que la plupart des gens de son âge. Il appréciait ça à sa juste valeur lui qui avait toujours plus aimé les gens plus calmes et réfléchit que les têtes brûlées. Il pouvait voir que la genin avait le cœur au bon endroit même si parfois, elle ne semblait pas faire, penser ou dire les bonnes choses.

-Le métier de shinobi est un des plus dangereux au monde, je ne vais pas te le cacher. Cependant, si on s'y prépare bien, si on est appliqué, on peut mieux s'en sortir que les autres.


Surtout, il fallait avant tout compter sur soi. Le « bel » esprit de Konoha quant à la camaraderie et le soutient de ses coéquipiers ne valait rien au-delà des murs du village. Plus que ça, il vous mettait en danger. Malheureusement, peu de gens arrivaient à s'en rendre compte ou alors trop tard. Le Jusandaime ne désespérait pas de réussir à changer les mentalités mais cela demanderait beaucoup de temps. Peut-être même plus que toute une vie. Dans ce cas, il faudrait qu'il arrive au moins à passer ses propres idéaux, ce capable de vous faire survivre dans le monde réel à ses élèves. Ainsi, ils continueront son travail même s'il n'est plus là.

-C'est le travail d'Himawari. Elle a l’expérience et devra vous préparer au mieux comme j'essaye de le faire avec mes genins. D'ailleurs, je ne la qualifierais pas de harpie... mais elle est clairement une épine dans le pied de tous les Hokage qu'elle a connus.


Asano eut une moue embêtée en se rappelant de sa première rencontre avec la jonin. Il l'avait apprécié pour sa franchise mais elle avait été plus une nuisance qu'un avantage pour lui à l'époque. Au fur et à mesure, son évaluation de la jeune femme s'était cependant amélioré. Il ne partageait absolument pas la même vision de la vie. Elle ressemblait plus à une typique membre de Konoha et ainsi, il devait tout le temps rester sur ses gardes avec elle. Elle était toutefois pétrie de bonnes intentions. Un peu comme Keiko.

-C'est une grande force que de vouloir protéger sa famille. Si un ninja doit garder la tête froide en permanence, s'il arrive à bien canaliser ses émotions, peur, joie, colère, il peut atteindre des sommets impensables.


La peur formait ainsi le quotidien de l'Aburame. Par peur, il avait été prêt à tout pour sauver sa vie et son village. Aujourd'hui encore, il se méfiait de tout le monde, n'accordant jamais vraiment sa confiance à quelqu'un. Le vrai Asano, guidait tous ses mouvements sous le couvert du gentil Hokage possédant la volonté du feu. Dans ce rôle, il plaça sa main sur l'épaule de l'enfant.

-J'ai été heureux de faire connaissance Keiko. J'espère que tu seras satisfaite de ton professeur et de tes coéquipiers. J'ai malheureusement encore beaucoup de choses à gérer avant l'arrivée du daimyo.


L'homme lui fit un dernier sourire avant de se détourner de la jeune fille. Il n'avait jamais menti de toute la discussion ce qui était assez rare ces derniers temps. L'habitude de jouer avec les fausses-vérités était un art qu'il avait dû développer à toute vitesse après l’exécution de Mara. Les quelques moments où il pouvait ne pas avoir à le faire était ainsi rafraîchissant même s'il jouait toujours le rôle que les gens attendaient du leader de Konoha.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Insecte d'aubépine    
Revenir en haut Aller en bas
 

Insecte d'aubépine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On joue à chat ? - Aubépine
» Aubépine offre des poésies à ceux qui les aiment
» Aubepine
» Coeur d'aubépine
» BE CAREFUL ▬ Declan & Elias & Aubépine & Kathaleen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Portes du village-