AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bandages et bandeau [ft. Asano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Genin de Konoha
Komori Daiki
avatar
Messages : 80
XP Mensuel : 4

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Bandages et bandeau [ft. Asano]   Jeu 29 Juin - 12:57
La mission avec Himawari s'était avérée plus difficile que prévu, et ça avait été la toute première mission où Daiki avait dû s'employer réellement. Un combat dans la longueur, contre des fanatiques et leur leader. Quelle honte pour le Komori, d'avoir été incapable de se défaire d'un vieillard comme seul ennemi et d'ainsi aider la Hyuga. Toutefois, tout n'était pas négatif car le genin était parvenu à maitriser son Kekkai Genkai l'espace d'un instant. Ce qui était une véritable prouesse en soi, d'habitude il parvenait juste à maintenir des branches quelques secondes avant de s'écrouler de fatigue tellement la manipulation était usante. Tout ce qu'il lui fallait, c'était d'en apprendre plus sur les manieurs du Mokuton et de savoir où ils se terraient à Konoha.
Mais d'abord, aller trouver le Hokage pour aller donner le rapport de mission. Ne sachant pas comment remplir cela, Daiki avait demandé à ses parents de l'aider, et après une journée de prise de tête avec toutes les formules de politesses, le rapport fut terminé et prêt à être déposé sur le bureau du Kage. La mère de Daiki avait insisté pour que son fils soit présentable, lui avait repassé son uniforme et bien ajusté son bandeau frontal. Ce qui commençait à agacer le Genin.

Mais maman, c'est bon là ! Le Hokage c'est mon poto maintenant, pas besoin de bien s'habiller...

Il n'y a pas de "mais" qui tienne ! Et ne dit pas que le Hokage est ton "poto" ! Un peu de respect je te prie !

Mais...

Daiki Komori, faut il que je te raconte une énième fois ce qu'il s'est passé à l'Académie lors du test des affinités ? Pas ta version, mais la vraie, celle que tu n'as pas modifiée en ta faveur ?

Aïe. Quand les parents appellent leur progéniture par le prénom et le nom de famille, c'est jamais bon. En plus, la mère ressortait les dossiers dont Daiki se refusait d'admettre...

J'ai rien modifié du tout ! C'était de la transpiration !

De la transpiration hein ? Ce n'est pas ce que ton caleçon disait cette fois là.

Avait-elle dit d'un air suspicieux. Elle le tenait, et le pauvre garçon dut s'excuser. Mais rien de tout ça n'était vrai. Pour lui, c'était juste un mélange de terre et d'eau, et c'était parfaitement plausible. Ses parents étaient arrivé après l'incident, ils n'avaient pas pu voir le vrai. Cependant pour le caleçon, il était vrai qu'il n'était pas blanc de tout reproche. Que voulez-vous, Daiki ne savait pas tout manipuler comme il faut son chakra quand il voulait faire appel à son habileté unique...

Sa mère reprit le chemin de sa chambre, toussotant un peu sur le chemin. Daiki était enfin libre de pouvoir se rendre chez l'Aburame afin d'y faire son rapport. Mais d'abord, quelques changements étaient nécessaires. Le bandeau frontal sur le bras, c'était bien plus classe que sur le front déjà. Ensuite, se coiffer de façon à paraître décoiffé. La raie sur le côté avec du gel, non merci ! Ca rendait Daiki encore plus ridicule, hors de question.
Arrivant enfin à destination, le genin montra les papiers et demanda à voir le Hokage. Mauvaise nouvelle pour lui, celui ci était en déplacement. Sa dernière destination connue était l'hôpital de Konoha. Parfait, ça permettait au garçon d'enlever tout ses bandages sous son uniforme. Remerciant les gardes, celui-ci se dirigea donc vers l'hôpital.

Sur le trajet, Daiki réfléchissait à plusieurs choses. Il se rappelait pour le Mokuton que c'était un pouvoir assez particulier donc assez rare. Demander donc au Hokage lui ferait gagner du temps sur sa recherche d'un éventuel professeur. Et un possible enseignant sur le taijutsu, un art que le Komori maîtrisait assez bien car il ne demandait pas tant d'effort que cela niveau chakra. Il est vrai qu'au temps du Nanadaime et ses prédécesseurs, le Taijutsu avait joué un grand rôle comme les autres disciplines, Le grand Gai Maito et son élève Rock Lee étaient les seuls ayant poussé l'art du corps à corps aussi loin. Bon par contre, si le Komori avait un professeur pour chaque discipline, il n'en sortirait jamais. Il comptait sur le Hokage et ses précieux conseils pour l'aider dans ses choix.

En parlant de lui, celui-ci sortait tout juste d'une chambre. Une infirmière avait indiqué au genin où le trouver, et une fois devant lui, Daiki s'inclina en guise de salutations.

HOKAGE-SAMAAAAAAAA ! Je viens vous remettre mon rapport de mission et parler de plusieurs choses. Certaines ne sont pas bien importantes donc elle peuvent attendre, si vous désirez me poser des questions je suis tout ouïe.

Faire passer ses demandes après celles de son supérieur hiérarchique était la moindre de ses politesses, et Daiki pouvait remercier sa mère de l'avoir éduqué de la sorte. Merci maman, je ne t'oublierais jamais ! pensa t-il, serrant le poing très fort et regardant le plafond de la maison de santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Bandages et bandeau [ft. Asano]   Sam 1 Juil - 18:29
L'Hokage stoppa net en sortant de la chambre du patient. Surprit, il n'eut pas le temps de prendre son allure d'homme aimable et c'est avec un regard particulièrement froid qu'il accueillit son élève. Il l'étudia de haut en bas sans un mot, de nombreuses critiques se formant dans son esprit. Il lui fallut un véritable effort pour fermer les yeux et ainsi reprendre ses esprits. Quand il les ouvrit à nouveau, ils furent suivi d'un large sourire bien qu'il ne puisse cacher être légèrement ennuyé par cette rencontre impromptu.

-Je t'attendais plus tôt Daiki. Et certainement pas ici. Suis-moi.

Asano partit sans un regard de plus pour le genin. Il prit cependant soin de fermer la porte de la chambre d'hôpital dans son dos. L'un de ses espions était revenu particulièrement amoché suite à une mission au pays de la rivière et le leader de Konoha souhaitait entendre son rapport de vive voix. Pas comme celui de son apprenti par exemple. D'un signe de tête, il intima à son garde du corps de les suivre. Le trio effectua une vingtaine de mètres tandis que l'Aburame cherchait une pièce vide. Lorsqu'il trouva à peu près ce dont il avait besoin, il ouvrit la porte pour inviter l'adolescent à entrer. Le jonin qui les accompagner resterait à la porte pour empêcher quiconque d’entrer.

-Cette fois-ci je t'écoute mais sache que tu devras à l'avenir l'écrire et le transmettre au bureau des missions. Si tu estimes qu'il y a quelque chose d'important, note-le et ils me transmettront le message.

Sa voix oscillait entre le ton aimable et la réprimande. Il s'agissait d'une ligne fine à suivre mais qui venait avec l’expérience du poste. L'homme aux cheveux longs avait vu son prédécesseur l'employé pendant des années et il s'étonnait de la facilité avec laquelle cela venait aux gens de pouvoir à Konoha. Il l'avait même utilisé lors de son entretien avec Hyuga Himawari. Elle avait rapidement fait son rapport et vu la situation particulière qu'elle et Daiki avait vécu avait été convoqué dans la foulée.

Des sueurs froides s'étaient alors manifesté dans la nuque de l'Hokage. Il avait vécu la même expérience que Daiki bien qu'étant plus jeune à l'époque. Cela l'avait quasiment détruit. Pour un temps il l'avait été tout du moins. Il avait beau n'avoir aucune empathie particulière pour ses élèves, le parallèle l'avait particulièrement touché. Lorsque le Komori avait déclaré qu'il n'aspirait pas à être un grand ninja le jour de leur rencontre, Asano pouvait déjà voir tout ceci arrivé. Si l'on ne se battait pas pour réussir, on se faisait tout simplement faucher comme le blé. La vie et en particulier la vie en dehors du village était cruelle. Démente même. La paix et le confort qu'amenait Konoha n'étaient qu'une illusion dont l'extraction pouvait être mortelle. Si l'Aburame n'avait pas d'empathie pour le jeune homme, il ne pouvait toutefois s'empêcher de se sentir responsable....

-Avant toute chose, dis-moi, comment te sens-tu après tout ça?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Komori Daiki
avatar
Messages : 80
XP Mensuel : 4

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: Bandages et bandeau [ft. Asano]   Sam 1 Juil - 20:09
La réaction n'était pas celle à quoi Daiki s'attendait, il aurait presque cru qu'il allait se faire gronder vis à vis de la mission. Le Hokage eut un instant d'égarement, puis demanda à son élève de le suivre. Ce que fit machinalement le Komori, toujours sur la défensive. Ne sachant pas si c'était des remontrances ou un encouragement, il préféra ne pas monter au créneau comme il savait bien le faire et resta silencieux jusqu'à destination. Une fois seuls, l'Aburame donna des ordres au Genin. De vrais ordres, venant du Hokage Asano et non d'Asano chef de la team 8. Cela lui faisait tout bizarre, car maintenant qu'il était avec Akinobu et Tsukiyo dans une équipe de Genins encadré par l'Aburame en personne, Daiki avait oublié qu'Asano était et restait le patriarche de tout Konoha.

Oui... Je ferais plus attention la prochaine fois, pardon Hokage-sama.

S'il se sentait navré pour la mission qui avait mal tournée, Daiki n'arrivait pas à savoir s'il devait se sentir coupable ou non. Si par sa faute, Himawari n'avait pas joué sa vie. S'il n'était pas venu et que la Hyuga avait prit quelqu'un d'autre, la mission aurait été été plus facile ? Toutes ces questions tournaient dans sa tête, allant quasiment jusqu'à saturation, pour se réorganiser quand le Kage lui posa une question. Toute simple, et toute aussi gentille car pleine d'attention.

Je pensais avoir affaire à une mission assez simple car c'était encore en rapport avec le temple du Feu. Et comme j'avais aidé à la préparation du Festival un peu avant, je me suis dit qu'il fallait que j'y aille... - lâche un soupir - Mais j'étais bien entouré, Himawari-san m'a donné quelques conseils. Si elle n'avait pas été là, je n'en serais peut être pas... revenu vivant...

A cet instant, le Komori se tut. Il venait de réaliser que ce qu'il venait de dire, il ne l'avait pas remarqué avant. L'adrénaline de l'affrontement dans un univers différent lui avait totalement ôté toute source d'hésitation et de doutes. Maintenant que l'effet était passé, c'est comme s'il recevait le contrecoup en une fois. La première frayeur, l'excitation d'un combat, le travail d'équipe, la mise en pratique... Le garçon fut prise d'une quinte de toux subite, et tomba à genoux sur le sol. Des problèmes pour respirer, des larmes tombèrent sur le sol. Le son des gouttes d'eau firent un bruit sourd, faisant douter le Komori sur son état de santé. Il allait falloir qu'il se repose un peu plus au final. Une journée n'avait pas été suffisante, et son Kekkai Genkai n'était pas du tout maîtrisé. Il ne s'en était servi que deux fois, et pourtant ce n'était toujours pas assez bien dosé. S'entraîner plus dur en contrôle de chakra, telle était sa nouvelle priorité.
Relevant la tête, il fit signe à son interlocuteur qu'il allait bien, et que c'était juste un mal de ventre. Rassurer était là sa seule issue pour obtenir un peu plus de clémence et du repos.

Après tout ça, je me sentais plutôt bien. Un peu fatigué, mais sans plus. Le fait d'en parler là, je pense que le contrecoup arrive maintenant pour me rappeler que je suis encore fragile... Le Mokuton... C'est un pouvoir très difficile à manier en fait... Il va me falloir du temps pour y arriver.

N'ayant rien qui fasse de lui un surdoué comme tout les grands ninjas faisant la renommée de Konoha, Daiki commençait tout juste à comprendre que son parcours dans la voie du ninjutsu n'allait pas être de tout repos.

Hokage-sama, est ce qu'il y a quelqu'un d'autre qui possède le Mokuton ? J'aimerais bien avoir des conseils... Peut être faut-il que je renforce mon corps pour supporter tout ça, avec le Taijutsu. C'est ce que je m'étais demandé, et comme je n'ai pas de vécu, je voulais vous demander à vous. Vous qui avez fait tant pour le village...

Frustrant pour lui de tout avouer de la sorte, lui qui était si fier d'habitude. L'Aburame avait bien fait de le faire venir dans cette chambre, au moins avec lui, Daiki était en confiance.

Que me conseillez-vous ? acheva le Komori les larmes à l'oeil. Je pleure juste de fatigue, ne vous faites pas d'illusions ! justifia le Komori en essuyant de la manche ses yeux encore humides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Bandages et bandeau [ft. Asano]   Lun 3 Juil - 20:48
L'Hokage hocha la tête à la promesse du genin. Il ne doutait pas que ce dernier fasse tout pour éviter de se retrouver dans une situation similaire. Lui-même, au même grade avait connu ça. Il avait pris deux ans pour s'en remettre et espérait vraiment que pour le Komori, cela soit beaucoup moins. La chute de l'adolescent le prit cependant par surprise. Alors que le visage de ce dernier perdit toute couleur, Asano comprit que son élève n'avait pas pleinement saisi la situation. Sa situation. Il avait fallu que des mots viennent symboliser son traumatisme pour qu'il comprenne sa propre expérience.

Tandis que Daiki était au sol, l'âme de l'Aburame était partagée. D'un côté il savait trop bien ce que le jeune avait vécu et vivait à ce moment présent. De l'autre, il voyait désormais un outil avec une craquelure à laquelle il ne s'attendait pas. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire. Indécis il ne pouvait que regarder qu'avec effarement l'être à genoux par terre et les plans de l'Hokage au même niveau. Peut-être que lui-même n'avait pas parfaitement saisi ce qui s'était passé. Il avait vu tout ceci avec une certaine distance mais désormais, l'implication quant à ses propres préparatifs, ses propres idées venaient se percuter sur cette nouvelle facette de la réalité.

Lorsque le genin lui fit un signe, l'homme aux cheveux longs sortit de sa torpeur. Il lui afficha un visage compatissant. Asano le laissait parler, longuement de ce qui travaillait l'esprit de l'adolescent. Il hochait la tête de temps en temps pour l'encourager. Jouant son rôle habituel, il tira une chaise près de Daiki pour qu'il puisse s'asseoir, l'invitant silencieusement d'une main ensuite. Lui-même prit place sur un tabouret pour se mettre à la même hauteur.

-Il est normal de se sentir fatigué après tout ça. J'ai même été étonné que tu ne passes pas plus de temps ici. Tu sais, nos médecins sont de grande qualité, il vaut mieux écouter tout ce qu'ils ont à te dire, aussi ahurissant que cela puisse paraître.


C'était d'autant plus importer de se reposer dans un environnement sain lorsqu'un choc émotionnel se rajoutait au choc physique. Quoi qu'il en dise, le Komori ne pouvait simplement « passer au-dessus ». Il avait beau avoir envie de faire ses preuves, s’entraîner, s’améliorer, la mécanique humaine était complexe et nécessitait parfois des longs temps de repos.

-Concernant tes questions, tu devrais déjà connaître la réponse. Pour créer du chakra, tu as autant besoin d’énergie vitale que d’énergie spirituelle. Par le Taijutsu, tu amélioreras ton endurance et donc l’énergie vitale que tu pourras utiliser pour créer ton chakra. Que ce dernier soit pur, l'un des cinq éléments ou rare comme le mokuton importe peu au final.

La situation était même d'autant plus compliquée pour quelqu'un qui n’appréciait pas les leçons ou les moments de calme comme l'adolescent. La fusion de ses deux natures lui demanderait beaucoup d'efforts et de concentration. Généralement, les Shinobi le réussissaient à force de méditation, l’expérience et l'étude. Tout ce qui manquait à Daiki en somme. L'Hokage se tut quelques instants après ses conseils. Il affichait toujours un visage soucieux du garçon mais il voyait de plus en plus ce qui lui manquait contrairement à ce qu'il avait déjà. Les mots que le genin avait prononcés la première fois qu'ils s'étaient rencontrés tournaient dans la tête de l'adulte. Il était persuadé de ne pas avoir ce qu'il fallait pour réussir. Ici encore, le Komori pensait directement à l'aspect matériel de ses soucis quand les problèmes étaient avant tout mentaux. Asano effectua un grand sourire avant de reprendre la parole.

-Nous n'avons que peu de personnes avec des talents comme les tiens mais nous en avons quelques-uns. Gamasuki Hiro est un jonin à la retraite mais il pourrait t'aider comme tu le souhaites...quitte à effectuer quelques services pour lui. Courses, massages, ce genre de choses.

Dans l'esprit de l'Aburame, il était pourtant déjà trop tard. Son outil avait une faille trop profonde pour qu'un forgeron puisse le réparer. Tout au mieux, pouvait-on le briser et le faire fondre pour créer quelque chose d'autres. Un outil différent qui servirait un autre but.

-Quant au Taijutsu. Tu as vu Hyuga Himawari à l’œuvre. Elle va bientôt découvrir une nouvelle facette de la vie de shinobi: Celle de la passeuse de connaissance. Son clan, et elle, font parmi les meilleurs combattants que nous possédons. Étant donné que tu la connais déjà, je lui ferais passer le mot que tu cherches ses conseils.


L'Hokage se leva de son tabouret et plaça sa main sur l'épaule du garçon comme il l'avait fait des jours plus tôt. Il espérait profondément que l'adolescent parviendrait à se soigner et à s'améliorer. Il n'avait beau plus faire partie de ceux qu'Asano éduquerait dans sa vision du monde, le leader de Konoha avait toujours besoin de soldat à placer entre lui et toute menace sur sa vie. Plus ils étaient fort et plus ils tiendraient longtemps avant que l'Aburame ne doit affronter son destin.

-Il est mieux pour toi que tu te concentres sur cette nouvelle relation pour l'instant. J'espère que tu t’épanouiras pleinement avec Himawari.


Sur ces dernières paroles, l'adulte délaissa Daiki et ouvrit la porte. De nouveau, il intima à son garde du corps de le suivre tandis qu'il quittait cet étage pour aller voir une dernière personne alité dans l’hôpital. En chemin, il réfléchissait à comment retailler ses plans. Fallait-il garder deux élèves? Amener une troisième personne rapidement? Autant il lui était facile de justifier le départ de Daiki, autant amener un troisième membre serait compliqué. Les gens commenceraient à parler sur ses affaires de coulisses. Une heure plus tard, alors qu'il quittait le bâtiment, il n'avait pas encore de réponse à ses questions...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Komori Daiki
avatar
Messages : 80
XP Mensuel : 4

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: Bandages et bandeau [ft. Asano]   Mar 4 Juil - 2:07
Sa tête tournait encore, le garçon avait même commencé à compter les étoiles au dessus de sa tête. Mais la discussion continuait, et Daiki avait orienté celle-ci vers un problème assez difficile. S'il avait confié ses craintes et demandé un avis autre que le sien, le Genin n'avait aucune idée de la tournure que les évènements allaient prendre.
A propos des conseils demandés, le Hokage y répondit tout simplement par la base que tout ninja étant allé à l'Académie devait savoir. Chose dont Daiki ne se souvenait pas plus que ça, puisqu'il s'était mit dans la tête qu"Académie équivalait à école et donc à cours ennuyant. Une question lui vint en tête et se prit la réflexion de la lui demander, avant de se rétracter car la réponse arriva juste après.
"Que ce dernier soit pur, l'un des cinq éléments ou rare comme le Mokuton importe peu au final." Voilà une phrase qu'il n'oublierait pas de sitôt, une sorte de moyen mémo-technique très utile en cas de coups durs quant à l'utilisation du Mokuton plus tard.

Je m'en souviendrais, merci encore Hokage-sama.

En parlant du Mokuton, l'Aburame parla d'un collègue utilisateur de manipuler au bois. Cependant, il s'avéra être à la retraite donc impossible de lui demander de l'entrainer. Toutefois, il pouvait toujours aller lui demander des conseils très précieux. Le fait de devoir faire quelques services pour lui ne dérangeait en rien le garçon, trouvant même cela logique. Un service rendu en appelle forcément un autre, une sorte d'échange équivalent en quelque sorte.
Le sujet du Taijutsu fut abordé dans un sens que le Genin ne comprit pas tout de suite. Effectivement, il avait combattu aux côtés et l'avait vu à l'oeuvre. Néanmoins, Asano Aburame souleva un point qui étonna le Komori. La Hyuga découvrait le chemin de l'enseignement. Et d'après les propos du Hokage, le clan aux yeux blancs faisait partie des meilleurs combattants que Konoha possédait. Une aubaine pour le garçon blessé, qui pensait progresser dans ce domaine. Et puis comme Asano l'avait dit quelques instants auparavant : "pour créer du chakra tu as autant besoin d'énergie vitale que d'énergie spirituelle". Le Taijutsu avait beau l'air d'être l'art le moins compliqué niveau manipulation du chakra, il n'en restait moins redoutable  et très dur à supporter physiquement.

La réponse qui suivit fut comme un choc pour le Komori. Le Hokage avait sûrement dû mal comprendre ce qu'avait dit le garçon. Ou alors l'élève s'était mal exprimé. Quelque chose semblait avoir pas trop plu à Asano, mais Daiki ne savait pas quoi. Il n'avait juste fait que parler de ses problèmes. Ses problèmes, un choix assez égoïste que le Genin ne se doutait pas du tout. Il souhaitait juste se renforcer afin de se montrer capable de manier son habileté rare et ainsi être digne de représenter Konoha. Était-ce vraiment nécessaire de quitter l'équipe formée par les soins du Hokage ? Il semblerait. Des regrets ? Énormément. Il n'avait pas eu le temps de bien connaître ses compagnons que déjà il s'en allait. La première impression entre les deux enseignants avait beaucoup joué, et le fait de voir quelqu'un en action changeait beaucoup de choses dans les critères d'intérêts du garçon débordant d'énergie. S'il avait prit du plaisir à combattre aux côtés d'Himawari, Daiki avait apprécié le fait d'être choisi par le Hokage personnellement. Il ne restait plus qu'au Komori une solution. Montrer à Asano qu'il avait fait le bon choix, mais surtout de ne pas regretter ce dernier.

Je reste fidèle à Konoha, même en changeant d'équipe. Je vous le garantis. - arriva t-il à formuler entre deux sanglots.

La partie la plus compliquée venait de se terminer. Les adieux étaient toujours déchirants, et aussi fier soit il, Daiki Komori n'avait jamais réussi à cacher ses larmes dans ces instants là. Pas d'excuses, juste le silence. Un homme doit savoir prendre sur lui pour avancer. Ce n'était pas adieux définitifs, mais cela sonnait pareil dans un sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bandages et bandeau [ft. Asano]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Bandages et bandeau [ft. Asano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dréa Asano, la fille ensanglantée et humiliée~ [Terminée]
» Bandeau Choix / Choice Band
» Poser un Contrat
» Armurerie de Konoha
» Armurerie de Konoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Hôpital du village-