AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Leader Muraseimon
Ôtsutsuki Miko
avatar
Messages : 462
XP Mensuel : 11
Date d'inscription : 07/02/2017

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Mer 12 Juil - 18:55

Voyager est une chose merveilleuse pour un enfant. Miko ne faisait pas exception à la règle. Lui qui n’avait jamais quitté les plus bas et laids quartiers d’Ame, voir de nouveaux horizons était une chose qui le fascinait. Chaque fois, il y avait de nouvelles découvertes à faire : un paysage étrange, des façons de s’habiller inédites, des saveurs inconnus dans la cuisine locale… C’était une chose incomparable. Rapidement, sa soif de voyage devint inextinguible et il adorait par-dessus tout passer son temps sur les routes, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir découvrir de nouveau une fois arrivé à destination. Chaque fois, cela donnait lieu à de grandes séances de supputations fantaisistes auxquelles il adorait se prêter. Mais, après plusieurs mois sur les routes, le jeune enfant et son étrange tuteur firent leur retour au village de la Pluie, Ame. Cela aurait dû rappeler de mauvais souvenirs au gamin, mais ce ne fut pas le cas. Quelque part, retrouver quelque chose qu’il connaissait en le regardant d’un œil nouveau apportait aussi son lot de surprises. Sa vision des choses changeaient, tout simplement.

L’homme et l’enfant parvinrent à une auberge rapidement et se glissèrent à l’intérieur, commandant un repas. Néanmoins, durant celui-ci, un élément vint perturber le déroulement des événements : un homme s’invita à leur table. Il était grand, les cheveux roses et arborait une étrange cicatrice sur le visage. Plus qu’une cicatrice, c’était en réalité tout une partie de sa joue qui avait disparu. Cela lui donnait un aspect sauvage et bestial qui ne rassura pas du tout le gamin. A ce moment-là, Miko ne voulait qu’une seule chose : que le bonhomme tout moche s’en aille. Malheureusement pour lui, ça n’allait pas être le cas. C’était même pire que ça. Après de sommaire présentation, le compagnon de voyage de l’enfant lui annonça qu’il allait devoir le laisser pendant plusieurs jours. En conséquence de quoi, ce serait Shi qui le surveillerait durant ce laps de temps. Alors que l’homme continuait de parler, l’enfant tapa sur la table avec sa fourchette, fronçant les sourcils avec une mine renfrognée :

« Non ! J’veux pas ! Il est tout moche, il fait peur et en plus on voit dans sa bouche quand il mange ! »

Le cri de colère du gamin avait attiré l’attention sur lui, plusieurs personnes dans la pièce le regardaient, l’air amusé. « Oh, mais c’est qu’il nous fait une grosse colère le p’tit. » lança une femme à son mari sur la table à côté, chose qui énerva encore plus l’enfant. Il fini par laisser ses couverts tomber en plein milieu de son assiette avant de repousser cette dernière. Après cela, il se tourna légèrement sur le côté  et plia ses bras en fronçant encore plus les sourcils. Cette fois, c’était sûr, il était fâché tout rouge. Alors que l’homme reprit la parole pour tenter de le calmer, il fit celui qui n’écoutait pas pour tenter de le forcer à le prendre avec lui. Le voyageur arrêta rapidement, comprenant que c’était inutile. La suite du repas fut silencieux, mais le gamin avait un plan : il allait faire semblant de dormir ce soir pour pouvoir suivre son ami discrètement. Après quelques heures de marche, il y avait fort à parier qu’il n’aurait pas l’envie de faire demi-tour pour le ramener à Ame et serait donc obligé de l’emmener avec lui.

La petite troupe quitta l’auberge avant de se diriger vers une petite bicoque en périphérie de la ville. Il y avait tout le nécessaire mais ce n’était pas très grand, à peine quatre pièces dont deux chambres. L’enfant alla se coucher rapidement mais fit son possible pour ne pas s’endormir. Il entendait les deux hommes discuter dans la pièce à côté sans pour autant pouvoir percevoir les discussions avec précision. Finalement, après un long moment, la porte d’entrée du lieu s’ouvrit dans un grincement et les voix s’arrêtèrent. C’était le moment. Le gamin attrapa son sac, ouvrit sa fenêtre et le balança dehors. Après quoi, il escalada cette dernière afin de se hisser dehors. C’était compliqué, mais il y parvint. Il ramassa alors son petit packetage et se faufila hors de la propriété, suivant à bonne distance le voyageur...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de Muraseimon
Shi
avatar
Messages : 29
XP Mensuel : 7
Date d'inscription : 29/06/2017

Feuille de personnage
Santé:
550/550  (550/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Ven 14 Juil - 11:18

Ame no kuni. Puanteur industrielle poussée à son paroxysme, mais aussi pont d’or des jeux de hasards dirigés par quelques mafias locales. C’est cette dualité toute particulière qui luttait dans ma tête, ce déplaisir à me retrouver une fois encore dans ce monde de métal froid et puant, une ville sans âme qui avait perdu ses traditions ancestrales. Et à côté de ça, il y avait cette pourriture spirituelle qu’était l’avarice. Une ville gangrénée par les mafias qui régnaient en maîtres dans les basfonds offrant toutes sortes de plaisirs à celles et ceux qui en avaient les moyens. Alors oui cette foutue ville était un dépaysement loin de la tranquillité de mon repaire. Et d’ailleurs si j’étais là aujourd’hui là à moisir dans ce dépotoir humain ce n’était pas par pur plaisir, mais pour une certaine nécessité. « Lui » m’avait appelé, il avait besoin de moi. Quoi de plus normal ? Il avait toujours besoin de moi. Après tout n’était-ce pas normal ? Il était venu me chercher à cette époque et aujourd’hui qu’il m’avait fait voir les choses différemment, m’offrant une vision du monde bien différente que celle du temple et surtout des passe-temps à la mesure de celui que j’étais réellement. Bref, rendez-vous donné, j’étais arrivé quelques heures avant notre rencontre, profitant de ces quelques lieux de déplaisir pour essayer de trouver quelques occupations innovantes.

Mais voilà que « son » appel résonnait. Il était temps de le rejoindre. Sur place, une auberge de simple facture. Nul luxe, juste l’efficacité d’un lieu de repos où l’on pouvait reprendre quelques forces. Mais à ma surprise, « Il » n’était pas seul. Attablé avec lui, un gamin. « Ce » gamin dont il m’avait brièvement parlé. Peu importe, j’étais celui qui avait été choisir en premier, c’était bien une preuve. Une voix sombre dans ma tête me confortait dans mon esprit, « C’est ton cadeau, pour ta loyauté, tu vas pourvoir lui faire rejoindre la Famille ». Seulement, les désirs et la folie de l’un n’étaient pas les choix de « l’Autre ». Au contraire, déception profonde face à la nature exacte de ce pourquoi j’étais là, mais je ne montrais nulle émotion face à désarrois bien qu’en mon for intérieur, je fulminais d’une colère sourde, proche d’être relâchée. C’est avec une certaine hargne que j’engloutissais le repas posé devant moi, quelques morceaux d’une viande indéterminée, durcie par une cuisson trop brutale et un bol d’agglomérat de riz trop cuit, collant aux dents.

Et voilà que le chiard ouvrait sa gueule. Qu’il soit « Son » protégé ou non, sa stupidité ne le protégerait pas. Mais la chance lui souriait. Ce n’était pas moi qui eus la primeur d’agir en premier. Une bonne femme, se voulant plus d’une matrone que d’autre chose, fit quelques remarques justifiées, amusant les personnes assemblées dans la pièce. Contenir sa colère était une chose, la relâcher quand il fallait une autre. En revanche, la relâcher quand il ne fallait pas, et bien, ce n'était souvent pas de chance pour quelques personnes présentes autour de moi en général.

Reculant la chaise sur laquelle j’étais installé, je me levais sans un mot, le visage renfermé. Du haut de mes deux mètres, je m’approchais de la table voisine où le couple ricanait encore de sa blague. Les deux amants tournèrent la tête vers moi lorsque ma présence les gratifia d’une ombre obscure sur leur table. C’était trop tard.

- C’était à moi, à moi de le dire …
- C’était à moi, à moi de le dire !
- C’ETAIT A MOI !
- A MOI DE LE DIRE !
- A MOI ! A MOI ! A MOI !

- A MOOOOIIII !

Au métronome de mes hurlements de rage, la Bête s’exprimer avec force. Empoignant la tête de la femme, elle la frappait avec force sur la table, défonçant au passage son assiette et un verre à proximité. Le crâne défoncé, les arcades sourcilières fracturées, le nez brisé et quelques dents plantées dans le bois rougi par le sang, je relâchais ma proie, la jetant par terre avant de me tourner vers une assemblée médusée.

- C’était à moi, à moi de le dire …

La suite du repas fut plongée dans un silence glaçant. Il était clair que notre présence n’était plus appréciée. C’était le moment parfait pour quitter les lieux et rejoindre notre havre de fortune, une petite maisonnée de simple facture. Je me demandais à qui elle appartenait bien que cela n’ait aucune importance au final. L’issue serait fatale si par malchance le propriétaire venait à réapparaitre d’ici que nous quittions les lieux. Quant à « Lui », il m’expliqua brièvement la situation et surtout ce que je devais faire de « Son » paquet de viande. Interdiction formelle de s’en prendre à lui, interdiction de le mutiler de quelque manière que ce soit, autant physiquement que mentalement. Et surtout, le plus important, interdiction de le laisser « Le » suivre. Autant dire que cette dernière contrainte serait surement la plus compliquée à faire respecter. À peine était-« Il » partit que le gosse tentait de le suivre. Il était peut-être quelqu’un d’important à « Ses » yeux, mais il n’était encore qu’un gamin et pas très discret qui plus est. Mais c’était amusant de le voir tenter vainement les choses.

À peine eu-t-il passé la fenêtre qu’il se sentit poussé des ailes. Mais je n’avais pas envie de jouer, pas maintenant, plus maintenant. Tuer dans l’œuf sa misérable prestation. À peine tentait-il de « Le » suivre que des longs fils noirs mouvant lui firent barrage. Forcer le passage et il se risquerait à se retrouver prit entre les tentacules d’une pieuvre.

- Où tu vas gamin ? T’es pas censé « Le » suivre. Alors soit sage et rentre sinon, c’est moi qui vais m’occuper de toi !
Ou alors si tu veux t’amuser, suis moi, il m’a parlé de toi et de ce que tu as dut faire AHAHAH !
On va aller rencontrer une nouvelle amie !
Quoi que tu choisisses, décide toi, je suis pas patient et t’as vu ce qui se passe quand je suis pas calme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader Muraseimon
Ôtsutsuki Miko
avatar
Messages : 462
XP Mensuel : 11
Date d'inscription : 07/02/2017

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Sam 15 Juil - 22:50

L’enfant tenta de se cacher alors qu’il suivait de loin le voyageur. Malheureusement, il eut à peine le temps de faire plus d’une dizaine de mètres que de nombreux fils vinrent lui couper la route. Ces derniers avaient été projetés par l’étrange homme censé le surveiller en l’absence de son ami. Le gamin l’observa alors qu’il commençait à lui parler. Il l’écouta mais cherchait en même temps un moyen de s’enfuir. Il regardait à gauche, à droite, mais il n’y avait pas réellement d’issue. Ou plutôt, comme le terrain était une vaste plaine, tous les chemins étaient des issus potentielles. Mais dans ce cas là, choisir la meilleure n’était pas si facile. Avant de se décider, il attendit que l’étranger termine son discours et il reprit à son tour la parole. Il était énervé de s’être fait pincer et n’avait qu’une envie : s’en aller. Ainsi, ses cris et ses nombreux gestes démontraient bien qu’il en avait assez. Maurice avait décidément poussé le bouchon beaucoup trop loin :

« J’m’en fiche de ton amie moi ! T’as qu’à allez la voir et me lâcher les baskets, vilain ! »

Son plan était minutieux et bien ficelé. Il avait pensé à tout. D’abord, rendre son baby-sitter fou de rage. Ensuite, lui jeter son sac à la figure pour le déstabiliser. Et enfin, s’enfuir dans la direction opposée. Sans attendre, le petit exécuta la deuxième partie de sa machination. La colère devait déjà bouillonner dans l’esprit du grand homme, c’est la raison pour laquelle il lui jeta son sac en plein visage. Il ne restait plus alors que la troisième étape. Sans attendre, l’enfant se précipita dans la direction opposée. Il courrait à toute allure, comme si sa vie en dépendait. Dans un sens, c’était ce qu’il pensait à l’époque, aussi fou que cela puisse paraître. Miko courrait encore et encore, sa respiration était devenue haletante et forte tant il donnait tout ce qu’il avait. Dans son esprit, il était devenu tel le vent : rapide, silencieux et insaisissable. Malheureusement pour lui, la réalité était tout autre. Il n’avait parcouru qu’une dizaine de mètres et n’avançait pas bien vite, sa course était des plus hasardeuse et aurait eu du mal à distancer même un hérisson. Dommage. La tentative était louable mais inutile.

Lorsque son ravisseur le rattrapa, car pour lui c’était ce qu’il était, il posa ses mains sur ses genoux pour reprendre sa respiration un instant. Après quoi, il fonça sur l’ennemi et se mit à le frapper de toute ses forces. D’abord, un violent coup de la pointe du pied dans le tibia. Ensuite, ce fut une multitude de petits coups dans les abdominaux. Il fini par conclure son assaut dantesque par un coup de pied sauté en plein dans la cuisse. Avec ça, son compte était bon, c’était certain. Sa dernière et terrible attaque lui avait fait perdre l’équilibre, si bien qu’il trébucha et tomba à terre. De là, il releva les yeux pour voir que le grand benêt était toujours là. Un coup pour rien, une fois de plus. Il s‘adressa de nouveau à lui, résigné devant son échec :

« Pffff, ça va, j’vais venir. Mais j’ai faim, je veux une glace avant ! »

C’était peine perdu. Il était trop fort le grand bonhomme. La résignation lui creusait l’estomac, il fallait compenser ce gros chagrin avec beaucoup de sucre. C’était le seul moyen d’aller mieux. Un bisou magique aurait pu faire l’affaire, mais pas par ce grand et vilain personnage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de Muraseimon
Shi
avatar
Messages : 29
XP Mensuel : 7
Date d'inscription : 29/06/2017

Feuille de personnage
Santé:
550/550  (550/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Mer 19 Juil - 23:19

Qu’il était mignon de voir un moucheron se débattre dans la toile d’araignée dans laquelle il était englué. Non pas mignon, amusant, oui voilà, amusant. Mais non, ce n’était pas amusant, c’était étrange. Toute cette situation était étrange. Pourquoi le gamin était-il là ? Il « Le » connaissait pourtant non ? Si c’était le cas, il devrait savoir que « Sa » parole était sacrée. Si nous ne devions pas le suivre, enfreindre cette Loi était punissable. Alors pourquoi ? Pourquoi lui ? Pourquoi moi ? C’était un test, c’est ça ? Un test pour prouver sa valeur une fois encore.

Mais il n’était pas seule, une voix tapis dans l’ombre faisait une nouvelle fois surface. Elle avait son mot à dire, encore, toujours. Elle était là et avait droit de villégiature dans cet esprit torturé et ce corps meurtri. Et la voix raisonnait dans la tête du porteur de Chaos. Du moins le croyait-il car si pour lui tout n’était que lutte intérieur débattant violemment, pour le garçonnet, la réalité était toute autre.

Devant le blondinet, l’homme de deux mètres aux cicatrices parcourant l’intégralité de son corps s’agitait, semblant se parler à lui-même, se tournant un coup sur sa droite, le suivant sur sa gauche. Même sa voix semblait différente. Différente oui, mais en fait deux voix, celle que l’enfant entendait de manière normale, mais aussi celle plus gutturale, caverneuse, monstrueuse, sortant du fond de la gorge en raclant sur le palais.

- C’est un test !
- Non et tu le sais.
- Mais quoi alors ?
- Ouvre les yeux.
- Le garder en vie ?
- Ou ? Dis-le.
- Le dépecer ?
- Voilà, c’est ça.
- Le test c’est le garder en vie !
- Non.
- Si tu vois bien, « Il » a confiance en moi !
- Tu n’es qu’un jouet pour lui.
- Un jouet ? Oui c’est cela, c’est un jouet, il faut jouer avec, le garder précieusement, ce beau cadeau.
- Non. C’est un test. Il n’a pas confiance en toi.

Le monstre n’était plus, laissant Shi à sa contemplation du ciel étoilé. Et subitement, il se retourna, s’accroupissant devant Miko, un sourire morbide barrant son visage d’une oreille à l’autre.

- Oh oui, un cadeau.

Mais voilà que le petit présent aux cheveux d’or tentait de s’enfuir. Quel désespoir, quelle vaine tentative. Il fallut moins de temps que le dire pour rattraper le garçonnet qui n’avait aucune échappatoire. Une nouvelle fois, une lueur mortelle s’alluma dans le regard de l’amnésique.

- Oh oui, un cadeau.

Et soudainement, aussi rapidement arrivée que voilà disparu et ce fut un nouveau Shi qui prit la mesure de la situation.

- Une glace ?
- Pourquoi une glace ?
- Pourquoi pas une glace ?
- J’aime les glaces !
- Je mangerais bien une glace
- J’ai une idée, si on mangeait des glaces !
- Dis-moi petit, tu veux une glace ?


Il y a des questions qui n’attendent pas de réponses, et cette dernière entrait dans cette catégorie. Sans que le petit blond n’ait son mot à dire, il quelque peu contraint à suivre le monstre, un fil sombre le rappelant à l’ordre si nécessaire, un fil qui semblait animé d’une énergie indépendante de la volonté de son propriétaire qui semblait absorbé par d’autres préoccupations.  

Le duo improbable s’était avancé dans une partie un peu plus animée de la ville, même à une heure aussi tardive. C’était un quartier connu pour son côté gastronomique et il n’y avait nul doute sur le faite qu’ils trouveraient leur bonheur ici. Mais à mesure qu’il avançait le monstre semblait à nouveau plongé dans ses conflits intérieurs.

Pourquoi ici ? De la glace ? Pourquoi ? Ville de jeu et de péché. Pourquoi ici et pas ailleurs ? « Moi je sais ». Non ! Tu ne sais rien ! « Je le sais, tu le sais, tu sais que je sais, et je sais que tu sais que je sais. Oui nous savons tous deux pourquoi. Tu as juste oublié. Si tu es sage, je te dirais tout. Tu as juste à lui arracher la gorge ». Non. C’est mon cadeau.

Une fois les glaces en mains, Shi asséna un puissant coup de poing au commerçant qui s’affala comme une masse inerte sur le sol terreux de la rue sous le regard médusé de la foule. Sans être inquiété le moins du monde par qui que ce soit, le duo continua à sa route paisiblement vers des quartiers plus résidentiels. Et à mesure que la nuit avançait, que la glace réduisait et que l’objectif approchait, le discours du balafré à l’attention de Miko était énoncé telle une homélie.

- Petit cadeau, voilà donc la réalité de la vie. Pour la plupart, les gens sont faibles, que de pitoyables créatures incapables de survire face à la dure réalité du monde. Et puis il y a les autres, les puissants, ceux qui savent, ceux qui peuvent changer les choses.
- Dans le vie sache que les gros poissons mangent les petits. Tu veux devenir quoi ? Un petit poisson ou un gros poisson ? La vie est amère, injuste. La seule vérité c’est celle-là « si tu veux quelque chose, prend-le ». Seule la force compte au final. La vie n’est rien. Une vie n’est rien. Les gros poissons mangent les petits, n’oublie pas. Si je dois tuer milles personnes pour me sauver moi, ce sera mille créatures faibles et inutiles que l’on aura débarrassé de ce monde. C’est un acte de charité au final
- Oh tient, on est arrivé.


Se tenant devant une maison dans un quartier plutôt tranquille d’ordinaire, Shi frappa à la porte. Des bruits de pas raisonnaient dans la demeure et en attendant qu’un accueil chaleureux leur soit fait, l’immortel s’accroupi une nouvelle fois devant son jouet vivant.

- Toi et moi on est des élus. « Il » nous a choisis. On peut tout faire, tout devenir. La seule chose qui compte, c’est de vraiment le vouloir. Souviens-toi de ça.

Sur ces paroles, la porte s’ouvrit. Un homme, le regard surpris et effrayé à la fois se tenait devant eux.

- Coucou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader Muraseimon
Ôtsutsuki Miko
avatar
Messages : 462
XP Mensuel : 11
Date d'inscription : 07/02/2017

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Jeu 20 Juil - 17:32

Quel étrange grand bonhomme. Il parlait beaucoup, sans forcément attendre la moindre réponse. En réalité, il ne faisait pas que parler, non, il avait des discussions. Avec lui-même. Cela dit, pour quelqu’un ne voyant pas la scène, il aurait été aisé de croire qu’il s’agissait de plusieurs personnes au lieu d’une seule. Miko, de son côté, observait les choses avec ses petits yeux ronds. Chaque fois que Shi disait une phrase, il tournait la tête pour se répondre à lui-même et transformait sa voix. Cela se traduisait chez l’enfant par deux pupilles rondes qui se baladaient de droite à gauche au rythme des affabulations de l’adulte. Il était comme captivé par la folie de son baby-sitter sans prendre pleinement conscience de la réalité à laquelle il faisait face. Après un long échange solitaire, l’homme s’était accroupie pour se mettre à la hauteur du gamin et dire quelques mots. A ce moment-là, l’enfant resta silencieux un moment avant de pointer l’homme du doigt et d’éclater d’un rire très bruyant. Au milieu de ce dernier, il s’exclama :

« AHAHAH ! Toi t’es moche mais t’es rigolo ! »

Alors que l’homme était encore à sa hauteur, l’enfant lui monta dessus comme il pouvait, lui écrasant quelque peu une main avant de prendre appuie sur sa cuisse, sans doute douloureusement. Se hissant avec vigueur, il parvint enfin à gravir cet Everest pour se tenir assis sur ses épaules. De là, tandis son bras droit en direction de la ville et s’adressa à sa monture avec insouciance. « Huuuuh Dada ! » lâcha-t-il dans un premier temps, avant de reprendre avec un immense sourire aux lèvres « On va chercher des glaces ! ».
La folle monture et son cavalier innocent se dirigeaient vers le coeur de la ville, un lieu où l’ont pouvait aisément trouver nourriture et bons soins, si les moyens suivaient naturellement. L’homme demanda deux classes avant de frapper le commerçant en guise d’unique paiement, sans doute un moyen de lui signifier qu’il avait de la chance d’être encore en vie. Après un peu de marche, l’homme fini par reposer le gamin à terre pour lui parler et se lancer dans une incroyablement longue diatribe. Le gamin l’écoutait d’une oreille, préférant se concentrer sur sa glace que sur les affabulations d’un étrange bonhomme. Cependant, il semblait attendre une réponse, alors Miko essaya de réfléchir un peu. Il tentait de se rappeler de quoi il lui avait parlé au départ. Et puis, finalement, il s’adressa à lui avec un étrange ton désinvolte :

« Mais je m’en fiche moi, j’veux pas être un poisson. Moi j’suis une barbe à papa ! J’suis grand comme ça » il écarta les bras de toute son envergure pour bien signifier qu’il était très grand « et aussi tout rose et tout sucré hihihi ! »

Son sourire avait de quoi perturber. Mais finalement, les deux partirent vers la maison où l’enfant devait rencontrer quelqu’un. Le reste de la marche fut plutôt silencieux, jusqu’à ce qu’ils arrivent à destination. Là, le grand frappa à la porte et attendit. Lorsque cette dernière s’ouvrit, il reprit sa voix grave et menaçante pour dire coucou à l’homme qui l’avait ouvert. Miko tira quelque peu le pantalon de l’homme de manière répétée afin d’attirer son attention. Lorsqu’il eut enfin, il s’adressa à lui en cachant sa bouche à Shi avec sa bouche. Il ne parlait pas très fort afin que son étrange nouvel ami ne l’entende pas :

« Faites pas attention, il est un peu toc-toc... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de Muraseimon
Shi
avatar
Messages : 29
XP Mensuel : 7
Date d'inscription : 29/06/2017

Feuille de personnage
Santé:
550/550  (550/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Lun 24 Juil - 23:00

Mignon, amusant, petit jouet amusant. Il faudra que je pense à « Le » remercier une fois que tout ceci sera terminé, qu’il s’agisse d’une grande mascarade si bien agencée ou une réelle mise à l’épreuve, encore une. « Il te ment ». Non, non, c’est un jouet, petit cadeau vivant. Je suis certain qu’une fois qu’ « Il » sera revenu de ses affaires, il m’autorisera à agrandir ma Famille. C’est ça, ce sera ma récompense pour avoir gardé intact le jouet. Mais aussi déroutant soit-il, il avait quelque chose d’attachant. Ses réactions, surprenantes. Génie ou fou, fou ou génie, lequel était-il ? « Quelle importance, tue-le ». Non, non, c’est un jouet, petit cadeau vivant. Il n’avait pas peur. Pourquoi d’ailleurs ? Innocence ? Pureté ? Stupidité ? Non, bien sûr que non. Il était avec « Lui » quand je suis arrivé. Il ne pouvait avoir peur de moi, non, il l’avait vu « Lui », il ne pouvait qu’être effrayé que par « Lui ». « Tue-le, il a dit que tu étais moche ! Il ne te respecte pas ! ». Non, non, c’est un jouet, petit cadeau vivant. Il arrive, je le sens, non, oui, le faire sortir ? Le garder ? Le choix. Si c’est mon amie, je le garde, si c’est son ami, je le lâche. Oui, voilà, c’est équitable.

Et lorsque la porte s’ouvrit enfin, un homme apparu dans l’encadrement. Son regard en disait long sur la situation qui se présentait devant ses yeux. Un monstre au sourire décharné était devant lui. Effrayé, il ne parvenait à rien. Pas un seul mot, pas un seul mouvement, pas un seul cri. Rien. Un silence absolu et seulement un corps qui tremblait. Mais par chance, il ne trembla pas longtemps. Shi venait de se jeter sur lui, poings en avant. Ses mains étaient recouvertes de roches aussi résistantes que le granit. Ces deux poings pierreux s’abattirent avec force sur le visage de l’inconnu. Un premier coup, et un autre, et encore un, et encore, et encore, jusqu’à ce que l’homme soit absolument méconnaissable. Les orbites étaient brisées, les arcades sourcilières déchirées déversant un flot de sang. Le nez était broyé, laissant les cartilages à vif. Les dents étaient cassées, certains éparpillées à côté, d’autre traînant malencontreusement dans une bouche à la langue enflée. Enfin, un œil trônait fièrement en dehors de son orbite, pendant sur une joue gonflée. Mais, par chance, ou malchance, l’homme était toujours en vie.

Si un œil averti s’était arrêté sur le visage de l’inconnu avant qu’il ne soit totalement défiguré, il aurait reconnu sans peine une personne que le trio avait croisée quelques heures plus tôt. Il était le pauvre mari du coup, le mari de cette femme qui avait terni la joie de Shi et qui l’avait payé elle aussi de son beau visage, même si les dégâts au final étaient moindres. Il avait été facile de trouver leur adresse. En quittant les lieux, Shi n’avait qu’à demander au gérant des lieux. Il ne fait pas bon d’être un habitué. Dommage pour eux se dirait l’immortel. Penchée sur sa cible, une voix gutturale prenait du plaisir.

- JE NE SUIS PAS MOCHE ! C'EST FAUX ! PAS MOCHE ! NON, NON, JE LE SUIS PAS ! MOCHE ! NON !
- Oui, voilà, c’est ça. L’expression même de la jouissance. L’extase de la mort. Sentir la vie s’écouler à travers tes mains. Ahahah !


Et Shi se releva, se tournant vers le blondinet. Comment avait-il réagi ? Peu importe, c’était son cadeau et en tant que tel, il se devait de jouer avec lui. Accroupi face à l’enfant, le psychopathe laissa sa place au sociopathe.

- Tu sais, poisson, barbe à papa, chameau ou lutin, on s’en fou en fait. Il faut juste est le plus gros du lot. Sans cela, tu n’es rien, tu n’es qu’un raté ! Dis-moi petit jouet fragile, tu veux être un raté ou la plus grosse barbe à papa ?
Voilà ce qu’il te faut pour être le plus grand, le plus sucré, le plus rose, le plus ce que tu veux. Prend ce kunai et découpe lui la gorge. Coupe bien au milieu comme ta viande tout à l’heure.
Tue-le !

- Oui, tue-le !
- Oui, tue-le !
- Oui, tue-le !
- Oui, tue-le !


Le sociopathe n’avait guère fait long feu. Place à la schizophrénie vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader Muraseimon
Ôtsutsuki Miko
avatar
Messages : 462
XP Mensuel : 11
Date d'inscription : 07/02/2017

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   Hier à 17:17

L’enfant et Shi arrivèrent à la maison. La porte de l’habitation s’ouvrit et il ne fallut pas longtemps pour que le grand gaillard saute sur le pauvre homme qui se tenait derrière elle. Il le tabassa, encore et encore, laissant exploser toute sa rage. De son côté, le petit Miko passa par-dessus la jambe de l’homme émasculé pour pénétrer les lieux. Il observait ce qui se trouvait là, laissant son regard se balader. Il touchait les objets tout en léchant sa petite glace à la vanille. Ses pas étaient rythmés par la violence des impacts du poing sur le visage tuméfié de la victime, les râles de cette dernière et les cris de sa femme. Malgré tout, l’enfant faisait abstraction de toute ses nuisances, se promenant de pièces en pièces. Il touchait les objets, ne sachant pas vraiment quoi faire. Décidément, Shi était un piètre baby-sitter. Il ne faisait que crier et faire des trucs bizarres.

Après avoir fait le tour de la maison, le gamin revint vers l’entrée. L’homme était allongé sur le sol, immobile, et se vidait de son sang. Shi se tourna alors vers l’enfant et reprit son étrange discours, l’adaptant au souhait de l’enfant de devenir une barbe à papa. Et puis surtout, il tendait une arme en direction du petit, le poussant à passer à l’acte. Ils ne se connaissaient pas et se voyaient pour la première fois, alors sans doute ne savait-il pas. Il ne se doutait pas quel genre de gamin il avait en face de lui et la longueur qu’atteignait déjà son tableau de chasse. Habitué à vivre seul et à devoir tout faire pour survivre, Miko n’avait jamais accordé la moindre importance à la vie d’autrui, réaction des plus naturelle quand personne ne donne d’importance à votre propre existence. Pourquoi aurait-il fallu qu’il soit meilleur qu’eux, de toute façon ? Faire ce qu’il faut pour survivre ou simplement mourir, il l’avait comprit bien avant cette mise à l’épreuve. D’un geste de la main, l’enfant envoya valser l’arme de l’autre côté de la pièce, déclarant avec une certaine colère :

« J’ai pas besoin de ça moi ! »

L’objet s’arrêta au fond de l’entrée, contre un mur, dans un petit bruit métallique. Après ça, le gamin plaça ses mains devant son visage et commença à se concentrer. Les yeux fermés, il respirait lentement et tentait d’appliquer les leçons de son professeur en voyage. Il continuait, persévérait, mais rien ne se passait. Finalement, il commença à froncer les sourcils et à devenir tout rouge, sa respiration s’arrêta, comme-ci il la retenait et tous les muscles de son corps étaient crispés. Après quelques secondes, il relâcha la pression, inspirant un grand coup et posant ses mains sur les genoux. Sa respiration était alors très forte et bruyante. Mais après avoir reprit son souffle, il se remit en position et se concentra à nouveau, n’oubliant pas de respirer cette fois. Après quelques secondes, un petit vortex doré apparu derrière lui et une lame fut projeté en plein sur le vieil homme étalé sur le sol. Dans un dernier soupir, la vie quitta son corps petit à petit. Miko s’émerveilla d’un large sourire, tendant le pouce en l’air en signe de victoire :

« Hihihi, c’est moi le meille…. »

Epuisé par ce qu’il venait d’accomplir, l’enfant tomba dans les pommes. On aurait dit un objet inanimé tombant à la renverse. Sa fatigue était telle qu’il ne pouvait amortir le choc avec ses bras ou en tentant de se ressaisir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !   
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB - PV Shi] T'es moche et tu fais peur, laisse-moi tranquille !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le site web le plus moche de ces 10 dernières années
» T'es moche. [Lexi]
» le plus moche
» C'est moche d'avoir à guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux ∆ Aared.
» Fait froid, c'est moche, j'en ai marre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Reste du Monde :: Pays mineurs :: Ame no Kuni-