AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]   Mer 26 Juil - 16:25
L'Hokage jeta un regard nostalgique sur le terrain d’entraînement. Comme des milliers de genins avant lui, il s'était longuement entraîné ici pour parfaire ses techniques. Bien que techniquement en dehors du village, il y avait de nombreux espaces colonisés dans la forêt qui entourait Konoha. Plus d'une centaine d'enclos similaire parcouraient la ceinture végétale permettant aux soldats de s’entraîner l’abri des yeux et des oreilles indiscrètes. Celui sur lequel se tenait l'homme aux cheveux longs était on ne peut plus classique. Une petite clairière parsemé de quelques rochers et d'arbres de-ci, delà. Il fallait assez d’espace pour se déplacer librement mais aussi des terrains légèrement différent pour pouvoir pratiquer tout type de manœuvre. Autre part, certaines clairières n'en avaient que le nom. Tout au plus un grillage notait le début du terrain qui était rempli d'arbre. Certains étaient émaillés d'un minuscule bras de rivière ou d'autres encore de roches en tous genres créant des petites falaises.

Le leader de Konoha appréciait particulièrement le numéro onze. Il permettait de simuler presque toutes les situations mais surtout c'était ici qu'il avait fait ses gammes. Il avait un attachement émotionnel à ce lieu et le fait d'y être aujourd’hui dans le rôle du professeur le touchait plus qu'il ne l'aurait cru possible. Il déposa son sac sur le sol, commençant à étaler son contenu sur une petite bâche. Kunais, shurikens, notes explosives et autres outils de Shinobi couvrirent vite tout l'espace disponible sur le tissu. Il n'était pas sûr d'en avoir besoin pour la séance du jour mais il préférait être prêt au cas où. Quelques instants plus, ses insectes patrouillant aux abords de l'enclos s'agitèrent, signalant l'arrivée de la genin avec qui il s'entretiendrait.

Dans une semaine, celle-ci combattait dans l'arène de l'examen chuunin non pas pour être promue mais pour divertir le daimyo. Elle comme des dizaines d'autres ninjas s'affronterait et ainsi devrait prouver la force du village au seigneur du pays du feu : Izanumi Hosho. L'Hokage lui-même devrait s'y plier malgré toutes les alarmes de son corps lui indiquant que c'était une mauvaise idée. En entendant l'arrivée de l'Uzumaki, il se releva et l'accueillit à l'entrée du terrain.

-Bonjour Tsukiyo, bienvenue sur le terrain d’entraînement numéro onze.

D'un geste de la main, Asano l'invita à entrer et la guida vers les fameux outils shinobis. L'adolescente était déjà au courant de son prochain rendez-vous. Elle était probablement stressée par les enjeux et pour la mettre à l'aise, l'Aburame s'assit sur le sol, l'incitant à faire de même d'un signe de tête. En effaçant les signes d'autorités qui le suivaient partout, l'Hokage espérait disparaître pour ne laisser place qu'au maître.

-Comment te sens-tu par rapport à ton combat? L'affrontement à trois est un exercice très particulier. Bien que difficile, il représente bien les dangers que tu pourras connaître en mission. Même si tu es entouré de tes coéquipiers, les menaces peuvent surgir de n'importe où. Regarde cet enclos. N'importe qui peut-être caché derrière un monticule de roche ou entre les branches d'un arbre même si, à première vue, il n'y a personne. Il te faut donc toujours rester sur tes gardes et si possible, tout surveiller. Ton combat sera ainsi une bonne réplique en un plus facile. Au moins, tu sais que tu n'as que deux adversaires.

L'homme parlait avec une franchise qui lui était rare. De fait, on touchait un sujet qui lui tenait à cœur : rester sur ses gardes. La vie lui avait appris qu'en étant trop confiant, on pouvait mourir en quelques secondes. Il avait failli ne jamais revenir d'une mission de rang B . Un de ses camarades genin était tombé au pays de l'herbe et le dernier, bien qu'en vie, ne s'en était jamais vraiment remis.

-Qui plus est, tu le sais, tu affronteras Akinobu. C'est toujours difficile de se battre contre l'une des personnes en qui tu es censé avoir une confiance absolue. À Konoha en particulier vu qu'on nous apprend à toujours compter sur nos camarades. Que penses-tu par rapport à tout ça? N’hésites pas à être directe dans tes paroles, même si tu penses qu'elles sont impolies. Nous sommes que tous les deux et aujourd'hui, il n'y a pas de hiérarchie autre qu'un maître à son élève.

Asano se tue un instant. Ses lèvres se pincèrent tandis qu'il pesait le pour et le contre du sujet qu'il s’apprêtait à aborder. Cela n'allait pas être facile pour Tsukiyo. Lui-même bien qu'il connaisse la version hypocrite par cœur n'était pas sûr de pouvoir parfaitement la délivrer. Nerveusement, il ramena une mèche de cheveux derrière son oreille.

-Mais peut-être vaudrait-il mieux parler de la mauvaise nouvelle en premier. Peut-être même es-tu déjà au courant. Malheureusement, Daiki ne fait plus partie de ton équipe. Après sa mission s'étant mal passé dans l'Est du pays du Feu, nous avons longuement parlé lui et moi. J'ai estimé qu'un autre professeur serait plus à même de mieux développer ses capacités. Tu le connais, il est très...fonceur, qui plus est, il a tissé un lien affectif avec la jonin qui le surveillait pousse cette mission. Je pense qu'il sera beaucoup plus à l'aise avec Hyuga Himawari qui est très similaire à lui. Ceci dit, il ne disparaît pas complètement de nos vies. J'essaierais même de vous parer tous les deux voire tous les trois avec Akinobu si certains contextes s'y prêtent. Je suppose que tu as beaucoup à dire sur le sujet. N'hésites pas non plus.

L'Hokage s'était, en réalité, simplement débarrassé du genin car il ne répondait pas à ses objectifs. Il pensait que ce dernier était un bon atout pour contrôler le jinchuriki de Kyuubi mais son manque d'ambition latent l'avait placé en porte à faux plus vite que prévu. Avant même qu'il n'est pu le former, il s'était déjà montré un outil brisé. Par conséquent, l'Aburame avait préféré s'en débarrasser pour mieux se contrer sur les deux genins restants. Au final, les deux outils qui avaient montré le plus de promesses lors de leur premier entretient, quelques semaines auparavant. Toutefois, il ne pouvait pas dire ça. À quiconque. Pour son bien, il devait continuer à projeter cette image de gentil Hokage qui pense à son village et à ses habitants avant lui-même. Durant tout son discours sur les raisons du départ de Daiki, il avait mimé l’inquiétude et même placer sa main sur l'épaule de l'adolescente en terminant pour l'encourager à parler comme si cela le touchait également.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Uzumaki Tsukiyo
avatar
Messages : 43
XP Mensuel : 0
Localisation : Konohagakure
MessageSujet: Re: Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]   Sam 2 Sep - 16:46
Aujourd’hui était un jour spéciale pour la jeune Uzumaki. Elle allait enfin pouvoir commencer sérieusement sa vie de shinobi. Elle était enthousiaste ! Surtout qu’elle n’avait pas rendez-vous avec n’importe qui ! Mais avec l’Hokage-sama ! LE chef du clan Aburame. Un clan qui utilisait les insectes pour se faire entendre et combattre… un clan bizarre quoi.  Bon le sien avait presque disparu alors elle n’avait pas de leçon à donner. Ce matin-là, Tsukiyo prit sa douche de bonne heure, et en se regardant dans le miroir, elle prit la décision de dire à père qu’elle ne reprendrait pas l’entreprise familiale. Qu’il devait ne pas décider pour elle.

Et c’est au petit déjeuner… que les remarques fusèrent de plus en plus. La fracture avec son père semblait inévitable. Aucun des deux n’avait la même vision de son futur à elle. Et si au début, la nuit éclairée semblait compréhensive… elle n’acceptait simplement pas qu’on décide à sa place. De ce qui était bon pour elle ou pas. Elle le fit donc bien comprendre à son père. Qui la jeta un peu dehors. Elle serait shinobi. Elle pouvait faire une croix pour lui parler dorénavant. Seule sa mère avait essayé d’être compréhensive avec sa fille et elle seule lui permit de revenir à la maison ce soir.

Ce n’était pas une de ces disputes habituelles, non, Tsuki avait définitivement tiré un trait sur le commerce que son père avait mis x années à construire. Elle lui avait dit clairement qu’il n’en valait pas la peine et que c’était à elle de choisir son métier. Sa destinée. Peut importe si elle était longue et ingrate. Elle ne voulait pas d’une destinée tracée par son père. L’Académie ninja lui avait les yeux sur pas mal de points. Et lui avait notamment permis de prendre confiance en elle.

Tsukiyo voulait marcher dans les pas du nanadaime, même si elle savait que son chemin serait long et ne serait pas un long fleuve tranquille. Elle partit de chez elle, claquant violemment la porte, énervée. C’était tellement rare de la voir dans cet état. Elle n’était pas dans l’envie de parler à quelqu’un pour l’heure, mais revoir le Hokage lui redonnait sans aucun doute le sourire. Elle ne portait sur elle qu’une simple veste et son bandeau. Ainsi que l’accoutrement d’un ninja habituel. Les mains dans les poches, la blonde cherchait le terrain d’entraînement numéro 11, qu'elle finit par trouver plus rapidement que prévu.

La flamme renaissait dans ses yeux bleus-gris profonds lorsqu'elle s'approcha alors du terrain ou elle avait rendez-vous. Elle savait qu’avec lui elle pourrait devenir quelqu’un par elle-même et être considérée comme ce qu’elle voulait être. Kiyo fit un sourire à l’Aburame. Elle était encore à l’heure hein. Bof, il ne fallait pas changer les bonnes habitudes. Merci Maman pensa la blonde. Comment elle sentait ? Elle n’avait pas arrêté de penser à ses prochains combats. Elle avait hâte de commencer.

« Je ne sais pas trop en fait, je n’ai pas arrêté d’y pensé, pourtant j’avoue que j’ai un peu peur de mon combat à trois. Je n’en ai jamais fait. Votre prévenance est tout à votre honneur Hokage-sama. Cependant, je ne pense pas qu’il y est le moindre danger derrière tous cet environnement du moins pour l’instant » . Fit-elle d’un naturel calme avant de venir se mettre en position. En face à face avec l’Hokage, elle s’assit par terre.

« Rester sur mes gardes je suis d’accord, mais je n’ai pas dans l’optique de considérer tout le monde comme un ennemi, tout surveiller n’est pas dans mon style non plus ».  Enchaîna la blonde avec un petit rire un peu plus détendu mais assez franche.

« Tout surveiller ne permet pas forcément de tout anticiper ? Si ? ». Demanda-t-elle. Dès le matin, il commençait fort le Hokage. « Je veux dire qu’Akinobu sera un peu comme moi… je n’aime pas me battre pour rien. Et avoir affaire à Akinobu alors qu’on se connait à peine ne m’arrange pas non plus. Je ne connais même pas ses capacités. Je pense donc partir sur de l’improvisation ».

C’était un miracle que pour l’instant, elle ne soit pas tombée… elle regardait ses lacets. Inquiète, elle les refit pour se sentir en sécurité. Puis elle fixa longuement l’homme aux longs cheveux. Elle rêve ? Ou il semblait nerveux ? Son intonation de voix changea… elle dépoussiéra ses mains pleines de poussière et d’herbe. Ravalant sa salive. Clignant des yeux. Elle se demandait ce qu’il voulait dire par mauvaise nouvelle. Elle avait sa réponse quelques minutes plus tard.

« Je ne le connais pas encore. Je n’ai pas encore fait de mission avec Akinobu. On fait juste parti de la même team. Pour l’instant, mon avis sur lui est au point mort je dois avouer. Je connais plus Daiki que lui… je suis sûre qu’il l’a fait pour une bonne raison. Pas de hiérarchie ? Vous êtes sûr de vous ? Hokage-sama ? » Et bim. Le Hokage-sam était sortit tout seul, et c’était difficile de ne pas l’appeler autrement. « Je heu… peux vous appeler qu’Asano du coup ? ». Demanda Tsukiyo un peu gênée. La suite ne l’arrangea guère.

« Je le connais depuis mon enfance ouai… trop fonceur oui aussi. En vrai, je n’ai pas grand-chose à dire… j’irais plutôt lui en parler en face… » Elle roule ses jambes entre ses bras, baissant son regard vers le sol. Elle avait beau dire ça, on pouvait sentir que cette décision de partir l’avait grandement affectée. Même si elle ne voulait pas le montrer. Cela rajoutait encore une envie de passer à autre chose. Tsukiyo releva ainsi la main de l’hokage placé sur son épaule. Pour elle-même se lever à son tour. Pas qu’elle n’aimait pas l’Hokage. Non ce n’était pas ça, mais elle trouvait qu’il y avait quelque chose qui sonnait faux.

« Tant mieux pour lui s’il a réussi à se faire un lien affectif avec Dame Himawari. Pour être honnête, je suis plus considérée comme une rivale que comme une amie… je devrais m’y faire, mais c’est dur de me dire qu’il sera un peu écarté de la vie de l’équipe. Mais bon, si c’est son choix, je ne pourrais rien dire contre. Puis qu’il a été vu avec vous. Même si je trouve ça égoïste comme comportement. C’est tous ce que j’ai à dire sur le sujet. » Ponctua l’Uzumaki en s’écartant de l’Hokage et en le dévisageant un peu. Elle avait encore du mal à appréhender et à cerner son interlocuteur. Son nouveau sensei. Peut-être que cela viendrait avec le temps mais elle ne comptait pas se laisser faire aussi facilement. Elle avait déjà dit à son père qu’elle suivrait son propre chemin. Elle le préciserait autant de fois que nécessaire.

Tsukiyo ne jugeait pas. Elle tentait de s'adapter de prendre ses marques avec son sensei.



Tsukiyo parle en #00cc99
Thème Général ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]   Ven 8 Sep - 9:11
L'Hokage hocha la tête en voyant que Tsukiyo souhaitait se relever tout seul. C'était autant une réception de l'information qu'un avis satisfait. La jeune fille montrait chaque jour un caractère plus grand et ses professeurs à l'académie seraient probablement étonnés de ce qu'elle était devenu si rapidement. Si la nouvelle du départ l'avait touché, elle ne le montra guère. Quelques mots firent tiquer Asano, notamment voir cette décision comme égoïste. Une partie de ce dernier sentit qu'il y avait là quelques choses à exploiter, à manipuler. L'autre nota l'adolescente tentant de faire bonne figure. Si jeune et déjà elle possédait deux visages. Le leader de konoha ne put qu’apprécier vicieusement cette faculté.

-Tu fais bien de vouloir lui parler en face à face. C'est un acte courageux que tous les genins...et même des adultes n'auraient pas été capables de faire. Il est d'autant mieux d'aller vérifier les informations en personne que croire quelqu'un sur parole. Même le Hokage.


Une légère panique s'installa dans l'esprit de l'Aburame. Il flirtait avec le danger en laissant entendre qu'on pouvait douter de sa parole. Il voyait cependant de nouvelles choses dans la jeune fille. Un potentiel plus sombre, moins raccord avec les valeurs de Konoha. Un lac souterrain qui ne demandait qu'à en sortir. Tout du moins le croyait-il. L'homme se d »tourna légèrement d'elle en montrant vaguement le terrain de la main.

-D'une certaine façon, c'est aussi une bataille. Même si tu ne souhaites pas tout surveiller, l'information est le nerf de la guerre. Pour un shinobi, cela revient à une question de victoire ou de défaite. De vie ou de mort. Détecter l'ennemi, savoir s'il va attaquer ou non est alors aussi important qu'être sûrs de ses alliers et pouvoir naviguer les mensonges quotidiens. Tu sais, tout le monde a des secrets, toi et moi y comprit. Certains sont inoffensifs ou ne te concernent pas. D'autres peuvent décider du reste de ta vie.


Les paroles d'Asano pouvaient paraître particulièrement horrible pour la genin. Quel enfant a envie d'attendre que le monde entier soit un ennemi? Le fait est que, si Konoha était protégé à l’intérieur des grands murs du village, le monde extérieur est d'autant plus cruel et prêt à tout. Himawari et Daiki étaient revenu avec de nombreuses blessures d'une mission qui n'aurait pas dû être si difficile. Il avait failli mourir entouré de ses coéquipiers et la futur Hokage alors qu'il était jeune. Il ne laisserait pas ses élèves marcher dans les terres du pays du feu et des autres pays sans y être préparé. Ce dernier se retourna alors vers son apprenti, le visage peiné.

-Est-ce que ce que je dis t'effraye Tsukiyo? Penses-tu que ce n'est pas très adapté à un simple tournoi amical? Peut-être que tu as raison...pour l'instant. Je ne veux pas te faire peur ou te brusquer. Pour l'instant, tout va bien et ça le sera encore pendant probablement de longs mois. Sache cependant que la vie n'attend pas et qu'on n'est jamais à l'abri d'un accident.


Même si l'Aburame ne le savait pas, la dispute entre l'Uzumaki et son père pouvait facilement correspondre à cela. La veille tout allait bien ou presque et aujourd’hui le monde était sens dessus dessous. Il n'y avait plus de marche arrière.

-Que tu souhaites ne pas voir les gens comme des ennemis est très bien. Si on est fier de quelque chose à Konoha, c'est de la confiance qu'on peut avoir les uns avec les autres. Ta volonté d'improviser est aussi très bonne. Cependant, il vaut mieux être désolé qu'avoir des regrets. Prépare-toi au pire et soit heureuse que ça ne soit pas le cas. À l'inverse, tes adversaires ou tes ennemis dans le futur, ne feront peut-être pas la même chose. Eux ne seront peut-être pas aussi prêts que toi.


La différence pourrait tout simplement sauver la vie de l'adolescente. Si elle n'était pas prête à penser ainsi pour l'instant, ce n'était jamais trop tôt pour commencer à l'envisager. À voir que le monde est différent que ce que l'on pense.

-Tu es courageuse Tsukiyo. Peut-être la plus courageuse de ta promotion. Tu n'as pas peur d'affirmer ce que tu penses et ce n'est ni par flemmardise ou idiotie. Tu comprends les enjeux qui se présente à toi et le poids de tes paroles. En cela, nous nous ressemblons peut-être plus que tu ne le penses. Je n'aime pas non plus le combat. Pire, je le redoute. Je ne sais que trop bien la violence et les pertes que cela implique. C'est aussi pour ça que j'essaye de te faire passer mes expériences.


L'Hokage espérait vraiment faire éviter les mêmes déconvenues qu'il avait vécues à l'Uzumaki. Outil ou élève, plus elle serait préparée et le mieux ça sera. Il espérait vraiment que cela ne sera pas un poids trop lourd pour la blonde. Si on lui avait dit tout ça enfant, il aurait probablement fui toute occasion de partir en mission, terrifié. Cela n'aurait au final, peut-être rien changé. Peut-être qu'il aurait eu d'autres problèmes psychologiques. La culpabilité du survivant, la lâcheté. Peut-être qu'il ne serait plus du tout Shinobi. Peut-être qu'il n'aurait pas pris ça en compte et qu'il serait tout de même revenu au même point.

-Pour éviter les combats que tu ne souhaites pas avoir, il te faut alors avoir les informations sur lesquelles mieux manipulez-les événements et ainsi éviter l'affrontement. Si tu ne peux pas l'esquiver alors, cette récolte de renseignement te permettra de mieux le gérer pour l'emporter. Entends-moi bien. L'improvisation est très bien et tu auras toujours besoin de ça pour t'en sortir. Si tu planifies à l'avance, si tu te prépares minutieusement, tu réduis alors les chances que ton improvisation te fasse défaut.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Uzumaki Tsukiyo
avatar
Messages : 43
XP Mensuel : 0
Localisation : Konohagakure
MessageSujet: Re: Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]   Dim 17 Sep - 21:23
L’Uzumaki dévisagea l’Hokage. Au fur et à mesure qu’il parlait, elle découvrit que quelque chose ne lui plaisait pas dans son attitude vis à vis d’elle. Ce n’était peut-être qu’une impression, mais ses paroles touchèrent Tsu. Mine de rien. Elle savait qu’il avait raison quelque part, pourtant… tout le monde n’était pas comme ça. C’était comme s’il en faisait une généralité sans forcément prendre en compte la vie civile dans le monde autour du village. Elle souffle. Fait la moue. Croise les bras.

« Oui je sais… c'est un exercice difficile... » Commença la blonde, en faisant des grimaces. « C’est juste que, je n’aime pas ça, je veux dire, vouloir tout contrôler c’est bien, mais pouvoir encore anticiper c’est mieux » Rajouta Yo en regardant le reste du terrain, le balayant du regard rapidement. Vérifier tout n’était pas forcément utile. Si on poussait les gens à dire ce qu’ils pensent et à être honnêtes. On peut aisément obtenir une information en jouant sur les mots. Elle sentait que la vision du Hokage était différente de la sienne. Elle essayait de le cerner et de penser à ce qu’elle pourrait dire à la suite. C’était vraiment des réflexions intéressantes.

Mais peut-être trop élevées pour elle ? Douter du Hokage, ce n’était pas une priorité pour l’instant. A voir par la suite. Son instinct de survie n’était pas réveillé. Il y avait donc peu de chance qu’elle doute de lui, sauf s’il s’amusait à la menacer sérieusement. Bah oui. Elle fit un soupire. Le Hokage voyait vraiment loin. Ils étaient encore en paix pour le moment même si la situation semblait plus délicate en dehors du village. Konoha n’était pas encore devenu un champ de bataille. Ce n’était pas une guerre à proprement parlé comme le fut la quatrième grande guerre ou s’était illustré son ancêtre.

« Konoha forme les gens à savoir travailler en équipe. Si on ne peut pas faire confiance à ses équipiers alors l’équipe sera en danger, je pense que si on sait qu’on peut toujours compter sur ses partenaires, alors on n’a pas besoin de tous surveiller. Il y a pleins de petits détails qui peuvent être observé dans l’attitude de la personne… qui montre si on peut lui faire confiance ou pas. » Rajouta la blonde après s’être écarté de son nouveau sensei.

Bien plus que précédemment. Elle n’aimait pas qu’on soit trop proche d’elle.  Cette dernière parole s’adresserait à l’Hokage personnellement. Elle aimait aider les autres du mieux qu’elle pouvait, mais elle n’était pas non plus stupide ni du genre à s’imposer pour un oui ou pour un non. Elle n’était pas complètement naïve. L’hokage ne lui inspirait pas confiance pour l’heure.. Du peu qu’elle pouvait en voir. Elle sentait un légé mal aise. Depuis qu’il avait employé le mot douter et secret.

« Vous aussi vous avez des secrets ? Est-ce que ressentir la douleur peut faire partit de ses secrets ? Tout le monde ressent la douleur... mais tout le monde n'en n'a pas la même perception ? Si ? » Fit Tsukiyo en clignant des yeux. Peut-être qu’elle s’avançait sur un chemin pointilleux, et dangereux, mais elle si elle voulait savoir à qui elle avait affaire, elle devait essayer d’amener le sujet de conversation vers là. « Pourquoi ça devrait ? » Fit soudainement la jeune femme aux yeux bleus étincelants.

« Un tournoi, c’est un tournoi, si on ne participe pas, on ne peut pas avancer, je n’aime pas me battre pour rien c’est tout. Je ne fuis pas le danger, c’est juste facultatif pour moi. Si je peux éviter d’avoir à me battre… Alors je fais en sorte que ça n’arrive pas et quand je n’ai pas le choix, j’essaye de l’affronter du mieux que je peux. J’ai toujours fonctionnée ainsi. La vie elle-même est un jeu. Elle n’attend pas, c’est pour ça qu’on doit aussi en profiter. Parce qu’on ne sait pas quand on partira. Avoir une vie sans regret... je pense que ce n’est tout simplement pas possible. On en a forcément à un moment donné lorsqu’on assume nos choix. Daiki l’a fait en décidant de partir de la team. »


Elle fit une pause, soupira, leva les yeux au ciel, puis continua, les mains dans les poches. C’était la première fois qu’elle avait une conversation allant aussi loin dans ses réflexions. Cela touchait aussi l’humanité. Les sentiments. C’était intéressent. Elle commençait à comprendre un peu la manière dont fonctionnait le Hokage. Ce n’était que de l’analyse de situations pures et simples pouvant exister dans son futur. C’était un peu comme un avertissement en soit. Elle n’était pas vraiment courageuse. Elle n’avait aucun mérite. Elle se contentait d’agir simplement. De ne pas juger. De s’adapter au mieux comme elle le pouvait. Rien ni personne ne lui dictera jamais ce qu’elle devrait dire ou faire.

« Et si on ne peut pas planifier tout à l’avance comme les prises d’otages ? Si on ne peut pas éviter que quelqu’un ne se retourne contre nous, ou nous trahisse ? Je sais très bien que le monde shinobi est pleine d’embuches et que la mort se trouve souvent au bout du chemin. Mais franchement, je m’en fiche. Je n’ai rien à perdre… L’improvisation me sera toujours utile. ». Fit la blonde en voulant entendre les réponses de l’Hokage. Son point de vue. Sur ça. Peut-être était-elle trop réfléchie pour une Genin de son âge. Peut-être était-elle simplement plus mature que les autres.

Pour elle ce n’était pas du courage, mais une volonté d’un monde idéaliste… Si tout le monde évitait le combat, il n’y aurait plus de guerres. Si tout le monde s’écoutait et essayaient de se comprendre et d’être franche, alors beaucoup … « d’accidents seraient évités ? »… Peut-être que son jugement de la situatio nétait erroné car elle ne comprenait pas tout. Mais elel essayait de tout assimiler. De tout retenir.



Tsukiyo parle en #00cc99
Thème Général ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Jeu de guerre [PV Tsukiyo - FB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Terrains d'entraînements-