AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jônin Supérieur de Kiri
Senshi Ryuho
avatar
Messages : 19
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
540/550  (540/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]   Lun 7 Aoû - 17:04
Le vent du renouveau avait frappé la Brume. Un vent si puissant qu'il avait chamboulé l'ordre du village, et apporterait peut-être même des bouleversements au monde entier. Du moins au sein des grandes nations militaires. Car en effet, Kiri n'était plus dirigé par un conseil de puissants, mais bien par un homme seul : le Mizukage avait rendu les honneurs à son poste. Lors de sa révolte, le jeune Maître était loin du village, aussi n'avait-il pas pu y participer. Toutefois, la rumeur n'avait pas mis longtemps pour arriver à ses oreilles. Et en l'entendant, il avait immédiatement mis les voiles, direction Kiri, pressé par une pensée préoccupante. Quid de sa famille ? En effet, les Senshi étaient des "riches". Ils avaient toujours contribué au bien du village, et le père de Ryuho n'avait jamais cherché à s'élever plus que de raison, préférant simplement mener sa barque et garantir le bien-être de sa famille. Mais et si la vindicte sanglante des Kirijin s'étendaient à tous ceux qui avaient des liens, même ténus, avec le monde commerçant ? Ryuho ne permettrait pas qu'il arrive quoi que ce soit à sa famille.

Et ce même s'il aurait donné sa vie pour sa patrie. Aussi, terminant ses obligations, il avait pris la route de Kiri, et avait effectué le trajet en deux fois moins de temps que nécessaire. Dès son entrée au village, où l'atmosphère était encore électrique, il fila droit vers la tour du Mizukage, passant relativement inaperçu dans le village, aussi actif qu'une fourmilière qui venait de recevoir un coup de pied. Apparemment, la tour avait été le théâtre d'importants combats, et Gokushi Hitoya devait encore avoir fort à y faire, puisque deux gardes tentèrent d'en barrer l'entrée au Senshi. En temps normal, le jeune maître avait du respect pour la hiérarchie, et aurait attendu qu'on le laisse entrer. Mais là, il n'avait pas le temps, et ces deux incapables risquaient de goûter à la colère du dragon. Alors certes, il aurait pu passer d'abord voir sa famille, mais l'inquiétude obscurcissait son jugement. Et il craignait de trouver le manoir à feu et à sang et sa famille emprisonnée, ou pire...

Ce fut la pensée de trop, et il écarta les deux gardes du passage, sans ménagement aucun. Il pénétra ensuite dans l'enceinte du nouveau seul chef de Kiri, et gravit les escaliers quatre à quatre jusqu'à l'étage où se situait le bureau du plus puissant shinobi de la Brume. Devant la porte, il inspira un grand coup, et entra sans frapper. Il paierait son insubordination plus tard, il n'avait aucun problème avec ça. Pour l'heure, il voulait juste s'assurer d'une chose... Sans même vérifier si Hitoya était présent ou non, et s'il était seul le cas échéant, Ryuho lâcha d'une voix plus teintée d'inquiétude qu'il ne l'aurait souhaité :


- Mizukage, dites-moi ce qui est arrivé à ma famille. Immédiatement.

Pour ça aussi, il serait peut-être puni. Mais c'était le dernier de ses soucis actuellement, et il ferait sans doute un affront beaucoup plus grave si la réponse du Mizukage lui déplaisait...


Ryuho parle en #daae00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 415
XP Mensuel : 2

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]   Lun 21 Aoû - 20:24
La reprise en main du village était quelque chose de délicat et difficile. Je n’ai même pas pris le temps de me remettre de mes blessures et mon bras pendait lamentable en écharpe sur mon torse, immobilisé par une attelle. Autant dire que ce n’était pas forcément les plus pratique pour écrire et s’occuper de la paperasse d’avoir une seule main. Par chance, c’était mon bras gauche qui était ainsi bloqué, étant droitier, je pouvais quand même travailler. Et il y avait une montagne de chose à faire. La joie des pleins pouvoirs, j’avais mis en place une juridiction d’exception qui faisait en sorte que chaque acte judiciaire dût passer par moi. Autant dire que certains personnages avaient crié à la dictature, mais la menace de l’antipatriotisme les avait rapidement calmé. De toute façon, concentré toutes les facettes du pouvoir dans les mains d’un seul homme n’est pas une bonne idée. On a déjà vu ce que ça donne quand ils sont en grades partis dans les mains d’un conseil oligarchique guidées par ces seuls intérêts. Mais la situation exigeait certains... accommodement. Quelques petites condamnations politiques, quelques acquittements pour services rendus et quelques mises en détention provisoires devraient permettre au village de se calmer sans faire couler plus de sang, et surtout pour moi d’éliminer des postes à responsabilité ceux sur qui je ne peux pas compter.

Après avoir envoyé une énième note à une énième personne pour qu’un énième ordre soit appliqué j’ai entendu des bruits de pas dans le couloir. J’avais pourtant donné l’ordre de ne pas être dérangé, sauf en cas d’extrême urgence. Donc soit un drame avait eu lieu et j’avais une contre-révolution à mater, mais je pense avoir quelques semaines avant d’être confronté à ça soit... on venait pour essayer de mettre fin à tout ça. Il attendait devant la porte, j’ai cru l’entendre soufflé . Quelqu’un de venue pour en finir ne se serait pas donné tout se mal pour m’indiquer, sans le vouloir, qu’il était devant la porte. J’ai donc relâché mon arme sur laquelle d’instinct c’était posé ma main encore valide. J’ai donc attendu la personne en question, un coude posé sur le bureau et le regard fixé vers la porte. En voyant l’individu qui est entré dans mon bureau j’ai levé les yeux au soleil. Le petit dragon venait me cracher ses étincelles au visage. J’ai cru être tranquille en l’envoyant en mission relativement loin au moment donné mais il avait dû revenir à marcher forcé, et a en juger par ses vêtements couvert de poussière et de boue, c’est ce qu’il avait fait. Sans même être repassé par chez lui... idiot ! Et sa réplique vient me confirmer ce que j’avais deviné.

« - Va donc leur demandé toi-même, plutôt que de te rendre coupable de gros manquements à l’étiquette et de pousser ta chance un peu trop loin. Les choses ont changé maintenant, petit lézard. Et l’argent ne dicte plus le tempo dans le village, c’est moi maintenant qui dicte la mesure. Alors je vais être magnanime et mettre ça sur le compte de l’émotion et de la jeunesse. Même s’il me semble que le calme est censé être l’une de tes qualités. Va les voir eux, plutôt que me faire perdre mon temps et tu auras tes réponses. »

Sans même le regarder, je me suis mis à continuer de remplir d’autres papiers, oh je savais qu’il était toujours là et qu’il était fort probable qu’il ne bouge pas, même après ça. Je lui ai donc laissé une minute, peut-être deux, grand maximum pour qu’il puisse réfléchir à tout ça. Et deux minutes seules avec soit c’est long, voire interminable. A vrai dire, la famille Senshi n’était pas les pires à vivre dans les quartiers riches. Je dois même avouer qu’ils avaient fait pas mal de chose pour ceux d’en bas. Sans oublier que le petit dragonnet, bien qu’il pense avoir des crocs alors qu’il n’était encore qu’aux dents de lait était un soldat prometteur. J’ai donc posé mon stylo, relevé le nez.

« - C’est tout ce que je peux faire pour toi . Enfin rend toi utile et dépose ça à l’académie veux-tu ? »


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Kiri
Senshi Ryuho
avatar
Messages : 19
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
540/550  (540/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: Re: [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]   Mer 6 Sep - 21:20
Le Mizukage était bien là, entouré de papiers et visiblement très occupé. Son bras blessé témoignait sûrement de la violence de sa révolte : les riches qui possédaient le pouvoir auparavant n’avaient pas dû lui laisser de gaité de cœur, et l’argent achète tout, même les bons soldats. Toujours est-il qu’il considéra un instant Ryuho. Avant de le rabrouer, comme le Senshi s’y attendait. Toutefois, le jeune maître fut rassuré : rien dans ses paroles n’indiquaient que ses parents aient souffert de la révolution. Il aurait dû y aller directement, Hitoya avait parfaitement raison. Mais la peur de ne pas les trouver l’avait paralysé. Et au moins, en allant voir le Mizukage, en cas de mauvaise nouvelle, il pouvait essayer de venger directement ses parents… Et peut-être entraîner le dirigeant du village avec lui dans la mort. Après sa tirade, le Gokushi retourna à ses occupations, laissant le Senshi seul avec ses pensées.

Un maëlstrom d’émotions bouillonnait dans la tête du jeune shinobi : d’une part, du soulagement, bien évidemment. Ses parents n’avaient rien, ses sœurs non plus… D’autre part, il était perturbé. Comment les choses allaient-elles se passer sous le règne d’Hitoya ? L’homme était compétent, ça ne faisait aucun doute, mais pouvait-il assumer seul de tout diriger ? Le pouvoir peut rendre fou. Dans sa jeunesse, Ryuho avait entendu des légendes sur une ancienne Mizukage, qui s’était laissé séduire par un jeune éphèbe et avait manqué conduire le village à sa perte pour des amourettes fantasmées ! A l’époque, l’ultime menace avait pu être évitée, fort heureusement. Le Dragon ne savait pas si ces histoires étaient vraies ou non, mais quoi qu’il en soit, il était un fait certain : il ne serait fixé sur ce qu’Hitoya apporterait au village qu’après un certain temps de ce régime.

Le Mizukage daigna enfin reporter son attention sur le jeune homme aux cheveux d’ébène, et lui donna l’ordre de déposer un document à l’académie, le tirant de sa réflexion. Instantanément, le jeune maître tomba à genou et posa le poing sur le cœur pour saluer proprement son leader. Assez gêné par ce coup de colère qui, effectivement, lui seyait peu, il commença à s’excuser d’un ton penaud :


- Je vous prie de pardonner mon comportement, Mizukage. J’ai manqué de jugeotte, et j’accepterai toutes les punitions que vous jugerez bon de me donner pour rattraper mon erreur.

Hitoya semblait assez bien disposé pour l’instant, et Ryuho aurait pu partir donner le document, histoire de ne pas « pousser sa chance », comme l’avait dit plus tôt le dirigeant de Kiri. Mais cette histoire de rébellion l’intéressait, et il avait entendu toutes sortes de choses dans le village. Le Jônin s’approcha de son supérieur, et saisit ce que lui tendait le plus puissant shinobi de la Brume. Il observa un instant le bras en attelle ainsi que les traits tirés du barbu : les derniers jours n’avaient pas dû être de tout repos. Reportant ses yeux gris sur ceux de son aîné, il lui demanda s’il était possible d’avoir plus de détails sur la prise de pouvoir à proprement parler. Histoire de voir combien de route il lui restait à parcourir, pensa-t-il pour lui-même.


Ryuho parle en #daae00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizukage
Gokushi Hitoya
avatar
Messages : 415
XP Mensuel : 2

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]   Jeu 7 Sep - 0:44
Théâtral et grandiloquent... Pourquoi faut-il toujours que les connards avec un peu de sang bleu se sentent obligés de faire du moindre de leur faits et gestes une véritable tragédie antique. C’est terrible ce besoin de briller même quand personne n’est là pour regarder. C’était parfaitement le cas ici. Si j’avais voulu te couper une phalange pour t’apprendre le respect de ton supérieur comme on faisait dans les gangs de jadis je l’aurais déjà fait. De même que si j’avais voulu envoyer les morceaux de ton corps découpé à tes proches dans un petit colis avec une lettre leur sommant de payer les frais de boucher je l’aurais déjà fait aussi. Ou bien encore de te faire disparaître. Tu crois que je ne te vois pas regarder mon bras et penser que tu pourrais peut-être avoir une chance contre moi ! Je n’ai pas survécu aussi longtemps dans la boue et la merde pour dévoiler toutes mes cartes. Longtemps j’ai caché mes capacités ninjas au conseil leur laissant penser que je n’étais qu’un simple homme du rang et ils ont couru tête baissée dans mon bluff. Je lui aie donc fait un petit signe pour qu’il se relève, un peu plus et il me demanderait de passer sous mon bureau !

Et visiblement, le petit dragon n’était pas si pressé que ça de retourner voir sa famille maintenant qu’il semblait s’être assuré de leur état. Mais j’aurais parfaitement pu lui mentir. Les avoir faits exécuter et laisser leur tête décorer sur les clôtures de leur propriété et l’envoyer tête la première vers une escouade de gars a moi chargé de se débarrasser de lui. Je ne sais pas si c’est moi qui vois le mal partout, lui qui est particulièrement naïf et stupide, ou bien outrageusement loyal ! Sûrement un peu des trois. Enfin, il voulait maintenant savoir ce qui s’était passé exactement pendant la révolte. Je ne peux pas le blâmer, j’aurais probablement posé le même genre de questions à sa place si j’avais pu m’entretenir avec le principal acteur de ça. Après tout, mon nom va rentrer dans l’histoire... en bien ou mal, ce sont les mois et les années à venir qui le diront. Mais disons que j’aurais à moi tout seul redonner un peu d’aplomb et d’honneur au rôle de Mizukage ! Je lui ai donc fait signe de s’assoie sur l’un des sièges prévu pour recevoir les gens dans mon bureau. J’ai reculé mon propre siège et posé mes pieds sur mon bureau. Je me suis étiré quelques longues secondes, profitant, à vrai dire, avec joie de cette coupure dans la paperasse.

« -Eh bien je suppose que je peux te raconter tout ça de vive voix. Après tout... ce n’était pas vraiment un hasard si tu étais en mission loin du village à ce moment-là. Oh tu n’es pas le seul, j’ai envoyé disons... une grosse partie des effectifs qui auraient pu avoir des problèmes d’allégeances loin. »

Et ceux qui avaient mal placé leur allégeance eux et bien, ils ne sont plus là pour donner leur avis sur la question. C’est toujours dommage de devoir tuer des gens prometteurs et efficaces. On est ne bien ne souvent plus utile vivant que mort.

« - Bref, j’ai rencontré le Raikage, un gros imbécile finalement, il y a quelques mois pour que ça soit des vies de Kumojin qui tombent plutôt que les nôtres. Mais disons qu’il avait ses propres plans. Le jour J, le mot est passé rapidement et les groupuscules ont attaqué aux endroits voulus au moment voulu. J’ai pris d’assaut la salle du conseil, avec mon garde du corps, le petit jinchuriki, tu le connais peut-être. Les chiens s’étaient entouré de mercenaire plutôt coriace mais on s’en est débarrassé et au moment important... arrive le Raikage et son frère, décidé à faire gagner le conseil ! Sous des prétextes bidons, mes avis qu’on avait dû lui cogner un peu trop fort sur la tête juste avant. Son « frère » m’a alors attaqué et c’est lui qui m’a fait. Mais bon, son corps doit être à Kumo pendant que sa tète décore ma porte d’entrée ! Le Raikage et ses troupes ont donc battu en retraite laissant le conseil à mes bonnes grâces. Autant te dire qu’ils n’en ont pas profité. Depuis, c’est la loi martiale et provisoirement, je concentre les pouvoirs du village. »

C’était plus ou moins ce qui s’était passé. Un petit crime de guerre ou deux sous le tapis et quelques règlements de comptes personnels. A vrai dire, ce qui me pose le plus problème en ce moment, c’est la justice et c’est probablement le pouvoir que je vais lâcher le plus rapidement. Et puis, ce n’est pas très amusant de devoir se courir après pour essayer de se passer à soi même les menottes. Je préfère laisse ça a d’autres !


The past is not my concern. The future is no longer my concern, either.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Kiri
Senshi Ryuho
avatar
Messages : 19
XP Mensuel : 3

Feuille de personnage
Santé:
540/550  (540/550)
Chakra:
550/550  (550/550)
MessageSujet: Re: [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]   Ven 8 Sep - 17:16
Lorsqu'Hitoya l'invita à le faire, Ryuho s'installa dans le fauteuil des invités. Le siège était assez confortable, et l'ambiance détendue, puisque le leader du village caché de la Brume avait posé ses pieds sur son bureau. Sans doute que la question du Senshi plaisait au Mizukage : non seulement il pourrait se vanter, chose que la plupart des hommes aiment faire, mais surtout ceci lui offrirait une échappatoire bienvenue à la montagne de papiers qu'il avait l'air d'avoir sous la main. L'adminsitratif, le fléau du monde moderne. Hitoya entama son récit en précisant qu'il avait volontairement écarté le Senshi ainsi que d'autres personnes. Le jeune maître comprenait la démarche : ses liens avec la noblesse pouvaient s'avérer gênants. Mais dans les faits, contre une promesse que ses proches n'auraient rien, il aurait volontiers collaboré avec le Mizukage. Après tout, les Senshi restaient proches du peuples, comparés à d'autres familles.

Puis, le Gokushi se lança dans l'histoire plus en détail : il s'était mis d'accord avec le Raïkage auparavant, en voulant utiliser les Kumojin dans les premières lignes pour éviter de saigner le village. Le leader barbu avait toujours eu la réputation d'être un homme malin, et il y faisait honneur. Le Mizukage avait fait pleinement usage du Jinchuuriki du village. Un drôle de jeune homme, assez impertinent d'après les rumeurs - et Ryuho l'ignorait, mais il ferait très rapidement sa connaissance - mais dont le potentiel, au vu de la créature scellée en lui, était indéniable. Seulement, le shinobi le plus puissant des Nuages avait changé d'allégeance au dernier moment. Il n'avait pas la réputation d'être très malin, ceci semblait le confirmer, et sa volte-face lui avait valu de perdre son frère et de fuir la queue entre les jambes. Hitoya était véritablement un homme dangereux, mais paradoxalement, il le fallait pour diriger un village tel que celui de Kiri, qui avait toujours eu une réputation sanglante.

La mer endurcit les cœurs, dit-on. Peut-être était-ce de là que venait la réputation des shinobis de la Brume. Toujours est-il que pendant le récit, Ryuho n’avait pas lâché du regard son supérieur. Il semblait apte à gérer ce pouvoir et le village. Maintenant qu’il avait écarté le conseil, les marchands resteraient tranquilles… pour un moment. Mais qu’est-ce qui garantissaient que, dans l’ombre, ils ne préparent pas eux aussi quelque chose ? L’argent permettait de payer des soldats, après tout. Et s’ils réunissaient assez pour corrompre une ou plusieurs autres grandes nations… Alors bien sûr, il faudrait du temps. Mais la rancune est un sentiment tenace, et si Hitoya devait se sentir invincible, galvanisé par sa réussite, le Senshi espérait qu’il restait assez alerte. Décollant son dos du dossier de sa chaise, il posa ses coudes sur ses genoux et joignit ses mains, créant un support où il posa son menton. Il s’adressa à son leader, mettant des mots sur ses doutes :


- Belle réussite, Mizukage. Mais avez-vous vous pensé que ce que vous avez pu faire, à savoir préparer votre coup d’état, des marchands le pourraient aussi ? J’imagine que vous devez avoir raccourci la laisse un maximum, et éliminé tous les opposants pour le moment, mais pour s’en sortir, un marchand doit être tenace et être prêt à tout. J’imagine que vous en avez parfaitement conscience, car je ne prétends pas avoir votre expérience, loin de là, mais je ne peux m’empêcher de vous poser cette question.


Ryuho parle en #daae00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Mizukage, I've come to bargain [PV Hitoya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Tour du Mizukage-