AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sanguin et Igni.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shuraba Kyoden
avatar
Messages : 2
XP Mensuel : 0
MessageSujet: Sanguin et Igni.   Mer 6 Sep - 15:06

Shuraba KyodenFeat Komaeda Nagito

gif
Infos générales
avatar

Nom : Shuraba
Prénom(s) : Kyoden
Surnom : Ici
Âge : 20 années.
Sexe : Homme.

Village : Jadis ayant appartenu au puissant village de Konoha, désormais au sein de l'organisation Muraseimon.
Rang : Jounin supérieur - Membre de Muraseimon
Clan : Bien plus une famille qu'un clan, les Shuraba.
Affinités : Doton & Suiton.
Spécialités : Mokuton.

Caractère

S'il y avait bien quelque chose qui pouvait caractérisait Kyoden, c'était cette attitude que l'on qualifiait de nonchalante et qui semblait être à l'exact opposée des autres membres de sa famille. Car depuis toujours, il laissait ses pas traînasser sur le sol comme s'il n'avait cure de rien, comme si peu lui importait et cela même en présence d'autres humains. Il n'écoutait que bien peu les récits aventureux de ses camarades et des membres de son équipe, acquiesçant sous d'un bref signe de la tête pour faire taire les racontars aussi vite que possible. Il semblait désintéressé de tout, préférant les entraînements seul afin de perfectionner ses techniques et ne se considérait pas comme un membre de son équipe. Il n'avait d'ailleurs aucunement envie de faire ami avec ses camarades et cela n'aurait pu arriver, on lui avait déjà fais savoir à quel point l'apparence qu'il offrait au monde faisait froid dans le dos. Car il était froid, sans émotion. Il attirait l'antipathie de beaucoup à l'académie et en grandissant, ne se voyait pas tenir la main à des genins, à avoir une équipe à son tour.

Il était ce qu'on pouvait appeler couramment un psychopathe, dans le sens premier du terme. Si bien souvent, un tel mot pouvait appeler à penser qu'il serait un tueur, un monstre, il n'en avait jamais été rien. C'était simplement un adolescent ayant nombre de problèmes avec les normes sociales, qui se sentait plus à l'aise en compagnie restreinte. Peut-être était-ce aux leçons et aux entraînements de son père, si spéciaux et si durs, qui l'avaient rendu comme tel. Si un tel nom ne l'avait pas prédisposé à être ainsi, son enfance fut bien plus sombre par rapport à celle d'autrui. C'était un tel moyen qui avait été employé pour endurcir chaque héritier de la famille, une façon de faire qui avait porté ses fruits, autant que possible tout du moins. Car il restait ce détail, ce fait important qui allait toujours être déterminant chez lui ; il le faisait sans aucune passion, pourtant un moteur essentiel selon son père. Mais la passion, il ne la trouvait pas encore moins quand il venait à se dire qu'il n'était qu'un fils de remplacement pour celui perdu dans des circonstances quasiment inconnu. Il ne voyait que le bout du chemin, qui ferait de lui le futur chez de clan mais cela s'arrêtait là, on ne lui laissait pas faire des projets et il ne pouvait en avoir, bien trop occupé.

Mais tout ceci, ce n'était que la partie immergée de l'iceberg. Derrière cette attitude froide et asociale, comme tous le décrivaient, il y avait un brillant esprit qui ne semblait n'avoir que d'attrait pour la connaissance. C'était bien ce point qu'il partageait volontiers avec le reste des membres de sa famille, celui de rechercher les connaissances et d'en vouloir toujours plus. Son attitude cachait pleinement ce qu'il était, ce qu'il voulait et c'était mieux ainsi. Néanmoins, elle attirait aussi les regards tant les gens qu'il croisait et connaissait de vu se questionnaient à son sujet, sur ses motivations réelles. Après tout, on voyait de prime  abord ce nom attaché à des valeurs fortes mais pourtant, profondément encrées dans la loyauté vers le village.

Mais si la majorité du tableau tendrait à dépeindre un être qualifiable d'abject pour la personne lambda, ça n'était pas un fait avéré. Il manquait peut-être de sentiments, peut-être n'avait-il pas le goût pour les longues discussions avec de quelconques amis, peut-être même que quand il voyait un animal mort, cela ne le touchait pas autant qu'il devrait mais pour autant, s'il avait décidé d'être celui qui protégerait son équipe, c'était bien pour une raison. Il ne voulait pas voir des personnes mourir inutilement, il voulait protéger les siens. Il était quelqu'un de solidaire, d'une quelconque façon, un être ambigu qui si d'un côté il ressentait bien peu d'émotions, possédait par contre des valeurs fortes qu'il n'était pas prêt de trahir. Mais cela considérait le fait que personne ne le trahirait, car la loyauté pouvait se gagner autant qu'elle se perdait, les valeurs évoluant au gré du vent.

Histoire

Il n’y avait pas plus douce caresse que celle de la mère sur son enfant, découvrant le nouveau-né entre ses bras. Moins douce était celle du claquement sur le corps, visant à provoquer ces pleures si spéciaux survenant après la naissance. Dans ce clan si particulier, dont l’ascendance pouvait remonter à un imminent ninja ayant jadis manié un don élémentaire redoutable, il n’y avait nul enfant pour perpétuer le nom associé au sang, à la douleur et à la torture. Car la lignée Shuraba, qu’importe ce que pouvaient en dire ses membres, était réputée pour cette chose bien spécifique et ce depuis que le chef ayant administré le clan une centaine d’année auparavant ait mis en place cette spécificité. D’un main de fer, il avait démontré la fureur qui coulait dans son sang et sa descendance fut éduquée pour la répandre, toujours au compte de ce village dont l’histoire était pleine de gloire. L’on attendait seulement cela du petit garçon qui était venu au monde, arborant le prénom de cet illustre ancêtre. Mais ce n’était pas une vie pleine de repos, car cela signifiait qu’il devrait imposer son mérite face aux autres ; au sein de la famille, on murmurait à qui voulait l’entendre que le premier enfant, un fils et l’héritier, fut tué lors d’une mission par ses propres camarades sous les ordres d’un haut dignitaire du village qui souhaitait mettre un terme à leurs préceptes. Ils étaient spécialisés dans le renseignement, ils promouvaient cette façon de pensée qui disait que seul le savoir apportait et pour l’obtenir, c’était la force qui était employée. Tu seras fort, Kyoden. Comme ton grand-père, tu sauras montrer à tous que nous sommes nécessaires au village. Dès sa naissance, on avait disséminé dans son crâne ces préceptes, cette idée qu’il devait être fort pour la gloire et pour obtenir ce qu’ils disaient, ce que sa famille voulait. Mais ce n’était qu’un avenir pré-programmé, de ceux que l’on avait tendance à suivre plus par dépit que par envie.

Dès son plus jeune âge, dès qu’il fut en âge de comprendre et de lire des textes poussés, son père fit en sorte de l’éduquer à la manière de leur famille, avec des programmes durs et inflexibles, que l’on ne changerait pour rien au monde comme si tout devait être ainsi, que rien n’était amené à évoluer. Pourtant, il aurait bien fallu pour éviter au garnement de voir des bleus naître sur la peau et les plaies recouvrir son corps, tant son physique peu avantageux ne le prédisposait pas à la lutte de front. Il était bien plus maigre que la moyenne, d’une carrure bien loin de ceux de son clan. Il s’entraînait pour palier à ce fait, mais c’était compliqué, il ne se voyait pas être un combattant au corps-à-corps comme son père mais davantage comme un adepte du ninjutsu, qu’il maîtrisait davantage. Il ne supportait que peu les paroles de son père à son encontre, cherchant à le pousser dans ses retranchements. Cesse d’être un enfant, tu ne voudrais pas que ce soit ta cousine qui hérite de tout ce que possède notre famille. Toujours cette évocation, cette idée qu’il pourrait déshériter son fils, de quelques petites babioles. Nous n’étions pas un grand clan, non rien qu’une simple petite famille mais qui possédait assez de revenu pour prétendre être riche. Une famille réduite, cela dit, puisqu’il ne restait que son père, sa mère, des tantes et des cousines, ainsi qu’un cousin encore bien jeune, les autres membres ayant préféré vivre des aventures plus excitantes et ainsi, par cette occasion, privilégier la mort à la vie. Kyoden ne voyait pas les choses ainsi, préférant s’entraîner de la bonne façon et non pas en poussant son corps à rude épreuve autant que les autres, car cela n’aurait eu qu’une utilité réduite à cause de sa faible morphologie. Mais quand il prononçait ces quelques paroles, menaçant un héritage qui lui semblait prédestiné, il ne pouvait que faire davantage d’efforts. Et dans ce contexte où il évoluait, il fut rapidement élève au sein de l’académie ninja pour ensuite monter les classes, avec une aisance presque déconcertante. Il se spécialisait dans les arts du ninjutsu et en cela, avait une certaine facilité pour les épreuves qui lui faisait face. Il était ainsi le total opposé de son géniteur, qui était d’une certaine façon fier de lui, mais préférait lui en faire voir encore plus et prétendre avoir été meilleur avec lui. Pourtant, sa mère n’était pas de cet avis. Kyoden était meilleur, s’il était bien différent, il n’en restait pas moins plus fort. Il sortait à peine de l’académie qu’il maîtrisait déjà un jutsu de sa première affinité, le Doton et l’avait appris seul, n’ayant personne à ses côtés pour lui dire comment faire. C’était un enfant, encore et toujours ce petit garnement qui ne pouvait qu’apprendre, mais il se débrouillait bien mieux que son paternel à son âge.

C’était après sa sortie de l’académie qu’il avait commencé à prendre davantage de libertés, étant désormais assigné à une équipe qui ne lui plaisait pas plus que cela mais à laquelle il comptait bien démontrer sa loyauté, une faible loyauté qu’il possédait en lui. Il n’était pas le plus agréable des genins, ses coéquipiers auraient pu lui dire volontiers et c’était sûrement vrai, car ils restaient bien plus souvent éloignés de lui, comme s’il était malade. Mais plusieurs fois, il eut l’occasion de leur prouver qu’il n’était pas contre eux. Il aidait pour les missions, pour ces tâches qui montraient son dévouement à ses principes ; peut-être pas à son équipe, mais à cette institution surpuissante dans laquelle chacun vivait. Mais à côté de cela, il n’aimait pas le système sur lequel était basé le village et semblait tout remettre en question, comme s’il était capable de faire changer les choses. En grandissant, il pensait encore à eux à cause de leur attitude et apprenait à maîtriser autant de techniques qu’il pouvait. Le grade de chûnin fut une réussite personnelle pour lui, quand il l’obtint. Il l’avait eu plus tôt que son propre père, c’était une victoire personnelle. Ce n’était quasiment rien, lui-même se le disait mais ça servait ses intérêts, cette réussite personnelle qu’il ne cachait pas et qu’il ne cessait de démontrer à son propre père. Il se vantait trop, il n’aurait pas du. Qu’importe ce que fut la suite des événements, cela n’était pas bon pour lui. Une confrontation directe, entre le père et son fils, comme si ce dernier avait un quelconque espoir de réussite. Comme s’il pouvait ne serait-ce qu’espérer égratigner celui qui lui avait tout, ou presque, enseigné. C’était à ce moment qu’il découvrit ce qui allait mener le reste de son existence, cette particularité qui ferait de lui quelqu’un de plus exemplaire que n’importe qui dans sa famille, cette affinité si spéciale qui était sienne, en se défendant lors de son affrontement avec son père. Une coque, sortie du sol et ayant servi de protection. Bien trop fine pour servir à quelque chose, ayant simplement paré à l’éventualité d’une blessure presque mortelle. Mais elle avait dévoilé ce qu’il cachait au fond de lui, cette particularité élémentaire qui le liait au bois, aux arbres. Mais l’endroit était peu convenable pour un tel affrontement, ayant été remarqué par de nombreuses personnes, il n’était pas convenable que cela continu.

Puis il se passa quelques temps, où le jeune garçon se familiarisa avec sa nouvelle particularité tout en terminant ses missions, cherchant à passer l’examen pour devenir jônin. Il en avait le niveau, il en était persuadé. Les gênes de la réussite semblait avoir pris racines dans son être, jusqu’aux tréfonds de son corps et il s’en accommodait avec un sourire arrogant, ce qui lui offrait une attitude presque méprisable. Mais toujours aussi froide. Il passa son examen, l’eut comme beaucoup d’autres et il en fut de même pour ceux qui jadis, furent ses coéquipiers. Il était souvent regardé d’une manière particulière, comme s’il avait fait quelque chose de mal mais tous savaient, à ce sujet si spécial, par rapport à cette rapide confrontation qu’il avait eu avec son père. Mais il avait évolué, il était devenu quelqu’un d’autre, beaucoup plus indépendant. 18 années qu’il vivait sous le joug de son père, désormais, il n’aurait plus à subir ses remontrances. Il l’espérait. Mais ce n’était pas ainsi que tout semblait vouloir se passer. Car il y eut encore une chose qui vint frapper sa vie, le déclencheur d’une nouvelle vie. La mort de son père, dont l’empoisonnement semblait avérée. C’était à partir de ce moment que les regards vers lui prirent un autre tournant, quand il eut ce titre si spécial de patriarche de la famille. Que tout semblait aller, une nouvelle fois, dans ce sens. Mais lui n’était pas de cet avis, les regards se tournaient encore vers sa famille comme si tout semblait les destiner à être mis à la lumière des institutions qui défendaient le village, comme si on cherchait à faire ressurgir quelque chose et à attirer la haine sur eux. C’était à partir de ce moment qu’il changea, qu’il vit sa loyauté vaciller. Il n’était pas prêt à prendre la tête de sa famille, quand bien même était-elle peu nombreuse et cet événement, entachant une nouvelle fois ce nom qu’il portait, fut la fin de cette loyauté envers le village. Comme s’il comprenait enfin que le système était voué à l’échec, qu’il n’était pas bon et ne fonctionnait qu’aux profits de ceux qui en avaient les moyens. Car depuis toujours, il remarquait comment certains, dont le nom était plus prestigieux, bénéficiaient de tous les regards. Et cela le dérangeait.

Ainsi, du jour où il exécuta une mission en extérieur, plus personne ne le revit. Pas même sa famille. Dès lors, il n’était plus celui que chacun avait pu connaître, il vivait pour lui et pour cet idéal, qu’il recherchait. Peut-être que seule cette notion comptait, la puissance, mais il en voyait d’autres. Il n’aimait pas le système actuel, s’entraînait sans discrétion, laissant des fois quelques arbres sur son passage qui montrait qu’il existait encore. Jusqu’au jour où il fut approché, par des membres d’une organisation qu’il ne connaissait pas mais qui revendiquait avoir les moyens de faire bouger les choses. Il n’aurait pas pu rêver mieux, ses talents en ninjutsu défensif venant se coupler aux offensives de ses nouveaux camarades.

Test RP

Ici. Seulement pour les rangs Jônin supérieur et Kage. Celui-ci est à inventer par le joueur.
Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Ici
Âge : Ici
Comment avez-vous découvert KnS : Ici
Qu'en pensez-vous : Ici
Suggestions : Ici

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader Muraseimon
Ôtsutsuki Miko
avatar
Messages : 585
XP Mensuel : 0
Localisation : Orléans

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Sanguin et Igni.   Mer 20 Sep - 19:02
Salut à toi et bienvenue sur le forum.

Où en es-tu ? Il te faut un test RP pour pouvoir postuler pour Mura Smile


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leader Muraseimon
Ôtsutsuki Miko
avatar
Messages : 585
XP Mensuel : 0
Localisation : Orléans

Feuille de personnage
Santé:
600/600  (600/600)
Chakra:
600/600  (600/600)
MessageSujet: Re: Sanguin et Igni.   Mar 3 Oct - 16:16
J'archive, signale-toi si tu veux reprendre Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sanguin et Igni.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Sanguin et Igni.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'habit ne fait pas le moine... [Pv: Chatiel] [SPOILERS!!!]
» Danny J. Howell
» Dossier de Jessica O'Connell
» [ MODELE ] - Fiche de Présentation ✧
» Enfant perdue : je vois ce que tu ne vois pas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Gestion du RP :: Présentations :: Présentations Refusées-