AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’œil du monde [PV Basho]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: L’œil du monde [PV Basho]   Sam 3 Juin - 9:43
L'Hokage regarda la cour désaffecté en contrebas. Le vent soufflait fort aujourd’hui et c'était à peine si son chapeau tenait en place. L'académie était un lieu de la plus haute importance à Konoha. Un lieu de savoir et d'apprentissage. Il avait alors trouvé adéquat de parler ici plutôt que dans son bureau. Le mauvais temps accompagné du dernier jour de la semaine avait qui plus est enfermé beaucoup de monde chez eux et pas une âme n’arpentait le quartier, encore moins l'école de la feuille. L'homme aux cheveux longs avait convoqué un de ses shinobis les plus intéressantes. Encore adjoint de la Jūnidaime, il avait pu suivre de près l’évolution de ce chasseur de primes. Il avait beau ne pas posséder les traditionnels cheveux blonds de son clan, nul doute qu'il avait Konoha inscrit dans le sang.

L'Aburame avait laissé sa garde d'honneur une dizaine de mètres plus loin pour pouvoir parler en toute tranquillité. Le vent soufflait haut en direction des montagnes, empêchant toute personne passant en bas de pouvoir entendre quelques paroles privées. De fait, même les gardes ne pourraient en être capable. On aurait pu croire que discuter de sujet sensible en plein air était dangereux et idiot. En un sens, cela l'était. Asano avait juste profité de la situation du jour pour quelque peu changer son quotidien. Positionné plus haut dans la trajectoire du vent par rapport aux ANBU le protégeant, il était à peu très sûr de ne rien risquer. À terme cependant, il faudrait qu'il fasse développer une technique pour bloquer tout son sortant d'une zone donné.

-Tu te demandes probablement pourquoi je t'ai fait venir ici Yamanaka Bashō. Particulièrement en ce jour de repos.


L'Hokage continuait de fixer l'école s'entendant sous ses pieds. Il repensait vaguement à ses quelques années passées ici avant d'être jeter dans le grand bain de l'armée Shinobi. De fait, il avait parfois croisé son interlocuteur dans les couloirs de l'académie. Cela lui semblait être plusieurs vies auparavant. Maintenant qu'il y pensait, il n'avait jamais eu l'occasion de lui adresser la parole. Le bâtiment était assez gigantesque et était souvent agrandi avec la croissance de Konoha. Beaucoup d’étudiant se connaissait de vu ou de nom mais peu fréquentaient d'autres élèves en dehors de leurs classes. Cela avait été le cas avec Asano également.

-Je te suis depuis quelques années maintenant Bashō. Tes années en dehors de notre village et celles passés depuis ton retour t'ont ouvert au monde. À ses coutumes. Quelqu'un avec cette connaissance et avec les capacités de ton clan est quelqu'un de très...intéressant.

L'Aburame se retourna enfin pour faire face à son interlocuteur. Il était loin de son image habituelle d'Hokage chaleureux et sympathique. S'il n'avait pas le regard dur ou menaçant, tout son corps exprimait la gravité du sujet qu'il s’apprêtait à aborder. Il était on ne peut plus sérieux et c'était une discussion qui ne pouvait se faire avec des tours de passe-passe et des masques émotionnels sur le visage.

-Tu as rencontré notre service de renseignements lorsque tu es revenu parmi nous. Il s'agit d'un corps des plus importants pour la sécurité de notre village et si les habitants le connaissent de nom, personne ne sait qui en est réellement membre. Personne à part moi.

Asano ajusta à nouveau son chapeau pour l’empêcher de s'envoler. Il espérait grandement ne pas se tromper en tentant de recruter le Yamanaka. Certaines personnes n'avaient pas l'estomac pour ce genre de travail. Il serait intégré petit à petit mais les plus haut gradés de l'organisation devait être capable de beaucoup de choses. La torture en particulier. Les plus doués étaient cependant assez habiles pour l’éviter. En fouillant directement dans les pensées de leurs victimes par exemple. Il s'agissait de l'élite et par définition, tous ne pouvaient en faire partie.

-Tout comme l'académie sous nos pieds nous enseigne à vivre et survivre en tant que shinobi, ce service nous enseigne comment vivre et survivre au-delà du village. Pour avoir vu quelques membres agir de près. Qu'as-tu pensé d'eux? Que penses-tu désormais de leurs rôles?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Konoha
Yamanaka Bashō
avatar
Messages : 30
XP Mensuel : 0
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   Sam 3 Juin - 16:27



« Vite une bouteille d'eau ! » Mon cerveau démolit, n'assumait pas les conséquences de la veille. Les jours de repos mènent souvent aux joies nocturnes, au début moi aussi je pensais que depuis tant d'années maintenant, mon corps c'était habitué aux effets secondaires de l'alcool. Faut croire que non ! L'eau me régalait, sa fraîcheur m'enlevait la pâteuse de la cigarette. Son pouvoir revigorait mon cerveau, les dernières forces que j'utilisais pour boire cette bouteille me redonnait espoir en cette journée.

Un soupir de soulagement, long et passionnant, accompagnait la porte du frigo que je fermais. Mon visage soulagé prouvait mon inattention, cette lettre accrochée par un aimant, je ne l'avais pas vu. Un rendez-vous que Hokage-Sama m'avait organisé. « Meeeeeeeeeeerde ! C'est aujourd'hui ! » frappais-je mon visage de la main. Nostalgique, celui qui autrefois m'accompagnait dans l'écolle du village, voulait me voir entre les murs de notre enfance. Une fois n'était pas coutume, j'avais oublié le sens des priorités. Faute à mon cerveau qui réfléchit trop, n'empêche que j'espérais la compassion du chef… Un jour de repos, sérieusement.

Nous surplombions l’académie, en soit cela m’importait peu de savoir pourquoi on me convoquait ici. Ce qui me perturbait, c’était l’endroit sur lequel nous nous tenions. La température ambiante ne devait pas plaire à Mr. L’Hokage qui préférait la violence des vents au calme du silence.


« D’ailleurs, à ce propos, j’aim… » dis-je timidement.


Je voulais lui parler pour la convocation un jour de repos. L'enfoiré ne m'écoutait pas, sûrement trop prétentieux pour penser que sa vie valait plus que la mienne, l'homme insecte continuait sa tirade. Des compliments par-ci, des remarques par là, ce frisson qui parcourait mon corps m'importait plus que les paroles éloquentes du seigneur. De la nicotine, mon cerveau demandait de la nicotine, comment avais-je pu oublier mon petit-déjeuner ? Première cigarette, quinze minutes après le réveil, à mon avis on détenait-là un nouveau record. Ma pauvre âme, je ne t'ai pas nourri ce matin, excuse-moi.

Étrangement, mais c’est comme ça depuis que je suis né, la cigarette amène toujours les moments les intéressants d’une discussion. Essayez, vous verrez !
Je brûlais mon foyer et prêtait cette fois-ci attention aux discours du meneur.

Qu'il était beau ce temps, celui de mon retour au village il y a cinq ans. Retrouvez la famille, les proches qui après tant d'années avaient toujours autant d'amour à donner. À cette époque, l'ère était paisible et sous les ordres du Junidaime Hyuga Mara, Konoha évoluait au fil des lilas. Cette dame, tendre et douce, prouvait sa générosité à maintes reprises. Sa bienveillance me permit de connaître une force armée secrète pour laquelle, sans y être impliqué, j'ai pu travailler.

Le regard habituel d’Aburame Asano avait changé. Son air gentil et apathique s’était métamorphosé en quelque chose de plus ferme, autoritaire. Nous savions tous les deux que l’univers n’était plus stable comme il a pu l’être par le passé, le danger pouvait se camoufler partout.

« Bonjour Hokage-sama. Vos papiers ont l’air à jour, les gens disent vrai, vous ne chômez pas. Par le passé j’ai effectivement pu rencontrer cette branche de l’arbre Konoha, grâce à votre prédécesseur. En tant que membre du clan Yamanaka, j’éprouve forcement du respect pour toute personne qui s’intéresse aux lois du cerveau. » Le crépitement de la cendre marquait une petite pause. « Leur apport est essentiel ! » crachais-je le nuage de fumée qui bloquait ma voix.

Il m'arrivait souvent de collaborer avec ces membres anonymes. Leurs recherches aboutissaient souvent à de nouvelles têtes recherchées, correctement rémunérées. Parfait pour un chasseur de primes en manque d'argent à cette époque. En échange de mon aide, ce service m'avait appris beaucoup de choses, ma passion pour la culture fut épanouie aux côtés des membres élites.

J'avais beaucoup de peine à appeler maître, celui qui avait grandi en parallèle à moi d'antan. Même âge, même génération, même hérédité, on se ressemble et pourtant, une suprématie nous différence, il était le chef. Il savait que ces lieux d'études étaient chers à mon cœur, je comprenais mieux pourquoi cet homme m'avait demandé de venir ici finalement.

« Votre questionnaire cache quelque chose Hokage-Sama. Vous ne m’avez pas convoqué seulement pour me parler de cette équipe secrète. Pourquoi avoir amenez avec vous, vos hommes de garde ? Me craignez-vous ? » Oh chien! La cigarette est bientôt finie. « Vous en voulez une ? » d'un ton naïf.

J’en avais oublié la politesse à la précédente. Faut dire que mon manque de tabac ce matin n’aidait pas à réfléchir. Je me demandais si le Kage fumait, sûrement pas ! Ça valait le coup d’essayer, je serai fixé, compagnon d’amertume ou pas alors ? Dans tous les cas, je m’en rallumais une autre et tendais le paquet vers l’Aburame.

« Que me voulez-vous ? » D'un air plus sérieux, les sourcils froncés.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   Mer 7 Juin - 7:08
Asano eut un petit reniflement amusé. S'il redoutait son interlocuteur? Évidemment. Personne n'était plus apte à déloger les secrets qu'un Yamanaka et personne n'avait plus de secret que l'Hokage. Il ne pouvait toutefois pas l'avouer en public. C'était l'une des rares occasions où l'Aburame jugeait plus judicieux de se faire paraître plus gros qu'il ne l'était réellement. D'une main, il refusa la drogue la plus légale qui existait à Konoha. Il se permit même de fermer les yeux un instant dans son mouvement pour montrer qu'il ne craignait pas le jonin.

-Mes hommes sont toujours avec moi Bashô. À distance mais toujours là.

L'histoire récente de Konoha avait bien montré qu'on ne pouvait pas s'en passer. Lorsque le Jūichidaime Akiru Gama fut attaqué par les traitres du village, il avait dû sa survie à ses talents mais aussi à sa garde rapprochée qui avait pris le plus gros des dégâts. Dans le nouvel Âge où les démons étaient de nouveau chassé et forcé dans l'âme des soldats, les mesures de sécurité étaient une notion obligatoire. En ce sens, le réseau d'espions de Konoha était la première barrière pour la sauvegarde du village. La première défense pour l'Hokage.

-Cependant tu as raison, je ne t'ai pas fait venir aujourd’hui pour rien. Tu t'es montré comme un de nos membres les plus dévoués. J'ai besoin d'homme comme toi si je veux assurer un avenir à tout le monde.


Ses talents n'étaient plus à remettre en doute. Le Yamanaka avait su prouver encore et encore de la finesse de ses capacités. Plus encore de leurs utilités. Ces dernières années, il avait été un pion essentiel de l'arsenal du village. Asano pourtant, le voyait encore sous-utilisé. C'était comme utilisés un trousseau de clés pour une porte seulement. Son rôle de chasseur était bien mais...simpliste. Basique. L'Aburame ne pouvait plus se permettre de laisser un tel potentiel sur le côté. Maintenant qu'il était en charge, il se devait de pousser les siens à accomplir leurs destinées.

-Je souhaite que tu entres dans ce service Bashô. Quelqu'un avec tes habiletés pourrait facilement y faire sa place et grimper les échelons. Quelqu'un avec ton réseau et ton expérience pourrait devenir de la plus grande importance pour Konoha. Pour moi.

De fait, L'Hokage se battait avant tout pour lui. La sûreté du village ne correspondait qu'à son but personnel: sa survie. Pour réussir cet exploit, il lui faudrait donc un service des renseignements particulièrement efficace. Il valait donc tout mettre en œuvre pour réussir.

-Cette branche de l'armée est probablement la plus difficile. Son rôle est autant de récolter les informations que de les contrôler. Nous avons beaucoup d'ennemi, Kumogakure en tête. Notre politique d'accueil, aussi honorable qu'elle soit nous a aussi beaucoup laissé à la merci des espions adverses.


Asano ne pouvait plus rattraper ces années. Ce qu'il pouvait faire, c'était de tromper l'ennemi en leur faisant croire que rien n'avait changé. Leurs montré que ce qu'il avait envie pour qu'ils tirent leurs propres hypothèses. Les mauvaises.

-Tu as devant toi un défi comme tu n'en as jamais relevé auparavant. Il ne s'agit pas de manipuler une seule personne mais cent. Mille. Des milliers. Je te parle d'un travail qui nécessite de pouvoir influencer un pays entier. Qu'en dis-tu?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Konoha
Yamanaka Bashō
avatar
Messages : 30
XP Mensuel : 0
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   Jeu 8 Juin - 15:12



Ma cigarette effectuait une chute libre, elle glissa entre mes doigts paralysés et s’enfuit de ma bouche ouverte d’étonnement. Ce n’était pas très grave, il ne lui restait plus que quelques souffles avant de rendre la vie, une mort prématurée. Je me sentais comme une statue, immobile, mes dieux pieds gravés dans la roche de l’académie, je me positionnais comme un monument dominant la cour, un édifice qu’on venait visiter, un autel sur lequel on déposait une offrande. D’une autre part, je me sentais libre. Mes ailes venaient de pousser, je prenais mon envol et entre les nuages mes plumes flottaient dans les airs, la légèreté m’envahissait.

Les générations se suivaient et la culture se perdait avec eux, dans les profondeurs de l'oubli. Le respect des traditions fuyait à travers les obstacles du temps, laissant une traînée d'encre derrière leurs écrits historiques. Une page manquait au bouquin et c'était à moi de l'écrire. Le plus célèbre des Nara du village est annoncé disparu. Sa fuite inattendue il y a plusieurs années laissait avec lui, un flambeau impossible à allumer. Personne pour reprendre la torche, personne pour prospérer la flamme. Le trio Ina-Shika-Cho mourrait avec cet homme et les innombrables questions à son sujet.

« Bien, monsieur l’Hokage » Une inspiration marquait une pause. « Votre sens des priorités est admirable. Vous savez attirer l’attention, alors que cette journée semblait plutôt mal partie ! » d’un ton un peu plus enjoué.

Il y a cinq ans de cela, je faisais mon retour au village de la feuille. Retrouver mes parents, notre jardin, mes amis, nos habitudes, mais il en manquait un à l’appel. Durant mes années pèlerine, le développement de mes capacités héréditaires atteignit son paroxysme. Mes pouvoirs à maturité, depuis ces jours, une envie de reformer le célèbre trio me prend l’esprit et me ronge le cerveau. Seul les plus talentueux d’entre nous pourrait coexister à trois, sans qu’il y ait de problèmes d’ego. C’est à ma grande surprise, que j’appris la disparition du meilleur d’entre nous.

Mon interlocuteur, mon ex-camarade, mon chef, Aburame, mon Hokage ? Je ne savais plus comment l'appeler, nous étions de la même tranche d'âge, pourtant il semblait tellement plus mature que moi et avec les idées en place, une tranchée nous séparait. J'ignorais quels étaient ces véritables intentions, mais j'ai appris au fil de la vie, que me mêler des affaires des autres ne me regardait pas.

« Vous n’êtes pas sans savoir que j’aime les défis, vous utilisez les mots juste Hokage-sama. » glissant les mains dans mes poches, je me posais contre la barrière. « J’en dis du bien de votre proposition, mais si vous le voulez bien… » j’aimais bien marquer des pauses, pour calmer la discussion. « Dites-m'en plus sur le rôle que je vais être amené à jouer dans vos plans. Qu'est-ce que ça m'apporterait ? En quoi cela serait bénéfique pour nous deux ? Gagnerai-je plus d'argent qu'en ce moment ? » le bombardai-je, il était or de question que je me fasse avoir par un mauvais plan. « Est-ce moi, ou vous qui avez le plus à en tirer de ce poste ? » encore une pause. «M. l'Hokage.»

La question d'argent était sans doute la plus importante. Actuellement, je ne pouvais pas me plaindre, je vivais indépendamment des autres et on me paye à chasser des têtes. J'effectuais certainement l'une des tâches les mieux rémunérées du village, il me semblait idiot d'arrêter ce travail pour un qui me fera moins gagner.

Néanmoins, la proposition est alléchante. Je pouvais avoir à ma disposition toute une infrastructure de recherche. Des livres, des informations, du matériel scientifique pour moi, un trou à rat de laboratoires où les différentes idées se mélangeaient entre des cerveaux brillants. On me tendait les bras, à la place de quelques Ryos en plus, on me proposait tous les outils qu’il nécessitait pour attraper cet homme, Yu-Seong. J’en laissais couler un petit filet de bave, les yeux dans le ciel rêveur.

Oh merde, j'ai oublié d'en allumer une autre !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   Dim 25 Juin - 14:56
Un sourire de prédateur se forma sur les lèvres de l'Hokage. Les questions de Bashô étaient intelligentes. Il mettait en lumière la réalité de cette discussion. La réalité de cette proposition. S'il avait quelque chose à gagner, il était évident qu'Asano s'accaparerait la plus grosse part du gâteau. L'Aburame se sentait comme un félin qui n'avait plus besoin de se cacher car il avait réussi à enfermer sa proie. Il avait tout son loisir pour jouer avec désormais. Bien sûr, Bashô n'était pas vraiment coincé. Il pouvait toujours dire non. Il pouvait toujours partir. Il pouvait toujours se faire tuer aussi. Un accident était si vite arrivé.

-C'est le village qui en bénéficiera le plus et si quelqu'un est Konoha... c'est bien moi.

Ou comment avouer sans vrai le faire. Pour une fois, l'homme aux cheveux longs pouvait se révéler comme il l'était réellement. Il se sentait en danger, son cœur battait à cent à l'heure mais il sentait l'excitation lui parcourir le corps. Tous les poils de sa nuque s'étaient relevé. Il aurait pu se faire une piqûre d'adrénaline que cela n'aurait rien changé.

-Pour te répondre, tu gagneras probablement moins d'argent directement. Les missions de cette branche sont plus discrètes, moins visibles. La valeur de leurs actes ne peut être simplement quantifié en ryôs.

Asano se détourna de son interlocuteur, son regard se perdant sur les visages gravés dans la roche au loin. La brise faisait battre des mèches de cheveux sur son visage mais il ne les sentaient pas, plongé dans ses pensées. Il prenait juste garde de toujours être dans le sens du vent pour que ses paroles n'atteignent pas celle de sa garde. Cette discussion devait rester privée.

-Il existe quelque chose de plus attractif que de la monnaie Bashô. La vraie richesse est ailleurs, elle est dans le pouvoir.

L'Hokage en savait quelque chose. Quasiment toute sa vie, il avait été dans l'ombre de géants. Désormais, il laissait courir son ombre dans toutes les ruelles de Konoha. Les plus belles comme les plus sales. Les grandes places comme les casinos clandestins. Aujourd'hui, il possédait plus de pouvoir que n'importe qui. Il n'était pas le plus fort mais il était le plus dangereux.

-Laisses-moi te poser une autre question. Comment vois-tu le monde? D'autres questions encore. Est-ce un simple marché où le but final est de mourir avec les poches pleines d'argent? Encore mieux, comment vois-tu Konoha? Nous sommes un village très riche et pourtant le spectre de la guerre nous tourne autour depuis près de dix ans. Penses-tu que ces billets et ces pièces vont nous sauver si un autre village décide de nous attaquer?

La bonne santé de son village, surtout économique, n'était pas assez. C'était une valeur de paix, un attrait factice qui n'était là que pour remplacer ce qui était vraiment important. Ce qui était nécessaire. L'Hokage braqua à nouveau son regard sur le Yamanaka. Ses yeux étaient comme les prunelles d'un rapace. Cependant, son interlocuteur n'était pas sa victime. Non, cela serait les autres villages. Kumo en premier.

-Tu m'as demandé ce que tu en retirerais. Fierté, honneur, argent, pouvoir, ... il y a beaucoup de choses que tu peux gagner de ce travail. Le plus important cependant possède un autre nom bien plus brutal : la survie. J'ai besoin d'homme de confiance autant que de talent pour éviter que nitre village finissent en un tas de cendre. Il ne faut pas croire que les dix dernières années sont un signe que tout va s'arranger. Il s'agissait d'une préparation à un temps nouveau. Les ères de paix centenaire ne sont plus et celle que nous connaissons depuis dix ans n'est qu'un mirage. Tu veux savoir quel sera ton rôle? Être l'un des rouages essentiels à Konoha. L'une des branches dans la pénombre. Tu seras à moitié dans l'ombre et à moitié dans la lumière. Tu seras une veine essentielle de notre arbre car sans information, nous ne pouvons qu'être soumis aux événements. À terme, nous finirons par céder.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jônin Supérieur de Konoha
Yamanaka Bashō
avatar
Messages : 30
XP Mensuel : 0
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   Lun 26 Juin - 12:26



Quelle drôle façon de parler. J'allumais ma cigarette quand le tout puissant changea de ton, étonné face à une telle présence, le poids de son regard pesait sur mes doigts, jamais je n'ai eu autant de difficultées à faire fonctionner mon briquet, mes forces disparaissaient. Une aura lourde, les sourcils froncés, le ton de la voie devenait bien plus autoritaire au fil de la discussion. Était-ce là une autre facette du tout puissant ? Le village, connaissait-il véritablement son gouverneur ? Montrait-il enfin son vrai visage ? Pourquoi à moi ? Me privilégiait-il ? Il n'y avait pourtant pas de quoi, pourquoi faire confiance à un misérable chasseur de prime qui écume les bars à la recherche de sous pour survivre ?

Konoha, terre mère de tes enfants, une évidence oubliée. Tu nous nourris, nous berce, nous gâte et surtout, nous apprends les valeurs que sont les tiennes. Malheureusement, ta famille bien trop nombreuse, s’avère impossible pour toi de la gérer toute seule. Alors il arrive qu’entre deux générations, l’une de tes graines poussent à l’écart des autres, n’a pas reçu la même quantité d’eau que ses frères, plonge dans l’océan de la haine. Pays du Feu, Village caché de la feuille, tu nous maintiens à la surface et avec toi, nous voguons avec le principe du partage et de l’amour.

Un fort esprit de déduction, je sais analyser entre les lignes, lire à travers les yeux. C'était sans doute mon atout majeur, ma qualité principale, un vrai détective dont les plus puissants rêvent tous de se l'offrir. Au-delà du service, cette carte à joué m'était tout d'abord utile pour moi. Dans mes discussions, mes recherches, mes lectures, j'aime trouver ce qu'on me cache derrière la première page de couverture. Aburame Asano étant l'Hokage devait incarner à lui seul la volonté du feu, la personnification d'une idée. Pourtant, derrière ce léger sourire et ces longs cheveux soyeux, se cacherait un homme cupide, avide de pouvoir qui serait prêt à toutes les atrocités du monde pour arriver à ses fins.

Je le devinais et ça m’étonnait de lui, peut-être avais-je fais preuve de naïveté durant ces dernières années, mais le voilà enfin, le masque qui tombe. Surpris par cette nouvelle, je pris du temps à allumer ma belle, l’air ébahis je n’eus le courage de strater la cigarette qu’une fois les questions posées. Il m’a fallu du temps pour retrouver mes esprits et me rendre compte qu’un autre Asano me faisait face.

« Derrière ses murs, au-delà de ses barricades, se cache un univers vaste et riche en curiosité. Plus loufoque les unes que les autres. » commençais-je après sa longue tirade. « Beaucoup ignorent les richesses de ce monde et restent coincés dans leur confort quotidien. Ce n'est pas la façon dont j'aime vivre. » continuais-je, le regard à l'horizon je scrutais le paysage. « Cependant, j'aime Konoha, mon clan, ma famille, mes amis et ces terres qui m'ont tant donné. Comment je le vois ? Je vois un pays dont la population a peur, est effrayé de je ne sais quelle menace, parce qu'ils ne savent pas se défendre. Nous, guerrier de la feuille, sommes la cellule qui protège ce noyau fragile. »

Le peuple a peur, pas assez courageux pour passer la porte de chez soi et découvrir ce que leur mère a à leur offrir, j'avais du mal à comprendre ce qui effrayait autant. Mais je l'ai accepté et aujourd'hui je défends le plus faible, ça a toujours été mon principe. L'argent n'est qu'un bien dont je peux m'en passer…. Non ! Il est essentiel aussi, mais malgré mon addiction à la richesse, je sais faire la part des choses entre le matériel et une vie humaine… Ce nouveau, méchant, Asano, se trompait à mon égard. Je semble être bien plus qu'un simple garçon cupide, du moins, moins que lui. Et au final ! Plus nous avancions dans la discussion, plus je trouvais que nous nous ressemblons, l'Hokage et moi.

« Eh bien, Hokage-sama » tirais-je une latte de tabac. « Vous aviez ma curiosité, maintenant.. vous avez toute mon attention. »

Il voulait me mettre là où j'excellais et moi je pourrai continuer à faire ce que je fais tous les jours. Mon identité ne sera pas connue de tous, du moins, la vraie. Alors je pourrai mener une double vie, faire croire que ma quête de nirvana persiste, que mes années pèlerines sont encore devant moi, à la chasse aux demoiselles, aux trésors, à l'alcool ! Mais qu'en réalité, je serai caché dans l'ombre. Dans un secteur sombre du village, je le protégerai et continuerai mes recherches personnelles, presque bien plus efficacement ! Aburame Asano semblait avoir du flair, il voyait juste, savait où placer ses pions.


« Vous doutez des autres villages? » demandais-je, prêt à recevoir des consignes.

De plus, la nouvelle facette de cet homme amenait à sa découverte. Curieux de savoir ce que cache ce regard bienveillant, ma nouvelle vie démarrait sur les chapeaux de roues.
Tant d’émotions d'un coup !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 167
XP Mensuel : 0

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   Mar 11 Juil - 5:05
L'Hokage ne dit rien mais ses yeux brillaient de contentement. Cette discussion aurait pu aller dans un tout autre sens. Il semblerait toutefois que les deux anciens genins avaient depuis longtemps délaissé leurs dents de lait. Tels des serpents, ils avaient mué, changé de peau pour devenir des adultes responsables. Le genre qui voyait le monde comme il était et travaillait pour qu'il devienne ce qu'il peut être. Lorsque les dernières paroles du jonin touchèrent les oreilles d'Asano, sentit qu'il pouvait encore plus se révéler.

-Ho non Bashô, je ne doute pas d'eux. S'il y a qu'une chose sûre dans ce monde c'est que nous sommes seuls contre eux tous.

La paranoïa du dirigeant de Konoha n'aidait pas. À titre humain, lui-même ne faisait confiance à des personnes comme le Yamanaka que parce qu’ils avaient un objectif commun. Il y avait cependant quelque chose de rassurant à connaître ses ennemis. Le pire des cas était toujours ce que vous attendiez et ce à quoi vous vous étiez préparés. C'est lorsqu'on fait confiance à quelqu'un, qu'on le considère un allié, un frère, que la surprise vient vous faucher. C'est quand vous devriez avoir des doutes que vous acceptez inacceptable. Tout kunai planté dans votre deux a été manié par deux mains. Celle de l'attaquant et la vôtre, celle qui n'a rien fait pour l'en empêcher.

-Ils peuvent cependant se révéler...intéressant. Tu en apprendras plus au-fur et à mesure que tu progresses dans ta nouvelle carrière. Suna, Kiri, Kumo et même tous ces bastions indépendants, ces villages ninja mineurs, ... tous peuvent être utilisés. Si possible, les uns contre les autres.

Notamment Kumogakure. Le village des nuages étaient la pire crainte de l'Aburame. Ils n'avaient arrêté leurs formations guerrières ne serait-ce que durant quelques années. Les fameux tournois des cinq villages avaient souvent été remporté par les leurs. S'il fallait les terrasser à un moment, cela aurait suite à l'attaque du Kyuubi mais à cette époque... il n'était pas encore ennemi de la feuille. Il le deviendrait bien assez tôt malheureusement.

-Je te l'ai dit bien plus tôt. Cette branche est un art particulier. Obscur. Manipuler des pays entiers n'est pas à la portée de n'importe qui. Fais tes preuves et bientôt, l'occasion de le faire se présentera....

L'Hokage effectua un signe de tête à ses gardes qui se mirent à s'approcher. Lui-même fit quelques pas dans leurs directions avant de se retourner vers son interlocuteur. L'espace d'un instant, il se revit enfant avec lui, Aona, Yu, ... Que cette époque était lointaine désormais. Presque littéralement une autre vie.

-Bienvenue dans la pénombre Yamanaka Basho.

Asano se détourna une dernière fois de la nouvelle recrue, son shunshin ne laissant qu'une demi-dizaine d'insectes volant à sa place.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L’œil du monde [PV Basho]   
Revenir en haut Aller en bas
 

L’œil du monde [PV Basho]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Académie ninja-