AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nouvelle aube [PV Team 8]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 143
XP Mensuel : 5

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: La nouvelle aube [PV Team 8]   Lun 5 Juin - 11:22
L'Hokage marchait rapidement dans l'académie. L'écho de ses pas résonnait dans le couloir, annonçant sa venue en amont. L'homme aux cheveux longs eut un petit reniflement amusé à cette idée. En cette journée de repos, l’édifice était totalement vide excepté lui et ses deux gardes. Le calme qui régnait dans le bâtiment était impressionnant et les sons qu'émettait l'Aburame n'en était que plus renforcé. Cela lui donnait l'impression d'être un dieu marchant dans une église à son effigie. En quelque sorte, c'était le cas. Il était l'élite de l'élite et lui, comme tant d'autres avait commencé sa carrière sur les bancs de l'école, ici-même. Il en représentait ce qu'il y avait de mieux... pour le public tout du moins.

l avait adoré la partie de sa vie où il avait dû venir régulièrement s’asseoir ici et apprendre ce que ses professeurs voulaient lui enseigner. Il ne l'avait pas assez bien préparé pour ce qui se passerait en dehors de ses murs toutefois. L'horreur de la bataille, des combats à mort. La douleur, la peur. L'espace d'un instant, le regard de l'Hokage se firent plus durs en repensant aux pires épisodes de sa vie de genin. Ils l'avaient profondément marqué et changé à tout jamais. Le jeune et joyeux shinobi était devenu un homme tout le temps effrayé de revivre ce genre de situation. Pour s'en protéger, il avait tout ce qui était en son pouvoir. Mentir, trahir, tuer. Son image publique était une conséquence de cette même pauvre préparation de l'académie. Un gentil et affable Hokage comme tant d'autres auparavant. Le garant des valeurs du village et la sécurité de ses habitants. Ces derniers brûleraient tous avant lui s'il avait son mot à dire.

Il jouait le jeu que pour être d'autant plus en sécurité. Intérieurement, il était probablement l'une des personnes les moins en accord avec ce qu'estimait le village comme quelqu'un de bien. Rien qu'utiliser un innocent gamin pour effectuer des expériences shinobi sur lui pourrait provoquer sa mise à mort rapide. La colère et l'indignation d'une foule pouvaient faire énormément de dégâts. Une foule capable de manipuler les éléments qui plus est? C'était cependant un risque à prendre. Il avait tenté la chose avec beaucoup d'orphelins et autres enfants perdus sans jamais vraiment réussir dans son entreprise. Aujourd'hui cependant, il avait plus qu'un candidat, il avait une arme à disposition. Un jinchuriki en bonne et due forme qui n'avait plus besoin que d'être formé, aiguiser. Un enfant qui était prêt à être manipulé.

Kadogami Akinobu était cette arme. Un instrument particulièrement dangereux qui pouvait dévaster le village s'il perdait le contrôle. Il fallait donc un fourreau singulièrement solide pour l'entourer. C'était là qu'entrait en jeu deux autres genins issues de la formation de Konoha : Komori Daiki et Uzumaki Tsukiyo. Deux adolescents plus vieux qui étaient quasiment tout aussi rares que le porteur de la bête. À l'heure actuelle, il n'avait rien de particulièrement impressionnant pour jouer ce rôle protecteur. L'histoire du village avait toutefois aidé à prévoir un futur joyeux pour ce petit trio. Les recueils du grand Uzumaki Naruto Uzumaki laissait supposer que ses liens avec le village et en particulier avec son équipe l'avaient aidé à mieux se maîtriser. L'Hokage actuel espérait grandement que l'un de ses prédécesseurs n'avait pas embelli les choses mais au cas où, Asano était prêt.

Les archives secrètes du village indiquaient également que la mère du Nanadaime avait utilisé les techniques de son clan pour maîtriser le démon juste avant que son enfant ne le reçoit. Il restait très peu de descendants de cette famille mais le destin avait placé l'un de ceux-ci dans la même génération qu'un utilisateur du Mokuton. Ami de longue date, leurs complicités aiderait grandement l'apprentissage des techniques ayant maîtrisé Kyuubi et d'un des rares éléments capable de le contenir. Si aucun des trois n'était encore prêt, le Jūsandaime avait grand espoirs qu'ils le seraient bientôt. Pour mieux s'en assurer, il avait décidé de prendre personnellement en charge leurs éducations à partir de maintenant.

L'un des jonin gardant la salle indiqua à son supérieur que le reste de l'escorte venait d'arriver dans le bâtiment. La première rencontre officielle entre Akinobu et Asano ne se fit pas attendre et quelques minutes plus tard, le plus grand outil de l'Aburame était devant lui. Ce dernier afficha un grand sourire au genin, jouant le jeu du sympathique leader dont il avait l'habitude. Il s'accroupit pour moins impressionner ce dernier avant de prendre la parole.

-Bonjour Akinobu, je suis Aburame Asano, le dirigeant du village. Je suis régulièrement tes progrès auprès de mes hommes et tu m'as impressionné. J'ai donc décidé de créer cette petite réunion. Je t'en dirai plus à l’intérieur, suis-moi.

D'un signe de tête, il indiqua à ses gardes d'attendre à l’extérieur de la salle où le duo se connaissant déjà l'attendait... Vêtu de tous les symboles liés à son poste, l'Hokage entra. Le garde qui surveillait les adolescents se baissa profondément pour le saluer avant de sortir pour les laisser à leurs affaires.

-Bonjour Komori Daiki, Uzumaki Tsukiyo. J'ai entendu beaucoup de bien de vous deux, je suis enchanté de faire votre connaissance. Voici Kadagami Akinobu. Assez-vous tous s'il vous plaît, j'ai beaucoup de choses à vous dire.


L'Hokage ne se présenta pas aux deux adolescents. Son accoutrement le faisait déjà et n'ayant été introduit à son poste que récemment, la grande annonce ayant réuni le village il y a deux mois étaient encore dans la tête de beaucoup de monde. Il laissa les trois enfants prendre place avant de légèrement s’asseoir sur le bord du bureau en face d'eux. Les mains en appui sur le mobilier, il affichait un visage radieux. Pour une fois, il jouait aucun jeu. Il était tout simplement heureux des futurs bénéfices qu'il pourrait recevoir de ces trois-là.

-Si je vous ai convoqué ici, en ce jour férié, c'est parce que vous possédez tous de grands talents. Des talents si impressionnants qu'ils ont attiré l’œil de l'Hokage. Plutôt que vous mélanger avec d'autres équipes sous la direction de mes jonins, j'ai décidé de moi-même vous prendre en main.


Il n'y avait probablement pas plus grand honneur qu'être dans l'équipe de l'Hokage. Asano était cependant curieux se savoir ce qu'ils ressentiraient à l'entente de cette annonce. La pression que ça pouvait faire peser sur les épaules d'un gamin pouvait être immense. Quand il fut attribué à l'équipe d'Hyuga Mara, il n'avait ressenti que de la fierté. Cela l'avait poussé à toujours faire plus pour sa sensei. Ce ne l'avait toutefois pas empêché de l’assassiner. En cela aussi, avoir ces trois potentiels inexploités près de lui était une bonne chose. S'il fallait être proche de ses alliés, il fallait l'être encore plus de ses ennemis. Ainsi il pourrait plus facilement les surveiller. L'homme aux cheveux longs se délaissa de son manteau de Kage qu'il posa sur la table derrière lui avant de le recouvrir de son chapeau.

-Il me paraît juste que je me présente en premier. Comme mon nom l'indique, je suis membre du clan Aburame. Je contrôle toutes sortes d'insectes pour effectuer un large éventail de fonction. Mon sensei était Hyuga Mara, la Jūnidaime et une très grande kunoichi. Je suis quelqu'un de plutôt sympathique et ouvert mais je ne vous ferais pas de cadeau. Le monde à l’extérieur du village n'est pas tendre avec les Shinobi et encore moins avec les genins. Je vous préparerais du mieux possible à cet univers et cela passe par énormément d'effort au quotidien. Bien que je sois ouvert, j'attends un minimum d’Étiquettes. Cela sera « Asano-Sensei » pour vous. À vous de vous présenter désormais. Pourquoi ne commencerais pas tu Daiki puis Akinobu et enfin Tsukiyo ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Komori Daiki
avatar
Messages : 65
XP Mensuel : 1

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Lun 5 Juin - 17:38
EEEET VOILAAAAA !!!!!
- Merci Daiki, tu m'as été d'une grande aide. Je vais préparer un peu de thé.

Essoufflé, le genin tomba sur le sol. La vieille femme rentra chez elle, laissant le Komori souffler un peu. Déplacer plusieurs fois un meuble très lourd était le dernier challenge qu'il s'était donné, et même s'il avait tenté de se faire aider avec des clones, ça n'avait pas eu le résultat escompté. Ca avait même empiré, laissant une énorme marque dans la pièce de vie. La résidente n'y voyait plus très bien, et ce trou béant dans le coin de la salle n'avait pas attiré son attention. "Quand une vieille personne doit s'occuper d'une maison, elle ne fait plus attention aux détails", sacré Gio, il avait trop raison en fait ! Gio, c'était le mec qui faisait l'intéressant mais qui ne tenait aucune promesse qu'il faisait. Suffisait de lui prêter un jeu pour que le lendemain il ait volontairement oublié pour qu'il vous traite de menteur. Pourtant, Daiki l'aimait bien. Sa façon de parler était simpliste, et comme Daiki n'aimait pas quand c'était trop compliqué, cette amitié était bien pratique quand Tsukiyo n'était pas dans les parages.
Regardant autour de lui, le Komori se demanda comment faire pour boucher ce trou qu'il avait fait. Et puis, une idée de génie jaillit de son esprit. Pourquoi ne pas le remplir d'eau pour faire une piscine intérieure ? Ça rendrait grave service à son hôte ! Seulement, le garçon se rappela qu'il ne maitrisait pas très très bien le Suiton. Mais à charge de revanche, il pouvait remplir le trou avec l'eau du puit se trouvant dans le jardin en face ! Il n'y avait qu'à faire des allers-retours en plus !
Prenant une grande inspiration, il se releva d'une traite et fonça tel un bolide vers sa destination. A côté du puits se trouvait un seau. Le nombre d'aller-retour s'intensifia, mais ça ne découragea pas le Daiki qui commença ses voyages.

- Voilà le thé mon petit Daiki.

Le garçon cessa son activité et regarda la dame âgée droit dans les yeux.

MAMIE ! JE TE FAIS UNE PISCINE !
- Oh tu vas à la piscine ? Et bien je te remercie encore une fois de m'avoir aidé à déplacer mon armoire. Je te laisserais du thé, reviens vite.
MAIS NON MAMIE ! JE VAIS PAS A LA PISCINE, JE T'AI FAIT UNE PISCINE !
- J'ai bien entendu que tu vas à la piscine, ça ne sert à rien de s'énerver voyons.
MAIS MAIS......

Tu fermeras la porte en partant. conclut la mamie avant de quitter la pièce.

Daiki n'avait même plus la motivation de continuer la piscine de la vieille. En remplissant l'orifice d'eau, il avait aperçu une sorte d'éclair très vif s'échapper des fils de couleur différente. Qu'est ce que cela voulait bien dire ? Qu'il fallait continuer à remplir ? C'était peut être ça qui allait faire chauffer l'eau, et donc ça ferait une mini source chaude dans la maison ! Faire ça chez soi était bien plus facile qu'il avait entendu au final !
Attrapant sa veste, le garçon partit en fermant la porte comme demandé et prit le chemin de l'Académie. Il avait été convoqué pour quelque chose dont il n'avait aucune idée, mais le Hokage devait être là, ce qui changeait la donne et obligeait le Komori à ne pas être en retard. En fermant la porte, sa tasse de thé encore pleine était tombé, et le liquide coula jusqu'à un câble électrique que le garçon avait coupé pour mieux l'attraper. Le contact entre les deux se fit, provoquant une coupure de courant dans tout le quartier.  Sa famille allait encore devoir s'expliquer avec le voisinage, mais ça il le saura dans la soirée quand il rentrera chez lui.

Son arrivée à l'Académie fut assez rapide car il avait couru tout le long. Étant en sueur, le brun se mit en tête de prendre une douche avant de rencontrer le Kage. L'un des gardes l'accosta au moment où il commençait à se dessaper, lui sommant de venir le voir. Grimaçant, le fils Komori obéit en trainant les pieds.

Vous avez pas une bouteille d'eau ?

Le garde lui en donna une pensant qu'elle allait servir à l'usage de base, mais ce fut un tout autre sort que Daiki réserva au récipient puisqu'il vida toute l'eau sur son torse. Le membre du personnel ouvrit grand les yeux devant le geste du Genin, se contentant simplement de lui dire que le Hokage n'allait pas tarder.
Les minutes passèrent et toujours rien. Le Komori se demandant même si le Hokage n'avait pas oublié et s'était endormi dans son bureau. Il allait d'ailleurs demander au garde quand un autre garde sortit du bâtiment et lui autorisa l'entrée. Se contenter d'avancer, sans toucher à quoi que ce soit furent les consignes données par le garde, ce que le garçon fit sans broncher. Il retrouva dans la salle Tsukiyo, qui attendait tout comme lui. Mais pourquoi était-elle là ? C'est ce qu'il lui demanda sans attendre.

Hey Tsu ! T'es venu assister à mon prix décerné par le Hokage en personne c'est ça ?

La réponse n'eut pas le temps de se finir que déjà la porte se rouvrait. Un autre enfant, plus jeune, entra à son tour. Daiki ne se rappelait pas du tout l'avoir vu et commença à s'avancer vers lui en lui tendant la main, avant de se faire de nouveau surprendre par la porte qui s'ouvrait encore une fois. Sa réaction fut immédiate, et la main qu'il tendait vers le gosse finit au dessus de son front, faisant un salut militaire. Le Hokage venait d'arriver, et ça mettait bien la pression au garçon énergique.
Le seigneur du village du feu commença par présenter le dernier arrivant, s'adressant juste après aux deux autres occupants en leur demandant de s'assoir. Tout raide, le garçon s'exécuta et écouta ce que le Kage avait à dire. Il était question de talents, de jour férié, et de prendre en main. Ce que Daiki avait comprit, c'était qu'il fallait prendre son talon avec sa main les jours férié. Qu'est ce qu'il parlait bien ce Kage ! En plus il était tout gentil, la grande classe pour Daiki qui s'empressa de répondre à ce que son seigneur lui avait demandé de faire.

HOKAGE-SAMAAAAAAA ! - On lui fit signe de respirer et de se calmer - Hum... Je m'appelle Daiki Komori, nouvellement Genin ! Je suis en affinité avec le Bois, et je compte bien mettre mes capacités au service de Konoha et du Hokage !

Serrant le poing vers le tableau, il se rassit à côté de Tsukiyo. C'était juste une présentation après tout, pas besoin de stresser se disait-il. Sa chaise par contre pouvait affirmer le contraire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Kadogami Akinobu
avatar
Messages : 35
XP Mensuel : 1

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
430/430  (430/430)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Mar 6 Juin - 1:53
« L’Hokage est un homme très occupé. Sois sage, d’accord ? Ne pose pas trop de questions, il sait ce qui est bon pour le village. »
Il acquiesça, puis partit. Akinobu était un garçon débrouillard, à défaut d’avoir suivi tout une formation de ninja, emmener les produits de l’entreprise familiale chez les divers clients avait au moins eu pour mérite de l’avoir doté d’un sens de l’orientation fort appréciable lorsqu’il venait le temps de trouver un endroit spécifique du village. Aujourd’hui la tâche fut aisée, ce qu’il cherchait le jeune Kadogami n’aurait su le rater : l'académie.
Akinobu se présenta, indiquant la raison de sa venue qui au final était pour le moins floue. A ses yeux, ce rendez-vous avait tout d’une rencontre officielle, cependant la valeur d’un réel premier contact était pour lui encore méconnue. Escorté par plusieurs ninjas – qu’il devinait membres de la garde rapprochée, sans pour autant vraiment savoir leurs rôles respectifs – Akinobu franchit une à une les portes qui le menèrent jusqu’à l’Hokage.

Un long silence ponctua cette rencontre. S’il avait déjà vu l’Hokage, se retrouver en face de lui était une autre affaire. Il se l’était imaginé comme intouchable, inatteignable, jamais il n’aurait pensé le rencontrer et ce même si tout portait à croire que cette rencontre aurait dû avoir lieu il y a longtemps.
Cela faisait un mois, un peu plus, que le démon et lui partageaient le même corps. Si son entraînement avait porté ses fruits et lui avait permis de rapidement décroché son accès au rang de Genin, le contact avec Kyubi quant à lui se révélait on ne peut plus compliqué. Aki le sentait, comme l’on s’apprête à éternuer, mais jamais il ne parvenait à ne serait-ce qu’effleurer l’attention du renard. Il l’ignorait, du moins le pensait-il, ou tout simplement que rien de tout cela n’avait fonctionné. Il n’osait en dire mot. Il ne voulait pas retourner en arrière, pas après tout ça, il ne redeviendrait plus cet innocent garçon sans histoire. L’idée d’être utile lui plaisait, l’idée qu’on ait besoin de lui aussi, l’excitation face aux nouvelles choses… Ces sensations il ne saurait s’en passer.
Il rendit un sourire gêné à l’Hokage et la simple pensée de croiser son regard alors que ce dernier était plus bas que lui le faisait trembler sous l’effet du stress. Impressionné disait-il ? Il était vrai qu’Akinobu n’avait pas chômé durant ces presque cinquante jours de labeur. Mais savait-il tout ça ? Connaissait-il ses doutes ? Pouvait-il lire à travers son mutisme enfantin quels problèmes soulevaient la créature qui semblait sommeiller sans rêves à l’intérieur de lui. Sa crédulité le poussait à croire que oui, pour Akinobu lire dans les pensées était à la portée de l’Hokage. Après tout il n’y connaissait presque rien, cet univers n’était pas le sien. Et ce n’était pas le titre de Genin qui lui donnerait le droit de prétendre le contraire, surtout après l'avoir obtenu parce que ça devait arranger les affaires de certains - bien qu'il ignorait cette dernière possibilité.

Sur les ordres de son aîné, il ouvrit la porte qui donnait sur une succursale. Là, deux autres adolescents arborant le bandeau du village de Konoha attendaient. L’un se leva, lui tendit la main, d’hésitation Akinobu esquissa un sourire de façade mais l’attention du deuxième garçon fut aisément happée par la présence du Kage.
Komori et Uzumaki, son cœur esquiva un battement, il crut défaillir. Une sueur froide coula le long de sa tempe, il n’avait plus le droit à l’erreur maintenant.
Lorsqu’il y fut invité, Akinobu partit s’asseoir de leur côté. D’instinct, il se positionna sur une extrémité afin de ne pas être au centre de ce trio. Puis la nouvelle tomba : lui, élève de l’Hokage. Alors c’était donc ça… L’autre garçon hurla. Aki resta silencieux. Il peinait à imaginer ce que ce pouvait être, chacun avait sa propre façon de s’occuper des émotions nouvelles. Il redoublerait d’efforts, chose qu’il ne pensait pas pouvoir faire car il se jugeait déjà au maximum de ses capacités… Pourtant il faudrait bien qu’il y parvienne, d’autant plus qu’il se retrouvait avec des coéquipiers plus âgés, il se voyait déjà les ralentir et cette idée lui était inconcevable. Ils n’étaient pas les seuls à être spéciaux, plus maintenant.

Daiki s’assit, Akinobu jura entendre comme des clapotis d’eau. Devant l’absurdité de la scène, il se leva lentement en retour, balayant d’un regard hésitant ses deux camarades, puis redressant ses yeux dans ceux de son nouveau et premier sensei : « Kadogami Akinobu, réalisant qu’il se présentait face à quelqu’un qui le connaissait déjà, il se retourna maladroitement avant de s’incliner, je m’appelle Kadogami Akinobu, mes parents tiennent un commerce au centre-ville. Je suis… » Il hésita, il resta ainsi, à fixer le sol, au milieu d’un ojigi malaisant. Qu’était-il ? Était-il prêt à assumer ce rôle ? Les autres devaient-ils être informés ? S’ils allaient être une équipe, alors autant qu’ils le sachent, pas vrai ? Penché pendant maintenant cinq secondes qui lui étaient apparues comme autant d’heures, il se releva d’un trait et continua : « Je suis nouvellement Genin, je ferai de mon mieux pour être à la hauteur de vos attentes et de celle d’Asano-sensei. » Cette dernière phrase avait pour sûre été expédiée à la vitesse de l’éclair, une formule de politesse automatisée, il espérait que cela cacherait l’ascenseur émotionnel qu’il vivait. Occulter ce qu’il savait faire, autant car il n’était pas lui-même certain de savoir exactement ce dont il était capable que pour éviter d’attirer davantage l’attention. De quel affinité était-il déjà ? Il était incapable de s'en rappeler... Bon sang ce devrait être comme connaître sa date de naissance, il ne pouvait pas se permettre d'oublier une telle chose.

Akinobu se retourna, rencontra le regard d’Asano et s’empressa d’un pas rapide de retourner à sa chaise. Il s'assit, et baissa la tête. Peut-être que s’il fermait les yeux assez fort tout ça finirait par recommencer depuis le début et qu’il pourrait rattraper cette présentation lamentable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Uzumaki Tsukiyo
avatar
Messages : 35
XP Mensuel : 1
Localisation : Konohagakure
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Mar 6 Juin - 23:40
J’attendais depuis quelques minutes dans la salle ou on m’avait dit de me rendre pour un rendez-vous avec quelques autres personnes, sans plus de précision. Je ne savais même pas pourquoi on m’avait demandé de venir à l’Académie, en sachant très bien, que j’y étais plus une élève car diplômée ! Ma maman pensait que j’allais me faire sermonner pour une faute en mission… N’importe quoi ! Ha je vous jure, les mamans, ça ne sait plus quoi inventer pour vous embêter. C’est la tête dans les nuages que je quitte ma maison. Pour une fois que je pouvais profiter de ma famille réunie… il avait fallu que je sois convoquée ! Ce n’était pas juste ! En plus, je m’étais levée un peu trop tôt ! Juste pour être à l’heure et au final… je fus quand même la première arrivée à l’Académie !

Et la première à être dirigée vers le point de rendez-vous par le garde de l’Hokage. Une salle classique n’ayant rien de transcendante à part quelques éventuels souvenirs ! Quelques minutes plus tard, je retrouvais Daiki, un peu étonnée. Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ?

« Hey Daiki ! … tu vas bien ? » Je pris une pause, fis un petit sourire, puis le salua de la main tout en reprenant assez étonnée : « un prix ? tu as fait un acte incroyable ? » Fis-tu en riant.

A peine, j’avais eu le temps de rajouter quoi que ce soit, que la porte s’ouvrit. Deux personnes entrèrent dans la pièce. L’une était sans aucun doute l’Hokage en personne, Asano Aburame et l’autre était un jeune garçon, plus jeune que vous visiblement. Et la suite fut assez incroyable… je n’en revenais pas. J’étais encore sidérée de cette révélation de monsieur Hokage-sama. Je le trouvais un peu rude ? et brusque, mais rien de bien méchant en soit.

J’attendais mon tour avec une certaine impatience, écoutant attentivement ce que diront les autres. J’avoue que faire partie de l’équipe de l’Hokage, ça en jette ! C’est cool ! J’étais trop heureuse ! Je réfléchissais un peu à ma présentation éventuelle, rien de bien glorieux d’ailleurs. Donc Daiki, Akinobu, et Asano-sensei. Bien, tu arrivais à retenir le nom de tes camarades, c’était un bon début. En tout cas, Akinobu semblait très différent de Daiki au niveau caractère. Cela mettrait un peu de piquants.

« Bien A mon tour ! Asano-Sensei ! Je m’appelle Uzumaki Tsukiyo, je viens du clan Uzumaki qui descendt du naname Hokage Uzumaki Naruto ! Mon pouvoir spécial est lié au fuinjutsu ainsi qu’aux chaînes de chakra ! Faisons de notre mieux ensemble pour le village ! » Fis-je en adressant un sourire à Akinobu, Daiki et Asano-Sensei en agrippant mes mains derrière mon dos. Attendant une éventuelle suite à cette petite réunion bien sympathique, la première impression fut un peu changée. Attendons la suite désormais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 143
XP Mensuel : 5

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Dim 25 Juin - 14:05
À chaque enfant, l'Hokage hochait la tête. Il ne disait rien mais notait plein de choses mentalement. Évidemment, il avait lu leurs dossiers mais la différence entre hommes de papier et ceux de chaire était toujours immense. Éclairante même. Il pouvait lire le stress sur leurs visages ou dans leurs attitudes ce qui amena un petit sourire, presque moqueur, sur le sien. Il se demandait si certains tissaient déjà des liens sur la vraie raison de leur formation. Le fait de voir deux adolescents avec un enfant n'était pas commun. Akinobu n'avait pas parlé de ses entraînements particuliers et pour l'instant, l'Aburame se tairait également. Il avait prévu différents arguments en fonction de la volonté du Jinchuriki.

Lui qui voulait toujours garder ses atouts secrets, il prenait un très grand risque ici. Laissé à un enfant le choix de faire ce qu'il veut sur un sujet si important? Cela ne lui ressemblait pas au premier abord. Ceci étant dit, les relations d'un maître à son élève et du trio d'élèves entre eux étaient particulières. Aucune n'était plus basée sur la confiance. Asano devait donc montrer au porteur de la bête qu'il était en sécurité avec lui. Après tout, il n'avait jamais rencontré l'Hokage auparavant.

-Merci à vous trois. Je vous sens tendu, vous n'avez pas besoin de l'être. Nous entrons tous dans une nouvelle relation un peu forcée au début.

L'homme s'était levé du bureau, parlant autant avec son corps qu'avec ses paroles. Il s'était approché de Daiki et avait posé sa main sur l'épaule de l'utilisateur du Mokuton. Il espérait pouvoir incarner une figure paternelle à laquelle leurs loyautés seraient toujours fidèles.

-Cela va être gênant. On va être mal à l'aise mais, pour être passé par là, ce n'était qu'un petit moment à passé. Avec le temps, nous allons apprendre à nous connaître. D'ailleurs, maintenant que nous avons fait les premières présentations, commençons ce processus de découverte.

Asano s'écarta de l'adolescent et alla jusqu'au tableau. Prenant une craie, il se mit à écrire plusieurs thématiques comme un professeur qui présenterait le programme de la séance. Rêve, Konoha. Shinobi. Il aurait pu détailler un peu plus mais préférait pour l'instant laisser ça de côté. Ainsi, il aurait des réactions complètement sincères, pas des gens ayant préparé leurs réponses. Tandis qu'il se retournait pour dévisager ses élèves, il se vit à leur place tandis que sa propre Sensei avait écrit les mêmes choses au tableau. L'espace d'un instant, il s'enferma dans ses souvenirs à la recherche d'un temps où tout était bien plus simple.

-Commençons par le futur. Le vôtre en particulier. Quels sont vos objectifs? Vos rêves? Qu'aimeriez-vous devenir et comment comptez-vous y parvenir? Pour ma part, j'espère redonner au village son lustre d'antan. Je ne vous ferais pas un cours de politique aujourd'hui mais sachez que Konoha n'est plus ce qu'il était.

Le regard de l'Hokage se centra sur Akinobu quelques instants. Ce mouvement inconscient trahissait ses espoirs et ses plans pour l'outil qu'était le Jinchuriki et il se blâma intérieurement alors qu'il faisait glisser son attention vers les deux autres genins. Ceux-ci l'avaient-ils remarqués? Se posaient-ils d'autant plus de questions à propos de cet individu bien calme?

-Vous faites parti de mes rêves pour cet avenir. Sous ma tutelle, j'espère que vous deviendrez des grands shinobis et que vous serez à même de m'aider dans la protection de Konoha et le guider quand je ne serais plus là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Komori Daiki
avatar
Messages : 65
XP Mensuel : 1

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Dim 25 Juin - 15:29
Les présentations étaient faites donc. Tsukiyo Daiki et Akinobu seraient désormais dans la même équipe avec le même senseï, à savoir le Hokage en personne. Celui-ci les remercia pour s'être présentés, avouant avoir remarqué à quel point ils étaient tendus les uns comme les autres, à leur manière bien évidemment. Le Komori semblait avoir réussi son défi puisque le Hokage et lui avait même donné quelques conseils. Ce qui passa bien sûr pour Daiki comme le fait d'être un ninja exceptionnel, et il n'était encore que Genin, c'est dire la marge de progression que l'adolescent avait ! Sa réaction, si l'on peut appeler cela comme ça, fut de trembler comme une feuille et d'adresser un regard vers ses deux autres camarades l'air de dire "soyez pas jaloux de mon charisme, c'est naturel chez moi" avec un petit air hautain. C'est qu'il commençait à s'y croire le p'tiot !
Puis, l'Aburame se dirigea vers le tableau pour y écrire quelque chose dessus. "Rêve - Konoha - Shinobi". Et la mine toute joyeuse de Daiki s'évapora d'un seul coup. Sérieusement ? Ils étaient venu ici pour faire des devoirs ? N'en avaient ils pas eu assez avec l'Académie ? Comme un retour dans le bureau du Directeur pour Daiki, après plusieurs bagarres provoquées, ou quelques heures de colles suite à un manque de respect envers le corps enseignants. Non, le Komori n'avait pas trop aimé la période d'Aspirant à l'Académie. C'était exclusivement du bourrage de crâne pour une toute petite partie de mise en pratique.
Levant la main lorsque le Hokage eut fini de parler, le Konohajin voulut mettre les choses au clair.

Malgré tout le respect que j'ai pour vous Hokage-sama, on est vraiment obligé de refaire un cours ? C'est pas que j'aime pas, mais j'aimerais plutôt.... Passer à la pratique, si vous voyez ce que je veux dire. L'Académie m'a suffisamment gavé pour devoir tout réexpliquer, et puis bon... - regarda autour de lui pour montrer que le sujet demandé n'était pas source d'un succès incroyable dans l'assemblée - Je....

Le Hokage avait fait un signe de la tête montrant ainsi qu'il allait commencer histoire de mettre ses nouveaux disciples dans de meilleures conditions. Chose que les professeurs ne faisaient jamais à l'Académie bizarrement. Pour le chef de Konoha, l'équipe 8 s'avéra faire partie de ses rêves, d'où la raison de les avoir rassemblés ici en ce jour. Les motivations étaient courtes, mais l'essentiel s'y trouvait : Redorer le blason du village de la Feuille. Et Daiki, Tsukiyo ainsi qu'Akinobu faisait partie de son projet. Dit comme ça, cela ressemblait vaguement à la fameuse équipe des Sannins Légendaires, bien avant l'arrivée du Neuvième Hokage...

HEY MAIS.... - se tourne vers Tsukiyo - T'AS LE MÊME NOM QUE LE NEUVIÈME HOKAGE !

Long à la détente, en effet. Il fallait donc donner maintenant sa propre vision des choses concernant Konoha, ses rêves et les shinobi. Se grattant la tête, Daiki se décida et donna son avis, ne se souciant pas de son intervention assez bruyante sur sa faculté à assimiler les choses quelques secondes plus tôt.

Bon je commence vu que personne veut commencer.. - jette un regard vers les deux autres - Vu que je manipule le bois et que c'est quelque chose d'incroyable apparemment, je pense me mettre au service de Konoha pour le bien des autres. Redonner du plaisir et envie d'y vivre. Après, comme on est tous des ninjas, forcément faudra se taper dessus avec les autres. J'aspire pas à être un grand ninja ni à m'inscrire comme un ninja de légende, parce que tout simplement j'y arriverais jamais de toute façon. J'veux juste être utile et j'suis disposé à aider tout le monde un par un ! C'est en se fixant des défis qu'on devient plus fort, c'est ce que me disaient mes parents quand j'étais petit.

Comme un discours récité presque de façon militairement robotique, Daiki avait tout donné. Il ne savait pas s'il avait répondu à la question ou s'il avait fait du hors sujet, mais le garçon avait fait ce qu'il pensait être juste. Révéler ses intentions personnelles. Bon, la plupart des mots qu'il avait employé il les avait recopiés d'un épisode d'une série qu'il avait trouvé trop cool, et l'avait juste réécrit de façon à ce qu'il garde cet impact niveau badass qu'il avait eu dans la série. Les deux autres allaient faire un discours naze comparé à ce qu'il venait de sortir. Connaissant Tsukiyo, elle allait parler très peu parce que Daiki était bien meilleur qu'elle ! Quant à Akinobu, vu son débit de parole jusque là, il n'y avait rien à craindre. Le mec était sûrement payé pour ne rien dire, limite il faisait acte de présence ! Du moins, c'est ce que Daiki Komori pensait très fort dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Kadogami Akinobu
avatar
Messages : 35
XP Mensuel : 1

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
430/430  (430/430)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Dim 25 Juin - 17:30
Les mots de l’Hokage résonnèrent en lui comme dans une immense pièce vide. Il ne vit pas Asano le regarder, perdu dans ses pensées mornes, il fixait le sol, il pouvait jurer sentir la sueur couler le long de ses tempes. « Le même nom », Uzumaki. Des larmes de stress vinrent mouiller ses yeux, à présent redresser la tête lui était devenu impossible. Akinobu était déjà d’une faiblesse accablante, inutile d’appuyer sur la corde de la sensibilité. Il voulait de la compassion au moins autant qu’il avait l’impression de la mépriser.
Il avait peur de ne pas plaire, peur d’en faire trop, peur de n’en faire pas assez, peur de se faire plaindre. La complicité déjà existante entre Tsukiyo et Daiki ne rendait que les choses encore plus difficiles, puisqu’il est aisé de se rassembler autour d’un ennemi commun plutôt que de justifier une quelconque solidarité. Il sentir le regard de Daiki se poser vaguement sur lui, puis ce dernier prit la parole.

C’est à ce moment-ci que la vérité le frappa. Le contrôle du bois, quelqu’un d’exceptionnel qui refusait d’aspirer à l’être. Cette idée l’enragea. Pourquoi, alors ? Pourquoi devenir ninja ? Il y a tant de moyen d’aider le village, ce ne sont pas les ninjas qui construisent les bâtiments, ou qui réparent les outils de l’artisan, ni eux qui préparent les repas des centaines d’employés dans les grandes entreprises. Les objectifs de Daiki étaient au rabais, néon pas car il s’en croyait incapable mais parce qu’il était d’une fénéantise sans bornes. Pourquoi se donner la peine de faire quelque chose de formidable, si l’on est déjà formidable, pas vrai ?
Le poing d’Akinobu se serra, dans cet intervalle, ses larmes avaient disparu, bien que ses cils étaient encore collés entre eux par l’humidité. Il aurait aimé pouvoir blâmer Kyuubi pour toute la rancœur qu’il ressentait à l’égard du monde, toutefois il devait se rendre à l’évidence : il n’y avait que lui, et sa colère. Le démon n’y était pour rien : « Je ne manipule pas le bois, il hésita un instant, sa voix était fragile mais pesante, en fait, je ne viens pas d’une famille particulière. continuait-il, balayant du regard les gens présents autour de lui avant de se lever. il se répétait, perdu dans ses pensées, finalement il prit une grande inspiration il devait être honnête envers son sensei, et envers ses coéquipiers : Cependant je crois pouvoir dire que Daiki et moi avant un point commun : nous voulons aider le village. Et si malgré l’élan que la vie vous a donné aucun de vous ne veut devenir quelqu’un d’exceptionnel, alors je prendrai cette place. son expression devint dure Je montrerai au monde que les ninja du village caché de la Feuille ne sont pas les seuls protecteurs du pays. » Ses mots moururent dans un regard à l’attention du Hokage. Akinobu se rassit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Uzumaki Tsukiyo
avatar
Messages : 35
XP Mensuel : 1
Localisation : Konohagakure
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Lun 26 Juin - 23:30
Debout, les mains croisées derrière mon dos, j’écoutais les uns et les autres parler. Calmement, je tendais une oreille. Un sourire s’esquissant sur mon visage. Pourtant, je ne pouvais retenir un soupire. Désormais, quasiment à chaque fois que je prononçais mon nom de famille, de clan qui puis est, il était pour toujours rattaché au valeureux nanadaime Hokage. Uzumaki Naruto. Uzumaki Tsukiyo. Ouaip. J’étais une descendante… je m’en étais pourtant jamais réellement ventée. Même s’il était certain que j’étais fière de mon nom. Je n’avais pourtant rien d’exceptionnel… Je faisais uniquement partie du même clan. S’arrêtait là mes ressemblances. Peut-être au niveau de mes compétences aussi.

« Oui roh ça va hein… je sais. Me dit pas que tu avais pas capté ? … Si ? » Fis-je un peu énervée.

Après tout, il s’agissait là uniquement que d’un héritage. Pas la peine, d’en faire toute une histoire… la gêne m’envahissait petit à petit. Ne sachant presque plus ou me mettre et me mettant à rougir. Cette histoire de faire partie de l’équipe spéciale du Hokage me perturbait. J’espérais ne pas être une gêne et une plaie surtout à l’avenir. Puisque vous alliez devoir apprendre à « travailler en équipe ».

Eh oui, le Hokage-sama avait remarqué que j’étais tendu mais je n’étais pas la seule ? Cela vint me rassurer de l’apprendre dans un sens. Pas forcément avec Daiki puisque je le connaissais déjà… ce qui me serait surement plus facile au niveau de l’approche et ce serait l’occasion d’apprendre à  le connaître d’avantage. J’observais maître Hokage bouger de son bureau et se déplacer vers Daiki sur qui il posa une main sur l’épaule. Tandis qu’il se remis à marcher pour aller en direction du tableau cette fois.

Oh ! pas un cours ! Pitié ! Daiki avait raison… sur l’académie. Je partageais son point de vue sur presque tous les angles. Trop de théorie et pas assez de pratique ! Des mots apparurent alors sur le tableau. Des mots de craie. Rêve, Konoha. Shinobi. Je baisse les yeux quelques instants. Je m’assoie en tailleur, par terre.  Non je ne boude pas. Il me faut juste un peu de temps pour réfléchir. Rêves. D’ailleurs, est-ce que mes parents accepteraient que je continue ma vie de ninja ? Mon père avait accepté de m’offrir une chance d’avoir une éducation de Shinobi.

Mais je l’ai toujours entendu dire qu’il voulait que je reprenne les affaires familiales… loin du monde des ninjas. Alors à quoi aspirais-je ? Un espoir d’être libre et de vivre ma vie comme je l’entendais. C’était bien déjà. Objectifs et rêves. Avenir, et futur. Des mots qui me semblaient loin… je ne savais pas vraiment en fait. Je voulais aider le village, le protéger, protéger la paix. Je voulais saisir cette chance offerte. Konoha n’est plus ce qu’il était. Il n’avait pas totalement tords sur ce point. Mais comment comptait-il parvenir à rendre sa gloire à la feuille ?

Je cligne des yeux, intéressée par ces paroles du Hokage.  N’osant pourtant pas prendre la parole avant mes deux camarades masculins. J’espérais devenir Chuunin, Jonin, Anbu, peut-être même bras droit et puis un jour Hokage peut-être ? C’était une folle ambition… qui commençait à naître. La réaction de Daiki eu pour effet de me faire rire. Un air hautain qui le caractérisait bien et dont je commençais à avoir l’habitude comme j’étais sa voisine de palier… Je tousse le fixant avec un regard noir. Rêve, Konoha. Shinobi. Shinobi rime avec aider ? Je veux faire de ma gentillesse un atout. Daiki et Akinobu parlèrent l’un à la suite de l’autre. Des visions opposées. C’est ce que j’avais remarqué. Akinobu parlait très très peu, mais ne semblait pas être méchant. Son comportement semblait néanmoins étrange.

« Je ne sais pas trop. En réalité, je n’y est même pas vraiment réfléchis jusqu’ici. Alors voilà, je dois avouer… que je… n’ai pas vraiment de réponse. Je veux protéger mon village, protéger la paix perdurer par mon ancêtre. » C’était une vérité écrasante qui ferait surement du bien à Akinobu. Et qui enflerait les chevilles de Daiki à coup sûr.

« Je tenterais d’y réfléchir plus sérieusement à l’avenir en tout cas. On verra… Chuunin, Jônin, Anbu, Bras-droit… Ninja Spécial… Ninja d’élite… je veux utiliser la gentillesse en tout cas ».

J’avais finalement, peut-être un peu trop réfléchis et un peu trop pensée… on verra. C’était un bien grand mot lourd de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 143
XP Mensuel : 5

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Sam 1 Juil - 17:53
Les sourcils de l'Hokage se froncèrent en entendant Daiki parler. S'il ne dit rien pour ne pas gêner l'adolescent il ne put s’empêcher de faire des notes mentales. De commenter silencieusement dans son esprit. Pour quelqu'un qui joue des épaules et a tendance à fanfaronner, son manque d'ambition était terrible. Les yeux d'Asano se pissèrent même sur les dernières paroles du genin. Il avait une vision bien naïve de la vie de shinobi malgré les bonnes paroles de ses géniteurs. L'Aburame le forcerait à atteindre les objectifs que lui imposerait sur le Komori. Tout outil peut-être difficile à manier mais leur existence n'est là que pour servir celui qui les a en main.

Heureusement, l'intervention du jinchuriki apporta du baume au cœur. Si l'utilisateur du Mokuton manquait d'ambition, Akinobu en avait pour deux. Mieux, sa déclaration de prendre la place des autres créa un sourire satisfait sur le visage du leader de Konoha. S'il était avant tout un simple incubateur de la bête, l'aspect humain semblait lui aussi valoir quelque chose. Peut-être même que cela pousserait Daiki à se mettre au travail de lui-même. Rare était ceux s'estimant doué qui appréciait qu'on leur passe devant. Surtout si cela venait de personne apparemment faible.

Tsukiyo termina les réponses de l'équipe nouvellement formée. Si elle semblait plus réservée que les autres, ses paroles avaient également du poids. Au final, elle était celle qui avait les rêves les plus précis. Une chose qu'appréciait particulièrement Asano. Voir la vie comme elle l'était réellement et non pas à travers le prisme de conte de fées sur d’anciennes légendes ou des sentiments enfantins. Évidemment, tous avaient parlé de leurs souhaits de protéger Konoha ce qui semblait aussi bien naïf. Le Kage préféra aborder le problème de suite.

-Merci à vous trois. J'apprécie tout ce que vous m'avez dit et j'espère, ce que vous me direz ensuite. Je tenais cependant à souligner quelque chose avant que l'on aille plus loin. Vous avez formulé votre souhait de protéger ce village. D'être à son service. C'est un beau sentiment mais il ne suffit pas de le dire pour comprendre réellement ce que cela implique. Ne vous laissez pas influencer parce que tout le monde répète la même chose. Soyez sûrs que c'est ce que vous souhaitez faire d'une part. De ce que cela veut dire d'autre part.


L'Aburame songea que ses paroles étaient peut-être un peu trop dures pour des enfants. Peut-être auraient-ils du mal à comprendre que « protéger Konoha » n'était qu'un concept abstrait pouvant prendre des centaines de formes. Certaines moins honorables ou supportables que d'autres. Pour protéger son village, Asano avait dû tuer de sang-froid sa sensei et Hokage à l'époque. Ce qui était une trahison pour les uns était l'acte d'un héros pour d'autres.

-Je ne vous en tiendrais pas rigueur et si vous avez du mal à comprendre ce que je veux dire, ce n'est pas grave. Retenez juste ceci : ne soyez pas prompt à déclarer plein de choses parce que c'est attendu des autres. Ceci m'amène à mon second thème : Konoha.


L'homme aux longs cheveux se détourna des trois jeunes pour aller vers la fenêtre de la salle de classe. Elle donnait sur une rue habituellement noire de monde. Plusieurs boutiques étaient fermées aujourd’hui permettant de voir jusqu'au bout du chemin. Au loin, la tour de l'Hokage dépassait les bâtiments adjacents et les diverses sculptures des visages des leaders de Konoha semblaient surveiller tout ce qu'il se passait en ce beau dimanche. De la main, Asano encouragea ses élèves à venir le rejoindre.

-Devant nos yeux s'étend le village. Il y a beau n'y avoir personne en ce moment, tout le monde est là, dans ses murs. Il grouille de vie. Cette ville que vous voulez tant protéger, qu'est-ce pour vous? Ses habitants? Ses valeurs? La charge historique de rues qui ont vu des centaines d’années et des millions de gens passés? Qu'est-ce que les visages des Hokages ont la moindre importance?

Alors qu'il posait ses questions, le Jūsandaime laissa son regard dérivé sur cette cité qu'il décrivait. Les mots se formulaient presque d'eux-mêmes sur ses lèvres et dans le fond, il posait des questions qu'il s'était posé des milliers de fois. Pourquoi avait-il un si grand amour pour ce village alors qu'il n'en avait aucun pour quasiment personne d'autre? Même sa famille était désormais des personnes qu'il gardait loin de son cœur. Il vivait une existence solitaire et pourtant, il semblait incapable d'en vivre une autre. Lorsqu'il se regarda les trois jeunes, un sourire nostalgique était peint sur son visage sans qu'il puisse s'en défaire. Même ses yeux semblaient couverts d'un voile gris. Pour une fois, il ne montrerait pas l'exemple. Il ne saurait quoi dire.

-Qu'attendez-vous de Konoha, qu'est-ce que vous en espérez? Et, si vous en aviez le pouvoir... comment voudriez-vous le changez?


Nul doute que toutes ces questions n'étaient pas seulement adressées au genin. Il avait beau les regarder, Asano avait son esprit dirigé vers le Kanji du feu qui trônait stout en haut de la tour de l'Hokage. Pourquoi voulait-il tant changer ce village qu'il cherchait à protéger? Dans le processus... ne le perdrait-il pas?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Komori Daiki
avatar
Messages : 65
XP Mensuel : 1

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
280/280  (280/280)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Sam 1 Juil - 20:57
En peu de mots, le plus jeune était parvenu à faire en sorte que le discours de Daiki passe pour un dialogue de série B. Pourtant, le Komori ne lui en voulait pas du tout. Si Akinobu avait plus d'ambitions, tant mieux pour lui. Daiki ne faisait que rentrer dans le monde des ninjas, et n'en connaissaient qu'une infime infime partie. Le fait qu'un enfant plus jeune que vous se sente plus concerné n'est en rien un défaut en soi, ce qui est inné chez certains finit toujours par arriver chez les autres. Tout était une question de temps, et d'implication. Si Daiki n'avait pas su trouver les mots pour convaincre aussi bien que ses coéquipiers, il était certain que son image était connue partout dans le village. Comme l'avait dit Asano, il ne suffit pas de dire telle chose, mais la faire.

Je suis persuadé qu'on trouvera tout les trois nos vraies raisons. Mais sachez une chose Hokage-sama, que ce que je dis je le fais. Ce ne sont pas des paroles en l'air, parce que c'est mon nindo ! fit le Daiki en arborant un regard sérieux, avant de laisser place à un sourire.

Vint ensuite le sujet sur Konoha.  Qu'est ce que Daiki attendait de Konoha ? Voilà une bonne question à laquelle il fallait prendre le temps de réfléchir pour un Konohajin lambda. N'appartenant pas à cette catégorie, le Komori s'empressa de répondre.

De Konoha je n'attend rien. C'est Konoha qui attend de moi.

Sur ces paroles, il se rassit et commença à réfléchir sur son projet d'avenir. Quand cette entrevue se terminerait,  le Genin se pencherait réellement sur cette question. Quitte à demander conseil à ses parents. Ce qu'il venait de déclarer, il l'avait fait sur un coup de tête, pour se montrer aux yeux des autres. Surtout à Akinobu. Même s'il n'avait encore rien fait, Daiki trouvait qu'il avait quelque chose d'étrange. Son air tout timide et qui sortait des trucs intelligents, avait le don d'énerver au plus haut point le Komori. Il partait sur des à priori, peut être qu'Akinobu n'était pas comme cela. Encore fallait il le prouver. Tsukiyo allait dévoiler aussi ses intentions, et la connaissant plus que le Kadogami, Daiki était persuadé que ses deux phrases trop stylées allait lui mettre des étoiles dans les yeux à la p'tiote ! D'autant plus que l'Uzumaki était assez douée pour faire des discours, alors le Komori attendait avec impatience le tour de sa voisine de palier. Il écouterait d'une oreille attentive mais pas trop celui d'Akinobu, et les remarques de l'Hokage.
Se retournant vers Tsukiyo, Daiki lui fit un signe de la main accompagné d'un grand sourire pour lui souhaiter bonne chance. Ignorant au passage le troisième membre de la Team 8. Le début d'une grande histoire tout ceci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Kadogami Akinobu
avatar
Messages : 35
XP Mensuel : 1

Feuille de personnage
Santé:
280/280  (280/280)
Chakra:
430/430  (430/430)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Mar 25 Juil - 1:12
Akinobu se leva et rejoignit l’Hokage. Daiki était immature, même lui, pourtant plus jeune s’en rendait compte. Pourtant, il ne pouvait se défaire de l’impression que ce n’était une façade. « Nous avons trois visages. », sa mère le lui répétait sans cesse. Il se remémorait ce souvenir comme s’il le vivait, il revoyait le visage apaisant de sa mère, son ton académique et ses gestes aériens : « Le premier, faisait-elle en relevant l’index, celui que l’on montre au monde. » ; Le monde, Akinobu ne l’avait jamais réellement connu, du haut de ses quatorze ans, il avait le sentiment d’avoir gâché la moitié de sa vie, ce qui n’était pas si ironique que ça lorsqu’on réfléchissait au taux de mortalité des ninjas. Ce visage-ci, le premier, il le revêtait avec peu d’assurance, le jeune Kadogami se découvrait, et la sensation qu’on eût pu deviner ce qui se cachait derrière lui faisait perdre ses moyens.
« Le second, celui que nous portons avec nos proches. » ; l’idéal, celui de la validation. Akinobu cherchait sans cesse un appui, une épaule, il se demandait si les choses étaient bien faites, et pourquoi elles l’avaient été. Une perpétuelle quête de validation qui l’avait mené à douter de lui, à se remettre en question et à toujours se positionner en retrait. Les leaders naturels n’ont pas besoin de validation, ils sont confiants, voire vindicateurs. Akinobu n’était rien de tout ça, c’était un suiveur, un médiateur, dans sa famille, il était discret, sage, gentil, avenant, prévenant. Esquiver la colère et la contrariété, dire oui, plutôt que de se plaindre et d’expliquer un « non ». Ne pas faire de vague.
« Le dernier, celui que l’on ne montre jamais. » ; Celui-ci, Akinobu se l’était créé. Kyuubi serait son troisième visage, et dans sa grande quête d’originalité, Akinobu comptait bien inverser son premier et dernier visage. Comme une petite fille qui mourrait d’envie de montrer ses nouvelles chaussures à ses camarades de classe, mais qui aurait été forcé d’attendre le beau temps pour ne pas les salir : Akinobu attendait. Il ne voyait pas la nécessité de montrer le nouveau lui, pas tant qu’il ne serait pas capable de sentir qu’il était différent.

Il montrerait ce visage à Konoha. Celui d’un nouveau héros, celui d’un enfant ayant forcé son destin et en ayant pris le contrôle. Son égocentrisme enfantin le poussait à vouloir apprendre, puisqu’il ne savait rien. Un travail acharné le projetterait à la première place du podium, il en était persuadé. Kyuubi l’emplissait d’une assurance malsaine, sans qu’il eût pu s’en apercevoir : il avait déjà changé.
Le village s’étendait devant eux, la tour du Kage régnant en roi sur un royaume à la fois meurtris et heureux. Il était difficile pour le jeune Kadogami de s’imaginer aussi fort que les ninjas des légendes, il n’avait pas la prétention de penser pouvoir prendre leur place ou les remplacer.
A son habitude Daiki répondit aussi vite que son ombre. Akinobu esquissa un regard intrigué. Daiki ne semblait rien attendre de personne, pas même de lui-même, il semblait se laisser porter par ses capacités héréditaires, se reposait sur son attitude et ses mimiques. En ça, lui et le jeune adolescent étaient deux opposés. Une tension était palpable, sans doute qu’aux yeux d’adulte ça n’avait l’air que d’une bataille de cour de récréation, pour Aki s’en était tout autre… Être confronté à une personnalité aussi expressive et dynamique avait quelque chose d’écrasant qui lui faisait peur. Il aurait aimé s’entendre avec tout le monde, et se rendait compte de l’impossibilité d’une telle fantaisie :
« Je veux que les choses restent comme elles sont. Daiki, Tsukiyo… fit-il en lui adressant un regard à la fois dur et empli de compassion, je suis désolé si mon nindô va à l’encontre du vôtre. Son visage s’adoucit alors que son regard se redirigeait vers le village, j’ai voulu devenir ninja pour que le village reste le même. »
Il ne voulait pas voir monsieur Ikeda changer son commerce de fleur contre celui des armes, tout comme il refusait de voir madame Sasegawa se terrer chez elle de peur de se faire voler son beau manteau la nuit tombée. Konoha était un village paisible, du moins il le pensait et le ressentait comme tel. Certes, il n’était pas étranger aux problèmes des adultes – ces derniers adorent parler comme si les enfants ne comprenaient rien –, pourtant son incrédulité le poussait à croire que les choses n’étaient pas si graves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genin de Konoha
Uzumaki Tsukiyo
avatar
Messages : 35
XP Mensuel : 1
Localisation : Konohagakure
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Mer 26 Juil - 0:19
Mon souhait était plus que sincère. Je tenais à ce village, je tenais à ses habitants, mes ancêtres s’étaient battus pour protéger la paix si difficilement obtenue par le nanadaime. C’était grâce à eux que l’on pouvait vivre en paix aujourd’hui. Et comme Akinobu le précisait si bien… je ne voulais pas que les choses changent. Non. C’était très bien comme ça. Le village était assez développé, et la paix était importante. La guerre devait rester loin derrière nous. Elle ne devait pas ressurgir comme un fantôme du passé.

Il y avait autres choses que j’aimerais faire, lorsque je serais en âge de quitter le village toute seule après ma formation. Quelque chose de précieux pour moi. Que je ne pouvais me permettre de révéler maintenant, le Hokage m’en interdirait surement l’accès d’ailleurs. Je n’en n’avais entendu parler que dans les livres et par les comtes que me racontaient ma mère avant de m’endormir le soir. Mais je savais que les légendes tiraient vers la réalité.

D’autant plus que je ne me laissais pas influencer, j’avais réellement cette motivation. Et puis, il faudrait que je mette les choses au clair avec mon père un jour de toute façon celle que mon ambition était différente de la sienne. Je ne voulais pas reprendre l’entreprise familiale, je voulais devenir une grande Shinobi. Que ça lui plaise ou non d’ailleurs, il n’aurait pas d’autre choix que d’accepter le mien. C’était ma vie pas la sienne.

« Je comprends très bien ce que vous dîtes. » Fis-je en sortant de mes pensées lorsque je m’étais approchée de la vitre, les bras croisés. Remettant une mèche de cheveux à sa place derrière les épaules. « La vie sur le terrain est différente n’est-ce pas ? Hokage-sama.. » Soufflais tristement. Je lèves les yeux vers la tour du Hokage, et puis un peu plus haut, la tête vers les deux rocs de pierres ayant gravé le visage de mes ancêtres. Naruto Uzumaki, et par ce biais, Minato Namikaze, le Yondaime et le Nanadaime. Les sacrifices étaient parfois nécessaires pour protéger un village.

J’écoutes Daiki et Akinobu parler. Me surprenant à fixer Daiki avec un sourire. Cela ne m’étonnait pas de lui. Je ne le connaissais que trop bien après tout nous étions des amis d’enfances. Je baisse les yeux des têtes de rocs. Pourtant, je voulais les admirer. Aller les voir de de plus près, sentir la sensation de puissance que l’on pouvait éprouver en étant assis là-haut, sur eux. Je voulais ressentir la présence de nos ancêtres veillant sur notre village.

Ce n’était qu’un rêve parmi tant d’autre. Un rêve d’enfant, et d’une nouvelle genin. Les ambitions étaient le moteur d’une vie. C’est ce que mon père me répétait toujours. Rêves et ambitions. Fortune et gloire. Puissance et argent. Des adjectifs peut-être insignifiants mais qui avaient pourtant toute une grande signification dans notre monde. Daiki attendait surement mon discours…Et les autres aussi. Maintenant que Akinobu avait terminé le sien. Je tends mes mains vers les têtes de roc. Mes mains entourant à la fois celle de Minato et de Naruto devant la fenêtre.

« J’ai beaucoup de respect…pour l’héritage que les Hokage précédents nous ont laissés. Les valeurs de notre village sont importantes. Nos ancêtres se sont battus pendant la quatrième guerre pour nous apporter la paix. » Je fais une pause, les yeux remplis d’étoiles.

« Pour être honnête, avant aujourd’hui, je n’avais pas vraiment de nindo. Ni d’avenir sauf un avenir tracer par mon père. Seulement, il ne pouvait pas se douter que j’allais prendre goûts aux arts ninjas. Je ne veux pas que la paix disparaisse dans l’oubli. Ni dans le sang de la guerre et des innocents morts aux combats. La charge historique de rues qui ont vu des centaines d’années et des millions de gens passés dont nos anciens kages, c’est important. Je me plais à vivre ma vie au jour le jour et à avancer. Mon nindo pourrait ainsi être de continuer à avancer quoi qu’il arrive. Sans m’arrêter. J’espère que Konoha me permettra de réaliser mes rêves. Me permettra de continuer à vivre ainsi. Je veux qu’il me permette de construire mon avenir au fur et à mesure. Je préfère vivre ma vie comme je l’entends, et si un jour je dois devenir Hokage, je le deviendrais. Si je dois devenir musicienne je le serais, si je dois devenir protectrice dans l’ombre anbu… ninja médecin…renseignement…» soufflais-je discrètement…tous en faisant un signe de la tête au Hokage. Car oui j'avais repris une de ces phrases, mais c'était pour y répondre clairement.

« Eh bien je le serais. Ha oups… je… heu… m’égare…désolée ha…ha… » mais ce sont des paroles sincères. Trop rêveuse ? Trop idéaliste ? Peut-être… mais en tout cas, c’était mon objectif.

Même s’il pouvait sembler naïf. Ou faiblard. Je verrais vraiment en temps et en heure, là où le destin m’emmènerait. Je fis un sourire à Akinobu puis un signe de la main en me retournant vers mes nouveaux coéquipiers, m'abaissant un peu pour m'excuser d'avoir eu le monopole de la parole...Je me pose tranquillement contre le rebord de la fenêtre. Les jambes désormais dans le vide face à mes partenaires. Tous sourire aux lèvres. J'avais hâte que ça se termine pour qu'on puisse passer aux choses sérieuses.


Thème Général ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hokage
Aburame Asano
avatar
Messages : 143
XP Mensuel : 5

Feuille de personnage
Santé:
580/580  (580/580)
Chakra:
580/580  (580/580)
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   Mer 26 Juil - 14:38
L'Hokage devait l'avouer, il était surpris par les trois genins. Cette première rencontre avait évidemment été gênante. Il est difficile d'être attribué à une équipe genin, de devenir intime avec quelqu'un, se dévoiler alors qu'on ne le connaît pas. Pourtant, chacun l'avait fait. Mieux, ils avaient répondu au-delà de ses espérances. Le Komori l'avait légèrement inquiété mais il s'était bien repris. Était-ce à cause des paroles de ses camarades? Avait-il senti qu'ils se mettaient plus en avant que lui? Tout le monde ne supporte pas d'être élevé dans les ombres, caché par la lumière d'autres personnes plus douées. Plus charismatique. Plus intelligente. Asano y régnant comme personne. Il vivait dans le mensonge et la duplicité. Les ombres étaient son existence même.

-Merci à vous tous. Je sais que cette expérience n'est pas facile à vivre mais vous l'avez traversé avec brio.

L'Aburame ouvrit la fenêtre de la salle de classe, laissant quelques grains de poussière s'envoler à cause de la brise. Le soleil lui réchauffait la peau et l'espace d'un instant, il contempla l'oeuvre naturelle sur sa main. Il sentait ses insectes se manifester avec vigueur dans tout son bras, répondant à la chaleur qui tombait sur le leader de Konoha. Il eut un petit reniflement amusé comme un parent regarderait ses enfants jouer dans un bac à sable. C'était vraiment proche de la réalité. Les nuées se mirent à sortirent de sous son bras pour s'échapper à l'air libre. Il avait pensé à un simple ordre, qu'ils se disparaissent dans les rues au point qu'on ne les voit plus. Sans se détourner de son œuvre, il reprit la parole.

-Voyez comme mes insectes, bien qu'indépendant et minuscule, répondent tous en même temps. Ils sont en parfaite harmonie les uns avec les autres. Seuls, ils sont faibles, inutiles. Ensemble, ils sont un corps quasiment incassable.

Le bras de l'Hokage redescendit lentement pour passer sur le bord de la fenêtre. Il regarda encore son armée s'envoler avant de reporter totalement son attention sur ses apprentis. Il leur afficha un grand sourire plein de fierté et pour une fois, d'une franchise qu'il ressentait réellement. Il était particulièrement heureux du déroulement de cette réunion. Même si ces genins étaient avant tout des outils devant être manipulés, ils semblaient tous être doté d'un incroyable potentiel. Ensemble, ils seraient capables de faire de grandes choses.

-Les Shinobi de Konoha sont exactement pareils. Seuls, nous sommes peut-être par les excessivement puissant mais nous avons quelque chose en plus. Ce village possède une valeur imperceptible. Appelé ça l'amour, l’héritage, la volonté du feu, ... peu importe. Ensemble, nous pouvons tout surpasser. Les plus grandes tragédies comme les batailles les plus dantesques. Ensemble nous pouvons tout partager. Nos joies, nos réussites comme nos peines.

À nouveau, Asano leva le bras. Sa main avait récupéré de la poussière et il la plaça sur la vitre. Plusieurs taches à des distances variables pouvaient désormais se voir à travers le verre. Tandis qu'il écartait son corps de l'objet, il serra son poing pour ne laisser que son index déployé. Lentement, il rejoignit les empreintes laissés par ses doigts avant de revenir sur celle de la paume dans un cercle qui n'était pas sans rappeler le symbole du village.

-Le bandeau que l'on vous a donné à votre sortie de l'académie représente cela. Vous êtes sur le point de débuter un long chemin ardu et tortueux. La vie de ninja n'est pas simple et clairement pas pour tout le monde. Si vous vous reposez sur vos partenaires d'équipes et sur le village, vous verrez que vous serez jamais perdu. Ce chemin vous ramènera toujours ici. À la maison.


L'Aburame délaissa une dernière fois la votre, et après s'être frotté les mains pour en enlever la poussière, il les posa sur les deux genins les plus proches tout en englobant le dernier dans son regard comme ses paroles.

-Ayez confiance en vous. Vous êtes au début de votre carrière de ninja et avez peut-être peur du monde extérieur et des challenges qui vous seront imposés. Tant que vous serez ensemble, vous parviendrez à vous en sortir.

Son sourire s’agrandit encore plus pour tenter de leur donner un maximum de confiance. Ironiquement, lui qui estimait qu'il s'agissait de concepts risibles et la preuve de la faiblesse de Konoha, les avait prononcé avec ferveur. Ils ne s'appliquaient peut-être plus à lui suite à son flirt avec la mort quand il était genin mais il se rappelait encore du sentiment qu'il ressentait auparavant. Un sentiment qui l'avait rendu particulièrement heureux. Le fait de savoir que, quoiqu'il se passe, il pouvait compter sur les membres de son équipe était quelque chose de fabuleux quand on était si jeune. Une chose qu'il espérait vivement que ses élèves ressentiraient avant de se confronter à la triste réalité du monde. Asano lâcha l'épaule des adolescents pour attraper son chapeau d'Hokage posé sur le bureau. Lui-même s'assit à nouveau sur le bureau comme au tout début de la réunion.

-Je vous remercie tous d'être venue aujourd'hui bien que vous y étiez obligé. Vous pouvez profiter du reste de la journée et je vous retrouverais dès demain pour commencer votre véritable apprentissage : L'aspect pratique.


L'Aburame ne put retenir un petit rire en regardant Daiki sur ses dernières paroles. Il plaça son chapeau sur sa tête, reprenant son rôle de Hokage sans un mot.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La nouvelle aube [PV Team 8]   
Revenir en haut Aller en bas
 

La nouvelle aube [PV Team 8]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nouvelle Aube est née dans la forêt ♥
» Nouvelle et première team stratégique (< OU)
» Aux compagnons de la nouvelle aube
» [TSW] Test de personnalité de l'Aube Nouvelle
» Une Aube Nouvelle [Danaelle] Partie 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto, Kaeri no Sensou :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Académie ninja-